Accueil > éducation/formation, mariani/ump, paca, politique, préfet/état, société, territoires, vauzelle/ps > Emploi formation: le gouvernement en campagne (3 articles)

Emploi formation: le gouvernement en campagne (3 articles)

Laurent Wauquiez : «L’emploi n’est pas une préoccupation des régions socialistes»

Le Figaro – 03/03/2010

Laurent Wauquiez : «La région Languedoc-Roussillon dépense plus pour sa communication que pour l'apprentissage.» Crédits photo : Le Figaro

Le secrétaire d’État à l’Emploi, Laurent Wauquiez, présente mercredi matin, au côté du secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand, le bilan des régions socialistes sur l’apprentissage.

Quel bilan dressez-vous de l’action des régions dans le domaine de l’emploi ?L’emploi est la première préoccupation des Français, mais pas des régions socialistes. Qu’ont-elles fait ? Rien ou pas grand-chose. Alors même qu’elles disposent de trois leviers majeurs : les aides aux entreprises, la formation des demandeurs d’emplois et l’apprentissage. Les socialistes nous sortent un joli slogan : le bouclier social. Mais depuis six ans, cela a plutôt été l’épée de Damoclès des impôts et de la dette dans les régions.

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, explique que si l’emploi est bien une compétence régionale il ne vient qu’après les transports et les lycées. Que lui répondez-vous ?

C’est trop facile de répondre cela. L’emploi, c’est 30 % des budgets des régions. Pour le moment, la campagne s’est focalisée sur l’anecdotique. Il est temps de parler du bilan des régions socialistes et qu’elles rendent des comptes sur leur action. En 2004, elles avaient fait campagne sur les emplois tremplins. Six ans plus tard, à peine un tiers des emplois promis ont été réalisés.

Que leur reprochez-vous ?

De ne pas tenir leurs engagements. C’est également vrai en matière d’apprentissage. En 2004, les régions socialistes s’étaient engagées à porter à 487 000 le nombre d’apprentis. Fin 2009, elles étaient à 412 000. Ce qui signifie que 75 000 jeunes auraient pu trouver une solution si les régions avaient fait leur travail. L’Ile-de-France est la région française la plus riche mais c’est une de celles où l’apprentissage est le moins développé. Si M. Huchon avait fait le même travail qu’en Alsace, 25 000 jeunes franciliens auraient pu bénéficier d’un contrat d’apprentissage. La région Languedoc-Roussillon dépense plus pour sa communication que pour l’apprentissage. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, près de 30 millions d’euros prévus pour l’apprentissage ont été utilisés à autre chose, notamment aux frais de fonctionnement. Dans le fond, c’est une pratique habituelle. Songez qu’en 2008, sur les 800 millions d’euros octroyés par l’État aux régions, seulement 550 millions ont bel et bien été investis dans l’apprentissage.

Faut-il en conclure que l’ensemble des régions socialistes n’ont rien fait en matière d’emploi ?

Quelques-unes se sont mobilisées. Je pense à la Bretagne, à la Basse-Normandie et au Limousin. Mais globalement, dans la crise, la réponse n’est pas à la hauteur.

Beaucoup d’élus socialistes estiment que le gouvernement a tardé à réagir sur les chômeurs en fin de droit…

Le sujet sera réglé avec les partenaires sociaux d’ici à la fin du mois. Mais je note que les régions socialistes ne font pas la moindre proposition. Sur bien des sujets emploi, elles ont pratiqué la politique de la chaise vide.

Seize ministres sont candidats aux régionales. Pourquoi pas vous ?

Avant d’être élu maire du Puy-en-Velay en 2008, j’avais promis de m’occuper de ma mairie. Je tiens mes engagements. Ne pas être candidat ne m’empêche pas d’être présent dans la campagne.

.

Apprentissage dans les régions PS: Bertrand (UMP) dénonce le bilan et fait des propositions

Le Monde/AFP – 03/03/2010

Le patron de l’UMP, Xavier Bertrand, et le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, ont épinglé mercredi les régions socialistes à propos de leur bilan en matière d’emploi et d’apprentissage et ont présenté les propositions de la majorité pour le scrutin des 14 et 21 mars.

Dans la dernière ligne droite de la campagne régionale, M. Bertrand a présenté lors d’un point-presse l' »emploi comme la priorité numéro un de la majorité », alors que les présidents sortants des régions socialistes défendent leur idée de « bouclier social ».

Pointant un « bilan qui n’est pas à la hauteur des attentes et des exigences des Français », M. Bertrand a rappelé que l’apprentissage et la formation professionnelle étaient les « premières compétences décentralisées aux régions ».

« Benoît Hamon dit que l’emploi n’est pas de la compétence des régions. C’est hallucinant! », « et on se retrouve avec des régions qui ont à peine atteint un tiers des objectifs fixés il y a six ans », a renchéri M. Wauquiez, en citant l’Ile-de-France et PACA.

« Donc c’est un peu trop facile de nous sortir le coup du bouclier social comme un joli slogan, comme un lapin du chapeau au moment de l’élection. Cela fait six ans qu’ils auraient dû le faire », a ajouté le ministre.

« Dans cette campagne, notre objectif est clair: 1 entreprise, 1 apprenti », a poursuivi le secrétaire général du parti majoritaire, qui vise l’objectif de « 200.000 apprentis supplémentaires, à l’issue de la mandature », par rapport aux « 400.000 » existants -600.000 en comptant les contrats de professionnalisation-« .

Le programme de la majorité prévoit à cet effet « trois leviers régionaux ». Le premier, l’aide aux entreprises permettrait de porter à 2.000 euros (contre 1.000 à 1.500 euros actuellement) la prime aux employeurs à la fin de chaque cycle de formation. Il en coûterait à la région « 500 euros par apprenti et par an ».

Une mesure, selon M. Bertrand, « aisément finançable » par une réduction du « train de vie » des exécutifs socialistes et de leurs « budgets de communication ».

Epinglés pour l’explosion de leurs frais généraux de fonctionnement, les Pays-de-la-Loire les ont augmentés de « 136,3 millions entre 2004 et 2009 », une somme suffisante pour financer « un plan apprentissage » et « vidéoprotection » dans les lycées (7,1 millions) et les gares (6,8 millions).

Le deuxième levier proposé par la majorité : « l’aide aux apprentis dans leur vie quotidienne (logement avec des internats étudiants y compris en zones rurales, et accès au CROUS) ».

Pour féminiser l’apprentissage, la majorité propose par ailleurs d’ouvrir de nouvelles filières dans les services aux entreprises et aux personnes.

Enfin, la « mise en cohérence des services régionaux », serait le troisième levier de développement de l’apprentissage, pour « faciliter le montage des contrats en alternance », a précisé M. Bertrand.

.

Attaque de l’UMP sur l’apprentissage en régions: « élucubrations » selon le PS

Le Parisien – 03/03/2010

Marie-Pierre de la Gontrie, porte-parole de la campagne de Jean-Paul Huchon (PS) pour les régionales, a qualifié de « nouvelles élucubrations » les propos du patron de l’UMP Xavier Bertrand et du secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez sur l’apprentissage en Ile-de-France.
Dans la dernière ligne droite de la campagne régionale, M. Bertrand a présenté lors d’un point-presse mercredi l' »emploi comme la priorité numéro un de la majorité », en dénonçant le bilan des régions socialistes en matière d’apprentissage, notamment ceux de l’Ile-de-France et de PACA.

« MM. Wauquiez et Bertrand persistent et signent dans leurs élucubrations sur le bilan de la politique d’apprentissage en Ile-de-France et dans les autres régions gérées par la gauche », a souligné la porte-parole du président sortant d’IdF.
Dans un communiqué mercredi, elle a qualifié leurs propos de « tentative grossière de faire diversion pour masquer la remontée du chômage », estimant que « la droite en difficulté se rabat sur de fausses accusations systématiques pour esquiver son propre échec » au niveau national.
« Plutôt que de chercher des boucs émissaires dans les régions, MM. Bertrand et Wauquiez feraient mieux de s’interroger sur les conséquences désastreuses de la politique du gouvernement », a-t-elle répondu.
« Le nombre d’apprentis dans la Région a augmenté de 62% depuis 1998, de 30% depuis 2004 », a-t-elle rappelé.
Le projet de Jean-Paul Huchon « vise un objectif de 150.000 jeunes en formation par alternance chaque année en Ile-de-France » et prévoit la « création d’une bourse aux contrats en alternance », ou encore un « label +maître d’apprentissage confirmé+ pour chaque employeur ayant suivi une formation dédiée à l’accueil de jeunes apprentis ».
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :