Accueil > jeunesse, le pen/fn, paca, programmes, listes & sites, territoires > Conférence de Presse de Jean-Marie LE PEN à Nice

Conférence de Presse de Jean-Marie LE PEN à Nice

Conférence de Presse de Jean-Marie LE PEN à Nice : Le Président du FN s’adresse aux jeunes Français ! – 10 janvier 2010
g
La jeunesse française de Provence, des Alpes et de la Côte d’Azur :Première victime du Système, première de nos préoccupations.
Mesdames, Messieurs,
Cette conférence sera l’occasion pour moi d’exposer quelques analyses sur la situation des jeunes Français en général, et des jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur en particulier, ainsi que de proposer des mesures permettant un tant soit peu d’améliorer leur situation.

La jeunesse, première victime de la médiocrité de l’éducation nationale
La jeunesse, pour s’épanouir, doit tout d’abord être formée. C’est une formation digne de ce nom qui pour nombre d’entre eux leur a été refusée de fait par l’Education nationale, mammouth indégraissable qui succombe sous le poids de principes éculés et de son fonctionnement archaïque qui ne respecte ni les élèves, les étudiants, ni les même les professeurs.
Notre système d’enseignement est soumis aux dogmes du politiquement correct et du conformisme les plus absurdes : combien de jeunes Français au nom du refus de toute sélection à l’entrée de l’université se sont engouffrés dans des filières bouchées telles que la sociologie, l’ethnologie, la psychologie, etc. Ces étudiants y ont perdu leur jeunesse avant d’atteindre directement la case « chômage » puis de se résigner à n’occuper qu’un emploi « alimentaire » : caissier, vendeur, saisonnier, etc. Et cela parce que les gouvernements successifs, par peur de manifestations d’étudiants, n’ont jamais eu le courage de refuser que l’argent public continue d’alimenter des filières universitaires stériles.
Pour notre part, nous sommes favorables aux quotas dans l’enseignement supérieur, par respect pour les deniers publics et par respect pour les étudiants.
Parallèlement, nous sommes opposés à ce que les jeunes rallongent sans cesse la durée de leurs études pour finalement aboutir à un enchainement de stages sous-rémunérés qui n’ont pour seul mérite que celui de dégonfler les statistiques du chômage.
Concernant l’enseignement technique, filière délaissée au nom de la prétendue – mais fausse – supériorité du travail intellectuel sur le travail manuel, nous proposerons (puisque c’est la Région qui les finance) qu’une évaluation permanente des formations techniques soit effectuée afin de coller aux besoins réels du marché du travail.
La jeunesse, première victime de la subversion des valeurs
Trop de jeunes Français en général et plus encore ici même, en PACA, sont victimes d’un manque de formation de base.
Mais comment pourrait-il en être autrement ?Comment pourrait-il en être autrement quand pendant 30 ans, on s’est efforcé de rabaisser l’enseignant au rang de celui de ses élèves, au lieu tout simplement d’enseigner…
Comment s’étonner du niveau de l’orthographe qui s’effondre d’année en année quand les professeurs des écoles doivent parfois apprendre à lire et à écrire à des classes dans lesquelles la majorité des parents ne savent même pas parler le français ?
Comment s’étonner que le niveau s’effondre alors que la violence qui submerge les collèges et les lycées transforme l’enseignant en surveillant dont l’essentiel de la tâche se borne à maintenir, autant que faire se peut, le calme.
La génération des grands parents des jeunes d’aujourd’hui a eu le plein emploi, leurs petits-enfants connaissent le chômage de masse ; les grands-parents ont eu la sécurité dans une France encore française, les jeunes ont l’insécurité endémique dans une France noyée sous le torrent migratoire. Les grands-parents ont eu une France encore fière de ses valeurs et de son indépendance, les jeunes héritent d’une France qui a perdu sa souveraineté au profit d’une Europe technocratique, une France dans laquelle ceux qui brulent les drapeaux français dans la rue bénéficient des mêmes droits électoraux et sociaux que les descendants des morts de Verdun, en vertu du criminel droit du sol !Les jeunes héritent d’une France dans laquelle ceux qui sont fiers d’êtres les bénéficiaires de l’immense héritage de la France sont immédiatement taxés de xénophobie. Alors qu’on vantait le devoir de défendre sa Patrie auparavant, on vante aujourd’hui le devoir de métissage.Leurs grands-parents ont hérité d’une France chrétienne, les jeunes d’aujourd’hui doivent vivre dans un pays où pas une semaine ne se passe sans que l’on apprenne l’ouverture d’une mosquée, l’extension d’une autre, le tout avec l’aide de l’argent public, aide pourtant interdite au nom du principe sans cesse bafoué de la laïcité.
Leurs grands parents n’ayant pas su ou voulu conserver cet héritage fabuleux, les jeunes vivent dans une France où les églises commencent à être détruites par les municipalités qui n’ont plus les moyens financiers de les entretenir. Dans le même temps, l’Etat, les départements, les régions financent à fonds perdus, par milliards, la rénovation des banlieues saccagées sans cesse par les racailles dont Sarkozy devait nous débarrasser mais qui n’ont jamais sévi avec autant d’impunité…
La jeunesse, première victime de l’insécurité endémique
Parmi les grandes villes de plus de 250 000 habitants, Nice est la ville qui subit le plus d’insécurité. La criminalité généralisée, partie des agglomérations, a atteint la campagne ; partie de zones restreintes, elle a atteint aujourd’hui le cœur même des collèges et des lycées dans lesquels les actes de racket, d’agression verbale et physique, ne cessent de se multiplier, conséquence d’un processus de destruction des valeurs de civilisation, processus favorisé par l’immigration de jeunes ayant perdus leurs repères culturels et opérant une synthèse du pire de leur culture d’origine avec le pire de la sous culture américaine.
Or, ces délinquants qui étaient autrefois traités avec une sévérité les contraignant à retrouver le droit chemin, bénéficient systématiquement de la culture de l’excuse.
Quand un policier est tué, le Préfet se déplace pour remettre la médaille du mérite national à titre posthume à la famille. Quand il s’agit d’une racaille qui se tue lui-même en entrant dans un transformateur électrique, ou en fonçant seul sur un arbre avec un véhicule volé, son quartier s’embrase, les policiers se font tirer dessus, un ministre se déplace, des fonds sont débloqués et des excuses publiques sont présentées !
La jeunesse, première victime de l’endettement public
La déliquescence de notre mode de vie est général : les grands-parents des jeunes de 2010 pouvaient compter sur des services publics efficaces, gages d’une certaine égalité entre citoyens, quelque soit leurs revenus, quelque soit le lieu de leur domicile. Désormais, pour bénéficier d’une poste ouverte tous les jours, il faut habiter en ville, et pour bénéficier d’un appartement décent, il faut gagner un salaire mirobolant, spécialement ici en PACA. Pour bénéficier d’un logement social, les jeunes Français passeront après les jeunes immigrés qui, une fois installés en France, font venir leur femme et occupent avec leur progéniture les logements sociaux que nous proposons pour notre part de réserver aux Français d’abord.
En 2009, la déficit budgétaire de l’Etat français a été de plus de 140 MM€, il sera de 150 MM€ cette année. La dette totale de l’Etat atteint la somme inimaginable de 1 500 MM€, soit plus plus 50 000 euros par actif occupé. Et c’est sans compter le déficit de la sécurité sociale : 25 MM€ en 2009 et plus de 30 MM€ prévus cette année. Sans compter non plus les collectivités territoriales. A titre d’exemple, la région PACA a multiplié sa dette par plus de deux en 12 ans, passant de 720 M€ en 1998 à près de 1,5 MM€ aujourd’hui !Le remboursement de la dette ajouté aux dépenses de fonctionnement assèche près de 85% du budget régional.
Sur le seul mandat 2004-2010, l’endettement de la Région s’est accru de 45%, les impositions directes par habitants de 73%.
Mais tous ces déficits creusés comme si cela n’était que virtuel, il faudra bien les payer un jour ou l’autre. Et pour ce que nous dépensons aujourd’hui sans compter, ce sont les jeunes et leurs enfants qui devront régler l’addition. Ils devront rembourser les déficits de la sécurité sociale alors qu’ils ne seront eux-mêmes presque plus remboursés pour leurs médicaments. Année après année, leur nombre et leur taux de remboursement est amputé. Ils devront rembourser les dettes de l’Etat pour des investissements et une protection dont ils ne bénéficieront plus.
La jeunesse, première victime du chômage de masse
Et pour l’emploi, les jeunes seront bien aimables de se pousser en faveur des minorités dites « visibles ». Comme l’a déclaré en octobre dernier Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’AREVA : « à compétence égale, on choisira autre chose que le mâle blanc ». Autrement dit, jeunes gens : il nous faut des immigrés à bas salaires, vous les blancs dont les aïeux ont construit la France n’avez comme droit que celui de vous taire ! Non seulement il est interdit de prétendre à une quelconque préférence nationale, mais en plus, une discrimination ethnique dite « positive » s’établit. Elle n’est en réalité que l’autre nom de la préférence étrangère!
Pour la première fois dans l’histoire de la France contemporaine, les jeunes ne peuvent pas attendre un meilleur sort que celui de leurs parents !
Particulièrement vulnérables au marché du travail, les jeunes inexpérimentés et mal instruits sont frappés plus que les autres couches de la population par le fléau du chômage.
Ce chômage, qui atteint en France plus d’un jeune sur 5 alors qu’il ne touche qu’un jeune sur 20 aux Pays-Bas, frappe un jeune sur 4 dans notre Région. Ici, dans les Alpes-Maritimes, les moins de 25 ans sont 40% de plus à fréquenter les pôles emploi qu’il y a un an et demi !
Situation d’autant plus insupportable que les jeunes sont les moins responsables de la situation actuelle, n’en étant acteurs que de fraiche date. Situation intolérable aussi car c’est à cet âge que l’énergie est la plus débordante.Et quand les jeunes travaillent, c’est bien souvent à temps partiel ou pour une durée limitée. Selon une étude de l’INSEE concernant la PACA, ils sont 48%, soit près d’un sur deux, à toucher moins de 900 euros mensuels, quand ils ont la chance de trouver un emploi !
La jeunesse, première bénéficiaire de nos propositions
Alors, pour les jeunes, comme pour l’ensemble des catégories de la population de PACA, nous n’avons certes pas l’ambition de redresser du tout au tout la situation actuelle depuis le seul Conseil régional. Mais nous avons la prétention d’y participer tout de même grâce à des mesures simples, efficaces et de bon sens :Nous nous engageons ainsi à :- Créer une commission régionale pour l’adaptation continuelle des filières d’enseignement technique, afin de leur permettre de coller en permanence à la demande du marché du travail ;
– Favoriser et encourager les réorientations professionnelles par un nouveau dispositif incitatif permettant des formations supplémentaires sans perte de revenu pour le jeune salarié formé ;
– mettre en place une réelle politique tarifaire à l’avantage des moins de 25 ans, notamment pour les bus régionaux et les TER. Cette mesure sera accompagnée de la mise en place de forces de l’ordre dédiées à la sécurité dans les transports en commun régionaux ;
– Participer au financement de postes « d’adjoints techniques de surveillance et de sécurité » dans les lycées à risques sur le modèle des universités, afin de réduire la délinquance scolaire ;
– Pour que les jeunes à la recherche d’un emploi puissent s’y rendre, à l’heure des transports en commun peu sûrs, nous proposerons des partenariats entre la Région et les réseaux d’auto-école, la région proposant de prêter à taux zéro les fonds nécessaires à l’obtention du permis de conduire ;- Développer le prêt étudiant régional pour permettre aux jeunes de faire les études de leur choix même quand leur entourage familial ne peut leur permettre, y compris dans les écoles de commerce ou d’ingénieurs, souvent très onéreuses ;- Créer un « chèque scolaire » qui permettra l’achat des fournitures scolaires, et plus largement des livres dans les librairies du petit commerce. Ce qui permettra également de redynamiser les commerces de centre ville ;
– Créer un « pass-culture » et un « pass -sport » qui ouvrirait droit à des réductions significatives sur les biens culturels ou sportifs afin de donner la chance au maximum de jeunes de ne pas tomber dans la médiocrité physique et culturelle dans laquelle le système les incite à se plonger ;
– Augmenter significativement le budget consacré au logement des étudiants qui n’ont pas la possibilité de continuer à être hébergés chez leurs parents ;
– Faciliter l’accès des jeunes couples au premier logement par des prêts à taux zéro consentis par le Conseil régional.
La jeunesse, notre première raison d’être optimistes
Des efforts particuliers seront donc accordés aux jeunes qui sont à un âge paradoxal : à la fois plus rebelles mais aussi plus influençables.
Or, la jeunesse est soumise aux ravages de la télévision : plus de 3h20 par jour en 2009 ! Si Marx revenait, c’est évidemment la télévision qu’il qualifierait aujourd’hui d’opium du peuple.3h20 de propagande en faveur du métissage généralisé, en faveur de la pornographie, de la culpabilisation mémorielle, 3h20 de jeux débiles, de journaux télévisés dont l’information est superficielle, 3h20 de téléfilms abrutissants, de préférence américains ; 3h20 de rap haineux et souvent anti-blancs. Quel formidable outil de destruction de toute une jeunesse à qui on ôte ainsi ses référents culturels propres, à qui on enlève le gout du sport, le gout de l’échange, le gout de la nature, et de la spiritualité !Ceci ajouté à l’usage des stupéfiants tolérés dans les faits, en particulier du cannabis déjà utilisé par les 2/3 des jeunes, et vous obtenez une jeunesse globalement amorphe, parfaitement malléable et ouverte tous les jours à plusieurs heures de propagande minutieusement choisie. Mais les jeunes disposent de cet incroyable instinct de rébellion qui peut renverser les systèmes établis. Ainsi, alors que le Front National a bénéficié en 2008, dernier chiffre connu, de moins de 1% du temps d’antenne, la tranche de population qui vote le plus pour les candidats du Front National, ce sont pourtant les jeunes…Quelle leçon ! Alors que tout est fait pour leur bourrer le crâne, ils s’y refusent. Dans ces conditions tous les espoirs sont permis !
Je lance aux jeunes le message de ne plus accorder leur confiance à ceux qui ont tout promis mais ont toujours tout renié.Qu’ils ne se perdent pas non plus dans des votes inutiles et marginaux encouragés par le système.
Eux qui sont l’avenir de la France, qu’ils conservent leur instinct d’insoumission. Je les appelle à se rendre aux urnes et à voter pour ceux qui ne leur ont jamais menti. Je les invite donc à voter pour la liste Front National qui leur est présentée dans leur région, comme celle que j’ai l’honneur de conduire en PACA.
Je vous remercie.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :