Accord ou pas accord ? (7 articles)

ACCORD EN REGION PROVENCE ALPES COTE D’AZUR

L’union à gauche? C’est fait, dit Vauzelle. Pas encore, rétorquent les écolos et le Front de gauche

Libémarseille – 15/03/2010

TRACTATIONS. Selon Michel Vauzelle (PS), président sortant de la Région, en ballotage favorable, « c’est fini »: le programme, la profession de foi commune et les listes d’union sont prêtes, après discussion avec le Front de gauche et Europe Ecologie. « Rien n’est acté », rétorque Sébastien Barles, des Verts. Mais l’union ne fait guère de doute.

Le Front de gauche a aussi protesté lundi soir par communiqué: « Le Front de gauche n’a encore signé aucun accord avec l’Alliance de l’Olivier [Vauzelle] et Europe Ecologie pour le deuxième tour. Des discussions sont en cours et encore programmées, afin de créer la meilleure dynamique possible, dans le respect de toutes les composantes. Un accord est largement à notre portée. »

En fait, ce qui compte, plus que le programme, c’est la répartition des sièges et vice-présidences.

Et là, l’arithmétique s’applique.

« Pour la répartition des postes, il suffit de projeter ce qu’a décidé l’électorat dimanche », expliquait Michel Vauzelle, lundi après-midi.

A savoir: 6,11% pour Jean-Marc Coppola (Front de gauche), 10,92% pour Laurence Vichnievsky (Europe Ecologie), 25,8% pour Vauzelle.

J’additionne le tout, je divise par trois, je retiens cinq et prend le carré de l’hypoténuse, ça donne la liste d’union qui doit être présentée par les trois leaders mardi matin en préfecture.

« Sur le programme, on n’a pas eu beaucoup de difficultés à se mettre d’accord », affirme aussi Vauzelle.

Pas sûr. Ainsi, sur Iter, le mot qui fâche entre PS et Europe Ecologie.

Les écolos ne veulent plus que la Région finance ce méga-projet expérimental de fusion thermo-nucléaire en construction à Cadarache.

Michel Vauzelle (PS) estime au contraire Iter nécessaire. Et selon lui, c’est fait: la Région continuera à financer Iter.

« La région va continuer à accompagner ce programme de recherche et de développement si important notamment pour nos universités », a assure son co-listier Christophe Castaner.

Pas le sentiment des écolos, pour qui « rien n’est acté ». Vichnievsky veut obtenir que la Région ne vote pas de nouveau financement à Iter, sans empêcher ceux déjà en cours.

PS et écolos finiront bien par s’entendre, tant les questions de programme sont secondaires.

Ce qui importe, c’est la répartition des sièges et vice-présidences. Comme les écolos sont loin derrière dans les résultats, ils ne peuvent pas trop la ramener.

Ils devraient toutefois obtenir en contrepartie le financement d’un plan d’isolation de logements.

Au-delà, les deux partis conserveront leurs divergences: depuis douze ans qu’ils gèrent la Région ensemble, avec les communistes, ils ont appris à faire les contorsions nécessaires à l’union, ou à l’illusion de l’union, condition de la victoire, qui leur semble promise.

Même si, de son côté,Thierry Mariani, arrivé en tête à l’issue du premier tour avec 26,60%, estime que le scrutin est « tout à fait gagnable ».

Mais la tête de liste UMP n’a pas de réserve de voix, à part chez les abstentionnistes.

Et le gros score obtenu par Le Pen (20,2%) risque plutôt de motiver les électeurs de Vauzelle.

Même s’il l’arrange, le retour en forme du FN préoccupe le leader socialiste: « Les électeurs du Front national ne sont pas des fascistes, a estimé le président sortant. Ils votent Le Pen car ils vivent très mal les effets de la crise. Ils n’ont qu’un recours: protester, donner un coup de pied dans la fourmilière. »

Vauzelle regrette: « Le FN est monté de manière terrifiante dimanche. On pensait que cette époque était finie. »

Pour lui, c’est un électorat populaire « qu’on devrait pouvoir essayer de raccrocher à la démocratie et décrocher du FN ».

« Pour le second tour, ça ne va pas être facile, a-t-il convenu. Il faut y travailler pour l’avenir. »

Un discours qu’on entend à chaque fois que Le Pen remonte…

M.H.

.

Accord PS-Europe Ecologie-Front de Gauche conclu en PACA, selon Vauzelle

Le Monde/Afp – 15/03/2010

« La liste est bouclée et j’irai la déposer demain (mardi) matin à la préfecture avec Mme Vichnievski et M. Coppola » et la profession de foi est terminée, a indiqué M. Vauzelle lors d’une conférence de presse. Un premier meeting de la liste commune devait se tenir dans la soirée à Vitrolles, près de Marseille.

Le Front de Gauche a cependant indiqué en début de soirée ne pas avoir encore signé d’accord. « Des discussions sont en cours afin de créer la meilleure dynamique possible, dans le respect de toutes les composantes », a-t-il précisé dans un communiqué, relevant qu' »un accord est largement à notre portée ».

Selon M. Vauzelle pourtant, l’accord entre les trois formations n’a pas soulevé « beaucoup de difficultés », car, a-t-il dit, « Verts, communistes et socialistes ont travaillé ensemble pendant douze ans dans la même majorité régionale et ont une communauté de culture ».

Sur les questions programmatiques, un accord aurait ainsi été trouvé avec les écologistes sur le projet Iter de fusion thermonucléaire. « La région va continuer à accompagner ce programme de recherche et de développement si important notamment pour nos universités », a déclaré M. Vauzelle. Dans le même temps sera lancé un programme d’isolation thermique des logements datant d’avant 1975, une des revendications de campagne d’EE.

En ce qui concerne les infrastructures de transports routiers, elles devraient voir la part de leur financement baisser progressivement au profit du ferroviaire.

Estimant que « les choses se passent avec beaucoup de respect mutuel et de sens des responsabilités au sein de cette nouvelle alliance de l’olivier », M. Vauzelle a souhaité que « la qualité de cette union » permette que cette élection « soit gagnée de manière forte ». Il a notamment espéré que face à la « montée terrifiante » du FN (20,3% en Paca), l’abstention soit réduite en faveur de la gauche.

.

Régionales : accord conclu entre Vauzelle, Vichnievsky et Coppola

La Provence – 15/03/2010

Michel Vauzelle vient d’annoncer que la liste de l’Alliance de l’olivier « est close. Nous la déposerons demain matin en préfecture » et elle sera rebaptisée « liste conduite par Michel Vauzelle pour une région rassemblée, solidaire et écologique ». « Nous avons trouvé un accord avec Laurence Vichnievsky (Europe écologie) et Jean-Marc Coppola (Front de gauche), a précisé le président PS sortant de la région Paca, et nous espérons que la mobilisation va jouer en notre faveur au second tour et fera reculer le FN. »

Concernant l’accord à proprement parler, il porte aussi bien sur Iter que sur les routes, qui constituaient le dernier point d’achoppement avec Europe écologie. Laurence Vichnievsky, qui insistait sur la priorité du ferroviaire, « comprend les besoins du 04 et du 05« , a-t-il assuré, garantissant que « notre budget évoluera jusqu’aux deux tiers pour le fer et un tiers pour le routier ».

.

Estrosi questionne Vauzelle sur Iter

Le Figaro – 15/03/2010

Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi (UMP), a « sommé » aujourd’hui le président PS de Paca, Michel Vauzelle de s’expliquer sur l’engagement de la région envers le projet Iter, après des propos de Laurence Vichnievsky (EE) évoquant l’absence de toute nouvelle subvention régionale.

« En 2006, quand je suis venu ici à Marseille installer le comité de pilotage d’Iter, M. Vauzelle était assis à ma droite pour être sur la photo et pour prendre des engagements au nom du conseil régional », a déclaré Christian Estrosi. « Qu’aujourd’hui, il y ait un tel reniement sur un sujet qui, en terme d’environnement, peut garantir l’autonomie énergétique d’une grande partie de notre pays [me met] très, très en colère », a ajouté M. Estrosi, évoquant « une compromission scandaleuse » de Michel Vauzelle.

« Il a tout au long de cette semaine à s’expliquer sur ce revirement scandaleux par rapport à la politique qu’il a conduite au cours des années écoulées, je le somme de s’en expliquer devant les électeurs de la région Paca », a ajouté le ministre.

.

ACCORD NATIONAL PS-EE

Incertitude sur un accord PS-Europe Ecologie en vue du second tour

Nouvel Obs – 15/03/2010

Jean-Vincent Placé, numéro deux des Verts, a assuré lundi à l’AFP qu’il n’y avait « à l’heure actuelle, pas d’accord national » entre le PS et Europe Ecologie, à contrepied d’une annonce faite un peu plus tôt par le PS.
Pour M. Placé les discussions continuent dans plusieurs régions, notamment en Ile-de-France. « A l’heure à laquelle on parle, il n’y a pas d’accord national », a-t-il affirmé.
Quelques minutes plus tôt pourtant, le député socialiste Claude Bartolone et Pascal Durand (Europe Ecologie), en présence du Vert Jean-Marc Brûlé, avaient annoncé un accord national, dans le hall de l’hôtel parisien où se déroulent les négociations.

« Très prématuré »

C’est « très prématuré », a commenté M. Placé. « Il y a une volonté commune d’un accord ensemble dans toutes les régions » avec le principe de la proportionnelle acté et des avancées sur la gouvernance, a-t-il tempéré, assurant parler en accord avec Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts et tête de liste Europe Ecologie en Ile-de-France.
L’annonce précédente « nous laisse perplexes », a encore dit le responsable écologiste. « Comment peut-on parler d’accord national alors que des régions, comme l’Ile-de-France, discutent encore » et qu’une triangulaire est annoncée en Bretagne ? » a-t-il demandé. « On continue à discuter ».

« Confirmation » ?

Mais un autre verts, Jean-Marc Brûlé, secrétaire national adjoint, maintenait qu’il y avait « accord national dans toutes les régions », « sauf en Bretagne », assurant qu’une « confirmation » avait été donnée par Cécile Duflot à Pascal Durand.
« L’animation, l’ambiance, ça fait partie de la vie de famille », a-t-il ajouté, face à cette confusion dans les rangs écologistes.
M. Brûlé a au contraire salué le fait qu’en « un temps record, il y a eu un accord national (dans) presque toutes les régions ». Comme on lui objectait la triangulaire annoncée en Bretagne, il a répondu: « Je compte sur les camarades bretons pour rejoindre l’accord ».
(AFP)

.

Bretagne : Europe écologie et le PS annoncent une triangulaire

Le Monde – 15/03/2010

Europe Ecologie et le PS n’ont pas trouvé d’accord de fusion de leurs listes pour le second tour des régionales en Bretagne, où se tiendra une triangulaire, ont annoncé, lundi soir 15 mars, les chefs de file des deux listes.

« Je regrette que nous n’ayons pas abouti à un accord », a déclaré la tête de liste d’Europe Ecologie, Guy Hascoët, lors d’une conférence de presse organisée à Rennes à l’issue d’une journée de négociation tendue. Le chef de file PS et président sortant de la région, Jean-Yves Le Drian, a « préféré le choix de passer en triangulaire, mal élu, au lieu d’une dynamique enthousiasmante », a-t-il ajouté, assurant regretter « une vision hégémonique d’un parti vis-à-vis à d’un camp ».

« Malgré notre volonté d’ouverture, la position de M. Hascoët est restée intangible » a regretté de son côté devant la presse Jean-Yves Le Drian.
« Je suis déçu, chacun prend ses responsabilités » et « nous allons poursuivre notre mobilisation dans le cadre d’une triangulaire », a-t-il ajouté, soulignant qu’il y avait déjà des « écologistes patentés » sur sa liste.

Guy Hascoët a précisé que la fédération bretonne d’Europe Ecologie avait « libéré les autres fédérations » régionales « de leur obligation de solidarité à notre égard, pour ne pas nuire à la dynamique nationale ».

En Bretagne, la liste de M. Le Drian, qui fédérait le PS, le PCF et des dissidents Verts, a terminé largement en tête à l’issue du premier tour, avec 37,19 % des voix, contre 23,73 % à la tête de liste UMP, Bernadette Malgorn, et 12,21 % à Europe Ecologie. Selon les deux parties, Europe Ecologie revendiquait 14 ou 15 sièges dans les négociations pour le futur exécutif, mais le PS n’est disposé à en accorder que 10, refusant de partager les sièges de la « prime majoritaire ».

.

Annonces contradictoires en attendant un accord à gauche

Le Monde – 15/03/2010

La confusion régnait à gauche, lundi soir 15 mars, autour de la conclusion d’un accord électoral pour le second tour des élections régionales, dimanche. Dans la soirée, le Parti socialiste a annoncé par la voix de Claude Bartolone être parvenu à un accord d’alliance avec Europe Ecologie au plan national. Une annonce rapidement qualifiée d’« un peu prématurée » par le numéro deux des Verts, Jean-Vincent Placé, qui a assuré qu’il n’y avait « à l’heure actuelle, pas d’accord national » entre le PS et Europe Ecologie. Pour M. Placé les discussions continuent dans plusieurs régions, notamment en Ile-de-France.

« Il y a une volonté commune d’un accord ensemble dans toutes les régions » avec le principe de la proportionnelle acté et des avancées sur la gouvernance, a-t-il tempéré, assurant parler en accord avec Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts et tête de liste Europe Ecologie en Ile-de-France.

Quelques minutes plus tôt, pourtant, dans le hall de l’hôtel parisien où se déroulent les négociations, M. Bartolone, entouré de Pascal Durand (Europe Ecologie) et du Vert Jean-Marc Brûlé, avait annoncé un accord national. Le député socialiste n’a pas donné de détails sur l’issue des négociations, la constitution des listes ou les postes discutés.

Parmi les points d’achoppement, le plus sérieux se situe en Bretagne, où les deux listes ont d’ores et déjà annoncé la tenue d’une triangulaire. Après l’échec des négociations, Guy Hascoët, le chef de file des écologistes bretons, a tenu à préciser que la fédération bretonne d’Europe Ecologie avait « libéré les autres fédérations » régionales « de leur obligation de solidarité à notre égard, pour ne pas nuire à la dynamique nationale ». (Lire l’article Europe Ecologie et le PS annoncent une triangulaire)

« GRANDES MANŒUVRES ET PETITES COMBINES ENTRE AMIS »

De son côté, la droite, largement devancée dimanche, continue d’y croire, ou au moins de faire semblant. François Fillon, en déplacement à Sèvres pour apporter son soutien à la chef de file UMP en Ile-de-France, Valérie Pécresse, s’est dit « convaincu qu’une nouvelle page de cette élection allait s’ouvrir avec le second tour de l’élection régionale », assurant que tous dans son camp étaient « mobilisés » pour se « battre ».

Dans la soirée, le premier ministre a estimé que son camp n’avait « rien à perdre mais tout à conquérir », soulignant la position d’« outsiders » des responsables de la majorité face à des régions en grande majorité tenues par des socialistes. L’état-major de l’UMP inisiste notamment sur les régions Ile-de-France et Pays de la Loire, considérées comme gagnables. Les leaders de l’UMP dénoncent aussi, à l’image de la tête de liste en Pays de la Loire, Christophe Béchu, les « grandes manœuvres et petites combines entre amis » en cours entre le PS, Europe Ecologie et le Front de gauche.

.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :