Archive

Archive for the ‘identité nationale’ Category

In French voting, ultranationalist Le Pen shows his party is still in the game

Washington Post – 27/03/2010

MARSEILLE, FRANCE — For Jean-Marie Le Pen, it was a moment of personal triumph, recognition that his far-right National Front is still a force to be reckoned with and that the ultranationalist movement remains a landmark in the French political landscape.

France, Le Pen harangued regional leaders, is being weakened by Third World immigrants under President Nicolas Sarkozy’s feckless policies while the country’s budget deficits are ballooning out of control and the expanded European Union is condemned to collapse under its own weight.

« All the elements of destabilization, and even of civil war, are falling into place, » he warned darkly.

Le Pen, his trademark silver mane brushed straight back and his face as pink as ever, issued his analysis Friday while presiding over the Provence regional assembly, in the southern city of Marseille, which held its opening session five days after a regional election in which the National Front slate, with Le Pen at its head, won about 23 percent of the vote.

The score here was part of a nationwide comeback in which the National Front won nearly 10 percent of the overall vote and captured 118 seats in 12 of the 22 regions in mainland France. Le Pen’s daughter and likely successor, Marine Le Pen, was one of the National Front’s top scorers, with 22 percent of the vote in the northern French region of Nord-Pas de Calais.

The National Front’s showing, here in Marseille and nationally, remained a minority of the vote and did not go beyond its successes in the 1980s and 1990s, when the anti-immigrant group pushed its way into the thick of French politics. But it dispelled a widely accepted notion that Sarkozy, with his conservative stands in the 2007 presidential election, had siphoned off a large percentage of National Front voters

The millions of French people upset over immigration and the increasing visibility of Muslims in Europe, it turned out, still find their traditionalist values in Le Pen’s France-first views, rather than in Sarkozy’s business-oriented conservatism. The party’s success, Le Pen told reporters, was due in large part to « resentment against Sarkozy » and his failure to fulfill promises he made during the 2007 campaign.

« The coming times are going to be perilous, » Le Pen told the assembly. His party’s improved showing, he added, « was an undeniable sign that traditional political parties are being disavowed. »

Le Pen’s time presiding over the assembly Friday was short, granted only because, at 81, he is the doyen of the Regional Council. Michel Vauzelle, a Socialist whose slate scored about 44 percent in the election, took over as soon as a vote was held to reelect him as regional president.

But the opportunity to make a speech from the president’s chair, despite an air of last hurrah, marked a moment of revenge for Le Pen. The European Parliament last year modified its internal rules to prevent a similar situation, humiliating the veteran nationalist and emphasizing the accepted wisdom that his momentum was spent.

Ronald Perdomo, a longtime right-wing figure in Marseille who broke with Le Pen to found his own party, said the National Front has gained back support in southern France in part because of concern over plans to build a Grand Mosque for the Marseille area’s estimated 200,000 Muslims. The concern, he said, was magnified by Sarkozy’s « grand debate » over national identity, which encouraged concern about immigrants and Muslims, and the government’s controversial plans to restrict the wearing of full-face veils by Muslim women in France.

Set aside pending the regional elections, debate on the veil controversy is about to flare again, and Le Pen is ready to play a role. He has repeatedly said the solution is to enforce France’s existing laws in such a way that women cannot wear a full veil in public. Several government figures also have suggested that may be the only solution compatible with the constitution.

Only a small number of women in France wear such veils; estimates from the Interior Ministry have ranged from several hundred to several thousand. But the issue has taken on symbolic strength, a measure of France’s determination to have the country’s estimated 5 million Muslims adapt to its historically Christian traditions.

Despite concern over the veil, the overriding message in the regional voting, Perdomo said, was disaffection for traditional politics in general. This, he said, was made clear by an abstention rate of 54 percent for the elimination round and nearly 50 percent for Sunday’s runoff.

« The whole political establishment is being disavowed by the voters, » he said.

As if dispatched by central casting, a Marseille taxi driver eagerly endorsed Perdomo’s analysis. « I didn’t vote, and I am not going to vote anymore in the future, » he said. « The politicians are taking us for fools. I voted for Sarkozy last time. But he made all these promises, and then did the opposite. »

Le Pen’s ability to reflect such sentiment is a great source of his continued strength at the polls, analysts suggested. « He represents a vote of hostility toward the two big institutional parties, in a context of fear of losing economic status and suffering from unemployment, » Alain-Gérard Slama said in a commentary in Le Figaro newspaper.

Despite his advancing age, Le Pen has shown no sign of backing away from the political arena. He has begun to walk more slowly but still campaigns tirelessly and wields the French language like a bludgeon.

To a radio reporter who asked him this week if the regional elections were his last campaign, he responded: « I don’t know. Is this your last interview? »

By Edward Cody

Trois hommes et un scrutin – La Provence 19 mars 2010

La Provence – 19/03/2010

.

Vauzelle (PS) : « Je suis raisonnablement confiant »

 

Michel Vauzelle a recueilli 25,8% des suffrages au premier tour. Photo Guillaume Ruoppolo

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. La tête de liste socialiste veut, par exemple, convaincre les abstentionnistes du premier tour d’aller voter en affirmant que « dimanche sera l’occasion de dire qu’il y a un autre modèle de société que celui de Nicolas Sarkozy. »

– L’alliance signée avec Europe écologie concernant notamment Iter met le feu aux poudres. Quels en sont les termes précis ?
Michel Vauzelle :
La Région a rempli son contrat. Nous apporterons 152 millions d’euros comme prévu. Soixante-dix millions affectés à la « machine », au réacteur même, 60 millions pour le lycée international de Manosque, 15 millions à l’aménagement de la ligne ferroviaire Val de Durance, le reste consacré aux aménagements. Cette alliance ne remet pas en cause les 152 millions dont 80 à 90 millions ont déjà été débloqués. Si la Région doit rajouter de l’argent pour des éléments de confort des habitants ou l’accueil des industries induites, on interviendra. En ce qui concerne la machine elle-même, nous ne paierons plus les surcoûts éventuels.

– Comment réagissez-vous à la polémique déclenchée par l’UMP ? Lire la suite…

Régionales : Le Pen, Mariani, Vauzelle, le match TV

La Provence – 18/03/2010

Le Pen, Mariani et Vauzelle s'affronteront lors du second tour. Photos LP

Un « Face à la presse » avec les trois candidats qualifiés pour le second tour des élections régionales en Paca a eu lieu aujourd’hui, organisé par France 3 Provence-Alpes & Côte d’Azur qui le diffusera ce soir à 22h35. Durant une heure, il met en lice Jean-Marie Le Pen (Front national), Thierry Mariani (UMP) et Michel Vauzelle (PS). Ils sont interviewés par Didier Pillet, PDG de « La Provence », Andrée Brunetti, la rédactrice en chef de France Bleu Vaucluse, et Hugues Girard, grand reporter France 3 Provence-Alpes. Best-of.

Jean-Marie Le Pen (Front national)

– Gaudin : « M. Gaudin, notamment par la promotion qu’il fait de la mosquée-cathédrale à Marseille, prend une responsabilité que je ne lui pardonne pas et pour laquelle je le dénonce ».

– L’abstention : « Les gens ne s’intéressent pas à un cinéma où il n’y a pas de film. Le refus de M. Vauzelle de débattre au premier et au deuxième tour retire à cette élection le caractère de confrontation légitime. La politique, c’est un combat. Or, ce combat est tellement stérilisé qu’il n’y a plus de spectacle, plus d’intérêt ».

Thierry Mariani (UMP)

– Iter : « Avec M. Vauzelle et les écologistes, les engagements pris seront tenus mais aucun engagement futur ne sera pris. En clair, le message terrible pour l’étranger, c’est quoi ? Allez leur expliquer que ce projet pour lequel tout le monde s’est battu, il ne nous intéresse plus… ».

– L’ouverture : « Je suis partisan de l’ouverture plus loin… mais plus loin à droite. Moi, j’en ai assez de voir par moment des personnes nommées qui ont toujours combattu nos idées. Nous avons fait preuve d’ouverture mais à un moment, il ne faut pas oublier nos amis ».

Michel Vauzelle (PS)

– Union de la gauche : « La gauche a gagné au premier tour mais malheureusement, il eut fallu, pour répondre à l’attente de la population face à une droite qui n’a jamais été aussi destructrice, l’union dès le premier tour. Mais peu importe, nous avons maintenant l’union avec les écologistes, les communistes, les socialistes et tous les républicains ».

– L’abstention : « Le premier responsable de l’abstention aux régionales, c’est Nicolas Sarkozy. Les gens ne croient plus à la politique quand un président ment, quand il change d’avis. Un jour il dit que les élections régionales sont un test national, un jour il dit que c’est un test local, les gens n’y comprennent plus rien ».

Le Front national vise 20 sièges

Métro – 18/03/2010

Stéphane Ravier, tête de liste FN dans les Bouches-du-Rhône.

Stéphane Ravier, tête de liste FN dans les Bouches-du-Rhône. Photo : André Chan

Le Front national a créé la surprise dimanche dernier avec 20,29 % des suffrages en Paca, au 1er tour des régionales.

« Le Pen misait sur un score de 20 % à 15 jours du 1er tour. J’attendais 16 ou 17 % au mieux » se souvient Stéphane Ravier, conseiller municipal et tête de liste FN dans les Bouches-du-Rhône. Avec 20,29 % des suffrages, le Front national réalise en effet son meilleur score au niveau national.

Un bon résultat qui doit sans doute beaucoup au fait que Jean-Marie Le Pen était tête de liste dans notre région. « Mais pas seulement », estime Stéphane Ravier : « Quand ça va mal en France, ça va encore plus mal en Paca ». « Nice et Marseille sont en tête de l’insécurité pour les villes de plus de 200 000 habitants. Nous avons également plus de chômage et un salarié sur quatre qui vit en-desous du seuil de pauvreté ».

Le débat sur l’identité nationale ou la burqa, les hamburgers hallal vendus chez Quick et les procès intentés par les associations comme le Mrap ou la Licra après la sortie de l’affiche du FN montrant une France recouverte d’un drapeau algérien et hérissé de minarets ont fait le reste.

« Même si tout cela s’est produit à l’insu de notre plein gré » s’amuse Stéphane Ravier. Pour lui, le succès du FN s’explique aussi par ses thèmes de campagnes, l’immigration, la sécurité et l’emploi, qui font mouche auprès des électeurs de la région : « Sur les marchés, on ne m’a jamais parlé des TER ou des lycées mais à chaque fois de l’insécurité ou de de l’immigration » explique la tête de liste départementale.

Julien Dukmedjian

Le Front national veut profiter de la dynamique créée par le premier tour pour maintenir son score, voire l’améliorer grâce au réservoir de voix des électeurs de la Ligue du sud et d’une partie des abstentionnistes. « On a encore une marge de progression » estime M. Ravier qui vise 20 sièges dans l’hémicycle régional, l’équivalent de ce que le FN avait obtenu en 2004.

8 % des électeurs de Sarkozy en 2007 ont voté Front national au premier tour

Les Echos – 17/03/2010

Qui sont les 2,22 millions de Français (11,42 % des voix) qui ont voté pour le FN dimanche ? L’analyse du vote et un sondage OpinionWay-Fiducial pour « Le Figaro », LCI et RTL, effectué auprès de plus de 9.300 personnes, permettent de dresser un portrait-robot de ces électeurs.

Des hommes de 35 à 49 ans. C’est une constante du vote d’extrême droite ; elle n’en est pas moins flagrante. Si l’on en croit l’étude d’OpinionWay, les deux tiers des électeurs du Front national (64 %) au premier tour des régionales sont des hommes. La classe d’âge la plus représentée est celle des 35-49 ans : 15 % d’entre eux (contre 8 % pour les plus de 60 ans) ont choisi un bulletin Front national. « Ce sont eux qui sont le plus affectés par la crise économique », explique Bruno Jeanbart, le directeur général adjoint d’OpinionWay.

Des classes populaires. L’analyse révèle un clivage sociologique très fort. Alors que 5 % seulement des cadres et professions intellectuelles ont voté Front national, c’est le cas de 17 % des catégories populaires. Une proportion encore un peu plus élevée parmi les ouvriers. Un électeur FN sur cinq appartient à cette catégorie professionnelle et deux sur cinq aux milieux populaires. Pas moins de 19 % des ouvriers ont soutenu le parti d’extrême droite, contre 17 % pour l’UMP (le PS caracolant loin devant avec 27 %). A la présidentielle de 2002, Jean-Marie Le Pen était arrivé en tête du vote ouvrier (24 %), devant Jacques Chirac et Lionel Jospin. Près de 16 % des chômeurs ont par ailleurs soutenu le FN dimanche.

Dans le Nord-Est et le Sud-Est. La France est quasiment coupée en deux, bien plus nettement qu’aux dernières européennes. C’est dans sa partie est, au Sud comme au Nord, que le FN a obtenu ses meilleurs scores. Notamment en Paca et dans le Nord-Pas-de-Calais, avec Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine. Tous deux ont réalisé les plus fortes hausses par rapport au scrutin de 2009. A l’inverse, sur la façade atlantique, le FN a obtenu au mieux 8,3 % (en Aquitaine).

D’anciens électeurs de Le Pen. Les candidats frontistes, qui ont recueilli les voix de 76 % des électeurs de Le Pen en 2007, se vantent surtout d’avoir fait revenir dans leur escarcelle ces électeurs que lui avait ravis Nicolas Sarkozy. « Sur 100 électeurs FN, 20 avaient voté Sarkozy à la présidentielle », explique Bruno Jeanbart. Présenté autrement, 8 % de ceux qui avaient voté UMP à la présidentielle ont cette fois choisi le FN, comme 20 % des électeurs de Philippe de Villiers. A l’inverse, 2 % des électeurs de Le Pen en 2007 se seraient tournés vers la majorité aux régionales et 10 % d’entre eux vers le PS. Le caractère contestataire du vote de dimanche saute aux yeux : 60 % d’entre eux se sont prononcés en fonction « des enjeux nationaux ». En pensant à l’immigration, à la sécurité et à « la manière dont le pays est gouverné ».

PIERRE-ALAIN FURBURY

Front National (4 articles)

Les électeurs du FN rentrent au bercail

L’Humanité – 16/03/2010
Remis en selle par le débat sur l’identité nationale, le FN a récupéré une partie des voix « siphonnées » par Nicolas Sarkozy en 2007, profitant du mécontentement et de la crise.

Annoncé comme cliniquement mort, du fait du « siphonnage » de ses voix par Nicolas Sarkozy en 2007, le Front national se maintiendra tout de même dans douze régions au second tour. Pour son dernier combat, Jean-Marie Le Pen a entonné, hier soir, le refrain qu’il affectionne tant  : « Le Front national a montré qu’il était toujours une force nationale, probablement de plus en plus grande. » Crédité de 20,8 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur, de 18,31 % dans le Nord-Pas-de-Calais ou encore de 15,8 % en Picardie et en Champagne-Ardenne, le parti d’extrême droite a fait des petits sur l’ensemble du territoire. À ses côtés, le Parti de la France de Carl Lang a, par exemple, récolté 3,55 % des voix dans le Centre, la Ligue du Sud de Jacques Bompard a attiré à elle 2,3 % des suffrages en Paca, tandis que la liste Ch’tis de François Dubout recueille 3,02 % des voix. Ainsi, dans toutes les zones d’implantation traditionnelle du FN, où Nicolas Sarkozy avait réalisé de bons scores à l’élection présidentielle, les électeurs se détournent du parti majoritaire au profit du Front national. Ce qui n’était pas le cas aux européennes. En Paca, le FN, aux petits soins depuis les années 1980 avec les rapatriés d’Algérie, a continué sur sa lancée. En janvier dernier, avant son meeting de Toulon, Jean-Marie Le Pen avait déposé une gerbe devant le monument dédié « aux martyrs de l’Algérie française », pour les cinquante ans des barricades d’Alger. Dans la même veine, le mouvement de jeunesse du FN, le FNJ, a mené une campagne agressive, placardant des affiches aux minarets menaçants.

Preuve qu’il ne suffisait pas de récupérer le terreau idéologique sur lequel prospère l’extrême droite pour l’affaiblir. Si Nicolas Sarkozy a effectivement pu récupérer une partie des électeurs de l’extrême droite en 2007, on peut désormais présumer que le FN disposait d’une réserve non négligeable d’électeurs parmi les abstentionnistes du scrutin européen et dans l’électorat de droite traditionnel. Le FN, revigoré par le débat sur l’identité nationale, a profité de la « porte » ouverte par le chef de l’État, a estimé la première secrétaire du PS, Martine Aubry. Le Front national a également misé sur la crise en menant une campagne aux forts accents sociaux. Dans le Nord-Pas-de-Calais, en pleine polémique sur la fermeture de la raffinerie Total des Flandres, Marine Le Pen a multiplié les initiatives à la sortie des usines. « Le sentiment d’abandon des ouvriers, des classes populaires, la colère contre le pouvoir risquent, sur fond de divisions, de se cristalliser en votes en faveur du FN », alertait, pendant la campagne, Bernard Baude, maire (PCF) de Méricourt, au cœur du bassin minier.

À Hénin-Beaumont, où Marine Le Pen recueille 39 % des voix, cette instrumentalisation de la désespérance sociale s’est conjuguée, pour le pire, au « Tous pourris » cher au FN, dans une ville où l’ex-maire socialiste, Gérard Dalongeville, avait été mis en examen et écroué en avril 2009 pour détournement de fonds publics et faux en écriture et favoritisme présumé. En renforçant son ancrage électoral, Marine Le Pen, également vice-présidente du FN, conforte sa crédibilité pour reprendre le flambeau du parti contre Bruno Gollnisch. Jean-Marie Le Pen n’a d’ailleurs pas hésité à se délecter  : « Ces scores prouvent que Le Pen est une bonne marque. »

Longtemps affaibli par ses divisions internes et par une hémorragie de cadres et de militants, le FN espère faire de ces élections régionales, un tremplin. Dans un contexte de crise économique et sociale qui donne des ailes aux formations d’extrême droite partout en Europe.

Rosa Moussaoui et Lina Sankari

.

Lire la suite…

Tchat : quel scénario pour les régionales ?

La Provence – 12/03/2010

A deux jours du premier tour, LaProvence.com invite donc Daniel van Eeuwen, professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, à répondre à vos questions sur ces élections, vendredi 12 mars de 15h30 à 16h30. Comme il l’avait fait en décembre dernier, en tout début de campagne.

Analyse des sondages, impact de l’abstention, retour sur la campagne et le programme de chacun, réserves de voix ou encore hypothèses d’alliances au second tour… Rien ne sera éludé.

laprovence.comBonjour à tous,
ce tchat avec Daniel van Eeuwen va pouvoir commencer.

Daniel van Eeuwen Bonjour, je suis heureux de vous retrouver ou de découvrir certains d’entre vous pour un nouveau dialogue.

polokiebobonjour,
en tant normal, si un grand patron d’entreprise avait les mêmes résultats que M.Vauzelle après un mandat de 6 ans, il ne serait pas reconduit dans ses fonctions.
Pourquoi n’en est-il pas de même en politique. Le bilan de M.Vauzelle n’est vraiment pas bon. il devrait être sanctionné dans les urnes.
Pourquoi fait-on de ce scrutin un enjeu national ? Ce n’est pas les présidentiels !

Daniel van Eeuwen Il appartient aux candidats et notamment aux adversaires de monsieur Vauzelle d’évaluer son bilan et ce sera bien évidemment l’un des éléments du vote de dimanche.
Ce scrutin est en effet pour partie un scrutin national car l’élection se situe au milieu du mandat présidentiel et c’est donc généralement une occasion que saisissent les électeurs pour envoyer un message aux gouvernants. Le plus souvent, il s’agit davantage d’exprimer un mécontentement qu’une approbation. Ce ne sont donc pas les élections présidentielles mais elles offrent une opportunité unique jusqu’en 2012 de se prononcer sur l’action du chef de l’Etat.

martine56Bonjour,
Pensez-vous que le score du Front National sera plus élevé que prévu (donc plus d’élus) ? Ce parti est-il en train de remonter à la surface ? Merci. Lire la suite…