Archive

Posts Tagged ‘bouches du rhône’

L’Assemblée nationale lève l’immunité parlementaire de la socialiste Sylvie Andrieux

L’Express – 07/04/2010

AFP/Archives/Gerard Julien - Photo prise le 04 mars 2010 à Marignane de la députée PS Sylvie Andrieux

PARIS – Le bureau de l’Assemblée nationale a autorisé mercredi, à l’unanimité, la levée de l’immunité parlementaire de la députée PS des Bouches-du-Rhône Sylvie Andrieux, dans le cadre d’une enquête sur des détournements présumés de fonds publics, a-t-on appris de source parlementaire.

La décision a été actée dans la matinée lors d’une réunion de l’organe dirigeant du Palais-Bourbon. « A l’unanimité de ses membres« , le bureau « autorise en cas de mise en examen et en tant que de besoin l’application à Mme Sylvie Andrieux de la mesure de contrôle judiciaire prévue au 9 de l’article 138 du code de procédure pénale« .

Cela équivaut à une levée d’immunité parlementaire, a-t-on précisé de source parlementaire.

Le juge marseillais Franck Landou avait récemment transmis à l’Assemblée la demande de levée d’immunité parlementaire, afin de pouvoir procéder à des auditions sous le régime de la garde à vue ainsi qu’à un éventuel contrôle judiciaire.

Mme Andrieux, 48 ans, députée depuis 1997 et ancienne vice-présidente de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, avait elle-même fait savoir mardi qu’elle souhaitait cette levée pour avoir accès au dossier.

Vingt-deux personnes ont déjà été mises en examen dans cette enquête portant sur le détournement de plus de 700.000 euros par des associations présumées fictives, subventionnées par le conseil régional de Paca.

PS : Vauzelle – Guérini – Mennucci, chronologie d’une guerre secrète

La Provence – 02/04/2010

Patrick Mennucci, Jean-Noël Guérini, Michel Vauzelle. Photos LP

Depuis trois semaines, les luttes d’influence qui secouent le Parti socialiste dans les Bouches-du-Rhône ont pris un tour nouveau. Après avoir marqué la campagne des élections régionales, les rivalités entre Guérini et Mennucci d’abord, puis entre Guérini et Vauzelle ensuite, provoquent une tempête comme le PS n’en avait plus connue depuis les années 80/90. Selon les derniers échos, l’heure serait toutefois à la détente.

Les acteurs

Jean-Noël Guérini : 59 ans, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, sénateur, candidat à Marseille lors des dernières municipales, l’homme fort du PS dans le département (voici quelques mois, il a pris la direction de la Fédération 13, concrétisant dans la forme une influence qui s’exprimait dans les faits). Mis en difficulté depuis l’automne dernier par une enquête sur les marchés publics des déchets, dans laquelle son frère Alexandre est largement cité.

Patrick Mennucci : 54 ans, maire des 1er et 7ème arrondissements de Marseille, directeur de campagne de Michel Vauzelle. S’il a beaucoup oeuvré pour Jean-Noël Guérini, notamment lors des dernières municipales, les deux hommes se sont éloignés. Parmi leurs différends, la future circonscription du centre-ville : promise un temps à Mennucci, Guérini n’exclue plus de s’y présenter ou d’y lancer Lisette Narducci, une de ses fidèles.

Michel Vauzelle : 65 ans, président du Conseil régional Paca depuis 1998, député, ancien Garde des Sceaux. Depuis plusieurs années, il se tient à l’écart de la Fédération PS des Bouches-du-Rhône. Ses relations ont toujours été distantes avec Jean-Noël Guérini, avec des périodes de mieux et de moins bien.

Eugène Caselli : 63 ans, premier secrétaire de la Fédération PS des Bouches-du-Rhône et président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole. Souvent considéré comme un homme-lige du président du Conseil général, il entretient avec lui des rapports plus complexes depuis la fin de l’année dernière, tant à cause de l’enquête sur les marchés publics que des difficultés de fonctionnement de MPM.

Dimanche 14 mars

11 heures, bureau de vote de Samatan, dans le 7e arrondissement de Marseille. Le téléphone de Patrick Mennucci, le directeur de campagne de Michel Vauzelle sonne. Au bout du fil, une tête de liste départementale. Qui lui demande s’il doit venir le soir à la permanence de campagne : « Bien sûr, répond PM. Qui c’est qui va a annoncer à tes gars ceux qui vont sortir des listes ? C’est toi ! ». Fin de l’appel. Mennucci évoque la fusion qui s’annonce avec les listes Europe écologie et Front de gauche, qui a déjà été préparée à l’occasion de discrètes entrevues. Il ne paraît pas inquiet : « Le seul truc avec eux, c’est que désormais, ils savent comment compter le nombre d’élus auxquels ils ont droit… ». Lire la suite…

Michel Vauzelle se déclare candidat à la présidence de l’ARF (Association des Régions de France) et souhaite s’impliquer au sein de la fédération PS des Bouches-du-Rhône

Régions/ARF: Vauzelle veut présider

Le Figaro/AFP – 22/03/2010
Le socialiste Michel Vauzelle, dont la liste de rassemblement a remporté les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, a annoncé aujourd’hui son intention de briguer la présidence de l’Association des régions de France (ARF) pour se battre contre leur suppression.

« Le président de l’ARF doit être quelqu’un qui désire combattre contre Sarkozy et essayer de le faire reculer sur cette réforme des collectivités. Je m’en sens la force, le courage et les arguments », a déclaré Michel Vauzelle lors d’une conférence de presse organisée dans sa permanence marseillaise.

Selon Michel Vauzelle, qui doit être élu vendredi président du conseil régional de Paca pour la troisième fois consécutive, aucun candidat au poste de président de l’ARF ne s’est encore manifesté. « Pendant 12 ans, on a eu un très bon président (Alain Rousset, NDLR) mais je pense qu’il faut qu’on se fasse entendre davantage si on veut essayer de faire entendre raison au président de la République », a-t-il ajouté.

Vauzelle sur tous les fronts

Métro – 22/03/2010

Michel Vauzelle

Photo : AFP

Michel Vauzelle veut briguer la présidence de l’Association des Régions de Fran­ce. Il souhaite aussi créer une charte des services publics.

Au lendemain de sa victoire au deuxième tour des élections régionales en Paca avec 44,11 % des voix (contre 33,02 % et 22,87 % pour ses adversaires de l’UMP et du FN), Michel Vauzelle se projette déjà dans l’avenir. Et celui-ci pourrait être le théâtre d’une lutte à plus grande échelle que celle menée jusqu’à présent contre la réforme des collectivités territoriales voulue par le président de la République.

Le président sortant de Paca, qui devrait, selon toute logique, être réélu vendredi lors de l’assemblée plénière du conseil régional, a annoncé lundi qu’il briguerait la présidence de l’Association des Régions de France (ARF). Michel Vauzelle, qui souhaite capitaliser sur le succès obtenu par la gauche dimanche avec vingt et une Régions roses sur vingt-deux, se verrait bien succéder à Alain Rousset, actuel président de l’ARF.

Ce dernier, président socialiste de la Région Aquitaine, a été confortablement réélu pour la troisième fois dans une triangulaire qui l’opposait notamment au ministre UMP du Travail, Xavier Darcos. “Je pense qu’il faut être très punchy dans cette période. C’est pour cela que je me présente à la présidence de l’ARF”, expliquait Michel Vauzelle. Une manière de tacler un adversaire potentiel auquel il reproche son manque d’offensive sur la réforme territoriale.

Gonflé à bloc après son succès électoral de dimanche (même s’il est un des rares présidents PS de Région à ne pas avoir progressé, comme le faisait remarquer son adversaire UMP dimanche soir), il a également annoncé qu’il allait reprendre en main son bâton de pélerin pour faire inscrire dans la Constitution française la charte des services publics.

Il voit dans son initiative un moyen d’empêcher les “gouvernements futurs de casser les services publics, sous réserve qu’il en reste quelque chose”, ironisait-il hier. Pour l’heure, les priorités du président sortant de Paca sont l’emploi et les transports.

Tout au long de la campagne, le candidat Vauzelle avait en effet annoncé qu’il “créerait cha­que année 10 000 emplois”, notamment dans le secteur de l’économie sociale et solidaire. Autre priorité : les TER, qui ont été également un des enjeux de la campagne.

“Je vais rencontrer Guillaume Pepy (le patron de la SNCF)”, a indiqué lundi Michel Vauzelle, qui compte lui demander plus de moyens humains pour les TER. “Les TER ne sont pas un échec mais la plus grande réussite de notre Région”, a-t-il expliqué.

Julien Dukmedjian

Vauzelle va briguer la présidence de l’Association des régions de France

Afp/Le Point – 22/03/2010

Le socialiste Michel Vauzelle, dont la liste de rassemblement a remporté les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, a annoncé lundi son intention de briguer la présidence de l’Association des régions de France (ARF) pour se battre contre leur suppression. « Le président de l’ARF doit être quelqu’un qui désire combattre contre Sarkozy et essayer de le faire reculer sur cette réforme des collectivités. Je m’en sens la force, le courage et les arguments », a déclaré Vauzelle lors d’une conférence de presse organisée dans sa permanence marseillaise.

« Il y a vraiment un recul par rapport à Raffarin, par rapport à Mitterrand, par rapport à de Gaulle, par rapport à tout de ce qui se fait dans les pays alentour et dans le monde, a-t-il argumenté. Partout, on joue la carte régionale et ici on détruit la région au profit des conseillers cantonaux qui s’occuperont de leur canton ou de conseillers de métropole qui évidemment auront la tentation de tirer toute la richesse régionale vers Marseille d’un côté et Nice de l’autre ».

Selon Vauzelle, qui doit être élu vendredi président du conseil régional de Paca pour la troisième fois consécutive, aucun candidat au poste de président de l’ARF ne s’est encore manifesté. « Pendant 12 ans, on a eu un très bon président (Alain Rousset, NDLR) mais je pense qu’il faut qu’on se fasse entendre davantage si on veut essayer de faire entendre raison au président de la République », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs commenté ses scores de dimanche soir, qu’il a jugés « excellents », en particulier dans le Var et les Alpes-Maritimes, fiefs traditionnels de la droite. Il s’est aussi réjoui du résultat recueilli à Marseille où il frôle les 50 %. « Le score fait sur Marseille est tout à fait remarquable. Cela impose à un responsable politique de réfléchir à l’avenir politique de cette ville avec tous ceux qui en sont responsables : il y en a un à côté de moi (son directeur de campagne Patrick Mennucci, NDLR), il y a Jean-Noël Guérini (président du conseil général des Bouches-du-Rhône). C’est le moment de se demander comment on va s’organiser pour reprendre cette ville », a-t-il souligné.

.

Régionales : Michel Vauzelle vise la présidence de l’ARF

La Provence – 22/03/2010

Fort de sa troisième élection comme président de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Michel Vauzelle s’intéresse de très près à l’Association des régions de France (ARF). « Je vais en briguer la présidence, a-t-il indiqué ce matin, lors d’une conférence de presse. Je me sens la force, le courage et les arguments, en plus de mon expérience, pour lutter contre les projets de réforme de Nicolas Sarkozy. »

S’il ne connait pas d’autres candidats à ce poste, Michel Vauzelle devra toutefois en déloger Alain Rousset qui l’occupe depuis douze ans. « Il faut nous faire entendre d’avantage alors qu’on détruit les régions. » Son travail de lobbying commencera aujourd’hui à l’Assemblée nationale.

L’ancien garde des Sceaux compte également « s’impliquer au sein de la fédération PS des Bouches-du-Rhône » et tient à « réfléchir à l’avenir politique de Marseille. Il faut se demander comment on va reprendre cette ville. »

.

Rousset veut diriger les Régions

SudOuest – 23/03/2010

Alain Rousset veut le retrait de la réforme des collectivités territoriales. (photo jEAN-dANIEL cHOPIN)

Alain Rousset veut le retrait de la réforme des collectivités territoriales. (photo jEAN-dANIEL cHOPIN)

Alain Rousset. Il n’y a pas de partage des postes. L’heure est surtout à se mettre au travail, à un moment important dans une période de crise, de difficultés économiques. Les Régions auront un rôle à jouer. Pour le reste, ce ne sont pas des négociations. Il m’appartient de mettre en place une équipe pour travailler, après en avoir discuté avec les têtes de liste et les responsables des différentes formations politiques.

Vous avez quand même une difficulté à résoudre.

Comment intégrer les écologistes dans un exécutif alors que vous n’êtes pas d’accord sur un dossier essentiel, celui de la future ligne à grande vitesse (LGV) ?

Non, ce n’est plus un problème. Les électeurs ont tranché. C’est le groupe majoritaire qui a porté ce dossier LGV. Il y a aujourd’hui 2,5 % de marchandises qui passent sur le fer en Aquitaine, sur la liaison France-Espagne. On a donc une grande marge et la LGV doit nous aider à capter le trafic vers le ferroviaire. Mes collègues écologistes doivent le comprendre et toutes les pièces leur seront communiquées dans la plus grande transparence.

Vous pouvez donc assurer aujourd’hui aux Aquitains favorables à la LGV que l’alliance avec les Verts ne va pas retarder son arrivée.

Notamment si vous demandez de nouvelles études ?

La maîtrise du calendrier appartient à l’État, et c’est aussi l’État qui est à l’origine du retard pris dans ce dossier. Les études en question ne concernent pas la LGV elle-même, mais l’intégration dans le réseau ou le report modal par exemple.

Avec la réforme des collectivités territoriales, qui devrait limiter votre mandat à quatre ans, celui-ci sera particulier.

Si le gouvernement ne tient pas compte du vote des Français, il est probable qu’il y aura des répliques. Le message adressé au gouvernement est clair. Nous allons nous rassembler pour lui demander de retirer cette réforme des collectivités territoriales. Qu’une réforme existe, c’est certainement indispensable. Mais supprimer les Régions et recentraliser les décisions, ce n’est pas acceptable.

Serez-vous candidat à nouveau à la présidence de l’ARF (Association des Régions de France), que vous avez présidée six ans ? Vous avez déjà un concurrent, Michel Vauzelle, qui estime qu’il faut se faire entendre davantage.

Il a raison. Je suis effectivement candidat à la présidence de l’ARF. Ce sera aux présidents de Région de choisir. Mais je crois que l’on a été assez combatif contre le gouvernement. J’ajoute que la pratique de ma présidence est collégiale. Je n’ai pas personnalisé ce combat.

Justement, Michel Vauzelle semble vous reprocher de ne pas peser assez dans ce combat.

L’action des Régions doit être collective. Chaque président doit s’impliquer. Encore une fois, je ne veux pas personnaliser. Les Régions sortent renforcées de ce scrutin et nous aurons certainement à mener un combat plus dur contre le gouvernement.

Un mot sur l’éviction de Xavier Darcos du gouvernement ?

Le combat politique est souvent impitoyable. J’ai apprécié que Xavier Darcos ne se serve pas du thème de la sécurité durant sa campagne.

Bruno Béziat


Résultats Régionales PACA 2nd tour : BOUCHES DU RHONE (13)

elections.interieur.gouv.fr – 22/03/2010

.

RESULTATS 2nd TOUR*

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 1 280 917
Abstentions 619 293 48,35
Votants 661 624 51,65
Blancs ou nuls 18 529 1,45 2,80
Exprimés 643 095 50,21 97,20
Liste conduite par Voix % Exprimés
M. Jean-Marie LE PEN (LFN) 147 846 22,99
M. Thierry MARIANI (LMAJ) 177 197 27,55
M. Michel VAUZELLE (LUG) 318 052 49,46

Régionales Paca 2010 : analyses et réactions BOUCHES DU RHONE (7 articles)

Bouches-du-rhône: abstention record et PS en tête

France 3 -15/03/2010

Dans les Bouches-du-rhône le taux d'abstention pour les élections régionales a augmenté de plus de 17 points Dans les Bouches-du-rhône, le taux d’abstention est élevé-55,89%- et Michel Vauzelle arrive largement en tête-29,46%-

Si les accords se concrétrisent entre le PS-29,46%- et Europe Ecologie-10,17%- la gauche est assurée de remporter le élections dans les Bouches-du-rhône, dimanche prochain lors du 2d tour des élections régionales. Le Front de Gauche arrive en 5eme position-7,97%-, tandis que le NPA et LO totalisent 8,63% des voix.

Arrivée en tête au niveau régional avec 26,60%, l’UMP n’obtient que 22,03% dans les Bouches-du-rhône talonné par le Front National qui avec 20,54% des voix, crée la surprise. L’extrême droite totalise 22,36% des voix, avec une Ligue du sud portée par Jacques Bombard qui obtient 1,82%-au niveau régional le score monte à 2,69%-.

ABSTENTION RECORD LES BOUCHES-DU-RHONE

Dans le région, ce sont les électeurs des Bouches-du-Rhône avec 55,88%  d’abstention, qui se sont le moins déplacés pour aller voter, juste après les Alpes-Maritimes-56,82%-  suivi par le Var-55,64%-. En 2004, ce taux dans les Bouche-du-Rhône était de 38,11. Il augmente donc de 17,77 points pour ces élections régionales.

Muriel Gensse

Cliquez ici pour retrouver les résultats dans les Bouches-du-Rhône

Lire la suite…

Michel Vauzelle sillonne la région Provence-Alpes-Côte d’Azur – 01 au 04 mars 2010

28 février 2010 Laisser un commentaire

.

le lundi 1er mars 2010: Michel Vauzelle en visite à Marseille

10h : Michel Vauzelle ira à la rencontre des habitants des cités des Oliviers A, des Mimosas et des Lilas. Rendez-vous Place Pelabon à Saint-Jérôme dans le 13ème arrondissement – Cette rencontre sera suivie d’une table-ronde avec des responsables associatifs marseillais dont l’avenir est menacé par la réforme des collectivités.

11h30 : Michel Vauzelle rencontrera des étudiants de la Faculté Saint-Jérôme – Rendez-vous devant l’entrée principale de la Faculté Saint-Jérôme, face au restaurant universitaire – Avenue Normandie Niemen, 13013 Marseille.

13h : Michel Vauzelle sera l’invité, en direct et en duplex, du journal de I-Télé.

17h30 : Michel Vauzelle rencontrera des Marseillais de l’Avenue Foch aux Cinq Avenues – Rencontre avec l’équipe du théâtre de rue « La Grande Ourse ». Rendez-vous devant la Poste des Cinq Avenues : 1, avenue du Maréchal Foch – 13004 Marseille.

18h30: Michel Vauzelle se rendra des habitants du quartier du Boulevard de la Libération – S’ensuivra un moment d’échange avec les habitants et les associations du quartier à la Torréfaction Noailles – 217 Bd de la Libération –13004 Marseille.

.

le mardi 2 mars 2010 : Michel Vauzelle dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes

10h : Michel Vauzelle se rendra à Château-Arnoux, aux côtés de ses colistiers et des élus des Alpes de Haute Provence. Rendez-vous rue Vitorin Maurel, 04160 Chateau-Arnoux – Michel Vauzelle ira ensuite à la rencontre des salariés d’Arkéma au 14, rue du Languedoc – 04160 Château-Arnoux.

12h30 : en direct, Michel Vauzelle sera l’invité de la rédaction de Alpes 1, avec La Provence.
15h : Michel Vauzelle visitera la station fruitière de Rourebeau.

19h : Rendez-vous à 19h au Centre Municipal Culture et Loisirs, Boulevard Pierre et Marie Curie pour le troisième meeting de campagne à Gap.

.

le mercredi 3 mars 2010 : Michel Vauzelle dans le Var

15h : Michel Vauzelle rencontrera  le directeur et les élèves du CFA de St Maximin – La visite se poursuivra par une entrevue avec les responsables d’entreprise du territoire de la Provence Verte à Saint Maximin.

.

le jeudi 4 mars 2010 : Meeting de Michel Vauzelle à Nice

19h30 : Rendez-vous au palais des congrès Acropolis: 1, esplanade Kennedy – 06300 Nice pour le 4ème meeting de campagne.

La campagne en PACA se fait à l’ombre de Marseille

28 février 2010 Laisser un commentaire

L’Express – 27/02/2010

Michel Vauzelle, le président (PS) sortant du conseil régional Paca et candidat à sa propre succession aux élections régionales salue Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général des Bouches-du-Rhône.

AFP Michel Vauzelle, le président (PS) sortant du conseil régional Paca et candidat à sa propre succession aux élections régionales salue Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général des Bouches-du-Rhône.

.

Marqué par les affaires qui visent plusieurs élus, le scrutin régional se déroule dans une ambiance délétère. Et se télescope avec les intrigues des prétendants à la mairie de la cité phocéenne. A gauche comme à droite.

Il n’est pas candidat aux régionales, mais, à Marseille, on ne parle que de lui. C’est que Jean-Noël Guérini est de retour. « Vous me voyez, je me porte comme un jeune homme », plaisante le très puissant patron socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône. Une résurrection, ou presque. Car, ces derniers mois, l’homme fort du département n’était vraiment pas au mieux de sa forme.

Le 30 novembre 2009, Guérini visite le camp d’Auschwitz avec des collégiens lorsqu’il apprend que des gendarmes perquisitionnent les bureaux du conseil général, dans le cadre d’une information judiciaire pour atteinte à l’égalité des marchés, détournement de fonds publics et trafic d’influence. En toile de fond – notamment – les conditions d’attribution au privé du marché du ramassage et du traitement des ordures ménagères. Un secteur dans lequel Alexandre Guérini, son frère, est devenu incontournable.

« Il a lâché le téléphone de stupeur et s’est accroché au mur pour ne pas s’écrouler », rapporte un témoin. Dans la brume polonaise, l’élu rose est devenu blême.

Batailles internes

Aujourd’hui, la tempête médiatique passée, Jean-Noël Guérini a repris des couleurs. « Deux épreuves m’ont marqué, confie-t-il. Mon opération à coeur ouvert et cette campagne de presse. Elles m’ont appris à relativiser beaucoup de choses. Désormais, je suis d’une sagesse absolue. »

De la main, il montre son petit bouddha fétiche, qui trône sur son vaste bureau du neuvième étage du « paquebot bleu », l’hôtel du département. « On me l’a offert lors de mon premier mandat de conseiller municipal, en 1977. Il me sourit toujours… »

Pendant l’épreuve, on ne s’est pourtant pas bousculé pour soutenir « Jean-Noël ». Il a donc décidé de resserrer les rangs. Le 5 février, Guérini se fait élire président de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, bien qu’il en soit déjà le patron de facto. Or cette fonction n’existe pas au PS! Certains dénoncent aussitôt un pronunciamiento. « Aucun militant, aucun élu ne m’a manqué, réplique l’enfant de Calenzana (Haute-Corse). Trois personnes seulement ont joué leur jeu personnel. » Lesquelles ? Il n’en dira pas plus. Lire la suite…