Des écolos « canal historique »

La Marseillaise – 02/03/2010

.

AEI. P. Miran et F. Gamerre veulent une écologie indépendante.

France Gamerre et Patrice Miran. Photo ML THOMAS

« Nous ne sommes pas comme les gens qui ont débarqués au fur et à mesure des scores écolos qui ont monté ».
Le ton est donné. Patrice Miran, tête de liste de l’Alliance Écologiste Indépendante (AEI) en PACA, n’entend pas être confondu avec Europe Écologie, mouvement qu’il accuse de « cambrioler » la maison écologiste. France Gamerre, figure de Génération Écologie et tête de liste dans les Bouches-du-Rhône, y voit quant à elle « un prolongement de la tradition sectaire des Verts ».
Trêve de polémique. Ils sont là pour exposer leur programme. Leur credo ? L’anticipation en matière d’aménagement du territoire. Pour eux le principal défi à relever est celui posé par la concentration démographique croissante sur le littoral méditerranéen. Le traitement des déchets, l’autonomie alimentaire et énergétique de la région, le développement du transport ferroviaire nécessitent pour eux des projets structurels sur 20 ans. Pour accompagner l’ouverture à la concurrence des TER en 2016 ils proposent de rédiger un cahier des charges exigeant et de nouer des partenariats publics-privés pour ouvrir de nouvelles lignes régionales. Opposés à la LGV faite pour des « turbo cadres habitués des avions » les écologistes indépendants veulent aussi développer des « TER des mers ».
France Gamerre, particulièrement attentives aux questions maritimes propose la création d’un parc régional des calanques associant les populations et d’un lycée consacré aux métiers de la mer comme il en existe dans d’autres région. Dernière proposition-phare : la mise en place d’une agence de la biodiversité et de la protection animale pour mener des programmes concertés et créateurs d’emploi. Exemple donné avec fierté par France Gamerre : les récifs artificiels placés dans la rade de Marseille.
Se démarquant une nouvelle fois, les candidats de l’AEI déclarent à propos du projet ITER : « être contre c’est comme être contre un labo de recherche à l’Université, mais pour ce qui est du passage à l’utilisation industrielle c’est une autre affaire ».

Ni gauche ni droite ?

Les deux farouches partisans de l’écologie indépendante ont été élus pour l’un conseiller municipal dans les Alpes Maritimes sur une liste conduite par le MoDem, pour l’autre adjointe au maire UMP de Marseille. Est-ce un indice sur leurs consignes de vote au second tour ? Le tête de liste s’en défend : « il y a aussi des candidats très à gauche sur la liste ». Pour France Gamerre « le capitalisme, le libéralisme, le marxisme sont des idéologies du XIXème siècle aujourd’hui la société à besoin d’écologisme ! ».
Patrice Miran appliquera donc entre les deux tours la « stratégie de la bascule » soutenant la droite ou la gauche en fonction des engagements écologiques pris par chacun. Il espère ainsi sortir son courant politique de « l’isolationnisme », en espérant que ses électeurs n’en attrapent pas le tournis.

LÉo Purguette

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :