Iter (4 articles)

 

Iter s’invite dans les régionales

Métro – 19/03/2010

Cliquez sur l'article pou l'agrandir

ITER : l’UMP vous ment !

vauzelle2010.fr – 18/03/2010

« L’UMP vous ment. Concernant ITER, L’accord entre l’Alliance de l’Olivier et Europe Ecologie est très clair. La Région maintiendra ses engagements initiaux à savoir 152 millions d’euros dont 70 sur la machine et le reste sur l’école internationale de Manosque, sur les aménagements ferroviaires ainsi que routiers du Val Durance » a expliqué Michel Vauzelle aux salariés de Cadarache à la sortie du CEA ce jeudi 18 mars.

Lors de ce point presse improvisé, le Président de Région a tenu à souligner « que le Conseil régional ne versera pas un euro de plus si la facture venait à augmenter. »

 Contrairement aux allégations tenues par les leaders de l’UMP, Christian Estrosi en tête, Michel Vauzelle a toujours respecté ses engagements sur ce projet avec l’ouverture, lors de la dernière rentrée, du lycée international de Manosque et l’investissement dans la modernisation de la ligne ferroviaire du Val Durance pour un TER toutes les 30 minutes entre Aix-en-Provence et Manosque aux heures de pointe.

Entre annonce officielle sans cesse reportée et le refus de créer une opération d’intéret national, on peut s’interroger sur l’intérêt de l’Etat pour ce projet d’envergure internationale.

Un retard qui pourrait allourdir l’addition à l’arrivée puisque le projet estimé à 5 milliards d’euros devrait en coûter 10 !

Une situation qui avant les élections régionales n’avait pas ému les élus locaux puisque Hubert Falco et Eric Ciotti étaient absents des réunions organisées au début de l’hiver par la Préfecture de Région.

« Enfin, il est important de rappeler que l’Etat n’a pas pris ses responsabilités concernant les conséquences de l’implantation d’ITER. A l’horizon 2012, il faudra loger plus de 3 000 personnes aux alentours. Cet effet tsunami a jusqu’à présent totalement été négligé, faute d’une volonté sérieuse de gouvernance de la part de l’Etat et des maires de droite du périmètre qui préfèrent le mobil-home au logement social » a conclu Michel Vauzelle.

.

Trois grands projets pris en otage par la campagne

Les Echos – 19/03/10 

L’alliage dans lequel les accords de deuxième tour passés entre PS et Europe Ecologie ont été forgés résistera-t-il à tous les chocs ? A deux jours du scrutin, l’UMP n’omet pas de pointer les divergences d’appréciation auxquelles certains grands projets donnent lieu entre les deux principales composantes de la gauche. Et, là où il n’y en a pas, c’est l’impact économique des désengagements annoncés sur plusieurs chantiers qui fait débat.

Dans les Pays de la Loire, c’est le premier scénario qui prévaut. Christophe Béchu, tête de liste UMP, a trouvé du grain à moudre du côté du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes.  Si Europe Ecologie s’oppose à ce que la région lui verse toute aide, le camp de Jacques Auxiette, président PS sortant, indique qu’il « répondrait à cette sollicitation éventuelle suivant l’unique modalité d’avance remboursable à l’exclusion de toute subvention ». Une divergence de vues exploitée par Christophe Béchu, qui, depuis le début de la campagne, lui, « ne doute plus de la pertinence d’un tel aéroport ».  En revanche, il ne laisserait pas la région le financer s’il était élu. L’élu angevin ne tient guère à faire ce cadeau à ses homologues nantais. Pour lui, la plate-forme ne peut également se faire sans dessertes routières dont un nouveau franchissement sur la Loire. Les nuances existent aussi au sein de la liste de droite sur ce projet : une partie des centristes, notamment l’ex-Modem angevin Laurent Gérault, y est hostile.

En Paca, c’est le futur réacteur thermonucléaire, projet à 10 milliards d’euros, qui donne à l’UMP l’occasion de rebondir.  L’accord sur l’arrêt de son financement par la région conclu entre le président socialiste sortant, Michel Vauzelle, et Europe Ecologie a été qualifié de « compromis scandaleux » par Christian Estrosi, le ministre de l’Industrie, « très en colère » devant « un tel reniement sur ce sujet énergétique d’envergure internationale ». Le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, lui a emboîté le pas, parlant d’une position « qui n’est pas un symbole neutre pour nos partenaires japonais, américains, européens et sud-coréens ». Michel Vauzelle a tenté de faire taire les critiques en assurant que « l’enveloppe de 152 millions d’euros d’engagement pris avec les Verts et les communistes sous le mandat précédent sera tenu », mais qu’après cela « plus aucun fonds régional ne sera accordé pour l’équipement de recherche ».

En Alsace, les derniers jours de campagne se concentrent sur le projet de contournement autoroutier à péage de Strasbourg. Le très récent rejet (« Les Echos » d’hier) par le Conseil d’Etat des recours contre cette infrastructure a donné un coup de sang aux défenseurs de l’environnement. Aux yeux de nombreux riverains, cette autoroute, évaluée en 2006 à 355 millions d’euros, est une aberration qui ne résoudra en rien les encombrements quotidiens de la rocade de Strasbourg. Le PS et les écologistes sont sur cette ligne, tandis que Philippe Richert, le candidat de l’UMP, ménage son soutien à cet équipement, auquel tiennent les milieux économiques alsaciens. « Je ne remets pas en cause cette décision. Mais les collectivités locales doivent aussi regarder comment mieux relier l’agglomération de Strasbourg à l’ouest du département. » .

 

Le PS maintient ses grands projets en régions, assure Aubry

Le Nouvel Obs – 19/03/2010

La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a assuré vendredi que les élus des régions socialistes « maintiendraient leur position » en faveur de grands projets comme les lignes à grande vitesse ou le réacteur Iter, mais avaient pris « en compte » les arguments des écologistes.

« Dans les trois cas où nous avons des différences d’appréciation (avec Europe Ecologie), les socialistes ont dit qu’ils maintiendraient leur position », a déclaré Martine Aubry sur RTL.

« C’est le cas de l’aéroport à Nantes, c’est le cas de la LGV en Aquitaine, et c’est le cas du projet de réacteur (thermonucléaire) Iter », en PACA, a-t-elle ajouté. Elle a précisé que les socialistes ne donneraient « pas plus d’argent » à Iter que « ce qui est déjà prévu » et qu’ils s’étaient « engagés à mettre pour 1 euro pour Iter, 2 euros pour les énergies renouvelables ».

De même, concernant les projets de LGV en Aquitaine et en Franche-Comté, il n’y a « pas eu de retrait, il y a eu discussion pour prendre en compte ce que nous disaient les écologistes », a affirmé Martine Aubry. « Nous allons retravailler sur le trafic et sur les conséquences écologiques » de la LGV en Aquitaine, « mais nous continuons à vouloir la faire ».

« Ce que nous avons de commun avec les Verts, c’est l’essentiel, ce sont les valeurs, c’est le projet économique, c’est le projet social, c’est le projet durable », a-t-elle plaidé. « C’est vraiment une alliance solide ».

« Après, il peut y avoir sur tel ou tel point des désaccords », a reconnu Martine Aubry, mais « personne » ne les a mis « sous le tapis, en essayant de les masquer ». « Nous avons dit clairement ce qu’étaient nos positions, et comment nous allions essayer de nous rapprocher dans un certain nombre de cas par des politiques complémentaires », a-t-elle affirmé. AP

.

Michel Vauzelle fustige « l’Union des Menteurs Professionnels »

Nice matin – 19/03/2010

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :