Archive

Posts Tagged ‘lamare’

Résultats Régionales PACA 2010 : 1ères réactions et analyses (13 articles)

Régionales : Michel Vauzelle réussit la passe de trois en Paca

La Provence – 22/03/2010

Michel Vauzelle est réélu président de Région Paca. Infographie LP

Avec 44,11%, le président sortant assure sa réélection. Il devance Thierry Mariani (33,02%) et Jean-Marie Le Pen (22,87%).

Le ministère de l’Intérieur vient de communiquer les chiffes définitifs des élections régionales en Paca. Avec 44,11%, le président sortant assure sa réélection. Il devance Thierry Mariani (33,02%) et Jean-Marie Le Pen (22,87%). L’abstention est de 47,79%.

Conduite par Michel Vauzelle (PS), la liste de gauche qui a fusionné avec Europe écologie et le Front de gauche obtient un score légérement inférieur à celui de 2004. L’alliance UMP-Nouveau centre-MPF représentée par Thierry Mariani ferait un score juste en dessous de celui de Renaud Muselier en 2004 (33,82%).

Avec 22,87%, Jean-Marie Le Pen améliore son score du premier tour qui était de 20,29%. Il a largement récupéré les voix qui s’étaient portées sur Jacques Bompard la semaine dernière. Traditionnellement, le Front national recule de quelques points au second tour. Il n’en a rien été cette fois…

A la lecture de ces chiffres, les listes Vauzelle obtiendraient 72 conseillers régionaux (contre 73 en 2004). L’UMP en aurait 30 et le Front national 21.

Alpes-de-Haute-Provence

Le président de la Région a obtenu 53,60% dans les Alpes-de-Haute-Provence. Thierry Mariani est loin derrière avec 29,10% des voix, suivi par Jean-Marie Le Pen (17,20%).

Alpes-Maritimes

En tête, on trouve Thierry Mariani avec 38,31%, suivi de Michel Vauzelle (37,84%) et de Jean-Marie Le Pen (23,85%). L’abstention a été de 49,28%.

Bouches-du-Rhône

Michel Vauzelle, le président de la région, est arrivé largement en tête dans les Bouches-du-Rhône avec 49,46% des suffrages. Il est suivi de Thierry Mariani qui a obtenu 27,55% des voix. Jean-Marie Le Pen arrive dernier avec 22,99% des suffrages. Dans le département, l’abstention a été forte avec 48,35%.

Hautes-Alpes

Michel Vauzelle reste en tête avec 53,90% des voix. Le candidat UMP, Thierry Mariani, a obtenu 31,80% des suffrages. Jean-Marie Le Pen, lui, est troisième avec 14,30% des suffrages.

Var

Thierry Mariani arrive en tête des élections régionales dans le Var avec 39,70% des suffrages contre 38,30% pour Michel Vauzelle. Jean-Marie Le Pen, réalise également un bon score avec 22,10% des voix. Le taux d’abstention a été de 48,6% dans le département.

Vaucluse

Jean-Marie le Pen (FN) a obtenu un important résultat dans le Vaucluse avec 26,50% des suffrages. Mais Michel Vauzelle reste en tête (42,90%), suivi de loin par Thierry Mariani (UMP) avec 30,50% des voix.

.

La parole des citoyens

La Marseillaise – 22/03/2010

Editorial
Les électeurs ont tranché : la quasi totalité des régions métropolitaines sera gérée par une gauche rose, verte et rouge. Victorieuse car rassemblée le plus souvent.  La droite ne conserve désormais qu’une seule région.
Après la gifle infligée par les Français il y a une semaine, le second tour a non seulement confirmé mais surtout amplifié le profond désaveu des électeurs face aux choix politiques de Matignon, de l’Elysée et de leurs amis en régions.
Plus que jamais, sauf à s’inscrire dans un déni de démocratie, le message sorti des urnes doit être entendu. Le premier signe que devrait donner l’Elysée ne saurait ainsi se résumer à un ravalement de façade consistant en un quelconque remaniement de gouvernement. Plus que jamais, la question des réformes engagées ou programmées par l’Elysée doit être posée. Non pas pour évoquer une pause mais pour mettre au rebut les projets d’attaques des retraites ou autres sujets de remise en cause des droits des citoyens.
A gauche, les responsabilités confiées par les électeurs sont ainsi immenses. Dans les régions, bien sûr, afin de mettre en œuvre des politiques audacieuses répondant aux attentes des populations locales.
Au niveau national, aussi, la gauche devra répondre au message des électeurs. Rassemblée et porteuse d’ambitions nouvelles qui se dessinent, la gauche a montré qu’elle peut gagner, forte de ses valeurs plurielles en matière sociale et écologique.
Pour l’avenir qui débute aujourd’hui, le travail reste immense afin de ne plus décevoir la parole citoyenne. D’autant que la droite et son extrême restent à l’affût.

PIERRE BASTIEN

https://i1.wp.com/www.lamarseillaise.fr/images/stories/photos_papier/POLITIQUE/INFOGRAPHIE%20RESULTATS%20REGIONALES%20PACA.jpg

.

Lire la suite…

Publicités

Meeting de l’Alliance de l’Olivier

La puissance de toutes les forces de la Gauche

La Marseillaise – 18/03/2010

Photo MLT

Photo MLT

Meeting. Imposante démonstration de la famille progressiste hier soir à Marseille autour des listes conduites par Michel Vauzelle.

C’est devant une salle enthousiaste, brandissant les drapeaux du PS, d’Europe-Ecologie, ainsi que ceux du PCF, du Parti de Gauche et de la Gauche unitaire (piliers du Front de Gauche) qu’un Patrick Mennucci, plus combatif que jamais, a lancé le meeting régional tenu hier soir à Marseille autour des listes conduites par Michel Vauzelle.
Cette diversité des bannières reflétait la diversité des femmes et des hommes (voir également page suivante) qui s’engagent dans le rassemblement pour faire gagner la Gauche dimanche comme ils se sont engagés, durant la campagne précédant le premier tour, dans une pluralité affichée sans complexe qui les rend, aujourd’hui, plus fort encore pour aborder le scrutin du second tour face à la droite et au Front national.
Le maire des 1er et 7e arrondissements de la cité phocéenne, dont il a loué la diversité socio-culturelle, a affirmé que « Marseille doit amplifier le vote de dimanche dernier » dans « la bataille que nous menons pour une autre société ».
Cette diversité politique et citoyenne engagée sur un socle de valeurs communes autour de Michel Vauzelle s’est également manifestée par les interventions des huit représentants des partenaires de « l’Alliance de l’Olivier » pour « une Région rassemblée, solidaire et écologique ».
Ainsi Anne Mesliand (Front de Gauche) qui souligne « que les luttes sociales ont besoin de rencontrer un projet politique face au néo-libéralisme ».
Ainsi Aïcha Sif (Europe-Ecologie) qui s’exclame que « nos valeurs sont clairement compatibles et ce qui nous rapproche est plus fort que ce qui nous différencie ».
« Etre à la hauteur »
Aïcha Sif lira un message de Laurence Vichnievsky, chef de fille d’Europe-Ecologie, retenue à Paris par ses obligations professionnelles.
Ainsi Jean-Marc Coppola (Front de Gauche) qui martèle que « nous voulons et nous devons être à la hauteur pour répondre à la colère et la désolation qui se manifestent dans l’abstention(…), pour répondre à l’exigence sociale qui monte dans notre peuple ».
Jean-Marc Coppola se dira « fier de ce qu’apporte le Front de Gauche », et il lancera un fort « vous pouvez contez sur nous, sur moi » ovationné par le public.
Ce sont également exprimés avec des mots forts et une grande détermination, Ladislas Polski (MRC), Joël Giraud (PRG), Philippe Chesneau (Europe-Ecologie.
La championne de boxe Myriam Lamare se félicite de son côte « de la présence des acteurs la société civile » avec les progressistes.
Devant de très nombreux élus de différentes collectivités territoriales de la région, il revenait à Michel Vauzelle (voir ci-dessous) de clôturer cette soirée porteuse d’une très forte « dynamique de gagne », pour reprendre l’expression circulant dans les travées.
Le président du Conseil régional mettant au centre de son intervention les valeurs de la République et la nécessité de la défendre. « Nous sommes le bouclier de la République » s’exclamera-t-il.

Michel Del Picchia

.

Marseille: la gauche certaine de gagner

France 3 – 18/03/2010

Meeting de fin campagne de la gauche unie hier à Marseille

Meeting de fin campagne de la gauche unie hier à Marseille

Hier les Docks des Suds de Marseille ont accueilli le meeting de fin de campagne d’une gauche certaine de l’emporter.

Autour de Michel Vauzelle, les alliés socialistes, écologistes et du front de gauche ont affiché leur union pour le second tour des élections régionales. Des alliés qui ne doutent pas de leur victoire au soir du 21 mars.

Lundi un accord a été trouvé entre le Parti Socialiste, Europe Ecologie et le Front de gauche pour présenter dimanche prochain la liste commune pour le 2eme tour des élections régionales en PACA.

.


Regardez le reportage sur le site de France 3


Les oursins des listes marseillaises

Backchich – 10/03/2010

.

Allégorie - JPG - 28.5 ko

Allégorie - Dessin de Ray Clid

Avec une campagne aussi palpitante qu’un épisode de « Plus belle la vie », la région Paca s’est donnée les moyens d’attendre le lendemain du second tour pour que les affaires sérieuses reprennent.

Les eaux du Vieux-Port ne sont pas même troublées par le Mistral du scrutin régional. Ni esclandre, ni algarade hormis la polémique sur les affiches islamophobes du Front National. Et une lutte qui ne passionne pas vraiment les foules.

« La ville polarise toute la vie publique du département. La mairie est le poste le plus prestigieux, voire le seul qu’hommes politiques comme citoyens considèrent« , décrypte François-Noel Bernardi, élu socialiste et proche du patron de la rose locale Jean-Noël Guérini. « Et puis comment voulez vous vous passionner pour une élection dont le résultat est déjà connu« . Allusion un peu bravache à une inéluctable victoire socialiste ? Même pas à écouter le camp d’en face. « La campagne est franchement molle, pas de quoi renverser une majorité« , élude un maire UMP d’arrondissement, « tous les regards sont focalisés ailleurs« .

Vers la mairie, où les dauphins de Jean-Claude Gaudin n’en finissent pas de s’échouer sur les plages. Fin décembre, Renaud Muselier s’est encore fait rabrouer. Lui qui voulait provoquer une crise à la communauté urbaine a vu ses ardeurs calmées par Gaudin lui-même, venu soutenir en personne le président socialiste de la communauté d’agglomération, Eugène Caselli. En janvier Guy Teissier, autre prétendant, s’est ostensiblement permis de ne pas voter un rapport soutenu et envoyé par l’édile de la ville. Quant au discret Roland Blum, premier adjoint de Gaudin, il confesse en ville n’avoir aucune velléité.

Vers les affaires, surtout qui tourbillonnent autour de la sphère politique. Subventions détournées du conseil régional, marchés publics truqués à la communauté urbaine et au conseil général. Et toute la droite de prier pour qu’elles emportent avec elles la fédération socialiste, famille Guérini incluse. Avec par ordre de priorité Jean-Noël, tout puissant patron du Conseil Général. Puis Alexandre, membre du conseil fédéral de la fédé, patron d’une société de nettoyage et de ramassage des ordures. Le véritable croquemitaine de la politique marseillaise. « Les juges profitent de la trêve politique pour éplucher ce qu’ils ont déjà saisi et peaufiner le coup d’après, pronostique une petite souris du Palais de Justice. Cela explique le calme apparent, mais le lundi suivant le 2e tour risque d’être festif« .

Reclassement général

Absorbés par de telles priorités, les états-majors ont un brin bâclé les listes présentées dans le département. « On a fait n’importe quoi, des deux côtés« , s’agace une tête pensante de la droite marseillaise. Avec une pléiade de fonctionnaires devenus candidats. Et pas moins de 12 employés du conseil général sur la liste socialiste. « Ce n’est que du reclassement, s’amuse une huile socialiste. En 2014, avec les réformes, le conseil général risque de disparaître, alors Jean-Noël replace les gens« .

Une dose de people locaux s’est gentiment ajoutée. Notamment la n°2 des socialistes, Myriam Lamare, championne de France de boxe et employée de Jean-Claude Gaudin à la mairie, ou le pagnolesque commentateur des matchs de foot de l’OM, 20 ans durant sur Radio France Provence, Avi Assouly (n°10). Le tout saupoudré de la femme du premier secrétaire fédéral, l’épouse d’un conseil général ou le fils d’un ponte politique des quartiers nord.

En face, les repêchés aussi surnagent. Le chef de cabinet historique de Gaudin, Maurice Battin (n°7), se prépare un coin douillet, l’élu aixois Bruno Genzana (n°9) cherche à s’éloigner de sa volubile maire Maryse Joissains, Nora Preziosi (n°12) joue son rôle de beurette de campagne.

Avec un scrutin aussi palpitant qu’un scénario de « Plus belle la vie », les 14 et 21 mars prochains, les citoyens risquent fort de préférer aux urnes la pêche aux oursins…

Xavier Monnier


La carte jeune de Vauzelle

La Marseillaise – 08/03/2010

.

Michel Vauzelle parmi ses jeunes supporters. PHOTO MARIE-LAURE THOMAS

Michel Vauzelle a quitté, samedi, le classique costume-cravate de l’homme politique. Pour présenter son projet en faveur de la jeunesse, le président-candidat a revêtu un saillant tee shirt arborant les thèmes de sa campagne.
Accompagné de la championne de boxe Myriam Lamare, sa co-listière dans les Bouches-du-Rhône, et de quelques dizaines de jeunes sportifs, Michel Vauzelle a parcouru les derniers hectomètres d’un relais sportif organisé entre son siège de campagne et le Vieux-Port à Marseille.
« Nous sommes les soldats de la République », a-t-il lancé lors d’une prise de parole. Soulignant les vertus de la pratique sportive, il a vanté « les valeurs du respect, de la liberté, de la résistance, de la solidarité ».
Alors que la région « consacre plus de 50% de son budget à la jeunesse », Michel Vauzelle a promis « d’amplifier cette action » lors de la prochaine mandature.

Parmi les mesures phares en faveur des jeunes, il annonce « la construction de 3000 logements pour les étudiants », la mise sur pied « d’un contrat autonomie ». Le candidat socialiste veut « amener 100% d’une classe d’âge vers l’obtention d’un diplôme et d’un haut niveau de qualification ». Il s’engage à accorder « une prime de 1000 euros aux entreprises dont l’employeur proposer un CDI à son apprenti ».
Côté lycées, Michel Vauzelle entend porter « un plan d’investissement d’1,5 milliard pour participer, dans le cadre des compétences de la région, au service public d’éducation et de formation initiales » et « généraliser le plan d’équipement en panneaux solaires à l’ensemble des établissements ». Chaque année, « 50 millions d’euros seront consacrés à la recherche, l’innovation et l’enseignement supérieur ».
Autres mesures envisagées : la participation « au financement des licences sportives annuelles dans les clubs » et la mise en place « d’un service civique régional pour mille jeunes ».

C.D.

Mennucci : « Vauzelle a ravivé la flamme de la résistance »

La Provence – 06/03/2010

.

Patrick Mennucci estime que Michel Vauzelle

Patrick Mennucci estime que Michel Vauzelle "a ravivé la flamme de la résistance". Photo Patrick Nosetto

« Il faut que Michel Vauzelle soit largement en avance« . En prononçant ces mots hier autour de 21h, Patrick Mennucci maire PS de secteur ne croyait pas si bien dire.

S’il était question pour lui d’inciter les citoyens à aller voter le 14 mars, l’allusion n’avait aucun rapport avec le retard du président de Région Michel Vauzelle, retenu à Miramas. Une foule chaleureuse avait été réunie rue Sénac, en présence de colistiers pour une réunion très « centre-ville ».

La championne de boxe Myriam Lamarre, venue partager un nouveau combat, affirmait s’être reconnue sur des thèmes (avancer, résister, protéger) défendus par le candidat PS. Fatima Orsatelli insistait sur « l’importance du bien vivre ensemble« .

Contraint de jouer les prolongations pour contenir l’impatience de ses invités, Patrick Mennucci estimait que « Michel Vauzelle a ravivé la flamme de la résistance« . Confus d’avoir imposé une aussi longue attente, le principal intéressé, enfin arrivé, se lançait dans une courte intervention.

En insistant sur la « régression sociale de notre pays » et en appelant à aller voter pour « résister à Sarkozy« . Un message à la tonalité républicaine et aux accents de « Marseillaise », comme il les aime.

Philippe Faner

Myriam Lamare : un crochet du gauche à Nice

17 février 2010 Laisser un commentaire

Nice matin – 16/02/2010

.

nm-photo-287683.jpg

La boxeuse de Marseille Myriam Lamare, n°2 sur la liste Vauzelle dans les Bouches-du-Rhône, a été accueillie à Nice notamment par Patrick Allemand et Anne-Julie Clary ainsi que d’anciens boxeurs.

Myriam Lamare a l’habitude des combats. A 35 ans, elle affiche déjà près de 20 ans de boxe, en full-contact puis en boxe anglaise. Dans cette discipline, elle a collectionné les titres de championne du monde.

Elle est désormais engagée dans une autre bataille, celle des élections régionales, et vise un autre titre celui de conseillère régionale. Il ne devrait pas lui échapper : elle est en effet en 2e position sur la liste de Michel Vauzelle dans les Bouches-du-Rhône.
Hier, Myriam Lamare a fait un crochet, du gauche évidemment, par les Alpes-Maritimes. Elle a été accueillie par Patrick Allemand, tête de liste PS dans le 06 et par Anne-Julie Clary, conseillère régionale en charge notamment du sport à la Région.

« Ni gadget, ni people »

Elle a déjeuné au côté d’anciens champions de boxe azuréens avant de faire la tournée des salles niçoises et de rencontrer les pratiquants.
Myriam Lamare se défend « d’être un gadget ou une people » sur la liste socialiste. « C’est pour moi une manière d’officialiser mes convictions même si je ne suis pas membre du Parti socialiste car ma force c’est aussi ma liberté.

Je suis également une citoyenne du monde engagée notamment à travers diverses associations. » C’est pourtant la Ville de Marseille, cité dans laquelle elle vit depuis dix ans, qui lui a proposé un emploi il y a quelques années. « Chacun y a trouvé son compte, aujourd’hui on est quitte » tranche-t-elle. Elle poursuit son chemin et envisage une reconversion dans le sillage de Michel Vauzelle alors que sa carrière de sportive tire à sa fin. « À travers mon parcours, je veux passer un message à la jeunesse et aux femmes, pas que dans les quartiers difficiles. Il faut faire tomber les frontières. »
Pour l’équipe sortante du conseil régional, Myriam Lamare est aussi la porte-drapeau de ce qu’a fait la Région pour le sport. « Nous avons créé 650 emplois d’éducateurs sportifs, aidé les clubs, organisé des séjours sportifs chaque année pour 10000 jeunes…

Le budget du sport se monte à 26 millions d’euros, 50 millions si on compte les infrastructures » expliquent Patrick Allemand et Anne-Julie Clary.
« Et tout cela peut disparaître demain avec la réforme territoriale qui va limiter les compétences des régions parce que le sport n’est précisément pas une compétence obligatoire. »

Sport et Régionales (3 articles)

10 février 2010 Laisser un commentaire

Régionales : ces sportifs que les partis s’arrachent

Le Figaro – Bastien Hugues – 10/02/2010
.

Ils s’appellent Gwendal Peizerat, Joël Abati ou Marouane Chamakh. Plus connus pour leur brillant parcours sportif que pour leur engagement politique, ils postulent aujourd’hui à un siège au conseil régional.

Crédits photo : AFP

Huit ans qu’il a mis un terme à sa brillante carrière de patineur. Depuis, le Lyonnais Gwendal Peizerat a œuvré à sa reconversion, fondant notamment sa propre société, spécialisée dans le contrôle des équipements sportifs. Aujourd’hui, l’ancien partenaire de Marina Anissina ouvre une nouvelle page, politique celle-là. A 37 ans, Peizerat a décidé de s’engager dans la bataille des régionales au côté d’un président socialiste de région sortant, Jean-Jack Queyranne, et figure en septième position dans le Rhône. Une place éligible qui pourrait déboucher, en cas de victoire, sur une vice-présidence de région. Et ne lui parlez pas de coup médiatique. «Si Jean-Jack Queyranne cherchait du people, il n’a pas trouvé la bonne personne», répond-il.

Premier engagement politique également pour Joël Abati, 39 ans. Champion olympique à Pékin, double champion du monde de handball avec l’équipe de France, et champion de France en 2008 avec le Montpellier AH, le Martiniquais s’est laissé séduire en Languedoc-Roussillon par Georges Frêche. «C’est lui qui est venu me chercher, affirme-t-il. Un soir, j’ai parlé politique avec lui. Je lui disais qu’on n’était pas près de voir un Obama en France, car l’élite politique ne donnait pas sa chance aux Noirs. Il m’a dit : ‘je t’emmène avec moi aux régionales’…».

Une majorité de sportifs sur les listes PS

Crédits Abaca

Myriam Lamare, elle, a 35 ans. Née d’un père français et d’une mère algérienne, multiple championne de France et championne du monde de boxe, elle a aujourd’hui décidé de changer de ring en s’engageant dans les Bouches-du-Rhône au côté de Michel Vauzelle, président PS sortant. En deuxième position, Myriam Lamare est assurée d’être élue. «La politique a besoin de s’oxygéner avec des personnes de la société civile. Myriam a une tête politique bien faite et elle est pleine d’humanité», justifie Vauzelle, rejetant les accusations de récupération et de coup médiatique.

Première française à devenir championne du monde de natation en 1998, championne d’Europe de 200 mètres dos en 1999 et médaillée d’argent aux JO de Sydney en 2000, Roxana Maracineanu a mis un terme à sa carrière de nageuse professionnelle en 2004, juste avant les Jeux d’Athènes. Comme Peizerat, Abati ou Lamare, elle aussi a rejoint le PS pour les régionales. Huitième sur la liste des Hauts-de-Seine, Maracineanu affirme vouloir poursuivre en politique ses activités associatives, notamment dans le milieu du sport et de la santé. Pourquoi le PS ? «Etant donné mon passé, mon parcours, mes origines, les valeurs de la gauche sont des valeurs pour lesquelles j’ai envie de m’engager», répond-elle.

Ancienne pointure de l’athlétisme, Stéphane Caristan, lui, n’en est pas à son premier coup d’essai. Multiple champion et recordman sur 60, 110 et 400 mètres haies dans les années quatre-vingt, il s’est engagé en 2008 au côté du maire socialiste sortant de Créteil, Laurent Cathala, dont la réélection lui a permis de devenir maire-adjoint. A 45 ans, il franchit une nouvelle haie en étant dixième sur la liste PS du Val-de-Marne. «C’est le symbole de la performance sportive et d’une reconversion réussie», explique Michèle Sabban, la chef de file départementale.

Douillet, un pas de plus vers le gouvernement ? Lire la suite…