Accueil > mariani/ump, paca, politique, territoires > Ump: les ténors sonnent la mobilisation (4 articles)

Ump: les ténors sonnent la mobilisation (4 articles)

La droite fait comme si…

La Marseillaise – 11/03/2010

.

Meeting à Marseille. L’UMP tente de mobiliser le noyau dur de son électorat.

Meeting à Marseille. L’UMP tente de mobiliser le noyau dur de son électorat. PHOTO ML THOMAS

Ils sont venus. Ils sont tous là. Ou presque. A une encablure du premier tour des régionales, la droite avait décrété, hier soir au Dôme de Marseille, la mobilisation générale pour sauver le soldat Mariani. Tous les notables UMP de la région avaient été convoqués pour ce meeting de fin de campagne. Cela ne pouvait suffire face à l’ampleur d’une mission que beaucoup considère désespérée. Pour faire bonne mesure, c’est tout l’état majeur parisien de l’UMP et de ses satellites, accompagné de plusieurs ministres qui a pris le chemin de Marseille pour apporter la bonne parole à deux mille militants venus des quatre coins de la région.
Une parole qu’ils ont tenté de rendre crédible malgré les vents contraires en appelant à serrer les coudes. « C’est à nous de porter haut le flambeau de nos valeurs », a claironné Jean-Claude Gaudin.

« Nous sommes dans un moment difficile »

« Dans les moments difficiles, et nous sommes dans un moment difficile, a insisté Jean-François Copé, toute la famille doit être rassemblée ». « Il nous faut avoir dans cette dernière ligne droite qu’une seule idée en tête: la mobilisation générale de tous nos électeurs », a-t-il poursuivi. Pour sa part, le patron de l’UMP Xavier Bertrand a voulu opposer un démenti à ceux qui pensent que « tout est joué ». « Le grand chelem de Mme Aubry s’arrête déjà ici dans votre région! », a-t-il lancé.
Mais derrière la façade d’une unité facile à faire applaudir par des supporters, la difficulté de la droite française à définir une stratégie unique dans ces régionales est apparue criante. Au point que le bal des orateurs s’est vite transformé en cacophonie des discours. Chacun jouant une partition qui prenait prétexte des régionales pour mieux envisager d’autres horizons. Si Jean-Claude Gaudin a glorifié la nostalgie des temps dorées où il dirigeait la Région, le numéro un des députés UMP, Jean-François Copé a appelé « au courage » pour l’après élection quand il s’agira d’expliquer aux Français pourquoi il faut réduire la dépense publique. « Il faut mettre les pieds dans le plat sur la question des dettes et des déficits, » propose-t-il. Ses remèdes? « Il faut arrêter de réduire le nombre d’élèves par classe, (…) mettre en commun les moyens des hôpitaux » et donc en fermer certains.
Quant au secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertand, visiblement agacé par les propos du présidentiable Copé, il s’est lancé dans une fade « défense et illustration » de la politique de Nicolas Sarkozy.

« Limiter les dégats »
Ce que Thierry Mariani s’est refusé de faire. Comme si les conséquences des choix de l’Elysée étaient un fardeau trop lourds à porter pour les candidats. « Ne confondez pas les enjeux de ce scrutin », a-t-il lancé à ceux qui sont tentés de transformer leur bulletin de vote en vote-sanction de la politique nationale. Quasi silencieux sur le bilan du sarkozisme, le député de Vaucluse ne s’est pas montré plus prolixe sur le contenu de son projet tout juste évoqué dans trois ou quatre paragraphes pour un discours long de 14 feuillets.
C’est que le temps n’est plus à faire rêver l’électeur. Pour les listes UMP, donnée largement perdante par tous les sondages, l’heure est à limiter les dégâts. Et donc à mobiliser le noyau dur de l’électorat en frappant dur et fort sur l’adversaire. Thierry Mariani n’a pas eu de mots assez forts, souvent proches de la caricature, pour critiquer le bilan de la gauche régionale qualifié de « détestable ». Pointant du doigt « le système Vauzelle (…) dangereux pour le bien public » et coupable de « distribuer sans compter l’argent public ». Ou dénonçant « le camarade Coppola, l’ami du camarade Piel, celui qui au lieu de faire circuler les trains est en tête de toutes les manifestations pour les bloquer ».
Dans un meeting de droite, l’anticommunisme est toujours au plus haut à l’applaudimètre.

CHRISTIAN DIGNE

.

Les ténors de droite appellent à la « mobilisation générale » pour sauver le soldat Mariani

libémarseille – 11/03/2010

.

ELECTIONS DES 14 ET 21 MARS. Jean-François Copé et Xavier Bertrand sont venus mercredi soir en meeting à Marseille soutenir la tête de liste de l’UMP en difficulté dans les sondages. Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a résumé: « Dans les moments difficiles, et nous sommes dans un moment difficile, toute la famille doit être rassemblée. » Lire la suite

Copé a prévenu: « A mi-parcours d’un mandat présidentiel, il y a toujours des tas de gens pour dire que c’est une campagne sans enjeu, dans laquelle on peut se défouler. Non! Ce ne sont pas des enjeux anodins! Voyez les dégâts que peut causer un président de Région irresponsable! »

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a lancé: « Il y a la difficulté d’être un parti au pouvoir dans une élection intermédiaire, mais aucun sondage ne fait le vote », même s’ils sont tous défavorables.

Selon le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand, l’électorat de la majorité « n’est pas résigné ».

Tout cela pour reconnaître que c’est mal barré: « Je sais qu’il y a un certain nombre de compatriotes qui doutent », a admis Hervé Morin (Nouveau Centre).

En plus, le candidat Thierry Mariani s’est fait une sévère entorse à la cheville.

Mais il assure qu’il finira la campagne « même en rampant ».

Cela tombe bien: pour Copé, ces élections sont le « rendez-vous du courage ».

Le maire de Marseille a de son côté épinglé le « désolant palmarès » du président socialiste sortant de la Région Paca, Michel Vauzelle, dont l’institution est « médaille d’or de la dette » et « lanterne rouge de l’investissement ».

« M. Vauzelle nous a dit qu’il entrait en résistance » contre Sarkozy, ironise Jean-Claude Gaudin. « Mais la résistance, elle se faisait sur le plateau des Glières. Et là, M. Vauzelle n’y était pas. La résistance qu’il fait, c’est en Camargue contre les moustiques! »

Selon Copé, beaucoup de présidents PS de Région ont choisi de « passer sous l’écran radar » en se contentant « d’appeler à un vote sanction » contre Sarkozy, espérant « qu’on les reconduise dans l’anonymat ».

« Il faut dénoncer cette supercherie », a affirmé Copé.

Pour lui, cette élection « n’est pas du tout pour dire « on va sanctionner la droite », comme le dit la gauche ».

Copé a aussi profité de la soirée pour vanter son projet de loi anti-burqa, sous les vivats des 2 000 militants rassemblés au Dôme. Et s’étonner que tous à l’UMP n’aient pas été emballés par son projet.

Mais la droite a surtout bataillé mercredi contre ses deux ennemis: l’abstention et le vote FN.

« Le meilleur ami du PS, c’est le Front national », a ironisé le ministre de la Défense Hervé Morin.

« Les triangulaires, ça fait des ravages, a dit Copé. En votant pour le FN, on fait monter le PS sur les podiums. Voter pour le FN, ça fait passer la gauche. »

L’UMP a un seul argument solide: « Nous sommes totalement unis », martèle Mariani, contrairement au camp d’en face, qui part divisé.

Thierry Mariani a renouvelé ses attaques contre Michel Vauzelle, dénonçant cette « logique électoraliste de saupoudrage » des subventions « surtout pour les copains », voire rétribuant des « associations fantômes dont le seul but est de détourner l’argent public ».

Il a aussi lancé: « MM.Vauzelle et Le Pen pourraient être des frères siamois car ils se retrouvent sur l’essentiel: s’occuper de leurs petites personnes au lieu de vouloir changer notre Région. »

M.H.

.

Thierry Mariani : quatre jours pour mobiliser les siens

Nice matin – 11/03/2010

nm-photo-291489.jpg

Toutes les forces et tous les hommes dans la bataille. Photo : Dominique Leriche

Pour le dernier grand meeting régional avant le premier tour, le chef de file de l’UMP était entouré de ministres et poids lourds de la majorité présidentielle

Tout un symbole. Comme pour mieux se convaincre que, malgré les sondages défavorables, la victoire est encore possible au soir du 21 mars, c’est au Dôme, à Marseille, sous les fenêtres du Conseil général des Bouches-du-Rhône dont le président Jean-Noël Guérini est une figure du Parti Socialiste, que l’UMP organisait, hier soir, son dernier grand meeting régional avant le premier round.
Dans le coin du challenger Thierry Mariani, tête de liste pour la région Provence Alpes Côte d’Azur, que des « poids lourds » : les ministres Hubert Falco, Christian Estrosi, Hervé Morin et Laurent Wauquiez. Mais aussi Jean-François Copé et Xavier Bertrand, respectivement président du groupe UMP de l’Assemblée nationale et secrétaire général de l’UMP. Sans oublier bien sûr Jean-Claude Gaudin, le tonitruant maire de la cité Phocéenne.
Gaudin en grande forme

C’est d’ailleurs à ce dernier qu’est revenue la tache de chauffer la salle, 4 000 chaises dont plusieurs dizaines inoccupées. Avec son timbre de voix si particulier, Jean-Claude Gaudin, en grande forme hier, s’en est donné à cœur joie. Voulant mettre un terme à la « Vauzellie septentrionale », résumant la gestion du candidat socialiste à la « médaille d’or de la dette », ou encore la « lanterne rouge de l’investissement », le maire de Marseille a surtout rappelé « qu’aucun sondage ne fait le vote et aucun vote ne se gagne sans mobilisation ».
« Quatre jours pour convaincre, quatre jours pour mobiliser autour de nous, quatre jours pour finir en tête du premier tour, et engager une dynamique ! », malgré la difficulté apparente, Thierry Mariani veut y croire. « Tout est possible et la victoire est possible ! »
Après un début de discours plutôt technique, fait d’une multitude de chiffres, puis agressif envers son concurrent (« Messieurs Vauzelle et Le Pen pourraient être des frères siamois car ils se retrouvent sur l’essentiel : s’occuper de leurs petites personnes au lieu de vouloir changer notre Région »), c’est – assez curieusement – sur le port du voile intégral que Thierry Mariani a réveillé la salle.

« La République c’est la laïcité. Cela veut dire que la Constitution, les lois qui conduisent à notre vivre ensemble, priment sur les écrits religieux. » Et, dans un tonnerre d’applaudissements, d’assurer Jean-François Copé de son « soutien à l’Assemblée nationale pour faire adopter [sa] proposition de loi ».
Copé et Bertrand à la tribune

Il n’en fallait pas plus pour galvaniser le président du groupe UMP de l’Assemblée nationale. S’il a certes parlé des Régionales, soulignant les difficultés de Martine Aubry à « dire le moindre mot gentil à l’égard de ses présidents dont elle est incapable de vanter le bilan », Jean-François Copé, venu soutenir le candidat Mariani rappelons-le, a livré un discours de… présidentiable. Au menu : l’économie, la réduction de la dette publique, l’éducation nationale et encore et toujours l’insécurité, la violence.

Une prestation saluée par une standing ovation.
Le mot de la fin à Xavier Bertrand. Également chaleureusement accueilli, le secrétaire général de l’UMP a raillé. « Et dire qu’il paraît que tout est joué. En vous voyant, je vous le dis : le grand chelem de Martine Aubry s’arrête déjà ici dans votre région. »
Le message aura-t-il été entendu ? Réponse dimanche prochain.

.

En Paca, Thierry Mariani lance la mobilisation finale

Le Figaro – 11/03/2010

En meeting à Marseille, la tête de liste pour les élections régionales se dit optimiste malgré des sondages qui lui sont défavorables.

De notre correspondante à Marseille

«Tout est possible et la victoire est possible !», s'est exclamé Thierry Mariani, mercredi soir à Marseille. Crédits photo : AFP

La famille de la majorité présidentielle réunie à Marseille pour le dernier grand meeting régional de Thierry Mariani, tête de liste pour les élections régionales en Provence-Alpes-Cote d’azur, s’est unanimement déclaré optimiste sur l’issue des scrutins des 14 et 21 mars. «Il paraît que tout est joué, mais notre électorat n’est pas résigné et il n’aime pas que l’on mette un bulletin de vote à sa place », a affirmé le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand. «Le grand chelem de Mme Aubry s’arrête déjà dans cette région», a-t-il ajouté devant près de 3 000 personnes.Intervenant en clôture du meeting, aux côtés de plusieurs autres tenors, Jean-François Copé, Hervé Morin, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Jean-Claude Gaudin, Hubert Falco, venus soutenir la liste conduite par Thierry Mariani, Xavier Bertrand a lancé : «La mobilisation est en route et elle va conduire jusqu’à la victoire».Avant lui, Jean-François Copé, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a souligné que les régionales étaient «une campagne difficile qui commande une mobilisation totale», et que «dans les moments difficiles, toute la famille doit être rassemblée». «Il nous faut avoir dans cette dernière ligne droite qu’une seule idée en tête : la mobilisation générale de tous nos électeurs», a exhorté Copé.Chasser sur les terres du FN 

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin a rappelé: «Nous, nous sommes avec Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon. Alors soyons ceux qui montrent l’unité», et «la détermination à changer», a-t-il déclaré. «M. Vauzelle nous a dit qu’il entrait en résistance», a ajouté le maire de Marseille, « contre le président de la République, élu démocratiquement et le Parlement qui fait les lois ». Et d’ironiser sous les applaudissements: «La résistance, elle se faisait sur le plateau des Glières, et là, M. Vauzelle il n’y était pas. La résistance qu’il fait, c’est en Camargue contre les moustiques !»«Tout est possible et la victoire est possible !», s’est enflammé Thierry Mariani, porté par une salle surchauffée. Il veut y croire même si les sondages successifs donnent le président socialiste sortant Michel Vauzelle gagnant.Pour le candidat, il faut en finir avec les douze années de «saupoudrage», de «rendez-vous manqués» et de «schizophrénie» de Vauzelle. Et de fustiger «le système Vauzelle dangereux pour le bien public», «l’inflation des dépenses», «les subventions détournées à des associations fantômes», «l’anti-sarkozysme primaire», la «sulfateuse régionale». Pour lui, Vauzelle et Le Pen «se retrouvent sur l’essentiel : s’occuper de leurs petites personnes au lieu de vouloir changer la région». Et ils se retrouvent encore pour s’opposer à la loi interdisant le voile intégral, soulignent Mariani. «Mon cher Jean-François, tu peux compter sur mon soutien à l’Assemblée nationale pour faire adopter la loi». Mariani ne se cache pas de chasser les voix sur les terres du FN. «Ne confondez pas les enjeux de ce scrutin», a-t-il exhorté dans un appel aux électeurs frontistes. 

 


Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :