« Audit sur les aides aux entreprises »

La Marseillaise – 17 février 2010

Pierre GODARD (NPA). « Nous ne voulons pas combattre une politique puis devoir en voter le budget ».

Chef de file de la liste « Une gauche 100% sociale et écologiste », constituée du NPA et des Alternatifs, Pierre Godard, développe les thèmes sur lesquels il mène sa campagne.
Comment qualifiez-vous votre campagne ?
Tumultueuse et je n’en dirais pas plus pour l’heure…(*)Sinon, notre campagne rencontre une écoute et provoque de nombreux débats. Beaucoup de mes camarades de travail m’en parlent et je suis impressionné par la pertinence de leurs questions.
Qu’est-ce qui a fait obstacle à une union de la gauche radicale ?
Nous avons souhaité ardemment l’union des forces qui s’étaient battues contre le Traité constitutionnel européen. Nous avons buté, lors des tentatives de rédaction d’un texte commun, sur l’exigence du PCF de ne rien écrire qui puisse compromettre son bilan commun avec le PS et leur alliance ultérieure. Nous déplorons ce choix et l’absence d’unité qui nous fragilise tous. Mais nous sommes persuadés que la Gauche de la Gauche ne peut se construire qu’en indépendance du PS et il y a urgence à construire cette force.


Mais vous refusez de participer à la gestion de la Région ?
Ce que nous ne voulons absolument pas faire c’est combattre une orientation politique puis, par solidarité de majorité, devoir en voter le budget. Ce sont des pratiques qui discréditent les forces politiques et amènent un nombre croissant de salariés, de jeunes, à s’éloigner des urnes et du combat au sein des partis politiques. Nous avons payé cher notre indépendance et voulons la préserver. Cela ne veut pas dire que nous n’irons jamais dans des exécutifs. En Languedoc-Roussillon, le NPA est allié avec le Front de Gauche. Si nous devenions majoritaires sur ce programme là, nous ne craindrions pas d’aller aux responsabilités.
Quels sont les axes essentiels de votre campagne ?
Si des électrices et des électeurs nous donnent la chance de pouvoir siéger au Conseil régional, notre première mesure consisterait en un audit sur les nombreuses aides financières aux entreprises privées et, chaque fois que ces aides auront été données à des entreprises bénéficiaires, nous demanderons ce que la loi permet à savoir le remboursement de ces sommes. Avec cet argent, nous constituerons une caisse de soutien aux luttes. Quand une entreprise veut fermer, les salariés trouveront là une aide immédiate pour financer leurs actions, leurs avocats ; et s’ils décident de constituer une coopérative ouvrière, ils y trouveront là une garantie financière. Nous regrettons également que la Région ne soit pas un pare-feu contre le vent fou libéral. Que la Région n’ai pas réservé l’argent public au bien public. Qu’elle ait financé, bien au-delà de la loi, des lycées privés alors que les besoins dans l’enseignement public sont considérables. Qu’elle n’avance pas, en matière de transports, une politique permettant au citoyen de laisser chaque jour davantage sa voiture au garage en créant un syndicat mixte de transport qui allie le train et les réseaux urbains et qui soit, bien sûr, gratuit. Il s’agirait d’une éco-gratuité.    
Propos recueillis par Michel Del Picchia

* Pierre Godard ne souhaitait pas, hier soir, s’exprimer sur le recours pas rapport à la candidate voilée du NPA.

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :