Accueil > bouches du rhône, coppola/fdg/pc, listes, paca, politique, pratique, territoires, vauzelle/ps > Régionales: la gauche aubagnaise partagée

Régionales: la gauche aubagnaise partagée

La Provence – Publié le vendredi 22 janvier 2010 à 11H05

Quel sera le positionnement des élus PCF? La question n’est pas simple. Qui a dit que les élections régionales ne se joueraient pas localement? En tous cas, la perspective du scrutin a déjà une influence sur la vie politique des IXe et Xe circonscriptions. D’abord parce que certains élus, comme Karim Ghendouf à La Ciotat (PCF, Front de gauche), sont déjà en campagne, et prêts à arpenter les marchés.Ensuite, parce que les spéculations vont bon train.

L’accueil plus que chaleureux réservé à Michel Vauzelle, à l’occasion de la cérémonie des voeux du maire, à Aubagne, le 8 janvier, avait des allures de soutien officiel.

De fait, Gilles Aicardi, maire de Cuges, a déjà appelé à voter pour la tête de liste socialiste, et Alain Belviso, président (PCF) de l’Agglo, interrogé récemment, préférait réserver son engagement « pour l’instant je ne soutiens ni le Front de gauche, ni la liste de Vauzelle« , l’objectif principal, restant, à ses yeux, de « battre la droite« .

Car dans les rangs de la gauche aubagnaise, les choses ne sont pas simples. « On attend que les élus se positionnent« , indiquait à l’occasion de ses voeux Patrick Candela, le secrétaire de la section communiste, qui défend bien sûr ardemment le Front de gauche.

Magali Giovanangelli, première adjointe PCF au maire d’Aubagne, de la mouvance Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase) aurait pu figurer sur la liste conduite par Jean-Marc Coppola, mais « les conditions politiques n’étaient pas réunies« .

Pour autant, elle ne sera pas non plus sur celle de Michel Vauzelle « ce n’est qu’une rumeur« , confie-t-elle.

En tous cas au PS aubagnais, on a du mal à avaler que la seule représentante de la section, Stéphanie Harkane, soit placée en 34e position, donc vraisemblablement inéligible. « La section locale a voté contre, même si nous soutiendrons bien sûr la liste« , indique, un peu agacé, Patrick Arnoux, adjoint PS aux Finances et à la Culture.

A quelle équipe les élus communistes aubagnais apporteront leur soutien au premier tour? C’est la question que tout le monde se pose. « On espère que le Front de gauche réussira un rassemblement alternatif« , analyse Alain Belviso.

Une fois de plus, les élus communistes du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, qui marquent depuis les présidentielles leur différence avec la direction du PCF, pourraient se distinguer dans cette campagne.

Une étape de plus dans la construction d’une identité politique propre au bassin aubagnais?

Marie-Cécile BÉRENGER (mcberenger@laprovence-presse.fr)

Advertisements
  1. 17 février 2010 à 2:01

    En PACA, la gauche antilibérale n’a pas réussi ce qu’il a été possible dans d’autres régions : oublier les querelles de clochers pour ne faire entendre qu’un son de cloche dans la bataille des Régionales 2010. Le projet de réforme des collectivités territoriales qui menace l’espace démocratique méritait pourtant une fin de non-recevoir à la hauteur de l’enjeu de ces élections, c’est-à-dire un « non » catégorique amplifié par le rassemblement inédit de celles et ceux qui prétendent incarner une alternative au système capitaliste.

    Depuis son élection, Nicolas Sarkozy a souvent mis en cause le bilan des départements et des régions, les accusant de trop dépenser alors qu’ils réalisent 75% de l’investissement public et ne contribuent que pour 10% à la dette publique. Sans doute la réforme traduit-elle d’abord une volonté de museler l’opposition qui dirige la majorité des régions et des départements et qui pourrait bien gagner, à nouveau les élections régionales en mars prochain.

    La disparition programmée de quelques 3000 élus locaux ouvrirait pour le gouvernement une autoroute pour poursuivre sa politique de casse sociale en faisant tomber les dernières bastions de résistance : communes et départements sont dans la ligne de mire et la charge récente du Tsar Nicolas contre les agents des services publics illustre parfaitement sa volonté d’en finir avec toutes celles et ceux qui pourraient l’empêcher de mener à bien son projet d’une société livrée toute entière aux lois du marché. La tentation permanente de désigner à la vindicte populaire jeunes, musulmans, immigrés, fonctionnaires, élus, retraités, demandeurs d’emplois et sans papiers pour donner le change est non seulement malhonnête mais elle révèle aussi le caractère pernicieux et irresponsable de cette droite qui, dans les pas de son chef, n’a jamais pris la hauteur nécessaire pour gouverner le pays et envisage désormais l’avenir de la France par le petit trou de la lorgnette.

    Face à cela, le front de résistance annoncé à gauche ressemble ici à la guerre des boutons. Tandis que le NPA et le Front de Gauche (Parti communiste, Gauche unitaire et Parti de gauche) se disputent le leadership du mouvement « plus anticapitaliste que moi tu meurs », le PS ajoutant à la discorde dans le rôle de l’amant dans le placard, il se murmure que d’autres listes alternatives s’agitent en coulisses. Le scénario de ces élections est cousu de fil blanc et à moins d’une surprise le Parti socialiste devrait conserver la main dans cette partie de poker menteur où chacun se renvoie la responsabilité de l’échec d’un hypothétique rassemblement. Chez les écolos libéraux, Europe Ecologie devrait aussi tirer son épingle du jeu en surfant sur la vague de sympathie qu’inspire la défense de l’environnement au moment où la planète se tord de douleurs. Pour les lendemains qui chantent, il faudra encore patienter.

    Rencontré sur le marché d’Aubagne, Patrick Candela, le secrétaire de la section local du Parti communiste, parle lui de la nécessité de créer ce qu’il appelle un « front populaire » et regrette les divisions, les atermoiements des uns et les caprices des autres. D’autres résistances ont cependant contrarié le projet d’un rassemblement à la gauche du Parti socialiste à en croire les animateurs de la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique. Difficile en effet d’imaginer que le Parti communiste ne porte aucune responsabilité dans cet échec, lui qui a avec constance et méthode manqué les rendez-vous avec l’Histoire en résistant à sa propre révolution…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :