Accueil > mariani/ump, politique > Régionales : Thierry Mariani à la conquête de l’ouest

Régionales : Thierry Mariani à la conquête de l’ouest

La ProvenceAlexandra DUCAMP – 29/01/2010

 

Point presse devant la gare SNCF pour Thierry Mariani (ici avec Jean Chorro et Bruno Genzana). Le chef de file de l'UMP aux régionales a fustigé la politique des transports du président sortant.

On présentera le programme le 14février. On se réserve pour la Saint-Valentin, parce qu’on est des romantiques, nous. » Hier, Thierry Mariani, le chef de file de l’UMP aux régionales et Bernard Deflesselles, tête de liste des Bouches-du-Rhône, menaient une opération séduction sur la cité du Roi René. Tractage sur le marché le matin, serrages de pinces, sourires enjôleurs et le baisemain qui va bien à la militante du Mouvement pour la France qui promet son soutien…

Même si Aix vote toujours au-dessus de la moyenne régionale à droite, l’enjeu est bien de combler le déficit de notoriété de Thierry Mariani -député du Vaucluse mais inconnu notoire, ici- face à l’ancrage d’un président PS aux deux mandats. Et là, dans la stratégie de campagne, on ne fait pas dans les sentiments. D’accord pour la séquence émotion pour la télé nationale devant l’ancienne boîte de nuit, rue de la Verrerie, où le candidat a passé quelques soirées estudiantines -après trois années à l’École militaire, il s’était égayé, pendant une année, à Science Po.

D’accord aussi, et plutôt deux fois qu’une, pour le dézingage ciblé de Michel Vauzelle. « Regardez, sur quatre trains au départ, un est en retard d’une heure, le second de vingt minutes, le troisième est annulé, c’est pas une campagne bien organisée, ça? » Thierry Mariani, planté sous les panneaux d’affichage de la gare SNCF, enchaîne: « Ça peut arriver à tout le monde d’être en retard, sauf que la région Paca a le plus faible taux de régularité. À l’heure où l’on parle d’écologie, de développer des transports en commun, la première chose est de faire en sorte que ça marche. En douze ans, avec 13kilomètres de lignes construites, c’est la région qui a investi le moins. C’est un échec cuisant. »

Et comme il n’y a pas d’usagers à convaincre sur le quai désert, Mariani repasse les plats pour la presse: « La Région passe son temps à réclamer des amendes à la SNCF et inversement, mais c’est l’usager qui subit le préjudice. Le problème n’est pas de savoir qui va gagner un procès ou payer une amende. Nous voulons mettre fin à ce système et que ce soit l’usager qui obtienne une compensation en cas de retard. » « En 2009, 16000 TER ont été annulés, dont 9600 pour faits de grève », rebondit Deflesselles. Et d’assurer que ce sont les communistes Gérard Piel, vice-président en charge des transports et Jean-Marc Coppola, vice-président de la commission ad hoc, qui « incitent les CGTistes à faire grève ». À eux, donc, un « vrai plan de relance des transports ».

Quelques précisions sur le programme ? « Le 14février à Draguignan, on vous a dit. » Et oui, parce que c’est une campagne classique: dans un premier temps, on démonte le bilan (c’est maintenant), dans un second, on fait des propositions. Alors on est à la parade. Le dernier sondage qui donne le sortant socialiste, largement favori? « Vauzelle l’a rêvé, Menucci (le directeur de campagne), l’a fait. » La plus grande notoriétéde Michel Vauzelle? « Les habitants la paient cher », distille Thierry Mariani. « Le préfet a dit qu’à la Région, l’argent déborde des poches. Nous, on dit que ce sont les invitations aux colloques et autres manifestations en tout genre qui débordent de nos poches », raille Deflesselles.

Vauzelle dénonce une campagne de caniveau? « Il s’y est mis tout seul. Nous, on n’a pas de collaborateurs mis en examen. » Le baiser de la mort que pourrait leur infliger le Front national? « Les militants du FN ont compris qu’ils pouvaient être pour la troisième fois la bouée de sauvetage du PS et faire élire, pour quatre ans, des gens qui ont des idées à l’opposé de ce qu’ils pensent. » Dans le sillage des deux prétendants, les deux candidats aixois en position éligible, Jean Chorro (UMP) et Bruno Genzana (NC), Maryse Joissains et une foule d’élus locaux pour jouer les marieuses avec les électeurs. « Mariani, c’est le bon candidat, parce qu’il n’a pas d’état d’âme. Il n’est pas dans les stratégies minables, il veut juste servir et faire bouger le territoire », assure la députée-maire.

La campagne, elle, va vraiment se mettre à bouger à partir du 4février: jeudi à 19h au centre des congrès, Thierry Mariani tiendra sa première réunion publique. « Après, il y aura des meetings tous les soirs, dans chaque département, une campagne téléphonique, des tracts en très grande quantité. Le déficit de notoriété, on le comble en un mois », promet-on. On ira vérifier chez Parli: la patronne de la maison de calissons a accueilli, par hasard mais comme il se doit, le candidat UMP. On a eu beau lui souffler que l’homme était député du Vaucluse, elle lui a demandé, deux fois: « Ah, vous êtes d’Arles? » Personne ne lui a dit que c’est Michel Vauzelle, l’Arlésien.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :