Archive

Posts Tagged ‘listes’

Régionales Paca : les cinq fautes de l’UMP

La Provence – 23/03/2010

Désigné après la défection d'Hubert Falco, Thierry Mariani a eu du mal à mettre la machine UMP en marche. Photo Cyril Sollier

La région Paca faisait partie des objectifs de conquête de l’UMP. Raté, Michel Vauzelle est réélu et Jean-Marie Le Pen revient en force… Si cet échec s’explique par le contexte national, plusieurs fautes locales rendaient la mission quasiment impossible pour Thierry Mariani.

1/ Hubert Falco, désigné avant l’heure

Pour tout le monde, c’était lui le candidat. Durant des mois, le maire UMP de Toulon a été présenté comme le meilleur champion pour battre Michel Vauzelle. Nicolas Sarkozy lui-même est allé jusqu’à l’adouber publiquement lors d’une visite en Provence. Problème, Hubert Toulon n’avait pas dit oui. Et lorsqu’il a fini par accepter, les conditions posées par l’Elysée l’ont poussé à jeter l’éponge. Une défection catastrophique à moins de six mois de l’élection, alors que Michel Vauzelle et Jean-Marie Le Pen battaient déjà la campagne.

2/ Thierry Mariani, volontaire malgré lui

Sans répéter tout le feuilleton que le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a pour le moins compliqué, il est clair que le processus qui a mené à la désignation du député UMP du Vaucluse a laissé des traces chez les élus et les militants. D’autant qu’il était évident pour beaucoup que Thierry Mariani avait aussi peu envie de se lancer dans la bataille qu’il était convaincu de partir à la défaite. Pas très motivant… Autre handicap, choisir un élu venu du nord-Vaucluse plutôt que des Bouches-du-Rhône en général et de Marseille en particulier, là où l’élection se gagne ou se perd. Un point qui a été longuement évoqué en fin de semaine dernière lors d’une réunion qui rassemblait les principaux élus de la cité phocéenne…

3/ Le casse-tête des listes

Qu’elles auront été longues à constituer, ces listes… « Pendant deux mois, on a parlé que de ça », déplore un membre de l’équipe Mariani. Pour un résultat jugé plutôt décevant : peu d’élus implantés dans les territoires, du communautarisme à deux vitesses (pas de représentant des Arméniens…), d’incessantes bagarres avec les alliés du Nouveau centre et du CNPT (qui a fini par se retirer) qui s’estimaient mal traités, des UMP qui se jugeaient négligés comme dans les Hautes-Alpes…

4/ Où sont les « barons » de l’UMP ?

Certains ont fait le job, d’autres beaucoup moins… Voulaient-ils éviter de porter le poids de la défaite ? Toujours est-il que nombre de « barons » de l’UMP ont été étrangement absents durant la campagne, si ce n’est lors de la venue d’un ministre. D’autres se sont trompés d’élection, profitant pour afficher en vue des législatives, comme Dominique Tian à Marseille dont la circonscription a été récemment redécoupée. Il faut dire aussi que des erreurs diplomatiques ont été commises : par exemple, des visites de terrain ont été parfois organisées par l’équipe Mariani sans que soit avisé l’élu du cru.

5/ La stratégie des affaires ? Pschiiiiittttt !

Attaque principale contre Michel Vauzelle, l’enquête actuellement en cours sur des subventions versées à des associations bidons et qui auraient servi à pratiquer du clientélisme électoral à Marseille. Problème, si cet argument tenait lieu d’axe de campagne, il a été employé de manière détournée, quasi-subliminale. Si Thierry Mariani n’a eu de cesse de parler d’argent, il n’a pas porté ses coups franchement. En fait, il préparait le terrain, attendant un tacle judiciaire… qui n’est jamais venu. Un argument d’autant moins efficace qu’en fin de campagne, l’affaire Beausoleil sur la Côte d’Azur et la garde à vue du maire de Tarascon (qui a été précipitamment retiré des listes) ont coupé le sifflet à l’UMP.

Fred Guilledoux

Régionales en PACA: mais où est donc passée Laurence Vichnievsky ?

fini-parti – 19/03/2010

Mme la Juge aurait-elle déjà raccroché sa tenue de femme politique ? « Déçue » par les résultats du 1er tour des Régionales en PACA, Laurence Vichnievsky est remontée à Paris à peine validé l’accord de fusion avec le PS et le Front de Gauche. Reprise du boulot oblige. Mais quelle sera l’implication de la tête de liste d’Europe Ecologie dans la prochaine assemblée régionale ?

Laurence Vichnievsky n’a pas complètement disparu de la circulation. Qu’on se rassure. Elle pourrait même être présente ce vendredi au rassemblement contre le FN organisé à Marseille, avant d’achever ce week-end dans le Var puis dans les Bouches-du-Rhône, une campagne électorale qui fut, pour elle, une première.

Mais après ?

Lire la suite sur le site de fini-parti

Trois hommes et un scrutin – La Provence 19 mars 2010

La Provence – 19/03/2010

.

Vauzelle (PS) : « Je suis raisonnablement confiant »

 

Michel Vauzelle a recueilli 25,8% des suffrages au premier tour. Photo Guillaume Ruoppolo

Aujourd’hui dans La Provence, les trois têtes de liste, qui vont s’affronter au deuxième tour des élections régionales en Paca, répondent aux questions des journalistes. Michel Vauzelle (PS), Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN) se livrent avant le scrutin décisif de dimanche. La tête de liste socialiste veut, par exemple, convaincre les abstentionnistes du premier tour d’aller voter en affirmant que « dimanche sera l’occasion de dire qu’il y a un autre modèle de société que celui de Nicolas Sarkozy. »

– L’alliance signée avec Europe écologie concernant notamment Iter met le feu aux poudres. Quels en sont les termes précis ?
Michel Vauzelle :
La Région a rempli son contrat. Nous apporterons 152 millions d’euros comme prévu. Soixante-dix millions affectés à la « machine », au réacteur même, 60 millions pour le lycée international de Manosque, 15 millions à l’aménagement de la ligne ferroviaire Val de Durance, le reste consacré aux aménagements. Cette alliance ne remet pas en cause les 152 millions dont 80 à 90 millions ont déjà été débloqués. Si la Région doit rajouter de l’argent pour des éléments de confort des habitants ou l’accueil des industries induites, on interviendra. En ce qui concerne la machine elle-même, nous ne paierons plus les surcoûts éventuels.

– Comment réagissez-vous à la polémique déclenchée par l’UMP ? Lire la suite…

Meeting de l’Alliance de l’Olivier

La puissance de toutes les forces de la Gauche

La Marseillaise – 18/03/2010

Photo MLT

Photo MLT

Meeting. Imposante démonstration de la famille progressiste hier soir à Marseille autour des listes conduites par Michel Vauzelle.

C’est devant une salle enthousiaste, brandissant les drapeaux du PS, d’Europe-Ecologie, ainsi que ceux du PCF, du Parti de Gauche et de la Gauche unitaire (piliers du Front de Gauche) qu’un Patrick Mennucci, plus combatif que jamais, a lancé le meeting régional tenu hier soir à Marseille autour des listes conduites par Michel Vauzelle.
Cette diversité des bannières reflétait la diversité des femmes et des hommes (voir également page suivante) qui s’engagent dans le rassemblement pour faire gagner la Gauche dimanche comme ils se sont engagés, durant la campagne précédant le premier tour, dans une pluralité affichée sans complexe qui les rend, aujourd’hui, plus fort encore pour aborder le scrutin du second tour face à la droite et au Front national.
Le maire des 1er et 7e arrondissements de la cité phocéenne, dont il a loué la diversité socio-culturelle, a affirmé que « Marseille doit amplifier le vote de dimanche dernier » dans « la bataille que nous menons pour une autre société ».
Cette diversité politique et citoyenne engagée sur un socle de valeurs communes autour de Michel Vauzelle s’est également manifestée par les interventions des huit représentants des partenaires de « l’Alliance de l’Olivier » pour « une Région rassemblée, solidaire et écologique ».
Ainsi Anne Mesliand (Front de Gauche) qui souligne « que les luttes sociales ont besoin de rencontrer un projet politique face au néo-libéralisme ».
Ainsi Aïcha Sif (Europe-Ecologie) qui s’exclame que « nos valeurs sont clairement compatibles et ce qui nous rapproche est plus fort que ce qui nous différencie ».
« Etre à la hauteur »
Aïcha Sif lira un message de Laurence Vichnievsky, chef de fille d’Europe-Ecologie, retenue à Paris par ses obligations professionnelles.
Ainsi Jean-Marc Coppola (Front de Gauche) qui martèle que « nous voulons et nous devons être à la hauteur pour répondre à la colère et la désolation qui se manifestent dans l’abstention(…), pour répondre à l’exigence sociale qui monte dans notre peuple ».
Jean-Marc Coppola se dira « fier de ce qu’apporte le Front de Gauche », et il lancera un fort « vous pouvez contez sur nous, sur moi » ovationné par le public.
Ce sont également exprimés avec des mots forts et une grande détermination, Ladislas Polski (MRC), Joël Giraud (PRG), Philippe Chesneau (Europe-Ecologie.
La championne de boxe Myriam Lamare se félicite de son côte « de la présence des acteurs la société civile » avec les progressistes.
Devant de très nombreux élus de différentes collectivités territoriales de la région, il revenait à Michel Vauzelle (voir ci-dessous) de clôturer cette soirée porteuse d’une très forte « dynamique de gagne », pour reprendre l’expression circulant dans les travées.
Le président du Conseil régional mettant au centre de son intervention les valeurs de la République et la nécessité de la défendre. « Nous sommes le bouclier de la République » s’exclamera-t-il.

Michel Del Picchia

.

Marseille: la gauche certaine de gagner

France 3 – 18/03/2010

Meeting de fin campagne de la gauche unie hier à Marseille

Meeting de fin campagne de la gauche unie hier à Marseille

Hier les Docks des Suds de Marseille ont accueilli le meeting de fin de campagne d’une gauche certaine de l’emporter.

Autour de Michel Vauzelle, les alliés socialistes, écologistes et du front de gauche ont affiché leur union pour le second tour des élections régionales. Des alliés qui ne doutent pas de leur victoire au soir du 21 mars.

Lundi un accord a été trouvé entre le Parti Socialiste, Europe Ecologie et le Front de gauche pour présenter dimanche prochain la liste commune pour le 2eme tour des élections régionales en PACA.

.


Regardez le reportage sur le site de France 3


Iter: Lellouche et Borloo

Projet Iter: Lellouche juge « lamentable » l’accord PS-écologistes

Romandie news – 18/03/2010

PARIS – Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Pierre Lellouche, qui fut l’émissaire du gouvernement pour l’implantation du réacteur Iter à Cadarache en 2003, a jugé « lamentable » l’engagement du PS de ne pas verser de nouvelle subvention régionale au projet.

« Au moment où ce programme entre dans sa phase de réalisation, c’est un signal affligeant qu’envoient les responsables socialistes de la région à l’Europe et à nos partenaires internationaux », a affirmé M. Lellouche dans un communiqué publié mercredi.

Parmi les points de l’accord conclu par les trois listes de gauche pour le second tour des élections régionales en Provence Alpes Côte d’Azur, Europe Ecologie a obtenu l’assurance qu’aucun euro supplémentaire ne serait versé pour financer l’équipement industriel de recherche d’Iter qui relève de l’Etat.

La région Paca a déjà versé 152 millions d’euros pour les différents aspects du projet (enseignement, infrastructures et machine).

Ce vaste projet expérimental réunit UE, Japon, Chine, Russie, Etats-Unis, Corée du Sud et Inde. Il vise à prouver que la fusion thermonucléaire peut fournir de l’énergie au monde.

.

Borloo déçu de l’accord PS/Verts contre l’Iter en Paca

Lesindiscrets.com – 18/03/2010

Le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo a regretté que le Parti socialiste rejoigne Europe Écologie dans leur volonté de ne pas subventionner le projet de fusion thermonucléaire Iter en région Paca.

Parmi les points de l’accord conclu par les trois listes de gauche pour le second tour des élections régionales, Europe Écologie a obtenu l’assurance qu’aucun euro supplémentaire ne serait versé pour financer l’équipement industriel de recherche d’Iter qui relève de l’État. La région Paca a déjà versé 152 millions d’euros pour les différents aspects du projet (enseignement, infrastructures et machine), implanté à Saint-Paul-les-Durance (Bouches-du-Rhône).

« De manière désinvolte, on dit finalement on n’en veut pas chez nous, mais ce n’est pas possible », a-t-il insisté: « moi, franchement, aller expliquer aujourd’hui aux Japonais qui nous financent, aux Américains qui nous financent, aux Européens, aux Sud-Coréens, finalement vous n’êtes plus les bienvenus, ça me fout les boules ».

Officiellement lancé en 2006, Iter avait été évalué en 2001 à quelque dix milliards d’euros (moitié pour la construction, moitié pour le fonctionnement). Il doit être financé à 90% par les sept membres du projet, notamment par l’Union européenne, qui est le principal contributeur (environ 45%) et doit permettre la construction de 39 bâtiments.

.

Jean-Louis Borloo tente l’écolo-show

20 minutes – 18/03/2010

politique Le ministre de l’Ecologie était hier à Marseille pour soutenir Thierry Mariani (UMP)

Défilé de l’UMP, printemps 2010.Demain, François Fillon à Marseille, Xavier Bertrand à Carpentras et même Christian Estrosi accourent pour soutenir le candidat de l’UMP en Paca, Thierry Mariani, en difficulté pour le second tour.

Ferry-boat solaire
Hier sur le Vieux-Port, Jean-Louis Borloo, le plus vert des ministres du gouvernement, a tenté le grand écart. Objectif de l’exercice : convaincre les électeurs d’Europe Ecologie (10,9 %) de reporter leurs voix sur l’UMP, tout en critiquant leur choix. Après un petit tour de ferry-boat, désormais solaire, au cas ou l’on n’aurait pas bien compris le thème du jour, puis un bain de foule millimétré, Jean-Louis Borloo s’élance. « Le vrai programme du développement durable, c’est le tien, Thierry. » L’intéressé, arrivé en retard, laisse les caméras se focaliser sur le ministre et hoche la tête. « La France a décidé de jouer les énergies de proximité, poursuit l’animateur du Grenelle de l’Environnement, et cette région n’est pas en avance. » Puis vient la question du réacteur de fusion nucléaire Iter, la droite s’inquiétant du soutien de la région, après le rapprochement entre Europe Ecologie et le PS. « C’est le sujet de l’humanité, dixit Jean-Louis Borloo. On va dire aux Européens, aux Coréens, ou aux Japonais qui financent avec nous Iter : “Non, finalement vous n’êtes plus les bienvenus” ? » Peu importe que Europe Ecologie, opposé à Iter, et le président sortant socialiste Michel Vauzelle, se soient rejoints sur un point : d’accord pour les 152 millions de soutien déjà votés, mais pas de crédits supplémentaires. Peu importe aussi que le coût global du projet avoisine les 10 milliards d’euros. « C’est le symbole », élude Jean-Louis Borloo.

laurent berneron

.

Régionales : la leçon de politique de Borloo

La Provence – 18/03/2010

Bain de foule sur le Vieux-Port, accueil chaleureux des militants qur le quai, traversée du Vieux-Port en ferry-boat et conférence de presse express… Jean-Louis Borloo était en visite à Marseille aujourd’hui pour soutenir la tête de liste UMP en Paca,  Thierry Mariani, à quelques jours du second tour des élections régionales. Petite leçon de politique.

voir la vidéo sur le site de La Provence

Petite liste entre amis …

Guérini a t-il boycotté hier soir le meeting de Vauzelle ?

marsinfos – 18/03/2010

Hier soir, 2000 personnes ont assisté au meeting de campagne de « l’alliance de l’olivier » au dock des suds. Michel Vauzelle, la tête de liste PS pour ces régionales était entouré de ses nouveaux alliés pour le second tour, le Front de gauche et Europe Ecologie. Si tout le monde chantait, dansait comme d’habitude, sur l’air de Bella Ciao,on était pourtant plus proche en coulisse de « la Nuit des Longs Couteaux », que de « la victoire en chantant ».

La tête de liste d’Europe Ecologie, Laurence Vichniesky n’était pas là. Remontée à Paris pour reprendre son vrai job de magistrate. D’ailleurs, déçue par son petit 11% du premier tour, elle ne devrait pas s’investir plus que ça dans l’exécutif de la Région, ne souhaitant pas trop s ‘éloigner de la capitale. Dans le deal passé avec Michel Vauzelle, elle aurait donc laissé la Vice-Présidence qui lui revenait à Annabelle Geiger, membre d’Europe Ecologie , une proche de Nicolas Hulot, et ancienne directrice de sa fondation.

Mais il y avait d’autres grands absents. Et qui eux n’étaient pas retenus ailleurs pour des raisons professionnelles. Mais le si puissant Jean-Noël Guérini, Président du Conseil Général et Président auto-proclamé du PS local, aurait décidé du boycott de ce meeting.

Lire la suite sur le site de marsinfos

.

Régionales: les manoeuvres « pathétiques » de Guérini pour contrecarrer la liste d’union de la gauche

fini-parti – 18/03/2010

Ou comment fait rage la guerre intestine chez les socialistes marseillais ! Lundi soir, alors que les négociations se poursuivaient entre les trois partis de la gauche – PS, Europe Ecologie et Front de Gauche-, Jean-Noël Guérini, président du conseil général, réunissait une centaine de militants à la fédération du PS. Son objectif:imposer ses candidats sur les listes en cours de constitution… « Mais la manoeuvre, désespérée et pathétique, a échoué », assure discrètement un militant…

Jean-Noël Guérini, dont l’influence sur le socialisme marseillais n’est pas vraiment au firmament ces dernières semaines, n’aurait tout simplement pas apprécié que la fusion rose-vert-rouge laisse sur le carreau certains de ses « protégés ».

Guérini en guest-star de Vauzelle

Pour celui qui est cantonné depuis deux mois dans le rôle de guest-star de Michel Vauzelle en meeting, la pilule était trop dur à avaler. « Il aura eu du mal à digérer l’idée qu’Europe Ecologie et le Front de Gauche puissent prendre tant de place et éjecter quelques pièces à lui », analyse un apparatchik.

En comparant la liste « Vauzelle » du 1er tour et la liste « Rassemblée » du second dans les Bouches-du-Rhône, quelques noms ont effectivement disparu. Celui de Marianne Moukomel par exemple, ex-élue Verte et engagée sur les listes au titre de « la société civile ». Mais également celui d’Yves Vidal, du Mouvement des radicaux de gauche.

Il se dit que Jean-Noël Guérini aurait souhaité voir figurer ces personnes – et d’autres – en bonne place le 21 mars prochain.

Lire la suite sur le site de fini-parti

Thierry Mariani, UMP, Chantal Eyméoud, Jean Claude Gaudin, Jean-Louis Borloo

  

Pour Mariani, « rien n’est joué » en terres UMP

20 minutes – 16/03/2010 

Mariani n'a rassemblé que 377 000 voix, loin du million recueilli par Sarkozy en 2007./ S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Appel tous azimuts : aux électeurs d’Europe Ecologie « dont la moitié ne veut pas d’une alliance » ; aux électeurs du FN dont « on a compris le message » ; et surtout aux 600 000 électeurs de Nicolas Sarkozy qui sont allés à la pêche dimanche. Arrivé en tête au premier tour mais affaibli par un FN fort et théoriquement devancé par une alliance de gauche, Thierry Mariani a répété hier que « rien n’est joué » en Paca. 

« Mouvement d’humeur »
« J’ai vécu plusieurs fois la même situation lors de législatives dans le Vaucluse. J’ai gagné à chaque fois », martèle la tête de liste. Car l’UMP n’a pas fait le plein de ses voix en Paca : à la présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy avait rassemblé un million d’électeurs dans la région au premier tour. Dimanche, ils n’ont été que 377 000 à voter pour Thierry Mariani. « On progresse en pourcentage par rapport aux régionales de 2004, mais on fait moins de voix. Donc beaucoup de nos électeurs se sont abstenus », avance Renaud Muselier, secrétaire du parti dans les Bouches-du-Rhône. Une désertion que l’UMP assure enrayer en une semaine. « Il ne s’agit pas d’un vote-sanction contre le gouvernement », tranche Christian Estrosi, ministre de l’Industrie et maire de Nice. Talonné par un FN à 20,3 %, Thierry Mariani assure « avoir compris le message ». « Les électeurs veulent nous dire : continuez à vous occuper des questions de sécurité et d’immigration », affirme Thierry Mariani. Mais au second tour, l’UMP les appelle à « voter utile » après ce qu’il qualifie de « mouvement d’humeur ». « Tout ce que veux Le Pen, ce sont des élus pour les parrainages à la présidentielle, tacle Thierry Mariani. Chaque voix qui se porte sur lui est une voix pour Michel Vauzelle. » 

Pas de changement de programme
La droite espère même récupérer des électeurs d’Europe Ecologie. « Un sondage publié ce matin montre que la moitié d’entre eux ne veut pas d’alliance au second tour, pointe Christian Estrosi. Ils peuvent se retrouver dans ce que nous avons fait, dans le Grenelle de l’environnement. » Dans la foulée, le ministre de l’Industrie attaque pourtant Laurence Vichnievsky, qui réclame au PS l’arrêt des subventions régionales au projet Iter. « Ce sont des milliers d’emplois directs et indirects pour notre région qui sont remis en cause, une compromission scandaleuse ! », tonne le maire de Nice.
Pour convaincre abstentionnistes, indécis et protestaires, Thierry Mariani mise sur « la continuité de nos listes et de notre programme. Nous n’allons pas changer entre les deux tours, alors qu’à gauche, c’est le marchandage, la grande période de soldes ». Le candidat UMP réclame aussi un débat avec Michel Vauzelle, que celui-ci a jusqu’à présent décliné. « Quand on parle de démocratie participative pendant douze ans et qu’on évite le débat en période électorale, c’est un signe de faiblesse, voire de lâcheté », tacle Renaud Muselier.F. L.

.

REGIONALES 2010/HAUTES ALPES: La contre-attaque de l’UMP Chantal Eyméoud : un programme en 10 points « clair et honnête »

Le Dauphiné Libéré – 17/03/2010 

Vincent OLLIVIER / Le Dauphine Libere / Photopqr . EMBRUN ( hautes alpes) le 16 Mars 2010 . Conference de presse de Chantal EYMEOUD tete de liste UMP

« Nos listes ne changent pas, notre projet est unanimement apprécié. » Voilà résumée la position de l’UMP pour le second tour des élections régionales. Chantal Eyméoud, la tête de liste pour les Hautes-Alpes, l’affirme, soulignant que « c’est la liste de Thierry Mariani qui est arrivée en tête en Provence-Alpes-Côte d’Azur ». Une courte tête, + 0,9%, mais en pole position. Et de renvoyer les sondages et la presse dos à dos. « Ce premier tour n’a pas été la défaite annoncée. » 

«Pas d’augmentation des impôts pendant 4 ans»

De là à croire que la victoire est sinon assurée du moins à portée de main, Chantal Eyméoud ne s’y risque pas. Se limitant à fustiger l’accord conclu entre le président sortant Michel Vauzelle et la tête de liste Europe Ecologie, Laurence Vichnievsky, la candidate haut-alpine UMP semble s’inscrire déjà plus dans l’opposition que dans la proposition d’une alternative de gouvernance. 

« Notre programme est clair, honnête et tient en dix points », se défend Chantal Eyméoud, brandissant le document bleu roi qui le détaille. « Et nous nous engageons à ne pas augmenter les impôts pendant quatre ans », ajoute-t-elle. 

Iter et l’A51 comme arguments

Mais, visiblement, elle espère plus convaincre les nombreux abstentionnistes du premier tour et ces électeurs qui ont voté « par dépit » pour le Front national avec l’argument d’Iter et du désenclavement via la route et le rail. 

« Le projet Iter est remis en cause avec cet accord entre Michel Vauzelle et Europe Ecologie. La Région ne le financera plus. C’est gravissime. C’est notre indépendance énergétique et 5 000 emplois qui sont menacés. Ce projet a été sacrifié sur l’autel des négociations. » Quant à celui du prolongement de l’A51, « il passe à la trappe. Le désenclavement des Hautes-Alpes est compromis. On ne pensait pas que le PS serait obligé d’aller jusque-là pour être élu. On ne peut pas sacrifier des projets qui sont vitaux pour notre département ». 

Et si, effectivement, la liste emmenée par Michel Vauzelle l’emportait, Chantal Eyméoud met en garde. « Le conseil régional sera fait de bric et de broc. Comment pourra-t-il fonctionner ? » 

M.N.C.

 . 

UMP : Gaudin dément la rumeur de son remplacement

La Provence – 17/03/2010 

Conséquence du mauvais premier tour des régionales pour l’UMP, Jean-Claude Gaudin perdra-t-il la présidence de la commission d’investiture de l’UMP ? Rapportée par Le Monde, la rumeur parisienne l’avance, le nom de Brice Hortefeux étant cité pour le remplacer. Des rumeurs qui ont le don de mettre en rogne le maire de Marseille, qui ne manque pas de démentir. 

Lors d’une réunion à Paris, hier, Jean-Claude Gaudin a donc souligné qu’« en 2004, les partenaires centristes de l’UMP ont obtenu 124 sièges, soit plus que le nombre de places éligibles cédées cette fois au titre de l’ouverture ». « J’ai fait le boulot, je n’ai pas l’intention de lâcher les postes qui m’ont été confiés », lance-t-il. Interrogé par Le Figaro, l’Élysée dément aussi la rumeur, du moins pour l’immédiat: « En période de crise, la réorganisation de l’UMP ne peut pas être la première réponse que Nicolas Sarkozy apporte aux Français ». 

. 

Pour Gaudin c’est Eric Besson et son débat sur l’identité nationale qui sont responsables du vote FN en Paca

Marsinfos – 17/03/2010 

Jean-Claude Gaudin se bat.Comme d’habitude dans ces ambiances de bérézina électorales, il faut que des têtes tombent.. Il faut des coupables. Et Gaudin ne veut pas payer pour les autres. Comme marsinfos vous l’a raconté hier, Gaudin en tant que Président du Comité des investitures est pourtant montré du doigt par ses petits camarades de l’UMP à la recherche d’un bouc émissaire. Car les listes UMP aux régionales, qui ont obtenues le score que l’on sait dimanche dernier, c’est lui qui les a faites. Du coup, la rumeur court, relayée hier par Le Monde, de son remplacement par Brice Hortefeux. Gaudin dément ce matin dans Le Figaro  » j’ai fait le boulot, je n’ai pas l’intention de lâcher les postes qui m’ont été confiés ». Toujours dans le Figaro de ce matin, l’Elysée dément aussi, mais plus mollement  » en période de crise, la réorganisation de l’UMP ne peut pas être la première réponse que Nicolas Sarkozy apporte aux français ».  

Lire la suite sur le site de marsinfos 

  . 

Régionales : Borloo en visite pour soutenir Mariani

La Provence – 17/03/2010

Le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, sera à Marseille cet après-midi pour soutenir la tête de liste UMP en Paca, Thierry Mariani. Accompagnés de Bernard Deflesselles, tête de liste dans les Bouches-du-Rhône, et du député Renaud Muselier, ils traverseront le Vieux-Port à partir de 15h30, à bord du nouveau ferry-boat électro-solaire.

Un soutien de poids pour le candidat UMP, qui cherche à convaincre les électeurs d’Europe Ecologie en vue du 2nd tour des élections régionales, ce dimanche. Rappelons que la liste de Laurence Vichnievsky a trouvé un accord lundi avec celles de Michel Vauzelle (PS) et de Jean-Marc Coppola (Front de gauche).