Accueil > éco/emploi, éducation/formation, dév. durable, jeunesse, paca, politique, société, sport, territoires, transport, vauzelle/ps > Les dépenses poste par poste, région par région

Les dépenses poste par poste, région par région

Le Nouvel Obs – 11/03/2010

.

Pour Le Nouvel Observateur, l’agence Public Evaluation System, spécialisée dans la notation des collectivités territoriales, a analysé les comptes administratifs 2008 des 22 régions métropolitaines.

Où passe l’argent des régions ? Pour Le Nouvel Observateur, l’agence Public Evaluation System spécialisée dans la notation des collectivités territoriales a analysé les comptes administratifs 2008 des 22 régions métropolitaines. Les dépenses retenues sont les dépenses d’intervention. Distinctes des dépenses d’investissement et des dépenses de remboursement de la dette, elles reflètent l’activité récurrente de la collectivité et ses obligations futures. Dans chaque domaine, les montants ont été rapportés au nombre de bénéficiaires – habitants, voyageurs ou lycéens – afin de permettre une comparaison entre les régions.
Toutes ont les mêmes obligations de base le développement économique, la formation professionnelle, l’enseignement secondaire, les transports ferroviaires… -, mais de sensibles différences se font jour. Apprenez à décoder la gestion de votre région.

Des fonctionnaires, mais pas trop

Les dépenses d’administration (personnel, communication, locations immobilières, prestations de services… ) constituent un poste très surveillé. La Bourgogne et la Lorraine, régions les plus sobres, n’y consacrent que 7,8% de l’ensemble de leurs dépenses d’intervention. L’augmentation globale des effectifs régionaux, passés de 11.000 à 68.000 agents de 2004 à 2009, est principalement due à la récupération de 51.000 techniciens et ouvriers de services (TOS) de l’Education nationale. Mais les régions n’emploient que 4% du personnel total des collectivités locales.

Des lycées tout neufs

Une région, faiblement peuplée, des lycéens en moins grand nombre qu’ailleurs : voilà en grande partie pourquoi le Limousin arrive en tête des dépenses par lycéen. L’enseignement secondaire, c’est, en effet, quelle que soit l’importance de la population concernée, des coûts fixes incontournables et, dans les régions très rurales, des frais supplémentaires pour assurer l’hébergement (internat) par exemple. S’ajoutent, comme ailleurs souvent, des politiques spécifiques du type gratuité des livres, aides aux élèves des lycées professionnels pour acheter leur outillage, etc.

La chance aux apprentis

Pas de doute, c’est dans les Pays de la Loire, en Haute et en Basse-Normandie que l’on affiche pour la formation professionnelle et l’apprentissage le choix le plus net. Cela ne veut pas dire que les autres régions ne bichonnent pas leurs apprentis. L’Auvergne, par exemple, qui consacre à chacun 5.246 euros. Deux fois plus qu’en Paca par exemple. Mais entre les deux il y a un chiffre à prendre en considération : avec ses 33 173 apprentis, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur peut réaliser des économies d’échelle bien supérieures à celles de l’Auvergne sur ses 8 113 apprentis.

 

Une goutte d’eau dans l’éco

Face à la crise, les régions voudraient bien s’ériger en rempart. Mais leurs moyens demeurent limités : elles ne consacrent en moyenne que 6,2% de leurs dépenses d’intervention au développement économique. Le Languedoc-Rousillon, la Bretagne et le Limousin consentent les plus gros efforts. Le montant de ces interventions rapporté à 1 000 euros de la valeur ajoutée régionale (hors éducation, santé et administration) permet de mesurer l’efficacité des aides accordées aux entreprises et à l’emploi. A l’évidence, l’Ile-de-France est avantagée par son dynamisme et son attractivité.

 

Très chers TER

Le ratio des dépenses rapportées au kilomètre parcouru par 1 000 voyageurs permet d’apprécier la « rentabilité » des TER (transport express régional). La faiblesse des coûts en Ile-de-France s’explique par un effet de la densité urbaine (940 habitants au kilomètre carré). A contrario, la région Picardie, dont une large partie du territoire est tournée vers la capitale, doit engager des dépenses d’intervention élevées. La dépense est souvent importante pour les régions rurales, à l’exception des régions comme le Poitou-Charentes et la Bretagne, où les TER demeurent moins développés.

La bataille du territoire

Vaste domaine qui s’entremêle parfois avec celui de l’environnement ou des transports, l’aménagement du territoire recouvre une myriade d’actions : aides à la diversification agricole, réhabilitation de logements, incitations à la rénovation de coeur de petits villages, haut débit. La région Centre affiche ses priorités dans ce domaine, suivie de l’Ile-de-France et de l’Auvergne, qui a notamment beaucoup investi dans le haut débit.

 

Tous écolos

Hors Corse, dont les dépenses par habitant sont d’autant plus lourdes que la population y est faible, la palme de l’investissement « vert » revient au Languedoc-Roussillon suivi de l’Ile-de-France. Mais attention, cela ne donne pas forcément la mesure d’une implication durable. Si l’on ne s’en tient qu’aux dépenses de fonctionnement, c’est alors la région Poitou-Charentes qui se distingue.

 

L’art de la subvention

Le montant des dépenses par tête en Corse pèse d’autant plus que celle-ci est faiblement peuplée (moins de 300.000 habitants). Le pourcentage du budget d’intervention consacré à la culture, aux sports et aux loisirs est plus révélateur. Le Languedoc-Roussillon se distingue nettement, surtout dans les dépenses culturelles. Dernière initiative en date : la transformation du Musée de Sérignan avec ses façades signées Daniel Buren.

 

Un endettement raisonnable

Les régions ne peuvent s’endetter que pour investir. Elles n’ont pas le droit d’avoir un budget de fonctionnement en déséquilibre. Midi-Pyrénées, Haute-Normandie ou Aquitaine affichent les plus faibles encours de dette par habitant. Mais ne sont pas forcément celles qui ont le moins investi : elles se sont autofinancées.

About these ads
  1. Pas encore de commentaire.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: