Accueil > coppola/fdg/pc, godard/npa, le pen/fn, levraud/modem, mariani/ump, politique, sondages/analyses, territoires, vauzelle/ps, vichniewsky/ee > Régionales : la gauche créditée de 48 % des voix au 1er tour

Régionales : la gauche créditée de 48 % des voix au 1er tour

Le Monde – 05/03/2010

.

Selon le Baromètre OpinionWay-Fiducial pour Le Figaro, LCI et RTL publié vendredi, la gauche (Front de gauche-PS-Europe Ecologie, DVG) totaliserait 48 % des voix et la droite (UMP, alliés et DVD) 32 % si le premier tour des élections régionales avait lieu dimanche. Selon ce sondage, l’UMP et ses alliés obtiendraient 31 % des suffrages (- 1 par rapport au précédent publié le 20 février), le PS et ses alliés 27 % (+ 1). Europe Ecologie est à 13 %, en baisse d’un point, le Front national est stable à 9 % des intentions de vote. Le Front de gauche gagne un point, à 6 %, le MoDem se situe à 5 % d’intentions de vote (inchangé). Viennent ensuite les listes NPA (3%, +1), DVG (2%, +1), toutes les autres listes (LO, DVD, AEI, autre liste) étant créditées de 1 % des intentions de vote.

14 % des personnes interrogées n’expriment pas d’intention de vote. Par ailleurs, 63 % (- 2) des électeurs affirment qu’ils se prononceront en fonction des enjeux spécifiques à leur région, contre 35 % (+ 2) pour des enjeux nationaux (2 % ne se prononcent pas).

Etude réalisée les 2 et 3 mars en ligne (système Cawi) auprès d’un échantillon de 990 personnes représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales (méthode des quotas). Notice consultable auprès de la commission nationale des sondages.

.

Régionales : l’écart se resserre entre l’UMP et le PS

Le Figaro – 05/03/2010

.

Dans notre baromètre OpinionWay-Fiducial, le parti majoritaire perd un point et ne devance plus le PS que de quatre points.

La campagne officielle des régionales, avec ses panneaux d’affichage devant les mairies et ses clips à la télévision, a commencé lundi. Et ces derniers jours avant le scrutin du 14 mars ne semblent pas bénéficier aux listes de la majorité.

Selon l’étude OpinionWay-Fiducial pour Le Figaro, LCI et RTL réalisée mardi et mercredi, les intentions de vote en faveur de l’UMP et de ses alliés ont reculé d’un point en quinze jours au niveau national. La majorité ne devancerait plus les listes du Parti socialiste que de quatre points, contre six points à la mi-février. Cette évolution contrarie la progression de la droite qu’OpinionWay avait détectée lors de notre dernière étude : entre le 8 et le 18 février, les intentions de vote portant sur les listes de l’UMP avaient progressé de deux points.

Un malheur ne venant jamais seul, toutes les listes qui pourraient constituer des réserves de voix pour la majorité restent stables – au mieux – ou reculent. Les listes «divers droite» qui se portent traditionnellement vers celles de la majorité au second tour perdent deux points. Les listes MoDem, dont les ténors de l’UMP escomptent récupérer «au moins une voix sur deux», restent stables à 5%. Quant au Front national, il stagne à 9% dans cette étude nationale. Un score qui peut augurer de triangulaires douloureuses dans certaines régions où la majorité espère l’emporter (Lorraine, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Centre…) et de réserves de voix trop faibles pour battre la gauche là où le FN ne pourrait se maintenir.

Le PS au plus haut

À l’inverse, le Parti socialiste retrouve son plus haut niveau (27%) depuis le début de nos études sur le scrutin régional. Cette dynamique profite également à la quasi-totalité de la gauche : le Nouveau Parti anticapitaliste d’Olivier Besancenot, le Front de gauche (qui associe le PCF et les mélenchonistes) et les listes divers gauche progressent chacun d’un point. Seules les listes d’Europe Écologie reculent d’un point. Mais elles en avaient gagné quatre en février. Au final, le total des intentions de vote en faveur des partis de l’ancienne gauche plurielle progresse encore de deux points pour atteindre 48%.

L’explication de ce renforcement du PS et de la gauche au détriment de la majorité est peut-être à chercher dans la motivation des électeurs à voter dans dix jours. Parmi les personnes interrogées qui se prononcent pour le PS, 70% expliquent le faire en fonction d’enjeux locaux alors qu’ils n’étaient que 60% il y a deux semaines. À l’inverse, 38% de ceux qui voteraient pour la majorité présidentielle justifient leur choix en fonction d’enjeux nationaux alors qu’ils n’étaient que 24 % le 18 février. L’électorat de gauche se mobilise pour défendre ses présidents sortants, celui de droite se raccroche au président de la République à mesure que les chances de victoires semblent s’éloigner.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :