Accueil > dév. durable, miran/aei, paca, politique, société, territoires > Patrice Miran : « Je regrette les divisions écologistes »

Patrice Miran : « Je regrette les divisions écologistes »

La Provence – mercredi 17 février 2010

.

La tête de liste Alliance écologiste indépendante revendique la couleur verte

Patrice Miran était hier à Marseille.– Qu’est-ce qui vous différencie d’Europe Écologie et d’un MoDem s’affirmant écologiste ?
Patrice Miran :
On s’attaque à la racine des problèmes, pas aux symptômes. Sur les transports, on veut un syndicat mixte pour mettre en place le transfert modal du rail à la route et préparer l’ouverture du marché ferroviaire en 2016. On est sur l’analyse des tendances de fond négatives quand les autres sont dans la litanie et les grandes phrases pour attraper le chaland.

– Aucun accord n’était donc possible avec ces mouvements ?
P. M. :
Le sens de notre indépendance vient de là. Sur l’aménagement des espaces agricoles qui reculent ou la surpopulation du littoral, on a des propositions précises. On est sur le fond, pas dans la volonté de faire passer à tout prix l’écologie par un logiciel gauche-droite.

– Vous avez pourtant cherché à vous rapprocher d’eux…
P. M. :…
Europe Écologie nous a abordés, mais leur programme est à côté de la plaque sur la réalité des dossiers. Ils sont sur un positionnement politique face au PS qu’ils veulent dépasser. Alors que les Verts ont voté les délibérations de Vauzelle depuis douze ans. On n’a pas réussi à avoir une discussion sur le fond avec eux. Je regrette les divisions écologistes, mais c’est ainsi.
Quand au MoDem, on a tenté un accord national. Il avait un positionnement de « troisième voie » proche du nôtre. Mais Bayrou dit qu’il s’alliera avec le PS au second tour.

– Pas vous ?
P. M. :… Nous pouvons envisager tous les cas de figure, sauf les extrêmes. Ne pas donner de consigne comme en 2004, s’allier avec le PS ou l’UMP. C’est pédagogique. Le clivage gauche-droite n’a pas lieu d’être. L’écologie est un discours spécifique.

– Mais vos candidats viennent aussi de la gauche, de la droite… comment être indépendant dans une France encore bipolaire ?
P. M. :… On propose depuis 30 ans une gestion écologique qui sort des schémas utilisés à droite comme à gauche. On a effectivement des candidats avec un passé politique. Sans en faire table rase, on se tourne vers l’avenir en s’enrichissant de leur expérience. C’est le cas de Stéphane Salord, à Aix, centriste et entrepreneur. Il apporte une diversité. Tout comme les 23 élus de terrain sur lesquels on s’ancre.

– Fini les « people » comme Francis Lalanne aux Européennes ?
P. M. :… Francis Lalanne a été trois fois candidat et ne débarquait pas comme Laurence Vichnievsky. Il viendra nous soutenir, mais la Région n’est pas l’Europe et on veut un ancrage très régional.

– Pour quel résultat ?
P. M. :… Être dans l’hémicycle pour agir sur nos propositions et inverser les tendances de fond.

Recueilli par François TONNEAU

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :