Archive

Posts Tagged ‘elections’

Sarkozy de + en + seul (2 articles)

Pour le sénateur UMP Alain Lambert, Nicolas Sarkozy entraîne la droite « droit dans l’abîme »

Le Monde – 02/04/2010

« Si le président de la République n’est pas seul en cause dans l’échec des régionales, il l’est pour une partie non négligeable. Et il a eu le grand tort de ne pas le reconnaître avec humilité devant les Français. » Cette phrase n’émane pas d’un responsable du Parti socialiste ou d’Europe Ecologie, mais bien d’un élu de l’UMP, le sénateur de l’Orne et ancien ministre du budget Alain Lambert.

Vendredi 2 avril, le parlementaire a publié, sur le site web de la chaîne Public Sénat, une tribune au vitriol contre le chef de l’Etat, qui fait elle-même suite à deux messages assez critiques, rédigés la veille sur le réseau de micro-blogging Twitter. Amplement repris par la presse, qui y avait vu un nouveau signe de fronde anti-Sarkozy au sein de la majorité, ces « tweets » sont à l’origine du texte d’Alain Lambert.

« Me voilà convoqué au tribunal médiatique pour anti-sarkozysme primaire », écrit le sénateur dès l’introduction, avant de rappeler qu’il soutient le chef de l’Etat « depuis 1992 » et même « en 1995 où il était très isolé » par son rôle de premier plan auprès d’Edouard Balladur, adversaire et ennemi juré de Jacques Chirac.

« UN HOMME DONT LE PREMIER GESTE FUT DE SE RENDRE AU FOUQUET’S »

Ce soutien, appuie l’élu, lui donne la légitimité pour critiquer le chef de l’Etat, a contrario de « la cour qui le flatte aujourd’hui et l’entretient dans une perception de la France qui n’est pas la mienne », poursuit Alain Lambert, avant d’ajouter : « Pour ma part, j’ai toujours considéré qu’il était plus loyal d’exprimer franchement ma pensée. »

Force est de constater que la critique est franche : en premier lieu, rapporte l’élu, il faut entendre la critique d’électeurs « déboussolés, se sentant méprisés, tenus pour quantité négligeable », contre « un comportement désinvolte, irrespectueux de ceux qui avaient porté à la présidence de la France un homme dont le premier geste fut de se rendre… au Fouquet’s ! Quel symbole ! ».

Alain Lambert rappelle ensuite les griefs martelés depuis la défaite aux régionales, contre « des décisions aussi discutables que des taxes nouvelles, l’ouverture à gauche débridée, des paroles aussi surprenantes que ‘le Parlement, je m’en moque, j’ai décidé' ».

« SES MÉTHODES NOUS ENTRAÎNENT DROIT DANS L’ABÎME »

Pour le sénateur, il faut donc cesser « le concert des hypocrites », car « aujourd’hui [Nicolas Sarkozy] n’est pas en situation de faire gagner nos idées en 2012. Alors à quoi sert-il de lui faire croire ? Sinon à persister dans ses méthodes qu’il croit bonnes depuis trois ans et qui nous entraînent tout droit dans l’abîme ».

Alain Lambert conclut en proposant une rencontre entre les anciens premiers ministres de droite, MM. Juppé, Raffarin, Villepin, et l’actuel, François Fillon, « pour envisager toutes les éventualités ». Selon lui, cette rencontre permettrait d’engager « une réflexion sans tabous et surtout dans l’exclusif intérêt supérieur du pays ».

Le sénateur de l’Orne n’est pas le premier à critiquer Nicolas Sarkozy dans les rangs de la majorité. Sénateur, ancien ministre, respecté pour ses compétences de fiscaliste, ce franc-tireur ne craint pas la sanction. Mais il atteint dans ce texte un niveau de virulence rare pour un membre de la majorité.

Malgré les appels à l’unité et à faire front derrière le chef de l’Etat, les rancœurs continuent de s’étaler à l’UMP. Mercredi, Thierry Mariani, candidat de la majorité en région PACA, à qui on avait promis un maroquin en échange de sa participation à ce scrutin pour lequel il n’était pas enthousiaste, a boycotté la réunion à l’Elysée des têtes de liste du parti pour les régionales. En expliquant : « Quand on est pris pour un con, il faut savoir terminer les choses. »

Lire la suite…

1ère estimation (20h): Vauzelle réélu

Régionales Paca : 43% pour Vauzelle, 33% pour Mariani, 24% pour Le Pen

La Provence – 21/03/2010

Les estimations des résultats du 2e tour en région Paca. Infographie LP

Selon les premières estimations, Michel Vauzelle conservera la présidence de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Selon les premières estimations, Michel Vauzelle (PS) conservera la présidence de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : sa liste d’union avec Europe écologie et le Front de gauche obtiendrait 43%, un score légérement inférieur à celui de 2004. Avec 33% pour l’alliance UMP-Nouveau centre-MPF, Thierry Mariani ferait le même score que Renaud Muselier en 2004.

Avec 24%, Jean-Marie Le Pen améliore son score du premier tour qui était de 20,29%. Il a largement récupéré les voix qui s’étaient portées sur Jacques Bompard au premier tour. Traditionnellement, le Front national recule de quelques points au second tour. Il n’en a rien été cette fois…

Combat serré entre la droite et la gauche pour gagner les A-M et Nice

Le Buzz des Régionales – 19/03/2010

La campagne a des airs de poupées russes dans les Alpes-Maritimes : la bataille régionale se double d’un combat départemental voire local. La question est de savoir qui de la liste Vauzelle ou de la liste Mariani sera en tête dimanche soir dans le 06 et à Nice sachant qu’il y a six ans, la droite l’avait emporté, au 2nd tour, de 50 voix dans les A-M. Pour contrer l’assaillant, Christian Estrosi a pris de manière encore plus nette le commandement n’hésitant pas à personnaliser la campagne sur son nom: « Voter pour Thierry Mariani, c’est voter pour Christian Estrosi » a-t-il lancé mercredi soir en meeting à Nice. 

Patrick Allemand, tête de la liste Vauzelle dans le 06, a relevé le gant hier soir en réunion publique (notre photo). « Pour la première fois depuis la Libération nous avons une chance de battre la droite dans les Alpes-Maritimes, le département le plus sarkozyste de France. Cette chance, on ne doit pas la laisser passer ni dans les A-M ni à Nice où, cerise sur le gâteau, on battra la droite et en plus Estrosi. » Dimanche soir, les résultats seront donc analysés à la loupe.

Eric Neri (Photo Franck Fernandes)

Trois hommes et un scrutin – La Provence 19 mars 2010

La Provence – 19/03/2010

.

Vauzelle (PS) : « Je suis raisonnablement confiant »

 

Michel Vauzelle a recueilli 25,8% des suffrages au premier tour. Photo Guillaume Ruoppolo

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. La tête de liste socialiste veut, par exemple, convaincre les abstentionnistes du premier tour d’aller voter en affirmant que « dimanche sera l’occasion de dire qu’il y a un autre modèle de société que celui de Nicolas Sarkozy. »

– L’alliance signée avec Europe écologie concernant notamment Iter met le feu aux poudres. Quels en sont les termes précis ?
Michel Vauzelle :
La Région a rempli son contrat. Nous apporterons 152 millions d’euros comme prévu. Soixante-dix millions affectés à la « machine », au réacteur même, 60 millions pour le lycée international de Manosque, 15 millions à l’aménagement de la ligne ferroviaire Val de Durance, le reste consacré aux aménagements. Cette alliance ne remet pas en cause les 152 millions dont 80 à 90 millions ont déjà été débloqués. Si la Région doit rajouter de l’argent pour des éléments de confort des habitants ou l’accueil des industries induites, on interviendra. En ce qui concerne la machine elle-même, nous ne paierons plus les surcoûts éventuels.

– Comment réagissez-vous à la polémique déclenchée par l’UMP ? Lire la suite…

1er tour, 1ères réactions

La Provence – 14/03/2010

La Marseillaise – 14/03/2010

.

« L’abstention est une sanction contre Sarkozy » (Vauzelle)

Au coude à coude avec l’UMP Thierry Mariani, le candidat PS Michel Vauzelle voit dans le résultat de ce premier tour un signal : « Le peuple de ce pays n’a pas supporté le démantèlement des institutions de l’Etat et a donné sa réponse à un président de la République qui a confondu régionales et élection nationale.

« L’abstention est aussi une sanction contre ce président. La gauche a su rassembler dans cette région bien que n’étant pas unie comme en 1998 et 2004. Malgré cela, nous sommes victorieux et nous serons encore plus forts au second tour. »

Voir la vidéo La Provence et/ou la vidéo La Marseillaise

.

« Vauzelle réalise un des plus faibles scores pour un président sortant » (Mariani)

Crédité de 26% selon TNS-Sofres, Thierry Mariani devrait se retrouver face à Jean-Marie Le Pen (FN) et Michel Vauzelle (PS) au second tour.

Pour le candidat UMP, « Tout reste possible. Un électeur sur deux a choisi de ne pas se déplacer. Le président Vauzelle réalise un des plus faibles scores pour un président sortant. De surcroit, malgré la débauche de frais de communication sur le dos du contribuable, moins d’un électeur sur huit lui a renouvelé sa confiance. Au deuxième tour on s’apercevra que notre liste a toujours le même programme et toujours la même composition. » Voir la vidéo

« Le Pen veut faire des sièges. Moi, ça ne m’intéresse pas » (Mariani)

Thierry Mariani qui totaliserait entre 25 et 26,5% en Paca des suffrages selon premiers sondages, ne perd pas espoir. Interrogé sur France Bleu Provence, le candidat UMP a lancé : « le futur président s’appellera Michel Vauzelle ou moi-même. Monsieur Le Pen veut faire des sièges. Moi, ça ne m’intéresse pas. »

23h22: Au siège de l’UMP à Marseille, les tables sont débarrassées et les derniers militants comptent les voix. A Marseille, Jean-Marie Le Pen arriverait devant Thierry Mariani lors du premier tour. « Moi, je suis déçu que les gens n’aient pas voté pour Vauzelle ou pour Mariani mais contre le PS et contre l’UMP au niveau national, » lâche Paul. Et sa femme de surenchérir. « Monsieur Le Pen, il faut reconnaître qu’il dit des vérités que l’UMP a du mal à reconnaître« . Selon eux, la grève des éboueurs qui touche Marseille depuis la semaine dernière a aussi joué un rôle dans le scrutin « Beaucoup de Marseilais croient encore que le ramassage des ordures incombe à la mairie, donc à Gaudin, donc à l’UMP. Alors quand on parle de vote sanction... »

Pour Bernard Deflesselles, tête de liste dans les Bouches du Rhône, il est « surtout regrettable que Michel Vauzelle n’ait jamais voulu débattre avant le premier tour. Les électeurs auraient pu toucher du doigt l’importance de se déplacer ce dimanche. Au lieu de cela, il semble ne pas vouloir non plus débattre entre les deux tours.« 

.

« Je vais entreprendre les négociations avec Vauzelle » (Vichnievsky)

La tête de liste Europe Ecologie en Paca, Laurence Vichnievsky, vient de réagir aux résultats de ce premier tour des régionales où elle récolte 11% des voix, quand son parti atteint les 11,5% au niveau national et alors que le dernier sondage Ifop Var-Matin du 10 mars la créditait de 12,5%. Si elle s’est avouée « déçue« , elle s’est réjouie qu’Europe Ecologie soit la « troisième force politique du pays » et s’est dite « très étonnée du score du FN » (20%) qu’elle impute à un « taux d’bastention énorme« . Pour elle, la priorité reste de décider ou non de se maintenir au second tour. « Je vais entreprendre les négociations avec Michel Vauzelle pour trouver un partenariat« , a-t-elle confirmé.

21h50: Laurence Vichnievsky multpiplie les interviews pour la télévision depuis le cours Lieutaud, où est situé le siège d’Europe Ecologie. Autour du buffet campagnard, les militants ne tarissent pas d’éloge sur celle qu’ils appellent désormais « la grande dame ».

« Même si on n’a pas réussi à être devant le FN, on a la satisfaction d’avoir une personnalité comme ça pour notre région » estime Emma, militante.

Avec 11% obtenu en PACA, la nouvelle force écologiste juge donc ce premier tour encourageant. Le problème? Le score du FN, qui flirte dans notre région avec les 20%. Pour Aïcha Sif, tête de liste dans les Bouches du Rhône, le moment est « grave ». « Désormais, le mot d’ordre doit être à gauche toute. Et si j’osais, j’appelmerais tout de suite à voter Michel Vauzelle dans une semaine« .

voir la vidéo


.

Coppola victime du syndrome du 21 avril

Satisfait de son score (6,3%), Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de gauche en Paca : « l’essentiel, c’est qu’on soit au dessus de 5%. C’est un résultat dans la lignée des européennes, avec plus de participation même si l’abstention est préoccupante« , a-t-il déclaré au siège de la fédération du PC à Marseille. « C’est le résultat d’une campagne de caniveau, sans débat de fond« . Les négociations avec le PS, prévues pour durer toute la nuit, devraient récompenser les hommes et les femmes du Front de gauche. « La place de notre liste se lira par les responsabilités qui seront confiées aux leaders après le 21 avril… » déclare l’ex vice-président du Conseil régional, avant de se reprendre : « Pardon, après le 21 mars. » Et de se justifier : « Quand on voit le résultat du FN, il y a de quoi se tromper« .

22h24: A la Fédération départementale du PCF13, les militants oscillent entre la satisfaction d’avoir obtenu 6,5% des voix, l’étonnement devant le faible taux de participation (53% d’abstention en PACA) et l’écoeurement devant le score faramineux du Front National (Plus de 20%). Pour Luc, cela témoigne « de la lente dépolitisation qui touche le pays depuis trente ans. Quant au vote du FN, c’est le résultat de la politique de Sarkozy, qui l’a banalisé, le récupérant notamment avec le débat sur l’identité nationale« .

Autour de lui, on se prend à imaginer une gauche plus à gauche suite à ce scrutin. Pour Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de Gauche, « c’est encourageant, cela creuse le sillon d’une gauche courageause. Quand on voit le score du FN et le taux d’abstention, on se dit qu’il faut une gauche qui saura répondre aux attentes des gens. »

.

« Notre campagne a été trop tardive » (MoDem)

Catherine Levraud, tête de la liste « Alliance démocrate et écologiste, au centre avec François Bayrou » et le député européen Christophe Madrolle, ont expliqué le maigre résultat du Modem en Paca (autour de 2,7%) « par la forte abstention et un début de campagne tardive« . ‘Nous sommes un jeune parti et nous n’avons eu que deux mois pour nous faire connaître. C’est insuffisant, en politique il faut du temps« , insistait le docteur Levraud qui s’en remettra aux consignes de vote de François Bayrou pour le second tour.

.

« J’ai fait 13 points de plus que Mariani » (Falco)

Selon les dépouillements de la moitié des communes dans le Var, l’UMP avec Hubert Falco, maire de Toulon, en tête de liste dans ce département, totalise 30% des suffrages, le PS 25% et le Front national 19,5%.

Le maire de Toulon n’a pas obtenu le score donné par le sondage publié cette semaine : 39% au premier tour dans le Var. Interrogé par La Provence, Hubert Falco estime cependant qu’il sauve les meubles au milieu d’une bérézina. « Je vais faire 37% sur Toulon et sûrement atteindre 34% dans le département. Trouvez moi en France une seule ville où un maire UMP atteint un tel score. Je suis dix points au dessus de la moyenne nationale UMP et 13 points de plus que Mariani sur Paca ».

.

« Que mes électeurs votent pour le moins irresponsable… » (Bompard)

Crédité d’un score entre 2 et 3% selon les sondages, Jacques Bompard juge que « pour un mouvement qui a deux mois d’existence et de petits moyens financiers, la Ligue du sud obtient un bon résultat ». Le maire d’Orange note que « là où nous sommes connus, nos scores sont bien meilleurs, ce qui pose la question de l’accès aux médias ».

Plus largement, Jacques Bompard estime que le premier tour des régionales en Paca « est un succès des abstentionnistes et de Le Pen : c’est la même réaction, c’est pour dire d’une manière plus ou moins brutale le désespoir des électeurs, leur refus du système ».

Concernant le second tour, le candidat de la Ligue du sud laisse à ses électeurs « leur liberté de vote » : « Si j’avais néanmoins un conseil à leur donner, qu’ils votent pour le moins irresponsable des candidats du deuxième tour, ce qui ne sera pas le plus facile à déterminer ».

.

« Il faut faire obstacle à Mariani et Le Pen » (Godard)

Pierre Godard, tête de liste pour le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), ne se leurre pas après ce premier tour des régionales : « Notre score de 2,1% est indiscutablement décevant par rapport aux 4% des Européennes. On est victimes du phénomène massif de l’abstention qui a touché notre électorat, les jeunes et les classes populaires même si dans certains quartiers Nord de Marseille on réussit des scores proches des 10%. Nous n’avons pas réussi à mobiliser notre électorat, a-t-il expliqué. Le débat n’a pas porté sur ce qui les préoccupait et sur les questions locales il était sans doute un peu confus. Le rejet de Sarkozy s’est concentré sur Vauzelle. Nous ne sommes pas propriétaires de nos voix, au 2e tour, il faut faire obstacle à Mariani et Le Pen. Il faut aussi que la gauche reste la gauche. »

.

« Il y a un dégoût de la politique » (Bonnet)

« Pour le 2e tour on ne donne pas de consignes de vote, assure Isabelle Bonnet, tête de liste (Lutte Ouvrière), il y aura ceux qui s’abstiendront et ceux qui voteront à gauche. Mais l’important, c’est de se retrouver dans les luttes et la mobilisation. On fait entre 0,6 et 0,8% des voix, on s’attendait à ce petit score, on est un courant minoritaire, admet-elle. Ce qui l’est moins, c’est l’abstention dans les quartiers populaires. On s’aperçoit d’une lassitude, d’un écoeurement, d’un dégoût de la politique. La lutte continue, les objectifs qu’on a défendus, les travailleurs les ont entendus. »

.

« Un petit score d’un jeune mouvement » (Gamerre)

« On fait un petit score(2,4%) d’un jeune mouvement qui a moins d’un an » selon France Gamerre, tête de liste dans les Bouches-du-Rhône d’Alliance écologiste indépendante (Patrice Miran). Aux Européennes on a fait 4,3% mais là il y avait 10 listes. Le travail de fond va se poursuivre. On creuse notre sillon. Le score de Le Pen est un peu effrayant et les gens ont voté plus utile qu’aux Européennes. On verra dès demain quel soutien nous donnerons » a-t-elle conclu.



Tchat : quel scénario pour les régionales ?

La Provence – 12/03/2010

A deux jours du premier tour, LaProvence.com invite donc Daniel van Eeuwen, professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, à répondre à vos questions sur ces élections, vendredi 12 mars de 15h30 à 16h30. Comme il l’avait fait en décembre dernier, en tout début de campagne.

Analyse des sondages, impact de l’abstention, retour sur la campagne et le programme de chacun, réserves de voix ou encore hypothèses d’alliances au second tour… Rien ne sera éludé.

laprovence.comBonjour à tous,
ce tchat avec Daniel van Eeuwen va pouvoir commencer.

Daniel van Eeuwen Bonjour, je suis heureux de vous retrouver ou de découvrir certains d’entre vous pour un nouveau dialogue.

polokiebobonjour,
en tant normal, si un grand patron d’entreprise avait les mêmes résultats que M.Vauzelle après un mandat de 6 ans, il ne serait pas reconduit dans ses fonctions.
Pourquoi n’en est-il pas de même en politique. Le bilan de M.Vauzelle n’est vraiment pas bon. il devrait être sanctionné dans les urnes.
Pourquoi fait-on de ce scrutin un enjeu national ? Ce n’est pas les présidentiels !

Daniel van Eeuwen Il appartient aux candidats et notamment aux adversaires de monsieur Vauzelle d’évaluer son bilan et ce sera bien évidemment l’un des éléments du vote de dimanche.
Ce scrutin est en effet pour partie un scrutin national car l’élection se situe au milieu du mandat présidentiel et c’est donc généralement une occasion que saisissent les électeurs pour envoyer un message aux gouvernants. Le plus souvent, il s’agit davantage d’exprimer un mécontentement qu’une approbation. Ce ne sont donc pas les élections présidentielles mais elles offrent une opportunité unique jusqu’en 2012 de se prononcer sur l’action du chef de l’Etat.

martine56Bonjour,
Pensez-vous que le score du Front National sera plus élevé que prévu (donc plus d’élus) ? Ce parti est-il en train de remonter à la surface ? Merci. Lire la suite…

Régionales : dernière ligne droite pour tous les candidats

La Provence – 10/03/2010

.

A quatre jours du scrutin, le film d’une journée de campagne en accéléré

.

 

En tournée, Francis Lalanne (photo de droite) a fait un passage par Marseille. Photo La Provence

8 heures, Isabelle Bonnet (Lutte Ouvrière) en grève. Professeur de biotechnologie au lycée professionnel Camille Jullian, à Marseille, Isabelle Bonnet s’est mise en grève, comme 70% du personnel de son établissement. « Nous luttons contre la réforme des lycées professionnels qui nous fait perdre des postes et des moyens », explique la tête de liste Lutte Ouvrière, syndiquée à la CGT. En fin de journée, elle part distribuer des tracts sur la Canebière.

9 heures, Jean-Marc Coppola (Front de Gauche) au marché d’Istres. Avec les passants, les tracts s’échangent et parfois la discussion s’engage. Exercice qu’affectionne Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de gauche. « L’Europe nous prive de subventions, que peut faire la Région ? » interroge un agriculteur. « Elles peuvent investir dans la création de coopératives permettant la vente directe au consommateur, par exemple. « Reste à discuter crise, pouvoir d’achat ou services publics…

11h30. Catherine Levraud (MoDem), chez les commerçants. Parka grise, écharpe orange, Catherine Levraud, tête de liste MoDem, entame la tournée des commerces du Bd Chave à Marseille. « Les travaux du tramway nous ont fait beaucoup de mal » explique une boulangère. Dehors, une femme s’approche de la candidate. « J’ai envie de vous serrer la main, je vous trouve jolie ». Quand la petite équipe entre chez le charcutier Valange, c’est un peu la fête. On débouche une bonne bouteille et on s’attaque à la charcuterie.

12 heures, Laurence Vichnievsky (Europe Ecologie) sur le marché d’Aix. Des magistrats interpellent leur consoeur candidate, pour savoir si elle se joindra à leur manifestation. « Je suis en campagne, je ne mélange pas tout, mais j’ai une pensée pour l’institution« . Des sourires convaincus aux passants qui reconnaissent enfin celle qui grimpe dans les sondages. On lui fait cependant remarquer gentiment qu’elle « n’a pas l’accent« .

Midi, Thierry Mariani (UMP) inaugure un jeu de boules. Au micro, Bruno Gilles, sénateur-maire UMP des 4e et 5e arr., met les choses au clair. « Thierry Mariani ne prendra pas la parole parce qu’il est en campagne. Mais on peut l’applaudir. » Aux Chartreux, où les candidats inaugurent un terrain de boules, 150 personnes se prêtent au jeu. La tête de liste UMP grimace. « Je me suis foulé la cheville lundi soir, glisse Thierry Mariani. Je devrais rester alité quatre jours, mais j’irai jusqu’au bout. A fond. »

16 heures, Michel Vauzelle (PS), dans une cité. Il n’y a pas foule au centre social d’Air Bel. Dans cette cité marseillaise de 7000 habitants, en majorité des musulmans pratiquants, la question de la religion s’impose immédiatement. Michel Vauzelle, candidat PS, détaille les valeurs de la République et celles de l’islam. Avant de cheminer vers la salle de boxe du quartier. Un ring où sa colistière Myriam Lamare se sent comme chez elle. Ensuite, direction Arles.

18h30, Francis Lalanne (AEI) à la Rouvière. De passage à Marseille où il va soutenir ses amis de l’Alliance Ecologiste indépendante en campagne, Francis Lalanne fait un crochet par l’USC La Rouvière. Un lieu important pour lui : c’est ici qu’Irène Lamberton, son ancienne prof de théâtre, lui a donné le déclic pour son métier. « L’art est peu comme l’air de l’esprit » dit le chanteur. Photo de famille.

19 heures, le NPA prépare son meeting. Une matinée au Samu Social, où il travaille, un après-midi penché sur le discours du soir. Tête de liste NPA, Pierre Godard s’est offert une double journée. « J’ai travaillé pendant que les copains s’occupaient des tracts. Puis j’ai préparé le meeting. » A 20 heures au Château des fleurs à Marseille, le parti d’Olivier Besancenot reçoit ses militants. Et des salariés en lutte. « On met les bouchées doubles pour mobiliser notre électorat qui se décidera au dernier moment. »

A.D, Ph.F, M.L. et F.T.