Accueil > identité nationale, mariani/ump, politique, société, territoires > Régionales : l’UMP réchauffe ses meilleurs plats

Régionales : l’UMP réchauffe ses meilleurs plats

NOUVELOBS.COM – 12.01.2010
.
De la sécurité à l’immigration, le parti présidentiel communique en période électorale sur les sujets récurrents qui ont assuré le succès du parti sans pour autant modifier les situations sur le terrain.
A l’approche des élections régionales, l’UMP ressort de son livre de cuisine électorale les recettes qui lui ont assuré ses meilleurs succès. Lundi 11 janvier, c’est Fadela Amara qui a ainsi arraché des mains de Sarkozy son vieux Kärcher déjà utilisé en 2005 afin de « nettoyer cette violence qui tue nos enfants dans les cités ». Avant un vote, l’image forte marque les esprits et laisse imaginer que l’UMP peut avoir l’efficacité de l’engin en matière de sécurité, même si, en cinq ans, la situation n’a pas vraiment évolué. La sécurité reste pourtant un des thèmes récurrents et fédérateurs de l’UMP à la veille d’une échéance électorale.

Depuis l’affaire « papy Voise »

Avant les élections européennes de 2009, Nicolas Sarkozy a de nouveau multiplié les annonces sur la lutte contre la délinquance. L’ancien ministre de l’Intérieur connaît le sujet sur le bout des ongles. Il l’avait abondamment utilisé lors de sa campagne présidentielle de 2007, rebondissant sur les émeutes à la gare du Nord pour défendre le tout-répressif après avoir supprimé la police de proximité.

Depuis 2002, la sécurité reste le thème central de la droite. Malgré les engagements, l’actualité regorge de faits divers qui permettent à l’UMP de se réapproprier le sujet. En avril 2002, avant la présidentielle, c’est l’agression de « papy Voise » – un retraité de la région d’Orléans – qui avait permis à Jacques Chirac de gloser autour de la sécurité.
Tous fichés

Lorsqu’il est question de sécurité et d’UMP, l’idée de fichiers n’est jamais bien loin. A la veille des régionales 2010, le sujet devient glissant. Le député UMP Jacques-Alain Benisti s’est ainsi senti obligé de dénoncer en octobre dernier la création par décret de deux nouveaux fichiers de police, qui « court-circuite la commission des Lois » de l’Assemblée nationale.

Avant 2010, dès juin dernier, des élus UMP se sont pourtant largement prononcés en faveur du fichage des mineurs de 13 ans afin de lutter avec plus de fermeté contre la délinquance. « Je reste attaché à ce que les mineurs de 13 ans soient fichés », déclarait alors Jacques-Alain Benisti.

Avant celles de 2004, en septembre 2003, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy annonçait son intention de proposer un projet de loi pour créer un « fichier des délinquants sexuels ». L’actualité venait d’offrir l’occasion de rebondir au ministre : l’arrestation à Reims d’un homme de 45 ans suspecté de plusieurs viols avait été laissé en liberté après sa mise en examen en juillet pour des faits d’agression sexuelle sur la fille de son ex-compagne. Cet homme avait par ailleurs purgé dix ans pour viols de 1992 à l’année précédente.

Quelques mois avant les européennes de 2009, l’UMP trouvait le moyen d’agiter en même temps deux de ses vieilles recettes : les fichiers et l’immigration. L’UMP Thierry Mariani proposait d’utiliser les tests ADN en cas de regroupement familial. Le président UMP de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer avait alors souhaité que la constitution de fichiers contenant des données ethniques sur la base de ces tests donne lieu à « un débat assez large ».
Entre le voile et la Turquie

Les craintes liées à l’islam appartiennent elles-aussi aux sujets récurrents des campagnes de l’UMP. Le sujet n’est jamais abordé frontalement, l’angle choisi reste toujours indirect. De plus, véritable coup double, évoquer la Turquie ou le voile permet non seulement d’éveiller l’intérêt des électeurs au sujet de l’islam mais aussi de l’immigration. Ainsi, lors des dernières élections européennes en 2009, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à agiter l’épouvantail de la Turquie, pays de confession musulmane, évoquant sa demande d’adhésion à l’Union européenne : « J’ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. Je crois pouvoir dire qu’une immense majorité des Etats-membres (de l’UE) est sur la position de la France ». Présidentielle en tête, en 2004, Nicolas Sarkozy avait déjà contredit Jacques Chirac sur le sujet, affirmant que « si la Turquie était européenne, ça se saurait. »
Au sujet de l’islam, le voile reste pourtant le sujet favori des campagnes UMP. Les prises de positions actuelles de Jean-François Copé montrent un candidat UMP qui souhaite prendre un peu d’avance, estimant en décembre 2009 qu’une loi pour interdire le voile intégral en France est « indispensable ». Fin 2003, l’UMP s’était déjà emparé du voile avant les élections régionales de 2004. Jacques Chirac prenait alors clairement position contre le port du voile à l’école. « Dans notre enseignement public, la présence du voile a quelque chose d’agressif », déclarait-il alors, se disant favorable à une loi pour encadrer le port du voile : « la laïcité n’est pas négociable ». Lors de son discours d’investiture en janvier 2007, le candidat Nicolas Sarkozy s’était empressé de se ré-emparer du sujet : « La république réelle, c’est quand les filles ne portent pas le voile en classe… »
Les allocations, le sujet qui fâche

Dernier sujet remis au goût du jour par l’UMP, l’absentéisme scolaire revient régulièrement dans les campagnes électorales. La suppression des allocations familiales pour les parents d’élèves absents avait déjà été présentée en décembre 2005 par Dominique de Villepin dans le cadre de son plan pour l’égalité des chances. Le principe a été repris lundi 11 janvier 2009 par le député UMP Eric Ciotti. Les régionales approchent. Avant celles de 2004, le ministre délégué à la Famille Christian Jacob avait pourtant renoncé au dispositif de suspension des prestations familiales en cas d’absentéisme scolaire répété. Christian Jacob avait même supprimé le système en vigueur depuis 1966. La mesure semblait alors trop impopulaire, elle n’avait été « re »présentée qu’en 2005, une fois les élections passées. Avec un gouvernement « d’ouverture », ce type sujet permet rassurer l’électorat classique de l’UMP, ravivant les traditionnels clivages droite-gauche.
(Louis Morice – Nouvelobs.com)

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :