Accueil > 2nd tour, bompard/lds, bonnet/lo, coppola/fdg/pc, godard/npa, le pen/fn, levraud/modem, mariani/ump, miran/aei, paca, politique, sondages/analyses, territoires, vauzelle/ps, vichniewsky/ee > Sondages 10 mars 2010: TNS/SOFRES (ensemble PACA) et IFOP (Alpes-Maritimes et Var) : 7 articles

Sondages 10 mars 2010: TNS/SOFRES (ensemble PACA) et IFOP (Alpes-Maritimes et Var) : 7 articles

M. Vauzelle conforte sa position de favori en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le Monde – 10/03/2010

.

Quel que soit le scénario, triangulaire avec la droite et le Front national, ou – plus hypothétiquement – duel avec la seule droite, la gauche sortirait victorieuse du second tour de l’élection régionale du 21 mars en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). C’est ce qu’indique un sondage TNS-Sofres/Logica réalisé pour Le Monde, France 2, France 3 et France Inter, du 6 au 8 mars sur un échantillon de 700 personnes selon la méthode des quotas.

Le président (PS) sortant, Michel Vauzelle, qui sollicite un troisième mandat, conforte même sa position par rapport à un premier sondage effectué les 8 et 9 février.

En cas de duel avec le député (UMP) du Vaucluse Thierry Mariani, qui conduit la liste de la majorité présidentielle (UMP, Nouveau Centre, MPF, CPNT), M. Vauzelle recueillerait 55 % des suffrages, contre 45 % à son adversaire. En février, l’enquête le créditait de 53 % des voix, contre 47 % pour M. Mariani.

Dans l’hypothèse où le FN, conduit par Jean-Marie Le Pen, tête de liste régionale en PACA, se maintiendrait au second tour, M. Vauzelle serait encore gagnant avec 51 % des voix, contre 36 % à M. Mariani et 13 % à M. Le Pen. En février, ils étaient crédités de, respectivement, 49 % des intentions de vote, 37 % et 14 %.

D’après le sondage, c’est l’hypothèse de la triangulaire qui devrait prévaloir. Le FN reste en effet crédité de 13 % des intentions de vote au premier tour en PACA, comme lors du sondage réalisé en février. Le seuil pour se maintenir au second tour est de 10 %.

Lors du premier tour des élections régionales de 2004, le FN avait recueilli 22,9 % des voix dans la région – M. Le Pen n’était pas candidat.

A gauche, les intentions de vote pour le premier tour évoluent légèrement. Tout d’abord, M. Vauzelle lâche du terrain : sa liste perd 3 points, à 27 %.

C’est la liste Front de gauche qui semble d’abord en « profiter », gagnant 2 points (6%, contre 4 % lors du sondage réalisé en février), alors que celle d’Europe écologie, menée par Laurence Vichnievsky, gagne 1 point (14%, contre 13 % en février).

La liste de la majorité présidentielle reste stable à 29 % des intentions de vote.

Cliquez sur l’image pour télécharger les résultats complets du sondage TNS/SOFRES

.

Régionales en Paca, la messe est dite ?

marsinfos – 10/03/2010

.

Les derniers sondages se suivent et se ressemblent. Le dernier est tombé ce matin. Il est réalisé par TNS Sofres , LeMonde,  France 3, et Radio France. Une nouvelle fois, Michel Vauzelle ne devrait faire qu’une bouchée du candidat UMP Thierry Mariani, au deuxième tour, soit dans une triangulaire : Michel Vauzelle 51%, Thierry Mariani 36 % et Jean-Marie Le Pen 14%, soit dans un scénario avec un duel, cas de figure assez improbable, et pourtant celui rêvé par l’UMP au début de la campagne. Rien n’y fait, Vauzelle l’emporterait à 55% contre 45% pour ce pauvre Mariani. Vauzelle s’offre même le luxe de progresser de 2 points par rapport au même sondage du mois dernier.

Lisez la suite sur le site de marsinfos

.

1er tour: l’UMP en tête, la gauche bien placée

Nice matin – 10/03/2010

.

Photo : Infographie François-Philippe Langlade

.

La liste conduite par Gaston Franco et Dominique Estrosi-Sassone obtient 32 %. Le total du PS, des Verts et du Front de gauche se monte à 42,5 %

Les leaders, l’UMP et le PS, sont toujours devant, mais ne flambent pas et les outsiders, le Front national et Europe-Ecologie tiennent la forme. Ce sont les deux principaux enseignements que l’on peut tirer du sondage IFOP/Nice-Matin sur le premier tour des régionales dans les A.-M.
Avec 32 % la liste UMP et majorité présidentielle, conduite dans notre département par le tandem Gaston Franco et Dominique Estrosi-Sassone se place largement en tête.

Mais ne disposant pas de véritable réserve de voix au 2nd tour, l’union ayant été faite dès le 1er tour, elle devra dimanche réaliser un meilleur score si elle veut enclencher une véritable dynamique pour le 21 mars. Pour faire basculer le résultat Christian Estrosi, qui a déjà participé à de nombreux meetings, s’engage un peu plus encore en défiant Michel Vauzelle et en personnalisant la campagne sur son nom (lire par ailleurs). D’ores et déjà, la droite est créditée d’un meilleur score que celui réalisé en 2004 au 1er tour par la liste UMP-UDF (29,28 %).
Le PS avec 22 % n’atteint pas les 30,94 % du 1er tour de 2004, mais à l’époque, il avait fait l’union d’entrée avec le PC et les Verts. Patrick Allemand peut donc être relativement satisfait de son résultat même s’il ne devance que de 7 points la liste Europe-Ecologie (15 %) conduite par André Aschieri, l’emblématique maire de Mouans-Sartoux. Sans préjuger du score sur l’ensemble de la Région, la poussée des écologistes risque de rendre les négociations serrées entre les deux tours.
Autre futur allié du 2nd tour, le Front de gauche (PC, Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et Gauche unitaire), dont la liste est menée par Gérard Piel, passe la barre des 5 %. Il a désormais de bonnes chances d’en faire de même dimanche sur l’ensemble de la région, ce qui lui ouvre le droit à une fusion avec le PS et les Verts. Avec un total de 42,5 % au 1er tour, PS, Verts et Front de gauche affichent un score dans les A.-M. qui les place en bonne position pour le 21 mars.
FN : loin des sommets de 2004 mais dans la course

Le Front national est, avec 16,5 %, loin des sommets du 1er tour de 2004 : près de 25 % dans notre département. Mais après son échec des présidentielles, il continue à reprendre des couleurs dans le droit fil des Européennes. Il bénéficie, il est vrai, d’une tête de liste de premier plan dans les A.-M. : son président Jean-Marie Le Pen.
Pour les autres listes, le scrutin de dimanche s’annonce difficile. Toutes vont lutter pour réaliser dans les A.-M., mais surtout en moyenne régionale, plus de 5 %. Un chiffre symbolique qui permet de fusionner, mais aussi une barre au-dessus de laquelle les frais de campagne sont remboursés.

.

Premier tour : droite et gauche à égalité dans le Var

Var matin – 10/03/2010

.

Photo : Infographie François Philippe Langlade

.

Dans un pays où la droite vacille et s’inquiète, un département résiste… Et donne à son « homme fort » 39 % des intentions de vote au 1er tour.

Une sorte de prouesse signée Hubert Falco. A quatre jours du scrutin, le sondage départemental réalisé par l’Ifop pour « Var-matin » et « Nice-Matin » confirme certes les tendances dessinées par les autres études d’opinion.

Mais surprend par l’ampleur du score réalisé par le maire de Toulon. Lequel, contrairement à ses collègues, ne semble pas « payer » son appartenance au gouvernement de Nicolas Sarkozy. Là où les candidats vedettes de l’UMP rassemblent au pire 24 % des intentions de vote et au grand maximum 30 % voire 32 %, la tête de liste varoise de la majorité présidentielle caracole à près de 40 %…
Négociations en vue

Un « effet Falco » que la gauche redoutait. Ce n’est pas pour rien que Nicolas Sarkozy avait voulu faire de la « locomotive Falco » le leader de la droite aux régionales !
L’autre surprise de notre sondage, c’est la poussée de la gauche. Pour la 1re fois depuis… très très longtemps, notre sondage place la gauche à égalité avec la droite. La gauche s’entendant ici « rassemblée », comme lors des deux dernières régionales. En comptant les scores du PS, d’Europe écologie et du Front de gauche, ces trois formations rassemblent 39  % des intentions de vote. Exactement le même résultat que la liste Falco.
Au sein de la gauche, on se penchera aussi sur la performance du Front de gauche, auquel le sondage effectué auprès des Varois donne l’un de ses meilleurs scores (7,5 %). Et sur celui d’Europe écologie : 12,5 %. Soit 20 % des intentions de vote pour les futurs alliés de Michel Vauzelle. Si les électeurs venaient à confirmer cette tendance, les négociations entre les deux tours pour la composition de la liste Vauzelle promettraient d’être, comment dire ?, animées.

.

En Ile-de-France et en PACA, la gauche part très largement favorite

Le Monde – 10/03/2010

.

Une large victoire de la gauche se confirme en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) comme en Ile-de-France, selon une deuxième vague d’enquête TNS-Sofres-Logica pour Le Monde, France 2, France 3 et France Inter, réalisée du 6 au 8 mars sur deux échantillons représentatifs de 700 personnes (méthode des quotas).

En Ile-de-France, cette victoire serait même nettement amplifiée. Au premier tour, la liste conduite par le président sortant, Jean-Paul Huchon (PS), confirmerait son score de 26 % des intentions de vote, mais Europe Ecologie gagnerait 4 points, passant de 14 % à 18 % – ce qui rapprocherait les écologistes d’Ile-de-France de leur score des européennes (20,8 %). Le Front de gauche (7 %) se maintiendrait, l’extrême gauche également (7 %).

La droite et l’extrême droite, en revanche, subiraient une légère érosion : de 32 % à 30 % pour la liste UMP conduite par Valérie Pécresse, de 5 % à 4 % pour le FN.

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche semble subir le contrecoup des ratés récents de sa campagne. « L’électorat francilien de l’UMP paraît démobilisé, moins certain que d’habitude d’aller voter », observe Brice Teinturier, directeur général adjoint de TNS-Sofres. Au second tour, la gauche l’emporterait avec 60 % des intentions de vote (+ 2 points) contre 40 % à la droite.

En PACA, au premier tour, le rapport de forces gauche-droite reste en faveur de la gauche, mais celle-ci subit une recomposition légère, au bénéfice des partenaires de second tour du PS, le Front de gauche (+ 2 points) et Europe Ecologie (+ 1 point). A droite, les scores n’ont pas bougé depuis la première enquête : 29 % pour la liste UMP conduite par Thierry Mariani, 13 % pour le FN. Au second tour, en PACA, la gauche l’emporterait dans les deux hypothèses, celle d’une triangulaire avec le FN (51 % contre 36 % à la liste UMP et 13 % à celle de Jean-Marie Le Pen) comme celle d’un duel gauche-droite (55 % contre 45 %).

« Désapprobation »

Alors que la droite, faute de réserves, fait quasiment le plein d’intentions de vote au premier tour, les transferts entre les deux tours donnent l’avantage à la gauche. Celle-ci a des réserves et parvient à les mobiliser. Les électeurs déclarés du Front de gauche sont ainsi 92 % en PACA et 83 % en Ile-de-France à se déclarer prêt à rallier la liste conduite par le PS au second tour ; ceux d’Europe Ecologie respectivement 80 % et 85 % à envisager la même chose.

Dans les deux régions, l’intérêt pour le scrutin augmente à mesure que se rapproche l’échéance mais il reste assez faible (57 %). De la même manière, la sûreté de choix des électeurs s’affirme, gagnant 5 points en Ile-de-France (63 %) comme en PACA (62 %). Les résultats à cette question sont nettement partagés en Ile-de-France, avec 81 % des électeurs potentiels de l’UMP s’affirmant « sûrs de leur choix » contre 66 % de ceux du PS, 63 % de ceux du Front de gauche et 51 % de ceux d’Europe Ecologie. Ils sont plus fluctuants en PACA où les partisans de l’UMP ne sont « sûrs de leur choix » qu’à 65 % (soit 3 points de moins que dans la première enquête).

Les personnes interrogées n’ont, par ailleurs, pas changé d’attitude : elles sont toujours, dans les deux régions, près de 40 % à prévoir de se déterminer « en fonction des problèmes nationaux », 29 % d’entre elles souhaitant exprimer leur « désapprobation » à l’égard de Nicolas Sarkozy et du gouvernement.

Christine Garin

.

Régionales : les sondages votent tous pour Michel Vauzelle

La Provence – 10/03/2010

.

Depuis le début de la campagne des élections régionales, de nombreuses enquêtes d’opinion ont été réalisées en Paca. Certaines ont été rendues publiques, LaProvence.com s’en est procuré d’autres. Récapitulatif de ces sondages qui témoignent des difficulté

Début octobre, l’UMP a fait réaliser un sondage confidentiel, afin de l’aider à choisir son candidat, Hubert Falco venant de jeter l’éponge. L’UMP obtenait entre 32 et 36% selon le candidat (le maire de Toulon signant le meilleur score), le PS oscillait entre 27 et 29%, Europe écologie était à 14%, le FN était déjà entre 12 et 14%… Au second tour, Michel Vauzelle obtenait 56% contre 44% pour l’UMP.Fin octobre, juste après la désignation de Thierry Mariani par l’UMP, Le Figaro a publié un sondage réalisé par OpinionWay. Vauzelle : 31%. Mariani : 24%. Vichnievsky : 13%. Le Pen : 12%. MoDem (avec François-Xavier de Peretti) : 7%. Miran : 5%. Coppola (Front de gauche) : 4%. LO : 2%. NPA : 1%. Ligue du Sud : 1%. N’expriment pas d’intentions de vote : 21%. Second tour en triangulaire : 50% pour Vauzelle, 37% pour Mariani, 13% pour Le Pen. Second tour en duel : 56% pour Vauzelle, 44% pour Mariani.

Le 20 janvier, l’équipe Vauzelle a rendu publique une étude qu’elle a commandée à l’institut iSama. Au premier tour, Michel Vauzelle virait en tête, avec 30% pour le président PS du Conseil régional, devant Thierry Mariani (28%), Jean-Marie Le Pen (19%), Laurence Vichnievsky (Europe écologie, 9%), le Front de gauche (4%), le MoDem (3%), la Ligue du Sud (3%), le NPA (2%), l’Alliance écologiste indépendante (1%) et Lutte ouvrière (1%). Au second tour, en triangulaire, Michel Vauzelle obtenait 48%, Thierry Mariani 34% et Jean-Marie Le Pen 18%. En duel, Vauzelle devançait largement Thierry Mariani, avec 56% contre 44%.

Début février, l’Alliance écologiste indépendante (AIE) a commandé un sondage auprès d’Opinionway, afin de tester divers scénarios d’alliance en vue du premier tour. Dans la configuration la plus classique, l’enquête d’opinion mettait à égalité à 27% Michel Vauzelle (PS) et Thierry Mariani (UMP), et octroyait 14% au FN, 13% à Europe Ecologie, 4% à l’Alliance écologiste indépendante, au Front de gauche et au MoDem. Le NPA suivait à 3%, l’Alliance centriste était à 2%, la Ligue du sud à 1% tout comme Lutte ouvrière.

Pour une étude Opinionway publiée le 10 février par Le Figaro, avec 30% des intentions de vote, l’UMP Thierry Mariani passe devant Michel Vauzelle au premier tour (24%). La liste conduite par Jean-Marie Le Pen serait à 15%. Derrière, les Verts occupent la quatrième place avec 13%, devant la liste du Front de gauche (6%) et l’Alliance écologiste indépendante (4%). Le MoDem n’obtiendrait que 3%. Suivraient le NPA à 2% et Lutte ouvrière, l’Alliance centriste et la Ligue du sud. Au second tour, en cas de triangulaire, une liste conduite par Michel Vauzelle arriverait en tête avec 44% des voix, celle de Thierry Mariani est à 41% et celle de Jean-Marie Le Pen à 15%.

Le 11 février, Le Monde, en partenariat avec France 3 et Radio France publie une enquête d’opinion TNS Sofres . Selon cette nouvelle étude, la liste de M. Vauzelle l’emporterait au premier tour avec 30% des intentions de vote, un point devant son adversaire UMP qui rassemblerait lui 29%. En troisième position, le président du Front National Jean-Marie Le Pen et la chef de liste d’Europe Ecologie, Laurence Vichnievsky, feraient jeu égal avec 13% des voix. Parmi les huit autres listes en compétition, aucune ne franchirait le seuil des 5% nécessaire pour se maintenir au second tour. Le Front de Gauche (PCF et Parti de Gauche) de Jean-Marc Coppola obtiendrait 4%, l’Alliance écologiste indépendante 3% devant le Modem 2%, la Ligue du Sud de Jacques Bompard 2%, Lutte Ouvrière 2% et le NPA 1%. Au second tour, Michel Vauzelle devancerait ses concurrents avec 49% d’intentions de vote, contre 37 % pour Thierry Mariani et 14% pour Jean-Marie Le Pen.

Selon un sondage Ifop pour Paris Match et La Provence (publié le 24 février), au second tour, la liste emmenée par le président sortant l’emporterait avec 13 points d’avance sur l’UMP Thierry Mariani (49% contre 36%) dans le cadre d’une triangulaire avec Jean-Marie Le Pen (15%). Au premier tour, le député UMP du Vaucluse devance d’un point le favori socialiste (29% contre 28%). Le FN obtient 16% alors que Laurence Vichnievesky, chef de file d’Europe-Ecologie, recueillerait 12%. La liste Front de gauche pilotée par le communiste Jean-Marc Coppola confirme sa bonne tenue avec 6,5% des intentions de vote. Enfin, ce sondage signe la marginalisation, avec 2,5%, du MoDem.

Selon un sondage TNS Sofres réalisé pour France 3 et Le Monde, rendu public le 10 mars, Michel Vauzelle confirme sa domination dans les enquêtes d’opinion. Au 1er tour, Mariani (UMP) obtient 29% devant Vauzelle (PS, 27%), Vichnievsky (Europe écologie, 14%), Le Pen (FN, 13%), Coppola (Front de gauche, 6%), Levraud (MoDem, 4%), Miran (AEI, 2%), Bompard (Ligue du Sud, 2%) et LO et NPA à 1,5%. Au 2nd tour, Vauzelle avec 51% bat Mariani (36%) et Le Pen (13%). En duel, Vauzelle (55%) devance Mariani (45%).

Le 10 mars, un sondage réalisé par l’Ifop pour « Var-matin » s’intéresse uniquement au Var. Avec deux enseignements de taille, un effet Falco qui permet à la liste UMP d’obtenir 39% dans le département et une forte poussée de la gauche (PS : 19%, Europe écologie 12,5%, Front de gauche 7,5%). Le Front national est à 13% et le MoDem est à 2,5%. Derrière, l’AEI et le NPA sont à 2%, LO (1%) et la Ligue du sud (1,5%) ferment la marche. Un autre étude réalisée par le même institut pour « Nice-Matin » dans les Alpes-Maritimes donne la liste UMP conduite par Gaston Franco et Dominique Estrosi-Sassone à 32%, alors que le total du PS, des Verts et du Front de gauche se monte à 42,5%. Le Front national, lui, est à 16,5%. Loin derrière, le MoDem est à 3,5%.

.

Éternelles tribulations

Dna – 10/03/2010

Toujours puissant dans la région, le Front national, avec Jean-Marie Le Pen, devrait faciliter la réélection du sortant PS Michel Vauzelle. Mais les appétits pour prendre la mairie de Marseille en 2014 dévorent la campagne, à gauche comme à droite.

Aucune élection n’est ordinaire en PACA et ces régionales 2010 ne dérogeront pas à la règle même si elles s’annoncent plutôt moins serrées que d’habitude.
Une fois encore, les clés du scrutin sont à chercher dans les secrets d’un meuble politique à multiples tiroirs où se cachent ambitions complexes et rivalités implacables. Et une fois encore, le Front national sera un rouage essentiel d’un mécanisme sans mode d’emploi même s’il n’est plus tout à fait ce qu’il était.

Une bagarre de vieux crocodiles

A 82 ans, Jean-Marie Le Pen engage ici son ultime combat et si le score que lui prédisent les derniers sondages (16 %) est en baisse par rapport aux résultats obtenus par son chef de file, Guy Macary, en 2004 (22,95 % au premier tour, 21 % au second), il reste suffisamment élevé pour contrarier les espérances de reconquête de la droite provençale.
Pour tenter de récupérer dès le premier tour une partie de l’électorat frontiste, l’UMP a choisi Thierry Mariani, l’un des parlementaires les plus en pointe sur les questions de sécurité et la répression de l’immigration clandestine. Combatif, le député du Vaucluse, manque de notoriété dans une compétition de poids lourds. Encore un peu tendre dans cette bagarre de vieux crocodiles, c’est sans complexes qu’il tend la main aux électeurs frontistes en appelant à un vote utile dans une région où la droite a été assez nettement majoritaire en voix à toutes les dernières élections.
Dans la perspective d’une inévitable triangulaire, le sortant PS, Michel Vauzelle, reste assez nettement favori. Au moment d’entreprendre un troisième mandat, il est affaibli, pourtant, par les divisions dans son propre camp et, plus encore, par les investigations judiciaires qui visent son entourage immédiat. Une enquête a été ouverte, en effet, pour détournement de fonds publics et escroqueries concernant 700.000 euros de subventions du conseil régional. Le président, ancien garde des sceaux, affirme qu’il a lui même saisi la justice et il n’est pas mis en cause, mais ce sont bien deux de ses proches collaborateurs, aujourd’hui placardisés, qui sont mis en examen… Cela fait tout de même désordre… et cela risque de perturber la fusion des listes pour le second tour. L’ancienne magistrate spécialiste des affaires, Laurence Vichnievski, qui a pris la tête des troupes d’Europe Écologie ayant annoncé que jamais, ô grand jamais, elle ne ferait équipe commune avec des élus soupçonnés d’irrégularités…
Mais derrière ces régionales se profile déjà un enjeu autrement plus important : la succession de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille en 2014. Dans chaque camp on se place. A droite, Renaud Muselier, directeur de campagne de Mariani et premier adjoint du maire, bétonne son statut d’héritier aujourd’hui contesté. A gauche, Patrick Menucci, directeur de campagne de Vauzelle, veut couper l’herbe sous le pied de Jean-Noël Guérini, le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône qui s’est emparé de la puissante fédération socialiste du département. La partie de billard à trois bandes engagée sur les trois côtés du Vieux Port peut faire des dégâts imprévisibles.

Olivier Picard

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :