ITER (3 articles)

Le projet Iter au coeur de la campagne du 2e tour des régionales en Paca

Romandie News – 16/03/2010

MARSEILLE – Une polémique sur le financement d’Iter s’est invitée dans la campagne des régionales en Paca, après l’annonce d’un accord pour le 2e tour entre le PS et Europe Ecologie, opposée au financement par la région de ce projet de fusion thermonucléaire.

Lundi, alors que les négociations pour formaliser l’union PS-Europe Ecologie-Front de Gauche se poursuivaient, Laurence Vichnievsky, tête de liste Europe Ecologie au 1e tour, a affirmé avoir obtenu du PS qu’il n’y aurait plus de nouvelle subvention du conseil régional au projet Iter de fusion thermonucléaire.

Une déclaration qui a aussitôt suscité la colère de l’UMP locale qui reprochait à Michel Vauzelle (PS), président sortant du conseil régional Paca et défenseur du projet Iter, de revenir sur ses engagements et en particulier sur les 152 millions d’euros promis par le conseil régional.

Ce vaste projet expérimental implanté à Saint-Paul-lès-Durance dans les Bouches-du-Rhône réunit UE, Japon, Chine, Russie, Etats-Unis, Corée du Sud et Inde. Il vise à prouver que la fusion thermonucléaire peut fournir de l’énergie au monde.

Officiellement lancé en 2006, Iter avait été évalué en 2001 à quelque 10 milliards d’euros (moitié pour la construction, moitié pour le fonctionnement). Il doit être financé à 90% par les sept membres du projet, notamment par l’Union européenne, qui est le principal contributeur (environ 45%) et doit permettre la construction de 39 bâtiments.

Christian Estrosi, ministre de l’Industrie et maire UMP de Nice, et Maryse Joissains, député-maire (UMP) d’Aix-en-Provence ont donc « sommé » M. Vauzelle de s’expliquer, tous deux se montrant inquiets d’un possible « reniement grave de la parole donnée ».

Une menace écartée par Mme Vichnievsky elle-même mardi, lors d’une conférence de presse commune avec M. Vauzelle et Jean-Marc Coppola du Front de gauche, après le dépôt de la liste d’union.

La magistrate a en effet admis qu’il ne serait pas possible de revenir sur les engagements pris par la région mais s’est félicitée d’avoir « obtenu l’assurance qu’aucun euro ne sera versé », au-delà de ces subventions.

« Nous ne sommes pas contre la recherche ou même contre le projet Iter en particulier, mais nous estimons que ce n’est pas à la région de le financer », a-t-elle dit.

Pour éteindre définitivement le feu des critiques, M. Vauzelle a ensuite assuré que « sur Iter, la région tiendrait les engagements qu’elle a pris avec les Verts et avec les communistes sous le mandat précédent ».

« Sur les 152 millions, il y a environ 60 à 70 millions pour l’école internationale que nous avons choisi de financer parce que la région s’occupe des lycées et de l’enseignement supérieur », a-t-il expliqué.

« Ensuite, il y a une partie du reste des 152 millions qui va à des équipements qui permettent l’accès au site ». Il s’agit notamment, pour 15 millions d’euros, de la ligne ferroviaire du Val de Durance, a précisé une porte-parole du conseil régional.

« Et enfin, il y a 70 millions d’euros qui sont un apport de la région pour les équipements techniques qui vont servir à la recherche en matière nucléaire », a-t-il détaillé. Ce sont ces 70 millions d’euros qui posaient problème à Europe Ecologie.

Une fois ces engagements honorés, « nous sommes d’accord avec les écologistes et les communistes pour dire que nous ne donnerons plus d’argent pour ce qu’on appelle la machine, c’est-à-dire l’équipement industriel de recherche qui relève des Etats et non plus de la région », a-t-il conclu.

(©AFP / 16 mars 2010 18h41)

.

Régionales: l’UMP inquiète pour le financement d’Iter après l’accord PS-Europe Ecologie en PACA

Nouvel Obs – 16/03/2010

Maryse Joissains-Masini, la députée-maire d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a exprimé mardi son inquiétude pour le financement du projet de réacteur thermonucléaire Iter, après l’accord conclu entre le PS et Europe Ecologie en vue du second tour des régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA).

Dans un communiqué, elle observe que dans cet accord, la magistrate Laurence Vichnievsky, tête de liste Europe Ecologie en PACA, « affirme avoir obtenu qu’il n’y ait plus de nouvelle subvention du conseil régional au projet Iter de fusion thermonucléaire ».

« Mme Vichnievsky joue-t-elle sur les mots? » s’interroge Mme Joissains-Masini en réclamant des explications au président PS sortant Michel Vauzelle. « Entendez-vous, en cas de victoire de votre liste renoncer à l’engagement pris par la région, qui en a délibéré, de financer le projet Iter à hauteur de 152 millions d’euros? »

Si elle se confirmait, cette décision « serait de nature à remettre en cause la viabilité d’un projet mondial, vital pour l’économie de notre région et la recherche dans le domaine des énergies non émettrices de gaz à effet de serre, ainsi que les engagements pris par la France et l’Union européenne », poursuit la députée UMP.

La veille, le ministre de l’Industrie Christian Estrosi avait « sommé » M. Vauzelle de s’expliquer sur l’engagement de la région dans le projet Iter, redoutant un « reniement sur un sujet qui, en terme d’environnement, peut garantir l’autonomie énergétique d’une grande partie de notre pays ». AP

.

Régionales : l’UMP déclenche l’arme nucléaire contre Vauzelle et Vichnievsky

La Provence – 16/03/2010

Estrosi et Bertrand assurent que leur accord supprime des subventions de la Région à Iter. En fait, la candidate écologiste a obtenu qu’il n’y ait pas de nouvelles aides.

Depuis le début de la campagne des régionales en Paca, on sait que le dossier Iter est une des divergences qui séparent la liste de Michel Vauzelle et celle de Laurence Vichnievsky. Logiquement, il s’est donc retrouvé au coeur des négociations en vue de la fusion entre les deux équipes. C’est toutefois un point qui a rapidement été évacué, l’équipe du président sortant de la Région Paca ayant accepté qu’il n’y ait pas de nouvelles subventions « en dehors de celles qui sont déjà programmées et qui restent à verser » : « Il est impossible que nous revenions sur la parole de la Région, qui s’est engagée de longue date auprès de l’Etat et de partenaires internationaux », expliquait la semaine dernière Patrick Mennucci, le directeur de campagne de Michel Vauzelle.

Dans la conférence de presse qu’elle a donnée hier, Laurence Vichniesky a tenu le même discours, précisant que les subventions qui iraient à Iter malgré ses « regrets » entraîneraient le déblocage d’un montant équivalent destiné à financer un plan d’isolation thermique des bâtiments construits avant 1975. Autant dire que l’affaire paraissait réglée…

Lundi en fin de journée, le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi (UMP), a pourtant sonné la charge, parlant de « revirement scandaleux » et de « compromission » de Michel Vauzelle : « En 2006, quand je suis venu ici à Marseille installer le comité de pilotage d’Iter, M. Vauzelle était assis à ma droite pour être sur la photo et pour prendre des engagements au nom du conseil régional, a-t-il déclaré. Qu’aujourd’hui, il y ait un tel reniement sur un sujet qui, en terme d’environnement, peut garantir l’autonomie énergétique d’une grande partie de notre pays me met très, très en colère ».

Nouvelle attaque ce matin sur France Inter, cette fois signée Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP : « Ce projet, on s’est battu pour l’avoir (…) et aujourd’hui M. Vauzelle dans la région Paca est prêt à tout arrêter les financements dans la région pour essayer d’avoir un petit accord à minima, le plus petit dénominateur commun avec les Verts ».

D’où un vent de passion médiatique, sites internet et radios relayant en boucle une intervention de Laurence Vichnievsky indiquant qu’il n’y aura « plus de subventions pour Iter ». Un buzz qui devrait vite s’épuiser, le codicille « En dehors de celles qui sont déjà programmées et qui restent à verser » ayant été oublié en route par la presse. Aussi, Cécile Duflot, la « patronne » nationale des Verts, vient de préciser la teneur de l’accord entre Europe écologie et le PS, afin d’étouffer la polémique dans l’oeuf : « Il n’y aura pas de nouveau financement et pour le financement déjà acté, la contribution de 1 € pour 1€ est passée à 2€ en faveur des énergies renouvelables pour 1€ sur Iter ».

Fred Guilledoux

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :