Brèves de le Buzz

Le Buzz des Régionales – 21/02/2010

Le cadeau des facteurs niçois à Michel Vauzelle

Michel Vauzelle a reçu en cadeau un tee-shirt orange vendredi à Nice. Il ne s’agit pas d’un rapprochement avec le MoDem. C’est un syndicaliste de la Poste qui le lui a offert en souvenir de la longue grève qui a opposé une partie des facteurs niçois à leur direction et qui s’est finalement bien terminée. « Facteur niçois respecté » : c’est ce qu’on pouvait lire sur le tee-shirt. Un slogan en phase avec les propos du président socialiste de la Région venu défendre les services publics dans la capitale azuréenne.
Rédigé par Eric Neri

.

UMP : l’optimisme prudent d’Eric Woerth

Chaude ambiance et grands discours vendredi soir à Marignane où Eric Woerth, ministre du Budget, avait fait le déplacement pour soutenir Thierry Mariani, tête de liste UMP en PACA. « On nous dit qu’on va gagner, a lancé le ministre aux sympathisants rassemblés, mais c’est dans les derniers jours que tout va se jouer. » Un optimisme prudent assorti d’une évidente certitude : « La Région a besoin de quelqu’un qui la tire vers le haut et ça, c’est Thierry Mariani, » concluait Eric Woerth, sous un tonnerre d’applaudissements.
Rédigé par André Fournon

Vauzelle « un peu parisien » au goût de Frêche

Frêche En visite à Beaucaire (Gard), Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, explique, dans un article de La Provence, s’être « arrangé avec Vauzelle » pour les travaux de renforcement des berges du fleuve. Mais, avec Georges Frêche, n’oubliez jamais le coup de griffe après le compliment. « Je l’aime bien Vauzelle, ajoute-t-il aussitôt, mais mon copain, c’est Guérini. Vauzelle est un peu parisien. Et on a quelques comptes à régler avec Paris. » Et dès qu’il pense à Paris, Georges Frêche pense au PS et à Martine Aubry. « Le PS lui a payé un beau voyage à la Réunion, rappelle-t-il, un peu « vachard ». Je suis content pour elle. Elle aime bien les réunions. Je l’aime bien Martine. J’ai même toute la collection. Martine à l’école, les vacances de Martine, etc. » Aux dires des sondages, les électeurs de Languedoc Roussillon aiment bien, à une confortable majorité, celui qui dit ce qu’il pense et « juge les gens à ce qu’ils font ».  « A Paris, ils n’ont pas compris ça, » s’étonne encore Georges Frêche.

Rédigé par André Fournon

Les messages de l’UMP aux sympathisants FN

Mariani Dans la foule des sympathisants UMP qui se pressent aux meetings de soutien à Thierry Mariani (photo ci-contre), 80 à 90% sont totalement acquis à la cause du candidat. Parmi les 10 à 20% d’indécis, combien seront tentés par le vote FN ? Comment les convaincre de voter UMP et éviter une triangulaire fatale entre UMP, PS, FN au second tour ? Voici quelques uns des messages, directs ou subliminaux, lancés à  l’adresse des sympathisants FN, lors d’un meeting de soutien à Thierry Mariani, jeudi en Avignon.

« Voter plus à droite que nous, c’est voter pour le PS ». Marie-Josée Roig, maire d’Avignon, et Jean-Michel Ferrand, tête de liste UMP dans le Vaucluse.

« Le paradoxe, c’est que la très grande majorité des habitants de PACA ne veulent pas de cette majorité socialiste qui en a fait la région la plus endettée de France ». Thierry Mariani, tête de liste UMP.

« Ce qui nous a fait mal, c’est que chaque fois que nous avons été élus dans le passé, plutôt que de mettre en oeuvre la politique de nos électeurs, nous avons fait celle de nos adversaires. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. » Christian Estrosi, ministre de l’Industrie.

« Michel Vauzelle n’a qu’un seul projet : changer le nom de la région. Nous, nous voulons changer de président. » Christian Estrosi, ministre de l’Industrie.

Rédigé par André Fournon

« Cocu, peut-être, mais pas content, » Peyrat appelle à ne pas voter UMP

Peyrat L’ancien sénateur-maire de Nice Jacques Peyrat, qui n’a plus aujourd’hui de mandats électifs, n’a toujours pas digéré de ne pas avoir été investi par l’UMP lors des dernières municipales (Christian Estrosi, le candidat désigné, a remporté l’élection).  Lors d’une réunion de l’Entente républicaine, le mouvement qu’il préside, il a fait feu à volonté sur son ancien parti : «Je vous demande une seule chose : ne vous abstenez pas! Si votre cœur penche à gauche, votez pour Michel Vauzelle. S’il penche à droite, votez pour Jean-Marie Le Pen. Mais, surtout, ne donnez pas plus de puissance à l’UMP. Elle en a déjà assez comme ça ! Ils ont tout fait pour me foutre dehors. Cocu, peut-être, mais pas content !». Rappelons qu’avant de rejoindre le RPR devenu UMP, Jacques Peyrat avait été membre du Front national.

Rédigé par Eric Neri

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :