Accueil > alpes maritimes, éco/emploi, éducation/formation, dév. durable, jeunesse, paca, politique, société, territoires, transport, vichniewsky/ee > Patrick Allemand : « Le vote Vauzelle est le seul efficace pour dire non à Sarkozy »

Patrick Allemand : « Le vote Vauzelle est le seul efficace pour dire non à Sarkozy »

Métro – 02/03/2010

.

Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritimes

Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritimes

A l’occasion des élections régionales, Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritime, a chatté avec les metronautes.

Bonjour à tous les lecteurs de Metro, aux metronautes.

Vero75 : Bonjour Patrick Allemand, vous pouvez rappeler les 3 grandes lignes de votre programme ?

Il n’y en a pas 3 mais 4… : Résister au changement de société que souhaite opérer Nicolas Sarkozy. Protéger les Alpins, Provençaux et les Azuréens qui, comme l’ensemble des Français sont touchés de plein fouet par la crise économique et sociale. Inventer de nouvelles formes d’action politique, fondées sur la démocratie participative et à l’écoute des préoccupations et des enjeux du moment. Je pense notamment aux questions liées à l’environnement et au développement durable, mais aussi à l’emploi. Ne jamais se résigner, dire aux jeunes par notre projet, qu’ils peuvent avoir un autre avenir que la précarité. C’est le sens notamment d’une de nos propositions qui est la prime de 1000 euros à tout chef d’entreprise qui, à la fin du stage d’un apprenti, lui propose un contrat à durée indéterminée. Rassembler, enfin, l’ensemble des habitants sur un projet lisible et en construire ensemble les applications en renforçant encore la démocratie participative et en tenant notamment des états généraux de la région tous les ans.

Jul : Quels sont les atouts et les failles du PS dans l’histoire de la région pour cette échéance ?

C’est une région qui a ses spécificités, c’est-à-dire une sociologie qui historiquement ne nous est pas favorable, mais qui, en même temps, est très attachée aux valeurs et aux principes républicains, peut-être parce que précisément c’est ici que le Front national a réalisé ses meilleurs scores. Notre atout, c’est d’avoir un tissu important d’élus locaux dans la région et un président de Région qui, très loin d’être sectaire (comme le disent Messieurs Estrosi et Ciotti) a démontré depuis 2 mandats qu’au contraire, il savait se placer au-dessus des partis, faire primer l’intérêt régional. C’est notamment prouvé dans notre département, car le soutien de la Région n’a jamais manqué pour aucun des grands projets.

Richard : Quelle sera votre première action si vous êtes réélu ?

Ce sera de réunir l’ensemble des élus régionaux du département des Alpes-Maritimes pour envisager avec eux les axes prioritaires sur lesquels, à l’intérieur de la Région, portera notre action, au service de notre département.

Sophiedenice : Bonjour Monsieur allemand au niveau des lycées des Alpes-Maritimes, qu’est ce que vous avez prévu de faire ?

La priorité absolue aujourd’hui est la construction du lycée de Drap qui est indispensable pour désengorger les lycées niçois, et en même temps amener un service public de proximité à toute la vallée du Paillon. Sinon, il y a la restructuration du lycée des Eucaliptus, qui sera la plus importante jamais opérée dans la Région, puisque son coût s’élève à 47 millions d’euros. Il y a également la rénovation du lycée Calmette, et enfin, pour tout le département, le choix des premiers lycées qui seront équipés de panneaux photovoltaïques, dans le cadre du grand plan régional de développement des énergies renouvelables.

Mechergui : Moi, je me pose la question suivante : pourquoi, à chaque élection, on sort toujours les dossiers « émigrations », « burqua », « intégration », « identité nationale » ?

La réponse est dans la question… Il s’agit de questions très sensibles sur lesquelles, régulièrement, l’UMP surfe pour tenter de retenir une partie des électeurs du Front national.

Militant 06 : Pour ces élections régionales, vous apportez un soutien indirect, à André Aschieri, qui fut député apparenté non encarté au PS dans le 06.

Absolument pas. Nous avons travaillé ensemble et j’ai le plus grand respect pour l’action passée d’André Aschieri. Mais aujourd’hui, il est pris dans des considérations nationales qui l’ont empêché de venir sur notre liste dès le 1er tour alors que rien ne justifiait deux listes, compte tenu du bilan commun qui est le nôtre à la Région, et qui est reconnu positif pour 65% de ses habitants. A partir de là, il est sur une liste concurrente de celle de Michel Vauzelle et dans cette campagne, je me bats au quotidien pour que la liste de Michel Vauzelle soit le plus haut possible au soir du 14 mars parce que l’enjeu est de donner à notre président de Région le maximum de force et de dynamique. Le vote Vauzelle est le seul vote efficace pour battre l’UMP et dire non à Sarkozy.

PontdAvinhon : J’aurais aimé savoir quelle politique M. Allemand pourrait mettre en oeuvre pour contredire l’UNESCO. L’UNESCO a indiqué que le provençal et le nissart étaient en danger de mort. Le judéo-provençal est mort vers 1972, selon un dictionnaire de sociolinguistique catalan, édité voilà dix années. La richesse linguistique est aussi l’expression de la diversité humaine. Quelle politique linguistique pour le provençal et le nissart sous votre présidence ?

Michel Vauzelle a toujours défendu le provençal en Région Provence Alpes Côte d’Azur. Il est également très sensible à la survie du niçois. Il nous est arrivé d’aider un certain nombre d’associations qui oeuvrent, je dirais même, à la renaissance du niçois.

Laurent : C’est souvent la croix et la bannière pour un adulte qui souhaite trouver des formations. Je crois que c’est votre domaine. Que comptez-vous faire pour améliorer les choses ?

Nous avons créé un grand service public de la formation professionnelle dans lequel chaque année près de 30.000 personnes suivent une formation qualifiante. Cela représente un budget de 340 millions par an, qui est le 1er budget de la Région. Seul un travail en partenariat renforcé avec le pôle emploi permettra d’orienter plus efficacement les adultes qui ont besoin d’une formation professionnelle. Cela est encore plus vrai avec la montée du chômage et la crise économique qui est dure. Et c’est pour répondre le plus justement possible aux besoins que nous venons de créer le dispositif « IRIS » qui permet, pour les salariés victimes de plans sociaux, de bénéficier de possibilités de formations à la carte. C’est donc très souple et individualisé.

Amandine : Pensez vous avoir été assez bien compris par les usagers du TER en ce qui concerne les difficultés rencontrées dans notre région ?

En tout cas, nous faisons, depuis longtemps – et cette campagne nous en donne encore plus l’opportunité – une campagne pédagogique auprès des usagers du TER pour bien préciser ce qui relève de la compétence de la Région et ce qui relève de la responsabilité de la SNCF.
La Région est autorité organisatrice des transports. C’est elle qui investi, rouvre les lignes (comme Cannes Grasse), commande du matériel neuf, demande à la SNCF d’augmenter les fréquences. Il y avait, en 1998, 280 TER par jour qui circulaient dans la région. Il y en a aujourd’hui 700. Par contre, l’exploitation (c’est-à-dire la fiabilité du réseau, les trains annulés, en retard) incombe à la SNCF, qui est prise dans une contradiction entre les orientations du gouvernement qui vont dans le sens de la réduction des effectifs, et les demandes sans cesse croissantes de la Région
c’est la raison pour laquelle je suis plutôt amusé par les critiques à répétition de M. Mariani sur les TER. Parce qu’à chaque fois c’est le procès du gouvernement qu’il fait, et ça nous aide beaucoup !

Julien : Que pensez-vous du Ministre-Maire de Nice Christian Estrosi ?

Je ne peux pas répondre à cette question parce que cela encombrerait le ch@t !

Aurel : Allez-vous encore augmenter les impôts ?

Ce qui compte, c’est le nombre d’euros que le contribuable paie. Or, pour 100 euros de fiscalité locale, 75 vont à la commune et à la communauté urbaine, 23 au département, et seulement 2 euros à la région ! Il n’y a absolument pas de folie fiscale au niveau de la Région. Et c’est ceux là mêmes qui le dénoncent, MM. Estrosi et Ciotti, qui sont à l’origine d’une hausse des impôts locaux sans précédent puisque pour un contribuable niçois soumis à la double peine l’an passé, ce sont en moyenne 200 euros de hausse d’impôts locaux que les familles niçoises ont dû subir pour payer la politique bling bling du maire et je réponds ainsi indirectement à la question précédente de Julien !

Vera : Vous n’avez pas condamné les croix gammées taguées ce week-end à Nice. Vous estimez que ce n’est pas un acte grave ?

C’est un acte très grave, que je condamne également avec la plus grande vigueur. Ce que je ne m’explique pas, c’est qu’avec toutes les caméras de vidéosurveillance et la présence de la police municipale qu’il y a devant la mairie, on n’ait pas encore arrêté les coupables !

Eric : Les loyers sont très chers à Nice. Que pouvez-vous faire en faveur du logement social ?

C’est le maire qui a la responsabilité de la politique de logement social. Il en manque 20.000 à Nice et on a bien compris récemment, lors du vote du plan local de l’habitat, qu’il entérinait le fait de ne jamais respecter la loi SRU. Il faut donc changer le maire ! Quand on pense que sur la ville de Nice il y a plus d’argent affecté aux dépenses de communication, de fêtes et de réceptions (5,2 millions d’euros tout compris) que pour le logement social (4,9 millions). Voilà la réalité des choix budgétaires. La région, quant à elle, met en place une politique d’accompagnement. Nous participons au financement de la construction de nouveaux logements sociaux, à la réhabilitation également, et nous doteront l’établissement public foncier régional d’une enveloppe de 70 millions d’euros par an pour aider les communes à procéder à l’acquisition de terrains pour construire du logement social. Mais encore faut-il que le maire le veuille.

Jul : Pourquoi refusez vous de répondre « directement » à la question sur le maire ? Il faut assumer ses positions !!

Je pense que c’est un homme qui, contrairement au tableau de Ben qu’il y a dans son bureau (« je fais ce que je dis je dis ce que je fais ») fait le contraire de ce qu’il dit, et dit le contraire de ce qu’il fait. Des effets d’annonce, beaucoup de communication, peu de réalisations, des projets visant à satisfaire son ego (euro 2016, JO 2018, promenade des ponchettes, …) très éloignés des besoins et des préoccupations des gens qui veulent un maire qui s’occupe d’eux. Un homme qui n’a aucune parole puisqu’il s’était engagé devant les Niçois à renoncer à être au gouvernement, qu’il s’est empressé de rejoindre une fois l’élection passée, parce qu’il préfère finalement les ors des palais gouvernementaux à sa ville.

Lafouine : A quand également la réhabilitation de la vieille ville ? Un vrai trésor qui mérite un réel investissement de la mairie.

Je suis tout à fait d’accord avec vous. C’est d’ailleurs pourquoi j’avais dans mon projet municipal prévu de construire un dossier pour que le vieux Nice et la colline du château soient inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lafouine : Comment se fait-il que les questions d’ordre écologique soient si peu à l’ordre du jour dans une ville comme Nice qui accueille autant de touristes étrangers. La propreté de la ville laisse sérieusement à désirer. Le tri sélectif des déchets devrait être une priorité, partout dans la ville. Je viens régulièrement dans la vieille ville où les poubelles semblent dater d’une autre époque : des locaux exigus, sales, aucun tri évidemment. Il faudrait une réelle action dans ce sens. Quelle image les étrangers peuvent -ils conserver de la ville ? La propreté est essentielle dans une si belle ville.

C’est un débat municipal, peu en rapport avec l’objet du ch@t d’aujourd’hui. Néanmoins, je vais vous répondre. Faire de Nice une ville propre en 100 jours était un engagement du maire. On voit où nous en sommes aujourd’hui au bout de 100 semaines ! Or, notre ville est un joyau que nous devons absolument protéger, non seulement pour les touristes, comme vous le dites, mais aussi pour les Niçoises et les Niçois qui y vivent au quotidien. Avoir une ville sale, c’est avant tout leur manquer de respect.

Gérald85 : Etes-vous favorable à plus de caméras de surveillance dans les lycées ?

Je n’ai pas de position idéologique là-dessus. Nous installons des caméras de vidéosurveillance non pas de manière systématique, mais lorsque les conseils d’administration, qui sont censés, mieux que personne, connaître les problèmes des établissements, nous les demandent. Les caméras de vidéosurveillance doivent venir en complément de la présence humaine. Ce qui compte avant tout dans les lycées, c’est la présence humaine. Je combats par contre la position de la droite, qui multiplie les caméras de vidéosurveillance pour les substituer à l’humain. C’est une autre conception de la sécurité.

Houra40 : Prévoyez-vous des aides particulières pour nous aider, nous les étudiants ? Pour nous loger notamment.

Oui. Notre projet comprend notamment, pour ceux qui ont des difficultés sociales ou financières, la création d’un contrat autonomie jeunesse qui permettra notamment d’avoir la gratuité dans les TER. Nous prévoyons également de cofinancer la construction de 3000 nouvelles chambres universitaires. Nous prévoyons aussi, sur critères de ressources, une aide au passage du permis de conduire, qui est devenu aujourd’hui un véritable racket et un frein à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, qu’il est de notre responsabilité politique de contribuer à lever.

Amelia : Les sondages vous mettent en tête avec pas mal d’avance. Où en êtes-vous réellement ?

Nulle part ! parce que lorsqu’on prévoit une abstention de près de 50%, les impressions de sondages n’ont pas une grande fiabilité. Néanmoins, il vaut mieux avoir de bons sondages que l’inverse. Ce qui importe aujourd’hui, c’est que ces sondages favorables ne démobilisent pas nos électeurs et, au-delà, tous les républicains qui pourraient penser que cette élection est jouée d’avance alors qu’il faut, au contraire, qu’ils se rendent massivement aux urnes le 14 mars pour voter Vauzelle.

Jul : Entre la pissaladière et la bouillabaisse, Dominique Estrosi-Sassone préfère la pissaladière. Etes vous au moins d’accord là-dessus ?

C’est le genre de démagogie populiste à laquelle je ne me livre pas. Je suis un grand amateur de cuisine niçoise, qu’il s’agisse de pissaladière, de socca, de raviolis ou autres. Mais j’aime la bouillabaisse, les navettes, et tout autres choses, parce que tout simplement j’aime bien manger.

Moderateur metrofrance : Le chat va bientôt prendre fin. Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Patrick Allemand ? Un aspect qui n’aurait pas été évoqué ?

Venez tous au meeting jeudi soir à 19h à Acropolis pour accueillir Michel Vauzelle !

Merci à tous et rendez-vous le 14 mars, dès le 1er tour

Lauren Malka

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :