Accueil > levraud/modem, mariani/ump, paca, politique, société, territoires, transport > Dossier La Marseillaise du 25 février 2010: Transports en PACA (4 articles)

Dossier La Marseillaise du 25 février 2010: Transports en PACA (4 articles)

Deux conceptions

La Marseillaise – 25-02-2010

Il ne faut pas être surpris par la place prise par les TER dans la campagne électorale. C’est que deux conceptions s’affrontent sur l’avenir non seulement du service public ferroviaire mais plus largement de l’ensemble des services publics de proximité. D’un côté, le gouvernement et la droite organisent, avec la bénédiction active de la direction de la SNCF, l’affaiblissement de la société nationale : suppression accélérée d’effectifs de cheminots, priorité aux lignes les plus rentables, liquidation de l’activité du fret. Une stratégie qui prépare la mise en concurrence imposée par l’Union européenne. Après le trafic marchandises et les lignes nationales, le transport régional devra s’y soumettre dans les prochaines années. Malgré ces choix de régression, la gauche a utilisé les lois de décentralisation afin d’offrir une nouvelle vie aux TER et tenter de mettre fin à l’impérialisme de la voiture dans les déplacements. Les résultats sont incontestables, cautionnés d’ailleurs par un récent rapport de la Cour des comptes. Le nombre de passagers a quasi doublé, le matériel roulant et les gares rénovés, les politiques tarifaires démocratisés. Reste que ce renouveau est freiné par les conséquences des orientations nationales qui pénalisent cheminots, usagers et services publics. Sur cette lancée, il reviendra aux prochaines majorités de gauche de ne pas céder aux sirènes de la mise en concurrence et de consolider par tous les moyens l’unité et la qualité du service public. Ce qui n’est pas synonyme de statu-quo. Par exemple, la proposition du Front de gauche en PACA de gratuité ouvre des voies à explorer.
CHRISTIAN DIGNE

.

Regards croisés du Modem et de l’UMP sur les TER

La Marseillaise – 25-02-2010

Photo BI

« Trois milliards qui n’ont pas été mis au bon endroit ».
Yannick CHENEVARD (UMP)


 

Votre avis sur le bilan de la région en terme de transports ?
Yannick CHENEVARD: « Trois milliards investis en dix ans pour 62.000 passagers par jour dans les trains contre 100.000 en 2004. La région a perdu des voyageurs! J’ajoute que 16.000 trains ont été annulés l’an dernier dont 9.600 pour fait de grève et le reste pour des raisons techniques…Les clients des TER désertent. Nous en déduisons que ces trois milliards n’ont pas été mis au bon endroit. Au classement des régions, PACA est une des plus faibles en terme de fréquentation. On nous dit que c’est la faute à la SNCF. Mais si cette dernière était mauvaise, elle le serait partout non ? Ce bilan est regrettable car nous avons besoin de transports collectifs. La réalité c’est qu’en deux mandats la Gauche est loin d’avoir amélioré les choses dans ce domaine. »

Catherine LEVRAUD « Il est mitigé. Le gros échec de la majorité ce sont les TER qui fonctionnent mal avec trop de retards et d’annulations de trains. C’est inadmissible dans une région aussi vaste qui nécessite d’excellents moyens de transports. Nous regrettons, depuis tant d’années, le manque de concertation avec les départements pour permettre la création d’un Pass régional afin que les usagers puissent prendre tout à la fois le train, le bus, le métro et autres modes de transport. De même, le Conseil régional n’a pas mis l’accent sur le développement des pistes cyclables et des parkings pour les deux roues dans l’ensemble des gares. Par ailleurs, malgré la concertation au travers des comités de lignes, l’équipe de Michel Vauzelle a initié très peu de suivi à celle-ci. »

« Les TER fonctionnent mal avec trop de retards et d’annulations »
Catherine LEVRAUD (MoDem)




Vous proposez donc autre chose?
Yannick CHENEVARD « Nous proposons une autorité régionale organisatrice des transports, pour réfléchir à l’entité PACA, et qui, d’ailleurs, ne parlerait pas que du train car la région a aussi des lacunes concernant l’automobile. Bloquée par les élus Verts de sa majorité, la Région n’a pas investi dans un kilomètre d’autoroute alors que l’on sait que les autos seront de plus en plus propres. Nous proposons aussi de développer des réseaux d’intermodalité, un système permettant de passer d’un mode de transport à un autre. Dans cet esprit, nous proposons la création d’un Pass Transports qui permettrait aux voyageurs d’aller du train au métro, du bus au tram, et même au bateau, avec un tarif forcément moins cher. Enfin, nous préconisons des systèmes de vidéo-protection dans toutes les gares et le renforcement de la sécurité dans les transports. »

Catherine LEVRAUD « Nous estimons qu’il faut être beaucoup plus ferme avec la SNCF et utiliser l’Association des Régions de France pour peser sur la SNCF afin que les trains circulent! La Région doit aussi affirmer clairement que la LGV est sa priorité pour désengager le trafic des TER et augmenter leurs cadences. Nous voulons encore que soit développé le maillage territorial avec des bus ou minibus à partir des gares. Nous préconisons également la création d’une centrale régionale de covoiturage ainsi qu’un service régional de location de véhicules en libre-service dans toutes les gares. Enfin, nous souhaitons que le prochain délégué aux transports du Conseil régional soit un ou une élu(e) issu(e) du monde écologiste… »

Propos recueillis par Michel Del Picchia

.

L’étrange paradoxe des trains régionaux

La Marseillaise – 25-02-2010

Malgré les efforts des régions, les cheminots déplorent une dégradation des services rendus. Photo archives RT

L’expression « être à l’heure comme un train de la SNCF » est en passe de ne plus être un lieu commun. Ce qui semble être une simple boutade, mise dans la bouche de Daniel Tourlan (CGT cheminots), sonne comme un cri de colère. « Car, malgré de très grands efforts de développement consentis par la Région Paca et la SNCF depuis 1997, souligne le syndicaliste, qui se sont notamment traduits par une augmentation substantielle du nombre de TER, plus de 25%, soit un parc de 740 rames et la mise en service de nouvelles lignes – Cagnes-Grasse, la ligne d’Aix – le service aux usagers, en termes de service public, a connu une dégradation certaine ». Parallèlement à une aggravation des conditions de travail de toutes les catégories d’agents.
    Cette dégradation du service public, Alain Patouillard, qui participe à un comité de ligne, regroupant représentants du Conseil régional, de la SNCF et des associations d’usagers, la constate quotidiennement. « Grand usager du tain moi-même, je ne peux que me féliciter des efforts auxquels Daniel Tourlan a fait allusion. Mais malgré l’augmentation du nombre de rames, je m’inquiète, en tant que membre du Mouvement national de lutte pour l’Environnement, de la prolifération des camions et voitures particulières sur les routes. Pour éviter le recours aux véhicules, poursuit Alain, il faut donc rendre les trains plus nombreux et plus fiables. Pour ne vous citer qu’un exemple, aujourd’hui, le train entre Toulon et Nice avait une heure de retard. Résultat, comme bien d’autres, j’ai loupé mon rendez-vous. Pour moi, passe encore, mais pour ceux qui ont un patron pointilleux… »
Des décisions qui restent lettre morte
    Les comités de lignes qui sont « des outils de démocratie », comme les qualifie Daniel Tourlan, ont cependant leurs limites. Pour les associations d’usagers, là où le bât blesse, c’est, hormis le peu de fréquences des réunions – 1 ou 2 fois par an – le peu d’incidences qu’elles ont sur la correction des dysfonctionnements. « Ainsi, souligne Alain Pointillard, il n’y a pas de représentants de RFF, pourtant concerné au premier chef pour les investissements. Et si la SNCF est bien présente lors de ces réunions, rares sont les comptes-rendus qui sont rédigés et la plupart des décisions qui sont prises restent lettre morte ».
    Les cheminots réfléchissent donc aujourd’hui à d’autres instances, regroupant toujours l’ensemble des partenaires, mais à caractère plus technique, aptes à faire appliquer les recommandations formulées.
    Des recommandations qui font état de modifications importantes intervenues dans l’organisation même du travail des cheminots. François Tejedor, agent de conduite, déplore la spécialisation à outrance à laquelle sont soumis les membres de sa profession. « Un manque de souplesse qui occasionne de graves dysfonctionnements. Ainsi les agents de conduite sont-ils désormais cantonnés à un seul type de trafic, TER ou trains rapides. Par le passé, souligne-t-il, le personnel était formé de telle manière à pouvoir intervenir de manière polyvalente. Mais la formation fait aujourd’hui défaut ou est en tout cas appréhendée de manière partielle, ce qui entraîne des suppressions de trains, puisque un agent ne peut plus en remplacer un autre, ce qui est le cas lorsqu’un mécanicien tombe malade, par exemple. Cette spécialisation est source d’une perte de productivité et induit des conditions de travail plus astreignantes. Notamment en matière de congés ».
    Les agents de conduite ne sont pas les seuls affectés par le durcissement des conditions de travail qui touche toutes les catégories de personnel. Pour Yves Ingaramo, agent de train, « c’est plutôt dans la façon dont s’exerce notre travail qu’il faut chercher les raisons de cette dégradation. Dans la gestion difficile des suppressions de trains évoquées par François Tejedor, qui provoque la colère des usagers. La sécurité dans les gares laisse aussi à désirer. Et il y a un stress croissant des agents, dû au non remplacement du personnel ».
    En définitive, ce que dénoncent les salariés et leurs organisations syndicales, « c’est la manière dont est gérée la SNCF qui s’apparente de plus en plus à une gestion d’entreprise privée. Avec une volonté flagrante de la direction de refuser de s’asseoir, quand cela est nécessaire autour d’une table de négociations. Quant à l’Etat, actionnaire de la SNCF, il est singulièrement absent sur ce terrain ». Comme si la privatisation de ce grand service public était désormais chose acquise… 

Reportage Gérard Lanux – Photos LM

.

TER-regions : ça roule sur de bons rails

La Marseillaise – 25/02/2010

Transports ferroviaires. La décentralisation a boosté l’utilisation des TER qui se sont modernisés. Leur développement se heurte à la politique du gouvernement et de la SNCF.

De manière un peu surprenante, le dossier s’est imposé comme l’un des points chauds de la campagne électorale. L’avenir des transports régionaux, notamment les TER, fait l’objet de débats passionnés entre la droite et la gauche, notamment sur le rapport entre la région, autorité organisatrice du transport ferroviaire régional, et la SNCF. Les propositions se multiplient, à l’image du Front de gauche qui en région PACAse prononce pour la gratuité de ce mode de transport.
Si cette compétence paraît naturelle aujourd’hui, elle n’appartenait pas au premier paquet d’actions dévolues aux régions lors des premières lois de décentralisation en 1982.
Depuis le vote de la Loi dite SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) votée sous le gouvernement de Lionel Jospin, les régions se sont vu octroyer des compétences dans ce domaine. Le 1er janvier 2002, elles sont devenues officiellement autorités organisatrices du transport ferroviaire régional (Trains Express Régionaux), à l’exception de l’Ile-de-France. (1)
Le rôle de la SNCF
Quelles sont leurs champs d’intervention ? Les régions décident des ouvertures de lignes, des horaires, des tarifs des TER, achète les rames de trains, rénove les gares. En moyenne, elles consacrent entre 15 et 20% de leur budget aux TER.
Quel est le rôle de la SNCF ? La société nationale doit appliquer, avec les moyens qu’elle juge appropriés, les objectifs fixés par la Région. Un contrat d’exploitation signé entre les deux parties fixe chaque année les décisions à mettre en application. En cas de non respect, des pénalités doivent être versées à la Région par la SNCF. En juillet 2009, le montant de cette dernière s’est élevé à 9 millions d’euros en PACA. Même si la domination de l’automobile n’est pas encore remise en cause, la décentralisation a boosté le transport ferroviaire régionale. Selon la SNCF, la part de marché des TER est de 10%, alors qu’elle était de 8% avant 2002.
Pour la période 2002-2007, toujours selon les données de la SNCF, une croissance moyenne du trafic TER de 27% en six ans est constatée pour la France entière (hors Ile-de-France, Corse et DOM). L’augmentation constatée du trafic place la France en tête des pays de l’Union européenne pour la progression des transports régionaux.
Selon un récent rapport de la Cour des comptes, cette progression s’explique « par une recomposition de l’offre » de transports, « la rénovation des gares », « le renouvellement du matériel roulant ». Le texte souligne également que « l’ensemble des autorités organisatrices a largement utilisé la compétence tarifaire comme levier de la politique régionale visant à inciter à l’utilisation du TER ».
Nouvelles tarifications
Ainsi la Région Languedoc-Roussillon a mis en place de nouveaux tarifs, notamment pour les jeunes et les personnes en difficulté. En PACA, une carte solidarité en fonction des revenus a été créée, les demandeurs d’emplois bénéficient de 90% de réduction.
Ce nouvel élan, propre à l’efficacité de la décentralisation, est ralenti par les politiques restrictives du gouvernement et de la direction de la SNCF qui programment notamment des suppressions massives d’emplois de cheminots. Des choix régressifs qui sont à l’origine d’actions revendicatives du personnel de la SNCF.
Alors que les droites régionales mettent en accusation les grévistes, la gauche exige du pouvoir central et de la société nationale qu’ils répondent à leurs responsabilités. « Nous avons affaire à une direction de la SNCF qui, contrairement à la mission de service public confiée, ne respecte pas ses engagements, explique Gérard Piel, vice-président du conseil régional PACA en charge des transports. Elle adopte une attitude de mise en concurrence sur le transport, filialise et supprime des emplois. C’est une catastrophe ! »
C.D

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :