Archive

Posts Tagged ‘abstention’

In French voting, ultranationalist Le Pen shows his party is still in the game

Washington Post – 27/03/2010

MARSEILLE, FRANCE — For Jean-Marie Le Pen, it was a moment of personal triumph, recognition that his far-right National Front is still a force to be reckoned with and that the ultranationalist movement remains a landmark in the French political landscape.

France, Le Pen harangued regional leaders, is being weakened by Third World immigrants under President Nicolas Sarkozy’s feckless policies while the country’s budget deficits are ballooning out of control and the expanded European Union is condemned to collapse under its own weight.

« All the elements of destabilization, and even of civil war, are falling into place, » he warned darkly.

Le Pen, his trademark silver mane brushed straight back and his face as pink as ever, issued his analysis Friday while presiding over the Provence regional assembly, in the southern city of Marseille, which held its opening session five days after a regional election in which the National Front slate, with Le Pen at its head, won about 23 percent of the vote.

The score here was part of a nationwide comeback in which the National Front won nearly 10 percent of the overall vote and captured 118 seats in 12 of the 22 regions in mainland France. Le Pen’s daughter and likely successor, Marine Le Pen, was one of the National Front’s top scorers, with 22 percent of the vote in the northern French region of Nord-Pas de Calais.

The National Front’s showing, here in Marseille and nationally, remained a minority of the vote and did not go beyond its successes in the 1980s and 1990s, when the anti-immigrant group pushed its way into the thick of French politics. But it dispelled a widely accepted notion that Sarkozy, with his conservative stands in the 2007 presidential election, had siphoned off a large percentage of National Front voters

The millions of French people upset over immigration and the increasing visibility of Muslims in Europe, it turned out, still find their traditionalist values in Le Pen’s France-first views, rather than in Sarkozy’s business-oriented conservatism. The party’s success, Le Pen told reporters, was due in large part to « resentment against Sarkozy » and his failure to fulfill promises he made during the 2007 campaign.

« The coming times are going to be perilous, » Le Pen told the assembly. His party’s improved showing, he added, « was an undeniable sign that traditional political parties are being disavowed. »

Le Pen’s time presiding over the assembly Friday was short, granted only because, at 81, he is the doyen of the Regional Council. Michel Vauzelle, a Socialist whose slate scored about 44 percent in the election, took over as soon as a vote was held to reelect him as regional president.

But the opportunity to make a speech from the president’s chair, despite an air of last hurrah, marked a moment of revenge for Le Pen. The European Parliament last year modified its internal rules to prevent a similar situation, humiliating the veteran nationalist and emphasizing the accepted wisdom that his momentum was spent.

Ronald Perdomo, a longtime right-wing figure in Marseille who broke with Le Pen to found his own party, said the National Front has gained back support in southern France in part because of concern over plans to build a Grand Mosque for the Marseille area’s estimated 200,000 Muslims. The concern, he said, was magnified by Sarkozy’s « grand debate » over national identity, which encouraged concern about immigrants and Muslims, and the government’s controversial plans to restrict the wearing of full-face veils by Muslim women in France.

Set aside pending the regional elections, debate on the veil controversy is about to flare again, and Le Pen is ready to play a role. He has repeatedly said the solution is to enforce France’s existing laws in such a way that women cannot wear a full veil in public. Several government figures also have suggested that may be the only solution compatible with the constitution.

Only a small number of women in France wear such veils; estimates from the Interior Ministry have ranged from several hundred to several thousand. But the issue has taken on symbolic strength, a measure of France’s determination to have the country’s estimated 5 million Muslims adapt to its historically Christian traditions.

Despite concern over the veil, the overriding message in the regional voting, Perdomo said, was disaffection for traditional politics in general. This, he said, was made clear by an abstention rate of 54 percent for the elimination round and nearly 50 percent for Sunday’s runoff.

« The whole political establishment is being disavowed by the voters, » he said.

As if dispatched by central casting, a Marseille taxi driver eagerly endorsed Perdomo’s analysis. « I didn’t vote, and I am not going to vote anymore in the future, » he said. « The politicians are taking us for fools. I voted for Sarkozy last time. But he made all these promises, and then did the opposite. »

Le Pen’s ability to reflect such sentiment is a great source of his continued strength at the polls, analysts suggested. « He represents a vote of hostility toward the two big institutional parties, in a context of fear of losing economic status and suffering from unemployment, » Alain-Gérard Slama said in a commentary in Le Figaro newspaper.

Despite his advancing age, Le Pen has shown no sign of backing away from the political arena. He has begun to walk more slowly but still campaigns tirelessly and wields the French language like a bludgeon.

To a radio reporter who asked him this week if the regional elections were his last campaign, he responded: « I don’t know. Is this your last interview? »

By Edward Cody

Publicités

Message de Michel Vauzelle

vauzelle2010.fr – 19/03/2010

.

Chères amies, Chers amis,

Plus que quelques heures avant le second tour des régionales…

Pour mobiliser un maximum de personnes, diffusez cette vidéo d’appel au vote à tous vos contacts et publiez-la sur vos comptes Facebook ou twitter.
.

.

Nos valeurs républicaines doivent triompher en Provence-Alpes-Côte d’Azur le 21 mars prochain !

Amitiés

Michel Vauzelle

« D’abord mettre la balle au fond »

La Marseillaise – 19/03/2010

Pierre Dharreville : « nous serons dans la majorité pour construire une gauche offensive, une gauche qui se bat et qui agit pour renverser l'ordre des choses » PHOTO ML THOMAS

Pierre Dharreville : « nous serons dans la majorité pour construire une gauche offensive, une gauche qui se bat et qui agit pour renverser l'ordre des choses » PHOTO ML THOMAS

Un accord a été signé entre les forces de gauche pour le deuxième tour. Quel est votre état d’esprit ?
D’abord, il faut mettre la balle au fond. Je ne suis pas certain que la droite ait bien compris l’avertissement de dimanche dernier. Elle doit se retrouver minoritaire dans les urnes dimanche parce que sa politique est minoritaire. Depuis la privatisation de La Poste jusqu’à la réforme des retraites, en passant par la destruction programmée des communes et de la démocratie locale, ça ne passe pas. Nous sommes déterminés à tout faire pour battre la droite et l’extrême droite. Et comme nous l’avons dit dès le départ, nous serons dans la majorité pour construire une gauche offensive, une gauche qui se bat et qui agit pour renverser l’ordre des choses.

L’abstention a été très forte dimanche dernier, comment analysez-vous ce phénomène ?
Durant toute la campagne, nous nous sommes battus pour convaincre que la politique pouvait changer les choses, s’il y avait une vraie volonté d’agir et de s’en prendre à la racine des problèmes. Nous avons rencontré beaucoup d’hommes et de femmes gagnés par la résignation, une résignation accentuée par la crise et par la violence de la politique de la droite. Mais cette résignation, il faut bien reconnaître que la gauche y a aussi eu sa part lorsqu’elle n’a pas su sortir des logiques d’accompagnement du système et qu’elle a manqué d’audace pour faire face aux défis. C’est pour cela que nous avons initié le Front de gauche. Et nous allons porter cette ambition majeure jusque dans les institutions au sein de la gauche rassemblée. Pour nous donner de la force, il faut que la victoire de dimanche soit sans appel, il faut que Nicolas Sarkozy ne puisse pas se prévaloir d’une majorité silencieuse. Et il faut que Le Pen soit renvoyé d’où il vient. La droite explique que les abstentionnistes lui sont favorables. Tout le monde sait que c’est loin de la vérité. C’est pour cela que nous appelons les abstentionnistes à venir s’exprimer dimanche massivement en votant pour la gauche.

Quelle est votre réaction devant le score du Front National ? Lire la suite…

Retour sur l’abstention (8 articles)

Régionales : la crise, une des raisons majeures de l’abstention

ladepeche.fr/Afp – 15/03/2010

.

Elections régionales 2010 : Taux d'abstention au 1er tour de toutes les élections depuis 1986

APF/Infographie

L’impuissance de la classe politique à régler les problèmes des Français en période de crise apparaît comme une des raisons majeures de l’abstention record observée dimanche au premier tour des régionales (53,64%), selon les analystes.

En 2004, au premier tour, l’abstention avait été de 39,16%. Le record avait été établi en 1998, quand le scrutin régional n’était qu’à un seul tour, avec 42,3%. Toutefois, ce niveau est encore très loin de celui enregistré lors des européennes de juin 2009, 59,37%.

Ce résultat, pour Frédéric Dabi (Ifop), « illustre au niveau national le désenchantement à l’égard des politiques dans un contexte de crise ». « En quoi mon vote va changer ma situation, se demande l’électeur », relève M. Dabi.

« On paie ainsi les espoirs déçus de 2007 », quand la participation très élevée avait exprimé de fortes attentes de la part des principaux candidats à la présidentielle, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et François Bayrou. 83,97% des électeurs avaient voté au premier tour de la présidentielle de 2007. « Le compte n’y est pas, estiment maintenant les gens qui ne voient plus l’intérêt de se rendre aux urnes », poursuit M. Dabi.

Un sondage de l’institut CSA pour Le Parisien/Europe 1 réalisé dimanche, jour du scrutin, confirme cette tendance. 29% des abstentionnistes ne sont pas allés voter considérant que « cela ne changera pas leur vie quotidienne ». Ils sont autant à avoir voulu « exprimer leur mécontentement » et 28% un désintérêt pour la politique (contre 18% pour les abstentionnistes des Européennes de 2009).

Pour Bruno Jeanbart (Opinionway), l’ampleur de l’abstention constitue une surprise. « La question que nous nous posions la semaine dernière, c’était de savoir si elle dépasserait ou non les 50% », a-t-il dit.

« La crise renforce clairement le désenchantement à l’égard des politiques », dit aussi M. Jeanbart, utilisant la même expression de son confrère. Ainsi, l’abstention est très forte chez les jeunes, les plus sensibles aux difficultés de recherche d’emploi ( 64% contre 37% chez les 60 ans et plus). De la même manière, 60% des ouvriers ont boudé les urnes, contre 45% de cadres.

Autre phénomène, l’abstention a touché plus l’électorat de droite (44%) que l’électorat de gauche (39%). « Cette abstention-sanction explique en partie les mauvais résultats de la droite », estime M. Jeanbart.

Par ailleurs, Frédéric Dabi comme Bruno Jeanbart relèvent que, pour la première fois, les élections régionales n’ont pas été couplées cette année avec des élections cantonales. « Cela a joué en zone rurale où les gens ont l’habitude d’aller voter pour leur conseiller général qu’ils connaissent », ajoute M. Jeanbart.

Frédéric Dabi souligne que le système électoral mis en place aux régionales, un scrutin de liste, ne crée pas de proximité avec les élus régionaux. Un sondage réalisé la semaine dernière sur les sujets de conversation des Français montrait également le faible niveau d’intérêt pour ces élections. En 2007, la présidentielle était en tête de leurs conversations, tout comme le referendum sur la constitution européenne en 2005.

Pour Bruno Jeanbart, le grand perdant de l’abstention, c’est la décentralisation. Observant que chaque élection régionale se traduit par un vote contre le pouvoir central, il estime que « la région n’arrive pas à s’imposer », ce qui pose une « vraie question » aux politiques. Et de proposer une amorce de solution: « Peut-être que les élections régionales ne devraient pas avoir lieu en même temps dans toutes les régions ». Lire la suite…

Thierry Mariani (5 articles)

Régionales-PACA: « Tout a fait gagnable » (UMP)

Europe 1 – 15/06/2010

.

Le tête de liste UMP en région PACA, Thierry Mariani a estimé lundi à Marseille, que ce scrutin était  » tout à fait gagnable » et s’est dit « décidé à jouer [sa] chance jusqu’au bout« . Thierry Mariani s’est dit également confiant par les réserves de voix  » extrêmement importantes » selon lui. Christian Estrosi, le maire de Nice et ministre de l’Industrie, présent sur place, a également évoqué « une complicité forte depuis François Mitterrand, entre la gauche et le Front national« . Dans cette région, l’UMP est arrivé en tête du premier tour devant le président socialiste sortant, Michel Vauzelle.

.

Paca: Mariani (UMP) croit en la victoire

Le Figaro/Afp – 15/03/2010

.

La tête de liste UMP en région Paca, Thierry Mariani, arrivé en tête à l’issue du premier tour des élections régionales avec 26,60% des voix, a estimé aujourd’hui à Marseille que ce scrutin était « tout à fait gagnable » et s’est dit « décidé à jouer [sa] chance jusqu’au bout ».

« Ce matin, une nouvelle élection a commencé. Pour nous, elle est tout à fait jouable et tout à fait gagnable. On est décidé à jouer notre chance jusqu’au bout », a déclaré Thierry Mariani, entouré à son QG de campagne de Christian Estrosi, maire de Nice et ministre de l’Industrie, Hervé Morin, ministre de la Défense, et Hubert Falco, maire de Toulon, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants.

Thierry Mariani s’est dit « sincèrement convaincu que nos réserves (de voix, ndlr) sont extrêmement importantes ». A ce propos, Christian Estrosi a dit n’avoir « aucun doute sur le fait qu’un grand nombre de nos électeurs se trouvent parmi les abstentionnistes ». Concernant le vote FN, Thierry Mariani a affirmé que « peut-être, avec la crise, les choses n’étaient pas aussi simples et n’allaient pas aussi vite qu’ils [les électeurs, ndlr] le souhaitaient ». Lire la suite…

Régionales Paca 2010 : analyses et réactions BOUCHES DU RHONE (7 articles)

Bouches-du-rhône: abstention record et PS en tête

France 3 -15/03/2010

Dans les Bouches-du-rhône le taux d'abstention pour les élections régionales a augmenté de plus de 17 points Dans les Bouches-du-rhône, le taux d’abstention est élevé-55,89%- et Michel Vauzelle arrive largement en tête-29,46%-

Si les accords se concrétrisent entre le PS-29,46%- et Europe Ecologie-10,17%- la gauche est assurée de remporter le élections dans les Bouches-du-rhône, dimanche prochain lors du 2d tour des élections régionales. Le Front de Gauche arrive en 5eme position-7,97%-, tandis que le NPA et LO totalisent 8,63% des voix.

Arrivée en tête au niveau régional avec 26,60%, l’UMP n’obtient que 22,03% dans les Bouches-du-rhône talonné par le Front National qui avec 20,54% des voix, crée la surprise. L’extrême droite totalise 22,36% des voix, avec une Ligue du sud portée par Jacques Bombard qui obtient 1,82%-au niveau régional le score monte à 2,69%-.

ABSTENTION RECORD LES BOUCHES-DU-RHONE

Dans le région, ce sont les électeurs des Bouches-du-Rhône avec 55,88%  d’abstention, qui se sont le moins déplacés pour aller voter, juste après les Alpes-Maritimes-56,82%-  suivi par le Var-55,64%-. En 2004, ce taux dans les Bouche-du-Rhône était de 38,11. Il augmente donc de 17,77 points pour ces élections régionales.

Muriel Gensse

Cliquez ici pour retrouver les résultats dans les Bouches-du-Rhône

Lire la suite…

Chute du taux de participation et grève à France 3

Régionales PACA: chute libre du taux de participation

La Provence – 14/03/2010 17h30

A 17 heures, le taux de participation au premier tour des élections régionales est en nette baisse en Paca. Sur l’ensemble de la région , il est de 38,27% alors qu’en 2004 – à la même heure et pour le même type d’élection – il était de 50,92%. Une chute de près de 13 points !

Le point dans chaque département :

-Alpes-de-Haute-Provence: le taux de participation était de 44,48% pour les Régionales. Il était à la même heure pour la même élection de 56,08 % en 2004.

– Alpes-Maritimes:  : le taux de participation était de 35,24%. En 2004 : 47,94%

– Bouches-du-Rhône: Le taux de participation aux élections régionales est de 37,4 % à 17 heures. Il est en chute de près de six points puisqu’il était de 50,77% à la même heure en 2004 lors des élections régionales précédentes.

– Hautes-Alpes : le taux de participation était de 39,43%. En 2004 : 55,58%

– Var : le taux de participation était de 39,6%. En 2004 : 51,41%

– Vaucluse:  le taux de participation aux Régionales est estimé à 42,28%. Il était de 54,71% aux mêmes élections et à la même heure en 2004.

.

Pas de soirée électorale sur France 3 Paca pour cause de grève

La Provence – 14/03/2010 17h45

Logo : France 3

.

Pas de soirée électorale sur France 3 Paca. Plusieurs journaux de la mi-journée, dont l’édition nationale, ont été perturbés par la grève à l’appel de la CGT de France Télévisions. A la mi-journée, déjà « plusieurs » éditions régionales, ainsi que le journal national de France 3, ont été perturbés et ont dû notamment être remplacées par des journaux tout en images, sans présentateur.

Vendredi, des négociations ont bloqué sur la renégociation des conventions collectives pour les 11 000 salariés du groupe public (France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO). La CGT demandait notamment de revenir sur la « généralisation du forfait jour », considérée par le syndicat comme « une remise en cause des 35 heures ». La direction de France Télévisions « regrette cette situation mais estime qu’un certain nombre de revendications formulées dans le préavis de grève ne peuvent pas faire l’objet d’un compromis ».

La soirée électorale de France3 peut se suivre en direct sur leur site : http://mediterranee.france3.fr/regionales-2010/