Archive

Posts Tagged ‘immigration’

Tchat Régionales : retrouvez les réponses de Jean-Marie Le Pen (FN)

 La Provence – 02/03/2010
.

. Les 14 et 21 mars, les Provençaux iront aux urnes pour les élections régionales. Tout au long de la campagne, nous recevrons en tchat les principaux candidats. Transports, crise économique, environnement, aménagement du territoire, enseignement, ils répondront à vos questions. Egalement au menu, la politique nationale menée par Nicolas Sarkozy, les alliances et les bagarres des partis politiques, etc. 

Jean-Marie Le Pen, tête de liste Front national en Paca. © 2009 Thomson Reuters / Jean-Paul Pélissier

Après Pierre Godard (NPA), Patrice Miran (AEI), Isabelle Bonnet (LO), Jacques Bompard (LdS), Thierry Mariani (UMP), Michel Vauzelle (PS) et Jean-Marc Coppola (FdG), LaProvence.com accueille Jean-Marie Le Pen (Front national) le mardi 2 mars de 11 heures à midi. 

Présent dans le paysage politique français depuis les années 50, Jean-Marie Le Pen entretient une histoire personnelle avec la Provence depuis 1988, date à laquelle il s’est présenté aux législatives à Marseille. En 1992, il a été élu pour la première fois conseiller régional Paca. En 2004, lors des dernières régionales, le préfet de région avait refusé sa candidature pour cause d’absence de domiciliation ou d’attache fiscale en Paca. Un scénario qui ne se répétera pas cette année : désormais, le leader du Front national acquitte des impôts à Grasse, dans les Alpes-Maritimes.

 

 

laprovence.com Bonjour et bienvenue sur LaProvence.com. Jean-Marie Le Pen est avec nous pour une heure de tchat, à vos questions !
Jean-Marie Le PenSalut et fraternité.

fredusud Monsieur Le Pen, vous parlez de « Révolution Patriote », pensez-vous en vous exprimant ainsi que le Front National a les vents favorables pour cette échéance électorale au delà de la région PACA ?
Jean-Marie Le PenOui, j’emploie le terme de révolution patriotique parce qu’il me paraît que les structures politiques, économiques et sociales de la France sont vieillies et arthorsiques et qu’il ne suffit pas de prendre quelques cachets d’aspirine pour lui redonner la jeunesse. Il faut vraiment aller au-delà de la réforme et bien sûr ce programme a une incidence sur les élections.

jolechinois M. Le Pen, vous êtes du Morbihan si je ne m’abuse. Pourquoi vous présenter en Paca alors ?
Jean-Marie Le PenOui je suis du Morbihan, je suis dans la région parisienne depuis 60 ans et je suis élu de cette région comme député européen. J’ai d’ailleurs été conseiller régional de Paca dans le passé et candidat à la députation en 1988, « Jean Marius » !

marqueur Monsieur LEPEN allez vous donner la Région PACA encore une fois à vauzelle…? Lire la suite…
Publicités

Régionales : quand Jacques Bompard s’autotraite de menteur

La Provence – 01/03/2010

.

LES BOBARDS DE LA CAMPAGNE. Jusqu’au scrutin des régionales, LaProvence.com repère et décrypte les petits arrangements avec la vérité des candidats et de leurs équipes. Aujourd’hui, Jacques Bompard (Ligue du sud) dit qu’il ne fait pas ce qu’il fait…

Jacques Bompard avait dit : "Ceux qui font de l'immigration leur argument majeur de campagne sont des menteurs". Il a menti... - Photo Cyril Hiély

INTOX – Invité en tchat sur LaProvence.com le 9 février dernier, la tête de liste de la Ligue du sud aux élections régionales, Jacques Bompard, est interrogé sur la question de l’immigration, un thème sur lequel il intervient réguièrement. Pourtant, ce jour-là, celui qui a été élu maire d’Orange en 1995 sous les couleurs du Front national jure qu’il ne fait pas campagne sur ce thème, pas plus que sur le débat sur l’identité nationale. Interviewé par LaProvence.com, il explique que « l’immigration n’est pas de la compétence régionale », en ajoutant que « ceux qui en font leur argument majeur de campagne sont des menteurs ». Et d’enfoncer le clou : « Se battre sur une compétence que l’on a pas, c’est se moquer des gens »… Un tacle qui, on s’en doute, vise Jean-Marie Le Pen…

DESINTOX – Mais alors, comment expliquer l’appel de la Ligue du Sud et des identitaires, un groupuscule d’extrême droite, à manifester ce samedi 6 mars – soit huit jours avant le premier tour – contre « la grande mosquée » et « l’islamisation de Marseille » ? A coups de tracts sur lesquels on peut lire « Ici c’est Marseille… pas Alger ! », Jacques Bompard et son parti donnent rendez-vous à 14 heures sur le parvis de Notre-Dame de la Garde « à tous ceux qui veulent manifester leur attachement à l’identité provençale de la cité phocéenne ». Et pour prouver que jamais il ne lui viendrait à l’esprit de faire de l’immigration un « argument majeur de campagne », celui qui a rompu les ponts avec Jean-Marie Le Pen et pris ses distances avec Philippe de Villiers n’hésite pas à employer les grands moyens en mettant à disposition des bus aux départs de Toulon, Orange et Nice. « L’identité nationale n’est pas un bon thème de campagne pour nous », avait ajouté Jacques Bompard à l’occasion du tchat, laissant probablement au passage quelques électeurs dans leur scepticisme. Heureusement, avec cette illustration (photo 2), c’est beaucoup plus clair… Quand le Jacques d’Orange défend « l’identité provençale », c’est bien parce qu’il a les immigrés en travers de la gorge !

Union Européenne: l’UMP se « réjouit » de l’adoption de mesures contre l’immigration clandestine

26 février 2010 Laisser un commentaire

facebook (Thierry Mariani) – 26/02/2010

L’UMP s’est « réjoui » vendredi de l’adoption par les ministres chargés de l’immigration de l’Union européenne de 29 mesures proposées par la France contre les filières d’immigration clandestine et les passeurs, lors d’une réunion extraordinaire jeudi à Bruxelles.

« Le Mouvement Populaire se réjouit que ce nouvel élan en faveur de la coopération des pays européens pour la sécurité de tous soit d’initiative française », a déclaré Dominique Paillé, porte-parole adjoint de l’UMP, dans un communiqué.

L’UMP a salué le rôle de M. Besson qui « a permis de tracer, en étant force de proposition, la feuille de route collective pour le renforcement des frontières extérieures de l’Europe ».

« La généralisation des patrouilles conjointes et la création d’une police aux frontières européennes » qu’a proposé le ministre de l’Immigration « sont de vraies solutions à même d’assurer notre protection et de démanteler les filières hors-la-loi », toujours selon le même communiqué.

Pour le parti de la majorité présidentielle, la lutte contre l’immigration clandestine et « le trafic des êtres humains » est un « enjeu de taille » et « la coopération opérationnelle au niveau européen n’a jamais été aussi nécessaire et urgente ».

La plupart des 29 mesures concernent le renforcement de Frontex, comme l’organisation de vols de retour forcé des immigrants en situation irrégulière par l’agence européenne chargée de la gestion des frontière extérieure de l’UE.

Cette réunion des ministres européens en charge de l’Immigration avait été convoquée par Eric Besson après la découverte de 123 Kurdes sur une plage corse le 22 janvier.

Brèves de Le Pen

22 février 2010 Laisser un commentaire

 

FN : Fillon « infamant », estime Le Pen

Le Figaro/AFP – 21/02/2010

Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a qualifié d' »infamie » des propos tenus récemment par le premier ministre François Fillon sur le vote extrémiste, lors d’un meeting de campagne pour les régionales aujourd’hui à Nice.

Le 12 février à Toulon, venu soutenir le candidat UMP en Paca Thierry Mariani, le chef du gouvernement avait appelé les électeurs à « se mobiliser dès le premier tour » et à ne « pas se disperser », affirmant que « voter pour les partis extrémistes » revenait à « voter pour les socialistes » en provoquant des triangulaires au second tour.

« C’est une infamie, a déclaré M. Le Pen, tête de liste régional du FN, devant environ 600 personnes. Elle est pardonnable d’un candidat, M. Mariani, qui n’a que peu de moyens, moyens intellectuels s’entend. Mais elle est inacceptable quand c’est dans la bouche du premier ministre ». « C’est scandaleux aussi parce qu’en 1998, le FN a fait élire des UMP à la tête des régions et ceux-ci ont été tellement persécutés par leur parti qu’ils ont dû démissionner. Alors non, monsieur (Fillon), pas vous, pas ça », a-t-il conclu. Lire la suite…

Mariani : « les électeurs du FN ont la clé du scrutin »

22 février 2010 Laisser un commentaire

La Marseillaise – 22 février 2010

Mariani en meeting à Marignane, pas vraiment en toute innocence.

Thierry Mariani. photo ML THOMAS

Mariani en meeting à Marignane, pas vraiment en toute innocence. Le choix n’était pas innocent. Tenir meeting à Marignane, ville longtemps dirigé par l’extrême-droite, en présence du ministre du budget Eric Woerth, concrétisait la volonté politique de Thierry Mariani et de l’UMP de séduire et donc de récupérer une large partie de l’électorat de Jean-Marie Le Pen.

D’ailleurs, le chef de file de la droite régionale n’esquive pas le sujet. « Ceux qui votent pour le Front national ont la clé du scrutin » déclare le député de Vaucluse devant quelques centaines de ses supporters. A ces électeurs frontistes, il demande « de ne pas se laisser manipuler » et de se souvenir que la gauche l’a emporté en 2004 alors qu’elle était « minoritaire ». Dans une formule étonnante, Thierry Mariani ajoute : « quelle que soit la valeur » de Jean-Marie Le Pen, « il n’est là que pour faire un dernier tour de piste et ne veut pas s’occuper » des problèmes concrets. « Vauzelle est mon seul adversaire » lance-t-il.

Avant lui, le maire de Marignane, Eric Le Dissès, avait préparé le terrain à cet appel, prononçant un discours que la droite extrême n’aurait pas réfuté. « Il faut faire la guerre aux assistés, (…) à ceux qui profitent de nos largesses », assène-t-il. Puis il prend pour cible « une certaine immigration qui se vent de plus en plus communautariste » et attaque les parlementaires algériens qui, voulant faire condamner les crimes commis pendant la guerre d’Algérie, attisent « une violence anti-française sur notre propre territoire ».

Voilà pour la droite autoritaire. Il est revenu à Eric Woerth de présenter le visage libéral de l’UMP. Un rôle qu’il joue sans se forcer. Le ministre du budget qui déclarait récemment vouloir « purger » les relations entre l’Etat et les collectivités locales et dénonçait les « dépenses galopantes » des régions, considère que PACA « n’a pas été bien gérée ». « La fiscalité régionale a dérapé par les dépenses ont dérapé » estime celui qui est la cheville ouvrière de l’augmentation de nombreuses taxes nationales. Selon lui, les régions « demandent plus d’autonomie » pour l’utiliser « contre l’Etat ». Justifiant la réforme des collectivités locales qui interdira aux régions de conduire des politiques volontaristes, il lance un savoureux « pourquoi la région PACA s’occupe-t-elle de culture ? ». Les acteurs régionaux du monde de la culture apprécieront. CHRISTIAN DIGNE

Régionales en Paca : l’UMP Thierry Mariani chasse sur les terres de l’extrême droite

19 février 2010 Laisser un commentaire

Le Point – 19 février 2010

.

Régionales en Paca : l'UMP Thierry Mariani chasse sur les terres de l'extrême droite

Tête de liste UMP pour les régionales en Paca, Thierry Mariani multiplie les déplacements, ici à Aix-en-Provence © Sipa

.

« Impose ta chance, va vers ton risque. » Tête de liste UMP pour les régionales en Paca, Thierry Mariani a fait sienne cette formule du poète René Char. Une devise de circonstance tant le combat s’annonce difficile pour la majorité en Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Le Front national peut encore une fois sauver le soldat socialiste Michel Vauzelle », estime le député du Vaucluse, âgé de 51 ans. L’UMP craint en effet que le scénario de 2004 ne se reproduise : le FN s’était maintenu au second tour, permettant la réélection de Michel Vauzelle pour un second mandat.

Le 14 mars, au premier tour du scrutin, le premier adversaire à abattre pour l’UMP sera donc le candidat FN, qui n’est autre que Jean-Marie Le Pen. À 81 ans, le leader du Front national mène en Paca son dernier combat électoral avant son départ à la retraite, et il veut tirer sa révérence en dépassant au second tour le score de 21 %, réalisé par son candidat Guy Macary en 2004.

Immigration et sécurité, thèmes de campagne

La campagne anti-Le Pen va bon train. « Il ne faut pas se laisser manipuler par un homme politique qui fait un dernier tour de piste ! », lance Thierry Mariani, avant de poursuivre : « Jean-Marie Le Pen ne fait pas campagne : c’est comme si la région ne l’intéressait pas. Il ne connaît même pas les problèmes régionaux. » L’immigration et la sécurité restent les thèmes privilégiés de Le Pen, sur la scène nationale comme en Provence.

Pour damer le pion au FN, l’UMP a adapté son propre discours et s’est choisi comme chef de file un fin connaisseur des idées fixes de l’extrême droite. Comme le reconnaît le parti majoritaire lui-même, l’élu du Vaucluse a toujours été très actif en matière de sécurité ou d’immigration. Pour preuve : après avoir défendu, en 2008, l’amendement sur les tests ADN pour les candidats au regroupement familial, Thierry Mariani a aujourd’hui dans le viseur la loi Guigou, qui a instauré l’obtention automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers. « Tout cela n’a rien d’un discours de circonstances. Je suis présent sur ces sujets depuis longtemps », insiste-t-il, en précisant que les deux priorités de sa campagne sont « la sécurité et l’emploi ».

Déficit de notoriété

Mariani veut convaincre une région où les électeurs ont largement voté pour Nicolas Sarkozy en 2007, d’autant que l’extrême droite part divisée. Après avoir quitté le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, Jacques Bompard se présente cette fois sous les couleurs de la Ligue du Sud. À gauche aussi, les voix seront dispersées : Europe Écologie a choisi de partir sous ses propres couleurs sous la conduite de Laurence Vichnievsky. Pour autant, le député n’est pas le grand favori des sondages. C’est le président sortant de la région Michel Vauzelle qui est donné vainqueur au second tour, quel que soit le scénario.

L’ancien « monsieur Afghanistan » du gouvernement part aussi avec un handicap de taille : son déficit de notoriété. Thierry Mariani est éclipsé par l’ogre Jean-Marie Le Pen ou le président sortant Michel Vauzelle. « En deux mois de campagne, on vient à bout de ce manque de notoriété », veut tout de même croire la tête de liste UMP. Une faiblesse qu’il essaie de compenser par sa présence sur les réseaux sociaux tels que Facebook , les Créateurs de possibles – plate-forme communautaire de l’UMP – ou le site de microblogging Twitter . « Internet est un bon moyen d’être accessible à chaque citoyen en quelques clics, car la région Paca est immense », insiste le candidat. Pour le faire connaître, le Premier ministre n’a pas hésité à faire le déplacement, le 12 février, lors d’un meeting à Toulon. « Dans cette élection, tout est à conquérir, mais tout est possible, affirmait Fillon. Il n’y a pas de fief imprenable. » Le défi est lancé.

Par Ségolène Gros de Larquier

Vauzelle: « La droite a remis le FN en selle »

19 février 2010 1 commentaire

lejdd.fr – 19 février 2010

Ardent pourfendeur du sarkozysme, le placide Michel Vauzelle mène sereinement campagne en Provences-Alpes-Côte d’Azur. Grand favori des sondages, le sortant socialiste brigue un troisième mandat à la tête du Conseil régional. En rassembleur de toute la gauche et en se tenant loin des querelles de la rue de Solferino.

Michel Vauzelle
Michel Vauzelle, en lice pour un troisième mandat en Paca. (Reuters)
.

A en croire les sondages, la route semble dégagée pour vous en Paca. Pourtant, François Fillon en a fait l’une des régions « gagnables » pour la droite. Un vœu pieux?
Disons que François Fillon ne fait que s’inscrire dans la lignée de Nicolas Sarkozy. Il y a un an, le président de la République a estimé que cette région était la propriété de la droite et que par conséquent, il était anormal qu’elle soit dirigée par un président socialiste. Depuis, tout l’appareil de l’Etat, y compris les préfets, s’est mis au service de l’UMP. Mais ceci n’est pas étonnant: nous sommes dans un Etat UMP, avec un président, qui, rompant avec la grande tradition républicaine, et loin de se poser en rassembleur, est d’abord le chef d’un parti politique. Il est le président de 30% de la population, passant son temps à dresser les Français les uns contre les autres: les jeunes contre les vieux, les riches contre les pauvres ou les jeunes des banlieues contre les autres citoyens.

Votre adversaire UMP en Paca, Thierry Mariani, affirme que « depuis douze ans, Le Pen est en réalité la bouée de sauvetage de Michel Vauzelle« . C’est aussi l’argument de la droite de dire que voter FN, c’est voter PS. Quelle est votre réponse?
C’est faux. Voter FN, c’est voter pour la droite. D’ailleurs, Thierry Mariani dit aux électeurs du Front national: « Votez utile, nous avons les mêmes idées, nous avons le même programme, nous sommes contre les racailles des banlieues, contre l’immigration, contre l’Islam, etc. » Il faut remettre les choses à leur place: c’est la droite, qui, par sa politique, a remis le FN en selle.

«C’est plutôt l’UMP qui fait ma campagne aujourd’hui»En même temps, la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour priverait l’UMP d’un important réservoir de voix, ce qui ferait vos affaires…
Pas du tout. Prenez les derniers sondages: si Le Pen n’est pas au second tour, je gagne encore plus facilement contre Mariani. Je ne souhaite pas du tout que Le Pen soit au second tour. Je me bats contre cela.

Vous le disiez, vous êtes à la tête d’une région dont sont issus de nombreux élus de droite. Comment expliquez-vous cette « exception Vauzelle »?
C’est avant tout une méthode: le Conseil régional ne regarde pas l’étiquette du maire d’une ville pour verser des subventions amplement méritées. Et d’ailleurs, je dois dire que c’est plutôt l’UMP qui fait ma campagne aujourd’hui: j’ai par exemple retrouvé des articles de presse dans lesquels Christian Estrosi (maire de Nice, ndlr) ou Hubert Falco (maire de Toulon, ndlr) remercient la Région pour tout ce qu’elle a fait pour leurs villes depuis dix ans. C’est bien la preuve que mes adversaires politiques reconnaissent que je suis un président de région républicain et que j’aménage bien le territoire…

Dans cette campagne, vous êtes tout de même la cible de la droite qui vous accuse de « copinage » avec certaines associations. Une enquête est d’ailleurs en cours au Conseil régional. Comment réagissez-vous à ces attaques?

Lire la suite…