Fonds régionaux, un débat pour la France

L’Humanité – 13/02/2010

Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de gauche en Paca, propose la création d’un fonds d’investissement pour soutenir des projets porteurs d’emplois face à la défaillance des banques.

Marseille, correspondance.

Une proposition du Front de gauche appliquée à un cas pratique  ! Jean-Marc Coppola, tête de liste, et Hélène Le Cacheux, candidate pour le Front de gauche aux régionales en Paca, ont présenté jeudi à Marseille le Fonds régional d’investissement (FRI), un projet destiné à soutenir, face à des banques défaillantes, un mode de développement social, écologique et créateur d’emplois. « Les banques ont créé la crise actuelle, elles ont été gorgées d’argent public et aujourd’hui, elles reviennent à leurs pratiques de financiarisation de l’économie, avec des conséquences concrètes sur l’industrie régionale, estime Pierre Dharréville, secrétaire départemental du PCF. Mais ce n’est pas une fatalité, il existe des solutions et il faut les rendre publiques. »

Rendre l’argent des banques utile socialement

Le FRI permettrait le versement d’aides publiques régionales, sous formes de prêts remboursables, à des entreprises, notamment des PME respectant des normes sociales et environnementales, tout en bonifiant les taux d’intérêt des banques traditionnelles. Il permettrait de rendre l’argent des banques utile socialement et proposerait aux citoyens clients des banques un placement éthique à portée politique. Car l’étranglement financier de l’industrie régionale se poursuit, avec notamment le cas emblématique de NetCacao, dans la vallée de l’Huveaune à Marseille, une entreprise née de la longue lutte des anciens de Nestlé pour la reprise de leur site, que le géant de l’agroalimentaire voulait purement et simplement fermer.

« Aujourd’hui, NetCacao, c’est 183 emplois, une entreprise qui n’est pas en difficulté sur un marché du chocolat en croissance de 2 à 3 % par an, constate Jean-Marc Coppola. L’entreprise est rentable, elle a investi 20 millions d’euros, dont 6 millions pour les normes qualité. Elle a 25 millions d’euros d’actifs et une trésorerie positive. Pourtant, face à la flambée des prix de la fève de cacao, elle a besoin de 3 millions d’euros d’ici à quatre semaines pour son fonds de roulement. Eh bien, aucune banque n’a accepté de prêter cette somme. Certaines d’entre elles ont répondu que NetCacao gagnait certes de l’argent, mais pas assez. Et cette question concerne 350 emplois directs et indirects. Est-ce que le cœur de métier des banquiers est la spéculation ou le soutien à l’économie  ? »

Vice-président du conseil régional en place, Jean-Marc Coppola a écrit à dix banques installées sur la place marseillaise pour leur demander des comptes. Il souligne également que ni l’État, ni les collectivités locales, ni la chambre de commerce et d’industrie ne se sont emparés de ce dossier.

« Il faut une volonté politique pour aider cette entreprise et ses salariés, et le FRI pourrait en être un outil, un puissant levier pour l’économie régionale, poursuit Jean-Marc Coppola. Une gauche digne de ce nom doit prendre ce genre de décision. Élu demain, je réunirai immédiatement les banquiers pour en parler. »

Marc Bussone

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :