Trois hommes et un scrutin – La Provence 19 mars 2010

La Provence – 19/03/2010

.

Vauzelle (PS) : « Je suis raisonnablement confiant »

 

Michel Vauzelle a recueilli 25,8% des suffrages au premier tour. Photo Guillaume Ruoppolo

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. La tête de liste socialiste veut, par exemple, convaincre les abstentionnistes du premier tour d’aller voter en affirmant que « dimanche sera l’occasion de dire qu’il y a un autre modèle de société que celui de Nicolas Sarkozy. »

– L’alliance signée avec Europe écologie concernant notamment Iter met le feu aux poudres. Quels en sont les termes précis ?
Michel Vauzelle :
La Région a rempli son contrat. Nous apporterons 152 millions d’euros comme prévu. Soixante-dix millions affectés à la « machine », au réacteur même, 60 millions pour le lycée international de Manosque, 15 millions à l’aménagement de la ligne ferroviaire Val de Durance, le reste consacré aux aménagements. Cette alliance ne remet pas en cause les 152 millions dont 80 à 90 millions ont déjà été débloqués. Si la Région doit rajouter de l’argent pour des éléments de confort des habitants ou l’accueil des industries induites, on interviendra. En ce qui concerne la machine elle-même, nous ne paierons plus les surcoûts éventuels.

– Comment réagissez-vous à la polémique déclenchée par l’UMP ?
M.V. : Je ne comprends pas Christian Estrosi, le maire de Nice et ministre de l’Industrie, qui fait croire aux gens qu’une partie de l’autonomie énergétique de la France et de la région dépend d’Iter, or Iter ne va pas produire de l’énergie. Il a été mis au point pour étudier le passage de la fission à la fusion. C’est un outil de recherche ! Les propos de l’UMP sont des mensonges.

– Quels sont les autres sujets qui ont fait l’objet d’une entente avec vos alliés ?
M.V. : Nous avons acté, et ce depuis le dernier mandat, que pour un euro donné au réacteur, il y aura un euro versé aux énergies renouvelables. Par ailleurs, nous avons décidé d’accorder la gratuité des TER aux lycéens, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle, étudiants, bénéficiaires de la carte solidarité, nous tarifons à un euro les abonnements domicile-travail pour les salariés… Si l’alliance a été facile à faire c’est que sur tout le reste nous étions d’accord. La gauche se retrouve.

– Il y a eu des grincements de dents au sein du PS pour ces listes de second tour !
M.V. : Nous avons accordé des places aux communistes et aux Verts à la stricte proportionnelle. Les fâcheries s’apaiseront.

– Ne craignez-vous pas de perdre des voix avec cette alliance ?
M.V. :
Il n’y a pas de risque. Au second tour, on vote pour son propre parti dans l’alliance de l’olivier.

– Que penser de l’abstention ?
M.V. :
Il faut que les gens prennent conscience que dimanche sera l’occasion de dire qu’il y a un autre modèle de société que celui de Nicolas Sarkozy.

– La sécurité s’invite dans la campagne. Quel impact ?
M.V. : Cela va développer l’abstention et le Front national. Les discours des ministres peuvent se retourner contre eux lorsque l’on voit les chiffres de l’insécurité qui augmentent.

– Comment interpréter la poussée du FN ?
M.V. : Cela m’inquiète. La droite a rallumé la flamme qui sert d’emblème au FN. Les dérapages et les ambiguïtés ont chauffé à blanc les électeurs.

– La triangulaire vous permet-elle d’être confiant ?
M.V. :
Après le premier tour, la droite est minoritaire lorsque l’on fait l’addition des voix de gauche. Qui sait si je n’aurais pas fait mieux avec une union de la gauche dès le départ? Pour dimanche, je suis raisonnablement confiant, j’espère gagner.

– Votre priorité si vous êtes réélu ?
M.V. :
L’emploi et le logement. Et me battre pour défendre la Région.

Recueilli par Marjory Chouraqui

.

Le Pen (FN) : « Je vise au moins les 25% »

Jean-Marie Le Pen a recueilli 20,29% des suffrages au premier tour. Photo Frédéric Speich

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. Le président du Front national a notamment déclaré qu’il visait « au moins les 25% en Paca. En espérant mieux. »

– Comment analysez-vous les résultats du premier tour ?
Jean-Marie Le Pen : Le sens principal de ce vote est un rejet des politiques. Une méfiance à l’égard de l’exécutif régional socialo-communiste -Verts et surtout un rejet de la politique du gouvernement de monsieur Sarkozy. C’est véritablement un vote sanction. La région est une assemblée mort-née à cause de la réforme territoriale. Cela n’incite pas les gens à aller voter.

– L’affaire de l’affiche représentant une femme en burqa, des minarets transformés en lance-missiles et un drapeau algérien qui recouvre la France ne vous a-t-elle pas donné un coup de pouce ?
J.-M.L.P. :
Oui, elle a montré que nous avions une grande fermeté en même temps qu’une grande modération. Nous disons non à l’islamisme. On ne dit pas haro sur les islamistes. Le gouvernement algérien les a même traités très durement. En l’occurrence, cette affiche était en rapport avec des défilés avec les drapeaux algériens. C’est sûr que la poursuite devant la justice et la condamnation ont attiré l’attention sur nous, et créé une certaine sympathie, car en France on est plutôt contre les gendarmes.

– Vous êtes venu personnellement au tribunal. Pour faire un gros coup de communication ?

J.-M.L.P. : C’est vrai, bien sûr. Cela fait partie du jeu. D’un mal peut venir un bien.

– Pourquoi êtes-vous obligé de provoquer ?
J.-M.L.P. :
Toute publicité a un caractère provoquant faute de quoi elle n’attire pas l’attention.

– Vous êtes satisfait du premier tour mais néanmoins vous perdez 120  000 électeurs dans la région par rapport à 2004 ?
J.-M.L.P. : On ne peut pas faire ce genre de comparaison. 2004 arrivait après la présidentielle de 2002 où nous étions au deuxième tour. Les partis politiques connaissent des hauts et des bas. Notre moment le plus bas a été les élections législatives de 2007, circonstances dramatiques qui nous ont coûté 10millions d’euros. Nous avons ensuite remonté aux cantonales, puis aux européennes et lors de ce premier tour. Nous espérons cristalliser cet électorat aux élections cantonales en 2011, puis à la présidentielleen 2012.

– Quels sont vos objectifs au second tour ?
J.-M.L.P. : Tout est ouvert. Il peut y avoir une redistribution des cartes car plus de la moitié des électeurs ne sont pas allés voter dimanche. Je n’écarte rien.

– Comptez-vous sur les électeurs de Bompard (ex-FN) qui a fait 2,7% au premier tour ?
J.-M.L.P. : Ses électeurs devraient logiquement voter pour moi. Mais on a déjà vu également que l’extrême gauche votait pour moi au deuxième tour.

– Vous serez réellement content avec quel score ?
J.-M.L.P. : Je vise au moins les 25% en Paca. En espérant faire mieux. En France, j’espère qu’on aura plus de 100 élus dont une vingtaine ici.

– Pouvez-vous vous allier avec la majorité présidentielle ?
J.-M.L.P. : En faisant une liste unique au premier tour, et en disant qu’ils ne changeraient pas au second, ils ont choisi d’eux-mêmes.

– Est-ce votre dernière campagne électorale ?
J.-M.L.P. : Je ne sais pas. Pour 2012, cela ne serait pas très raisonnable. En 2011, un congrès du Front national sera organisé et je résilierai mes fonctions de président de ce parti.

Recueilli par Florent Provansal

.

Mariani (UMP) : « Tout reste possible pour nous »

Thierry Mariani a recueilli 26,6% des suffrages au premier tour. Photo Cyril Sollier

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. Le leader de l’UMP a notamment déclaré que Jean-Marie Le Pen était « là uniquement pour faire des sièges« . Et rappelle que « le prochain président s’appellera Vauzelle ou Mariani. »

– Quel bilan tirez-vous du scrutin de dimanche dernier ?
Thierry Mariani : Il y a deux façons de voir les choses. On est arrivé en tête, ce qui est inespéré par rapport au début de la campagne. Et je note que pour le président sortant, Michel Vauzelle, seulement un électeur sur huit a voté pour lui. En revanche, j’aurais souhaité que l’on fasse plus de voix, qu’on soit plus largement en tête. Mais tout reste possible pour nous, dimanche, au deuxième tour.

– Ne faut-il pas y voir la marque d’une certaine déception d’une partie de votre électorat ?

T.M. : Il y a effectivement une partie de notre électorat qui est déçue. Et qui attend plus de nous, c’est évident . C’est comme cela que j’analyse la remontée du Front national.

– Comment comptez-vous remobiliser cet électorat qui vous a fait défaut ?
T.M. :
En rappelant que le prochain président s’appellera Vauzelle ou Mariani. Pas Jean-Marie Le Pen. Il est là uniquement pour faire des sièges. J’observe que le matin du vote, Le Pen est à Saint-Cloud et qu’il vient faire, plus tard, le commentaire des élections en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

– Quelles garanties pouvez-vous apporter pour les rassurer au 2e tour ?
T.M. : Mon profil parle pour moi. Il n’est pas une posture électorale. Depuis 1993, j’ai été l’un des députés de droite à être parmi les plus actifs en matière d’immigration ou de sécurité, ce qui n’est pas négligeable.

– La posture récente de Nicolas Sarkozy sur la sécurité après la mort d’un policier en Seine-et-Marne ne risque-t-elle pas d’être perçue comme une récupération politique par l’opinion ?
T.M. :
On ne récupère pas, en une semaine, ce qui a été fait ou n’a pas été fait en amont. Ce qui est important, c’est de tenir compte du message qui a été adressé par les électeurs.

– On a l’impression que vous tentez de lancer des signaux forts aux électeurs écologistes. N’est-ce pas le sens à donner à ces tracts où vous mettez en avant vos propositions en matière d’environnement ?
T.M. : Les tracts que vous évoquez ont déjà été distribués avant le premier tour. Ce qui est surprenant pour nous, c’est l’accord passé récemment à gauche. Le programme des Verts et du Front de gauche est aux antipodes du PS. Nous, nous représentons une écologie raisonnée, raisonnable, compatible avec le développement humain.

– La polémique sur le soutien de la région à Iter fait beaucoup de bruit dans votre camp…
T.M. :
… Parce que c’est un symbole fort des contradictions de la gauche. Et que c’est une image déplorable qu’on donne de la France et de la région à l’extérieur. C’est un pur accord électoral qui donne un chèque en blanc à l’équipe sortante. Mme Vichnievsky avait fait de belles déclarations sur la probité et la transparence. En une journée, ses beaux discours se sont évaporés. C’est de l’enfumage. Comme la recomposition des listes, où des candidats comme M. Coppola changent de département au 2e tour, ce qui constitue une première dans une élection. C’est légal. Mais totalement amoral.


– Compte tenu de votre absence de réserve de voix au 2e tour, l’accord national passé à droite avec différentes formations n’était-il pas une erreur ?

T.M. : Je ne pense pas. Dans la politique il y a toujours une dimension morale. Et il n’y a pas de divergence de fond entre nous et ces différentes formations. On est d’accord sur l’essentiel. 

Recueilli par Philippe Faner 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :