Accueil > listes, mariani/ump, politique, pratique, territoires > La complainte des alliés de l’UMP à la veille des élections régionales

La complainte des alliés de l’UMP à la veille des élections régionales

LE MONDE | 23.01.10 | 13h56

L’UMP trop gourmande avec ses petits frères ? En pleine négociation sur les listes pour les élections régionales, qui seront officiellement présentées le 30 janvier, les alliés du parti présidentiel donnent de la voix.

Mercredi 20 janvier, le Nouveau Centre du ministre de la défense, Hervé Morin, avait tapé du poing sur la table pour expliquer que l’UMP ne respectait pas les accords nationaux conclus le 24 novembre 2009. Vendredi, la Gauche moderne, le mouvement du secrétaire d’Etat à la justice, Jean-Marie Bockel, estimait à son tour que « le compte n’y est pas ».

Le Nouveau Centre, dans un communiqué de son numéro deux, Jean-Christophe Lagarde, menace de reprendre son autonomie dans certaines régions, s’il n’obtient pas satisfaction. Jean-Marie Bockel préfère, lui, évoquer l’échéance de l’élection présidentielle de 2012. Il souligne que la victoire ne pourra se faire sans « trouver des voix à gauche ».

L’ancien socialiste se présente comme la seule force politique de gauche au sein de la majorité qui reste indépendante, contrairement à Eric Besson qui a intégré la direction de l’UMP. Demandant à « être respecté », il réclame une douzaine de places éligibles sur les listes régionales de la majorité, soit le même quota obtenu par Philippe de Villiers, qui avait rallié à la majorité à l’été 2009.

« LETTRE OUVERTE »

A l’époque, le secrétaire d’Etat à la justice n’avait pas beaucoup apprécié cette ouverture à droite de la majorité. Il l’avait fait savoir avant d’être immédiatement rappelé à l’ordre par le chef de l’Etat. Dans une « lettre ouverte à la majorité » diffusée samedi 23 janvier, Jean-Marie Bockel revient à mots couverts sur le débat pour réclamer une « réforme juste » et expliquer que la droitisation de la majorité ne lui convient pas.

Le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, s’efforce de minimiser ces mouvements d’humeur « classiques » selon lui dans une négociation et affirme que les accords passés seront respectés.

L’exécutif n’apprécie guère ce vent de fronde. Lors de ses voeux, mercredi, François Fillon avait rappelé à l’ordre les membres de sa majorité, leur enjoignant de ne pas « se diviser ». « Je demande à chacun de réfléchir à deux fois avant de prendre des positions à la veille du rendez-vous des régionales, qui serait de nature à diviser la majorité présidentielle », avait-il averti. Le lendemain, lors du petit déjeuner de la majorité, qui rassemble chaque semaine à l’Elysée l’UMP et ses alliés, le chef de l’Etat avait également rappelé à Jean-Marie Bockel et Hervé Morin que cette unité avait permis la victoire de la droite aux élections européennes. Le message n’a pas été bien entendu.

Sophie Landrin

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :