Accueil > bompard/lds, le pen/fn, paca, politique, territoires, var, vauzelle/ps > En campagne dans le Sud-Est, Jean-Marie Le Pen renoue avec les outrances verbales

En campagne dans le Sud-Est, Jean-Marie Le Pen renoue avec les outrances verbales

LE MONDE | 25.01.10 | 13h59

ean-Marie Le Pen a lancé, dimanche 24 janvier, à Toulon, ce qui devrait être sa dernière campagne électorale, cinquante-quatre ans après ses débuts en politique.Devant quelque 700 personnes, la tête de liste FN en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) pour les élections régionales s’est livrée à un discours extrêmement virulent qui renouait avec les accents lepéniens des années 1980. Dimanche, la crise économique – principal axe de la campagne des européennes de 2009 – a été reléguée au second plan et a fait place à la lutte contre l’immigration.

Toulon, ville symbole. C’était, en 1995, la municipalité la plus importante en taille gagnée par le Front national. C’est aussi une ville qui compte une forte population de « rapatriés » d’Algérie. D’ailleurs, avant son meeting, le président du FN est allé déposer une gerbe au monument aux « martyrs de l’Algérie française », à l’appel du Centre national des rapatriés, pour les 50 ans des barricades d’Alger.

Physiquement en forme, le leader de 81 ans n’a pas hésité, dans son discours, à utiliser quelques outrances. « Nous avons amené des dames qui vont pondre », a-t-il lancé, se mettant dans la peau d’un immigré clandestin. Et d’ajouter : « Un cheval qui accouche dans une étable est réputé faire une vache. »

Pour M. Le Pen, « l’immigration est le phénomène historique le plus grave (que la France connaît) depuis qu’elle existe ». Selon lui, tous les malheurs sont dus au « tsunami migratoire ». L’islamisme ? « Fils aîné de l’immigrationnisme. » Comme l’insécurité et le chômage. Les réfugiés kurdes découverts vendredi en Corse ? « Ce sont des délinquants. » Il s’est même essayé au jeu de la politique-fiction. Si le FN arrive un jour aux affaires, « la France n’acceptera plus d’immigrés chez elle et, s’ils viennent, ils ne seront jamais régularisés, jamais naturalisés et ils n’auront droit à aucun avantage social », avant d’estimer que les valeurs de « la famille, du travail, de la patrie ont été dévalorisées » parce que trop rattachées à Vichy.

Drapeaux algériens

En PACA, M. Le Pen doit faire face à la concurrence directe de Jacques Bompard, maire d’Orange et ex-FN, qui pourrait l’empêcher d’accéder au second tour. Membre du MPF de Philippe de Villiers, ce dernier soutient la liste UMP dans la région et mène une liste avec le Bloc identitaire, un parti d’extrême droite. Trois cadres varois du FN viennent d’ailleurs de le rejoindre.

Si un sondage de l’institut Isama, commandé par Michel Vauzelle, tête de liste PS, le donne à 19 %, la plupart des études tablent sur un score entre 10 % et 11 % pour M. Le Pen.

C’est aussi en PACA, où la droite est traditionnellement plus perméable aux idées du Front, qu’a éclaté la polémique sur les drapeaux algériens après la qualification de l’équipe d’Algérie au Mondial (Le Monde du 19 janvier). Le maire de Marseille et sénateur UMP Jean-Claude Gaudin, qui avait alors évoqué un « déferlement » de « musulmans » sur la Canebière, a déclaré au blog du Monde.fr Droite(s) extrême(s), le 18 janvier, que si « Le Pen passe la barre des 10 %, il est clair que cela (leur) rendra la tâche beaucoup plus difficile » pour gagner la région.

Abel Mestre – Lemonde.fr : le blog Droite(s) extrême(s), droites-extremes.blog.lemonde.fr.

La situation financière du FN reste très délicate

Alors que des rumeurs internes parlent d’une situation financière catastrophique, la direction du FN minimise l’ampleur de la situation. Le Parisien du 21 janvier évoquait la saisie de la subvention annuelle attribuée par l’Etat dans le cadre du financement des partis politiques, sur la base des résultats des élections législatives de 2007, soit 1 838 650 euros. Cette somme ira directement à Fernand Le Rachinel, ancien imprimeur du Front et ex-élu du FN, envers qui le parti de Jean-Marie Le Pen a une dette de près de 7 millions d’euros. Selon Wallerand de Saint Just, trésorier du FN, M. Le Rachinel « sera totalement remboursé avec cette saisie qui était prévue. Le reste (5 millions d’euros) est dû aux banques. Et ce sera largement couvert par la vente du Paquebot ». Problème : le Paquebot, ancien siège du FN, n’a toujours pas trouvé preneur, presque deux ans après sa mise en vente.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :