Archive

Posts Tagged ‘ciotti’

Question-Réponse: Tunnel de Tende

 

Tunnel de Tende : Eric Ciotti demande des comptes à Michel Vauzelle

Le Buzz des Régionales – 17/03/2010

Michel Vauzelle a-t-il sacrifié le financement par la Région du doublement du tunnel de Tende, entre la France et l’Italie, sur l’autel de l’accord de fusion avec Europe-Ecologie ? Cette hypothèse a amené le président du conseil général des A-M, le député Eric Ciotti, qui participe également au financement du nouveau tunnel avec l’État, à écrire à Michel Vauzelle en sa qualité de président du conseil régional. « Sur le fond un tel choix me paraîtrait extrêmement grave pour notre département. Le percement d’un nouveau tunnel constitue en effet un impératif en terme de sécurité mais aussi en matière de développement des relations entre la France et l’Italie.Sur la forme, cette décision me paraîtrait encore plus grave tant elle remet en cause la délibération dans laquelle le conseil régional Paca confirme son engagement de participer au financement.» Eric Ciotti se dit d’autant plus choqué que cette décision serait prise « dans l’obscurité de salles de négociations entre partis politiques, à l’abri du regard des électeurs, des citoyens et des contribuables ».

.

Patrick Allemand : « La Région financera le tunnel de Tende »

Nice matin – 19/03/2010

Patrick Allemand, André Aschieri, candidats et élus de Mouans-Sartoux devant la gare qui sera bientôt entièrement rénovée. Photo : Eric Neri

C’est le tube dont on parle à quelques jours du 2nd tour. Pas un clip de campagne. Non, le second tube du tunnel du col de Tende qui doit être réalisé pour donner un peu d’air au boyau qui relie aujourd’hui la France à l’Italie.

Le président du conseil général Eric Ciotti a écrit une lettre à Michel Vauzelle en sa qualité de président du conseil régional pour dénoncer un éventuel renoncement de la Région au cofinancement de ce tunnel sur l’autel de son alliance avec Europe-Ecologie.

« Aucun projet routier, où la signature de la Région est engagée, ne sera remis en cause. Le tunnel de Tende entre dans cette catégorie. A aucun moment il n’a été évoqué la question de supprimer la part régionale de son financement » lui a répondu hier Patrick Allemand (1). Le chef de file dans les A-M de la liste Vauzelle a précisé que l’accord avec Europe-Ecologie « prévoit simplement à l’avenir de consacrer 1/3 des crédits transports à la route et 2/3 au développement du ferroviaire. Il s’agit d’un accord qui devrait réjouir l’UMP puisqu’il va tout à fait dans le sens du Grenelle de l’environnement voulu par Nicolas Sarkozy ».

TER : cadencement et 1 euro domicile-travail

Après le tube, le cadencement. Toujours pas question de se trémousser. Mais de mieux circuler, en transport en commun cette fois. Patrick Allemand (PS), André Aschieri (Europe-Ecologie) et plusieurs candidats de leur liste d’union ont présenté hier leurs projets à la gare de Mouans-Sartoux, qui sera entièrement rénovée pour un montant de plus de 500 000 euros. Pour cadencer les TER tous les quarts d’heure entre Nice et Cannes, la construction d’une troisième voie a débuté. Pour en faire de même chaque demi-heure sur la voie unique Cannes-Grasse, il faudra notamment réaliser un deuxième point de croisement à Cannes-la-Bocca. « Nous nous engageons aussi au billet TER à 1 euro pour les déplacements domicile travail et la gratuité pour les jeunes, les chômeurs, etc. »

1. Lors d’un meeting hier soir à Nice (lire par ailleurs), Eric Ciotti a expliqué qu’il attendait une réponse de Michel Vauzelle.

Régionales Paca 2010 : analyses et réactions ALPES MARITIMES (5 articles)

Le Pen sur les talons de Vauzelle et Mariani

Nice matin – 15/03/2010

.

nm-photo-292148.jpg

Photo : Infographie Groupe Nice-Matin

.

Thierry Mariani domine, Michel Vauzelle pousse derrière, Laurence Vichnievsky décroche, Jean-Marie Le Pen s’accroche et joue l’arbitre. L’abstention gonfle

FN : l’énorme surprise
Invité au débat Nice-Matin le 26 février dernier, Jean-Marie Le Pen avait pronostiqué une « grande surprise » assurant passer la barre des 20 % en PACA. C’est chose faite avec 20,29 % pour le président du Front national qui parvient même à devancer le PS de quelques points dans les Alpes-Maritimes. Hier soir à Nice, Jean-Marie Le Pen prédisait une autre surprise : sa victoire au second tour. « Il y a des hypothèses où le Front National peut l’emporter. »

UMP : la double peine
Pour Thierry Mariani, c’est la double peine. Longtemps annoncé largement en tête au premier tour, le candidat UMP arrive avec seulement un point d’avance devant le socialiste Michel Vauzelle. Et à cinq points seulement de Jean-Marie Le Pen. Pire : Thierry Mariani fait tout juste mieux que Renaud Muselier en 2004. Le second tour s’annonce donc compliqué, le député proche de Nicolas Sarkozy disposant d’une réserve de voix très faible. Dans les Alpes-Maritimes et dans le Var, les listes des deux ministres, Christian Estrosi et Hubert Falco, sauvent les meubles, recueillant plus de 30 % des voix.

PS : petite dégringolade
Michel Vauzelle ne prend pas la première place de ce premier tour. Le président sortant ne parvient pas à renouveler son score de 2004 (35 %).
Dimanche prochain, le socialiste devrait cependant être réélu. Pour y arriver, il devra compter sur les voix d’Europe Ecologie et du Front de Gauche avec qui les négociations ont démarré hier soir.

Europe Ecologie : le recul
Dans le camp d’Europe Ecologie, c’est la déception. La liste conduite par Laurence Vichnievsky passe tout juste la barre des 10 %. Entre les deux tours, la fusion avec la liste PS devient quasi automatique.

Front de gauche : pas mal
La liste de Jean-Marc Coppola recueille 6, 1 %. C’est un peu une surprise, le Front de gauche laissant loin derrière le NPA et LO.

Abstention : le gouffre

En Paca, le taux d’abstention devrait atteindre les 55 %, soit 17 points de plus qu’il y a six ans.

Modem : la débâcle

Le Modem savait que le premier tour serait très difficile. Mais là, l’échec est cuisant pour le parti de François Bayrou qui ne parvient pas à passer la barre des 5 %.

.

Les résultats définitifs du premier tour dans les Alpes-Maritimes

Abstention : 43.20%

Franco (UMP) : 30.94% Le Pen (FN) : 22% Allemand (PS) : 20.84% Aschieri ((EE) : 12.60% Piel (FdG) : 4.81% Dombreval (MoDem) : 2.35% Miran (Alliance Ecologiste) : 2.32% Loeuillet (LS) : 2.09% Ciaravola ( GSE) : 1.60% Benkemoun (LO) : 0.45% Lire la suite…

Christian Estrosi : « La victoire est possible ! »

9 mars 2010 1 commentaire

Nice matin – 09/03/2010

« La victoire est possible ! » Comme Christian Estrosi, près de 1 500 personnes ont voulu, hier soir au palais de la Méditerranée à Nice, conjurer le sort ou plutôt les mauvais sondages qui donnent la liste d’union de la droite en échec en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur face à celle du président sortant le socialiste Michel Vauzelle.

.

Le meeting de Thierry Mariani, hier soir à Nice, s'est déroulé en présence d'une invitée de marque, la ministre de l'économie, Christine Lagarde. A ses côtés Christian Estrosi et Eric Ciotti, Gaston Franco, Dominique Estrosi-Sassone et Michèle Tabarot. Photo : Sébastien Nogier

« Non, cette élection n’est pas jouée », a insisté le député Eric Ciotti président du conseil général des A.-M.
Avec lui, l’ensemble ou presque des parlementaires UMP et Nouveau Centre azuréens était au côté de la tête de liste régionale Thierry Mariani (1) et des co-têtes de liste du 06 Gaston Franco et Dominique Estrosi-Sassone. Et pour donner un peu plus de poids à cet appel à la mobilisation le maire de Nice et ministre de l’Industrie avait invité, en cette journée de la femme, la ministre de l’économie Christine Lagarde. C’était Bercy décentralisé au bord de la baie des Anges.

.
« Ni vu, ni connu, je t’embrouille »

Résigné quant à la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour (2), Thierry Mariani n’en lançait pas moins un nouvel appel à ses électeurs en leur demandant de « voter avec (leurs) têtes plutôt qu’avec (leurs) tripes ». Et d’ajouter : « Chaque voix qui se portera sur la liste Le Pen est une voix qui aidera Vauzelle et sa majorité à rester. » Lire la suite…

TER saccagés (2 articles)

 

A Nice, le train des polémiques sécuritaires ne s’arrête pas

Le Monde – 08/03/2010

Les délinquants qui ont saccagé sept trains en gare de Nice, le 24 janvier, n’imaginaient pas que cet acte de vandalisme s’inscrirait dans la campagne des régionales. Si la polémique sécuritaire est un rituel de campagne, pour la première fois Eric de Montgolfier s’est invité dans le débat. Le procureur de Nice a vivement réagi à la mise en cause de la justice par Eric Ciotti, le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes.

La « non-incarcération » d’un des auteurs présumés du saccage de dizaines de voitures de TER, de TGV, ou de trains grandes lignes à l’arrêt en gare de Nice, dans la nuit du 23 au 24 janvier, pour un préjudice évalué à plus de 500 000 euros par la SNCF, a suscité la « stupéfaction » et la « colère » de M. Ciotti, dans Nice-Matin, samedi 6 mars. Un homme de 20 ans, suspecté d’avoir participé à ces actions, a été mis en examen, vendredi, pour « dégradations en réunion » et laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Surnommé par un militant « le plus sécuritaire d’entre nous », M. Ciotti, député, secrétaire national de l’UMP chargé des problèmes de sécurité, a saisi l’occasion. « Je peux mesurer la lassitude qui gagne les policiers qui mettent régulièrement leur vie en danger pour arrêter des malfaiteurs, face à une telle attitude. Notre pays ne pourra s’épargner un grand débat sur la réforme de la procédure pénale. »

Contacté par Le Monde, M. de Montgolfier rétorque que l’on ne doit pas se servir de la justice à des fins électorales : « Nous sommes tributaires des lois votées par le Parlement, dont M. Ciotti est membre. Il sait qu’on ne peut à la fois voter la loi et lui demander de la violer. En matière de détention provisoire, quel que soit le besoin exprimé au nom de l’opinion publique, on ne peut pas s’asseoir sur la loi. »

L’affaire n’en est pas restée là puisqu’un deuxième saccage ferroviaire a eu lieu. Vendredi 5, un train parti de Saint-Raphaël est arrivé en gare de Nice avec 27 vitres brisées. Le préfet des Alpes-Maritimes, Francis Lamy, a demandé à la SNCF d’installer des caméras de surveillance dans les gares de son département et les trains qui y circulent, cibles du vandalisme.

Michel Vauzelle, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a estimé de son côté qu’« il est du devoir de la direction de la SNCF que davantage de moyens humains et techniques soient enfin mobilisés pour éviter que de tels actes se reproduisent sur le réseau TER ».

Avant d’être installées dans les gares, les caméras scrutent les rues niçoises. Ce n’est pas le fruit du hasard si Christian Estrosi, maire UMP de Nice, devait inaugurer, lundi matin, un centre ultramoderne de vidéosurveillance. Le centre de supervision urbain de nouvelle génération, qui pilote 250 caméras, en contrôlera plus de 600 d’ici à la fin 2010. Avec ces moyens, alliés à la géolocalisation des patrouilles, « Nice devient la ville la mieux équipée de France », selon le ministre de l’industrie, qui entend faire de sa cité « une ville plus sûre ». M. Estrosi s’appuie sur une baisse de la délinquance de plus de 7 % de janvier 2009 à janvier 2010.

M. de Montgolfier ne critique pas cet équipement, « à condition de prendre quelques précautions afin qu’il n’y ait pas d’abus et d’erreurs ». Le procureur estime cependant que seule une « présence policière dans les rues de Nice, plus que des caméras, peut décourager la délinquance ».

Paul Barelli Lire la suite…

Patrick Allemand : « Le vote Vauzelle est le seul efficace pour dire non à Sarkozy »

Métro – 02/03/2010

.

Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritimes

Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritimes

A l’occasion des élections régionales, Patrick Allemand, tête de liste PS dans les Alpes-Maritime, a chatté avec les metronautes.

Bonjour à tous les lecteurs de Metro, aux metronautes.

Vero75 : Bonjour Patrick Allemand, vous pouvez rappeler les 3 grandes lignes de votre programme ?

Il n’y en a pas 3 mais 4… : Résister au changement de société que souhaite opérer Nicolas Sarkozy. Protéger les Alpins, Provençaux et les Azuréens qui, comme l’ensemble des Français sont touchés de plein fouet par la crise économique et sociale. Inventer de nouvelles formes d’action politique, fondées sur la démocratie participative et à l’écoute des préoccupations et des enjeux du moment. Je pense notamment aux questions liées à l’environnement et au développement durable, mais aussi à l’emploi. Ne jamais se résigner, dire aux jeunes par notre projet, qu’ils peuvent avoir un autre avenir que la précarité. C’est le sens notamment d’une de nos propositions qui est la prime de 1000 euros à tout chef d’entreprise qui, à la fin du stage d’un apprenti, lui propose un contrat à durée indéterminée. Rassembler, enfin, l’ensemble des habitants sur un projet lisible et en construire ensemble les applications en renforçant encore la démocratie participative et en tenant notamment des états généraux de la région tous les ans.

Jul : Quels sont les atouts et les failles du PS dans l’histoire de la région pour cette échéance ?

C’est une région qui a ses spécificités, c’est-à-dire une sociologie qui historiquement ne nous est pas favorable, mais qui, en même temps, est très attachée aux valeurs et aux principes républicains, peut-être parce que précisément c’est ici que le Front national a réalisé ses meilleurs scores. Notre atout, c’est d’avoir un tissu important d’élus locaux dans la région et un président de Région qui, très loin d’être sectaire (comme le disent Messieurs Estrosi et Ciotti) a démontré depuis 2 mandats qu’au contraire, il savait se placer au-dessus des partis, faire primer l’intérêt régional. C’est notamment prouvé dans notre département, car le soutien de la Région n’a jamais manqué pour aucun des grands projets.

Richard : Quelle sera votre première action si vous êtes réélu ? Lire la suite…

Lycée :  » Une rentrée en 2011 est encore possible « 

25 février 2010 Laisser un commentaire

Nice matin – 25/02/2010

Près de 150 parents d’élèves, enseignants et élus ont assisté à la pose de la première pierre du futur Lycée René-Goscinny

nm-photo-289239.jpg

Hier, lors de la pose de la première pierre, en présence du président du conseil général, Eric Ciotti. Quelques mois avant le début des travaux, prévus à l'été 2010. Photo : Richard Ray

Forte mobilisation, hier après-midi, lors de la pose symbolique de la première pierre du futur lycée des Paillons. Près de 150 personnes avaient répondu présent à l’appel lancé par les élus et les syndicats d’enseignants et de parents d’élèves.
Après de multiples rebondissements, les travaux devraient donc commencer cet été et la première rentrée, initialement prévue en 2011, se fera un an plus tard. C’est du moins ce qu’a annoncé le président de la Région, Michel Vauzelle, lors d’un meeting sur Drap vendredi dernier (lire notre édition du 20 février). Or parents d’élèves, enseignants, syndicats et élus ne s’accommodent pas de cette déclaration. « Si toutes les conditions techniques sont réunies, les travaux doivent commencer au plus vite.

L’objectif d’une rentrée en 2011 peut toujours être tenu », s’exclame ainsi Alain Galan, enseignant au collège de Contes et militant FSU. Et le maire de Drap, Marc Morini de compléter : « Nous demandons une signature des ordres de service sur les appels d’offres retenus dès lundi. Il ne faut plus perdre de temps ».

Un lycée exemplaire

Le lycée des Paillons, baptisé René-Goscinny, est prévu comme un établissement général pouvant accueillir 900 élèves. Il devrait proposer une orientation sur les métiers des arts du spectacle et des arts graphiques. « Une structure pédagogique originale », saluée par Alain Galan. Le bâtiment sera bien intégré dans le paysage, grâce à une large utilisation du bois, et répondra aux nouvelles éxigences des normes HQE (haute qualité environnementale). Les voies d’accès seront financées par le conseil général et un arrêt pour le TER est même prévu.
Un lycée de qualité, certes, « mais il faut avoir un établissement de qualité avec ses propres moyens humains », insiste le président départemental de la FCPE, André Gaucher. « Il ne s’agit pas de déshabiller les autres lycées pour donner des effectifs » au lycée des Paillons, insiste-t-il.
Après dix ans d’atermoiements, toutes les personnes présentes qui soutiennent l’avancée du lycée espèrent le voir enfin aboutir. Mais elles ne peuvent pas s’empêcher de craindre qu’un nouvel imprévu vienne encore retarder les travaux. Et pénaliser tous les élèves de la vallée…

Des caméras dans les lycées et les trains

22 février 2010 Laisser un commentaire

La Marseillaise – 22 février 2010

Le tête de liste de la majorité présidentielle promet de la sécurité dans les transports, alors que la Région finance déjà plus de 220 agents dans le cadre d’accords avec la SNCF - PHOTO D.R.

UMP. Thierry Mariani a fait adopter un amendement sur la contractualisation Etat-Région pour la sécurité.

Lors de la présentation de son programme dimanche 14 février à Draguignan, Thierry Mariani se proposait « de réinventer l’engagement sécuritaire de la région » avec « 100% des gares et des lycées sous video-protection. » Quarante huit heures plus tard, il faisait adopter un amendement permettant à la contractualisation Etat-Région pour la sécurité dans les lycées et les transports régionaux.
Lors des discussions sur le texte, la Gauche arguait que la vidéosurveillance était « certes un outil indispensable » mais pas « un outil magique » qui remplacerait « des moyens humains de fond ».
L’Assemblée nationale a adopté mardi 16 février en première lecture le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI).
Une nouvelle loi « fourre-tout » qui mélange à la fois des questions techniques de police judiciaire, avec une vidéosurveillance imposée aux maires, mais aussi des pouvoirs de police municipale étendus, un couvre-feu pour les mineurs de 13 ans, le durcissement de circonstance des peines pour les agresseurs de personnes âgées. En résumé, un « bric à brac » qui n’a pas d’autre logique que celle du message sécuritaire que l’on entend délivrer à l’opinion publique à un mois des élections régionales.

Contractualisation avec l’Etat
Avec le soutien du rapporteur du texte, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, et l’avis favorable du Ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, Thierry Mariani a fait adopter à l’assemblée nationale un amendement visant à «autoriser les régions qui le souhaitent à agir de manière contractuelle avec l’État pour la réalisation d’actions de prévention de la délinquance. »
Dans un communiqué, le député du Vaucluse précise qu’il ne s’agit bien entendu pas de déléguer aux régions la compétence régalienne de la protection des biens et des personnes mais d’encourager et de soutenir, notamment dans le cadre du financement de la vidéoprotection, des projets d’investissements en la matière dans le cadre des compétences régionales, qu’il s’agisse notamment des lycées ou des transports ferroviaires régionaux.
Cet engagement conjoint prendrait la forme, selon lui, d’une convention conclue parallèlement au contrat de projet Etat-Région.
Pour le candidat UMP, il s’agit en effet, dans ce domaine comme dans d’autres, de permettre aux régions d’agir « en bonne intelligence avec l’État » tant au niveau de la définition des priorités que du financement des projets.
Comme il l’a déjà annoncé depuis le début de la campagne pour les élections régionales, Thierry Mariani a fait « une priorité » de l’installation de caméras de vidéoprotection dans les lycées, les gares et les TER. Aussi, sur la base de l’amendement qu’il vient de faire adopter, le député devait indiquer qu’il sollicitera immédiatement, s’il est élu Président de la Région PACA, le concours de l’État. Connu pour son absentéisme sur les bancs de l’assemblée régionale, le tête de liste UMP aura oublié certains dossiers. Par exemple, plus de 65% des lycées sont déjà équipés de système de vidéo-protection.

M.G.