Accueil > le pen/fn, paca, politique, société, territoires > Paca : Le Pen présidera la séance inaugurale de la région

Paca : Le Pen présidera la séance inaugurale de la région

 

Le Figaro – 24/03/2010

«J'avais senti le succès venir tout au long de la campagne», a affirmé le président du FN après les résultats des régionales. Crédits photo : AP

Le président du FN explique son succès par «la rancœur envers Nicolas Sarkozy».

«J’ai un peu retrouvé l’atmosphère de ma campagne présidentielle de 2002.» Rencontrant la presse au terme d’un bureau politique du Front national, Jean-Marie Le Pen jubilait, ce mardi, en commentant le score de son parti aux régionales : 11,42% au premier tour et 17,81% en moyenne au second dans les douze régions où il avait pu se maintenir. Jean-Marie Le Pen, pour sa part, a respectivement obtenu 20,27% et 22,87% aux deux tours de scrutin en Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Comble de satisfaction, le président du FN, né en 1928, présidera vendredi, à Marseille, la séance inaugurale du conseil régional en sa qualité de doyen d’âge. Un rôle de pure forme pour une séance qui devrait voir Michel Vauzelle reconduit à la tête de la région. L’intéressé vit toutefois cette situation comme une petite revanche. Au printemps 2009, le Parlement européen avait modifié son règlement intérieur pour l’empêcher de présider la séance inaugurale après les élections européennes du 7 juin dans l’hypothèse où il serait alors le doyen d’âge. Aussi le président du FN est-il bien décidé à se faire plaisir vendredi. «Je vais prononcer un discours, même si les élus de gauche vont sans doute quitter la salle pendant mon allocution», confie-t-il en marge de sa conférence de presse. 

«J’avais senti le succès venir»

Savourant les résultats des régionales comme un grand cru, Jean-Marie Le Pen a assuré qu’il avait annoncé «trois semaines avant le premier tour» que le FN «dépasserait les 10% au plan national» et que lui-même «atteindrait 20% en Provence-Alpes-Côte d’Azur». Les pronostics flatteurs sont de rigueur lorsqu’on est candidat. Au cours de la campagne, les commentateurs se sont donc montrés sceptiques devant les prédictions de Jean-Marie Le Pen, volontiers hâbleur. À tort cette fois-ci. 

«J’avais senti le succès venir tout au long de la campagne», affirme le président du FN. Il a attribué son score à «la rancœur envers Nicolas Sarkozy» et «à l’islamisation, l’insécurité et le chômage». Résolu à savourer son succès, l’ancien candidat à l’Élysée invoque ensuite des raisons plus personnelles. «Je suis un des Français les plus connus. Ma notoriété approche les 100%. Une famille africaine est venue me saluer avec sympathie dans la rue», soutient le président du FN. «C’est un signe qui ne trompe pas. Je fais partie du patrimoine politique français» , se vante l’homme qui fut élu député pour la première fois en janvier 1956. 

Présente à ses côtés, Marine Le Pen, vice-présidente du FN, accuse une fois encore les sondeurs d’avoir «délibérément minimisé les intentions de vote en notre faveur pour dissuader nos électeurs potentiels de se déplacer». À l’en croire, c’est la raison de l’échec des listes FN en Île-de-France, en Basse-Normandie et en Midi-Pyrénées à atteindre la barre fatidique des 10% qui permettait de se maintenir au second tour. Tout en approuvant sa fille du regard, Jean-Marie Le Pen est déjà ailleurs. Il songe à son discours de vendredi. 

Guillaume Perrault

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :