Archive

Posts Tagged ‘modem’

Régionales Paca 2010 : analyses et réactions ALPES MARITIMES (5 articles)

Le Pen sur les talons de Vauzelle et Mariani

Nice matin – 15/03/2010

.

nm-photo-292148.jpg

Photo : Infographie Groupe Nice-Matin

.

Thierry Mariani domine, Michel Vauzelle pousse derrière, Laurence Vichnievsky décroche, Jean-Marie Le Pen s’accroche et joue l’arbitre. L’abstention gonfle

FN : l’énorme surprise
Invité au débat Nice-Matin le 26 février dernier, Jean-Marie Le Pen avait pronostiqué une « grande surprise » assurant passer la barre des 20 % en PACA. C’est chose faite avec 20,29 % pour le président du Front national qui parvient même à devancer le PS de quelques points dans les Alpes-Maritimes. Hier soir à Nice, Jean-Marie Le Pen prédisait une autre surprise : sa victoire au second tour. « Il y a des hypothèses où le Front National peut l’emporter. »

UMP : la double peine
Pour Thierry Mariani, c’est la double peine. Longtemps annoncé largement en tête au premier tour, le candidat UMP arrive avec seulement un point d’avance devant le socialiste Michel Vauzelle. Et à cinq points seulement de Jean-Marie Le Pen. Pire : Thierry Mariani fait tout juste mieux que Renaud Muselier en 2004. Le second tour s’annonce donc compliqué, le député proche de Nicolas Sarkozy disposant d’une réserve de voix très faible. Dans les Alpes-Maritimes et dans le Var, les listes des deux ministres, Christian Estrosi et Hubert Falco, sauvent les meubles, recueillant plus de 30 % des voix.

PS : petite dégringolade
Michel Vauzelle ne prend pas la première place de ce premier tour. Le président sortant ne parvient pas à renouveler son score de 2004 (35 %).
Dimanche prochain, le socialiste devrait cependant être réélu. Pour y arriver, il devra compter sur les voix d’Europe Ecologie et du Front de Gauche avec qui les négociations ont démarré hier soir.

Europe Ecologie : le recul
Dans le camp d’Europe Ecologie, c’est la déception. La liste conduite par Laurence Vichnievsky passe tout juste la barre des 10 %. Entre les deux tours, la fusion avec la liste PS devient quasi automatique.

Front de gauche : pas mal
La liste de Jean-Marc Coppola recueille 6, 1 %. C’est un peu une surprise, le Front de gauche laissant loin derrière le NPA et LO.

Abstention : le gouffre

En Paca, le taux d’abstention devrait atteindre les 55 %, soit 17 points de plus qu’il y a six ans.

Modem : la débâcle

Le Modem savait que le premier tour serait très difficile. Mais là, l’échec est cuisant pour le parti de François Bayrou qui ne parvient pas à passer la barre des 5 %.

.

Les résultats définitifs du premier tour dans les Alpes-Maritimes

Abstention : 43.20%

Franco (UMP) : 30.94% Le Pen (FN) : 22% Allemand (PS) : 20.84% Aschieri ((EE) : 12.60% Piel (FdG) : 4.81% Dombreval (MoDem) : 2.35% Miran (Alliance Ecologiste) : 2.32% Loeuillet (LS) : 2.09% Ciaravola ( GSE) : 1.60% Benkemoun (LO) : 0.45% Lire la suite…

1er tour, 1ères réactions

La Provence – 14/03/2010

La Marseillaise – 14/03/2010

.

« L’abstention est une sanction contre Sarkozy » (Vauzelle)

Au coude à coude avec l’UMP Thierry Mariani, le candidat PS Michel Vauzelle voit dans le résultat de ce premier tour un signal : « Le peuple de ce pays n’a pas supporté le démantèlement des institutions de l’Etat et a donné sa réponse à un président de la République qui a confondu régionales et élection nationale.

« L’abstention est aussi une sanction contre ce président. La gauche a su rassembler dans cette région bien que n’étant pas unie comme en 1998 et 2004. Malgré cela, nous sommes victorieux et nous serons encore plus forts au second tour. »

Voir la vidéo La Provence et/ou la vidéo La Marseillaise

.

« Vauzelle réalise un des plus faibles scores pour un président sortant » (Mariani)

Crédité de 26% selon TNS-Sofres, Thierry Mariani devrait se retrouver face à Jean-Marie Le Pen (FN) et Michel Vauzelle (PS) au second tour.

Pour le candidat UMP, « Tout reste possible. Un électeur sur deux a choisi de ne pas se déplacer. Le président Vauzelle réalise un des plus faibles scores pour un président sortant. De surcroit, malgré la débauche de frais de communication sur le dos du contribuable, moins d’un électeur sur huit lui a renouvelé sa confiance. Au deuxième tour on s’apercevra que notre liste a toujours le même programme et toujours la même composition. » Voir la vidéo

« Le Pen veut faire des sièges. Moi, ça ne m’intéresse pas » (Mariani)

Thierry Mariani qui totaliserait entre 25 et 26,5% en Paca des suffrages selon premiers sondages, ne perd pas espoir. Interrogé sur France Bleu Provence, le candidat UMP a lancé : « le futur président s’appellera Michel Vauzelle ou moi-même. Monsieur Le Pen veut faire des sièges. Moi, ça ne m’intéresse pas. »

23h22: Au siège de l’UMP à Marseille, les tables sont débarrassées et les derniers militants comptent les voix. A Marseille, Jean-Marie Le Pen arriverait devant Thierry Mariani lors du premier tour. « Moi, je suis déçu que les gens n’aient pas voté pour Vauzelle ou pour Mariani mais contre le PS et contre l’UMP au niveau national, » lâche Paul. Et sa femme de surenchérir. « Monsieur Le Pen, il faut reconnaître qu’il dit des vérités que l’UMP a du mal à reconnaître« . Selon eux, la grève des éboueurs qui touche Marseille depuis la semaine dernière a aussi joué un rôle dans le scrutin « Beaucoup de Marseilais croient encore que le ramassage des ordures incombe à la mairie, donc à Gaudin, donc à l’UMP. Alors quand on parle de vote sanction... »

Pour Bernard Deflesselles, tête de liste dans les Bouches du Rhône, il est « surtout regrettable que Michel Vauzelle n’ait jamais voulu débattre avant le premier tour. Les électeurs auraient pu toucher du doigt l’importance de se déplacer ce dimanche. Au lieu de cela, il semble ne pas vouloir non plus débattre entre les deux tours.« 

.

« Je vais entreprendre les négociations avec Vauzelle » (Vichnievsky)

La tête de liste Europe Ecologie en Paca, Laurence Vichnievsky, vient de réagir aux résultats de ce premier tour des régionales où elle récolte 11% des voix, quand son parti atteint les 11,5% au niveau national et alors que le dernier sondage Ifop Var-Matin du 10 mars la créditait de 12,5%. Si elle s’est avouée « déçue« , elle s’est réjouie qu’Europe Ecologie soit la « troisième force politique du pays » et s’est dite « très étonnée du score du FN » (20%) qu’elle impute à un « taux d’bastention énorme« . Pour elle, la priorité reste de décider ou non de se maintenir au second tour. « Je vais entreprendre les négociations avec Michel Vauzelle pour trouver un partenariat« , a-t-elle confirmé.

21h50: Laurence Vichnievsky multpiplie les interviews pour la télévision depuis le cours Lieutaud, où est situé le siège d’Europe Ecologie. Autour du buffet campagnard, les militants ne tarissent pas d’éloge sur celle qu’ils appellent désormais « la grande dame ».

« Même si on n’a pas réussi à être devant le FN, on a la satisfaction d’avoir une personnalité comme ça pour notre région » estime Emma, militante.

Avec 11% obtenu en PACA, la nouvelle force écologiste juge donc ce premier tour encourageant. Le problème? Le score du FN, qui flirte dans notre région avec les 20%. Pour Aïcha Sif, tête de liste dans les Bouches du Rhône, le moment est « grave ». « Désormais, le mot d’ordre doit être à gauche toute. Et si j’osais, j’appelmerais tout de suite à voter Michel Vauzelle dans une semaine« .

voir la vidéo


.

Coppola victime du syndrome du 21 avril

Satisfait de son score (6,3%), Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de gauche en Paca : « l’essentiel, c’est qu’on soit au dessus de 5%. C’est un résultat dans la lignée des européennes, avec plus de participation même si l’abstention est préoccupante« , a-t-il déclaré au siège de la fédération du PC à Marseille. « C’est le résultat d’une campagne de caniveau, sans débat de fond« . Les négociations avec le PS, prévues pour durer toute la nuit, devraient récompenser les hommes et les femmes du Front de gauche. « La place de notre liste se lira par les responsabilités qui seront confiées aux leaders après le 21 avril… » déclare l’ex vice-président du Conseil régional, avant de se reprendre : « Pardon, après le 21 mars. » Et de se justifier : « Quand on voit le résultat du FN, il y a de quoi se tromper« .

22h24: A la Fédération départementale du PCF13, les militants oscillent entre la satisfaction d’avoir obtenu 6,5% des voix, l’étonnement devant le faible taux de participation (53% d’abstention en PACA) et l’écoeurement devant le score faramineux du Front National (Plus de 20%). Pour Luc, cela témoigne « de la lente dépolitisation qui touche le pays depuis trente ans. Quant au vote du FN, c’est le résultat de la politique de Sarkozy, qui l’a banalisé, le récupérant notamment avec le débat sur l’identité nationale« .

Autour de lui, on se prend à imaginer une gauche plus à gauche suite à ce scrutin. Pour Jean-Marc Coppola, tête de liste du Front de Gauche, « c’est encourageant, cela creuse le sillon d’une gauche courageause. Quand on voit le score du FN et le taux d’abstention, on se dit qu’il faut une gauche qui saura répondre aux attentes des gens. »

.

« Notre campagne a été trop tardive » (MoDem)

Catherine Levraud, tête de la liste « Alliance démocrate et écologiste, au centre avec François Bayrou » et le député européen Christophe Madrolle, ont expliqué le maigre résultat du Modem en Paca (autour de 2,7%) « par la forte abstention et un début de campagne tardive« . ‘Nous sommes un jeune parti et nous n’avons eu que deux mois pour nous faire connaître. C’est insuffisant, en politique il faut du temps« , insistait le docteur Levraud qui s’en remettra aux consignes de vote de François Bayrou pour le second tour.

.

« J’ai fait 13 points de plus que Mariani » (Falco)

Selon les dépouillements de la moitié des communes dans le Var, l’UMP avec Hubert Falco, maire de Toulon, en tête de liste dans ce département, totalise 30% des suffrages, le PS 25% et le Front national 19,5%.

Le maire de Toulon n’a pas obtenu le score donné par le sondage publié cette semaine : 39% au premier tour dans le Var. Interrogé par La Provence, Hubert Falco estime cependant qu’il sauve les meubles au milieu d’une bérézina. « Je vais faire 37% sur Toulon et sûrement atteindre 34% dans le département. Trouvez moi en France une seule ville où un maire UMP atteint un tel score. Je suis dix points au dessus de la moyenne nationale UMP et 13 points de plus que Mariani sur Paca ».

.

« Que mes électeurs votent pour le moins irresponsable… » (Bompard)

Crédité d’un score entre 2 et 3% selon les sondages, Jacques Bompard juge que « pour un mouvement qui a deux mois d’existence et de petits moyens financiers, la Ligue du sud obtient un bon résultat ». Le maire d’Orange note que « là où nous sommes connus, nos scores sont bien meilleurs, ce qui pose la question de l’accès aux médias ».

Plus largement, Jacques Bompard estime que le premier tour des régionales en Paca « est un succès des abstentionnistes et de Le Pen : c’est la même réaction, c’est pour dire d’une manière plus ou moins brutale le désespoir des électeurs, leur refus du système ».

Concernant le second tour, le candidat de la Ligue du sud laisse à ses électeurs « leur liberté de vote » : « Si j’avais néanmoins un conseil à leur donner, qu’ils votent pour le moins irresponsable des candidats du deuxième tour, ce qui ne sera pas le plus facile à déterminer ».

.

« Il faut faire obstacle à Mariani et Le Pen » (Godard)

Pierre Godard, tête de liste pour le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), ne se leurre pas après ce premier tour des régionales : « Notre score de 2,1% est indiscutablement décevant par rapport aux 4% des Européennes. On est victimes du phénomène massif de l’abstention qui a touché notre électorat, les jeunes et les classes populaires même si dans certains quartiers Nord de Marseille on réussit des scores proches des 10%. Nous n’avons pas réussi à mobiliser notre électorat, a-t-il expliqué. Le débat n’a pas porté sur ce qui les préoccupait et sur les questions locales il était sans doute un peu confus. Le rejet de Sarkozy s’est concentré sur Vauzelle. Nous ne sommes pas propriétaires de nos voix, au 2e tour, il faut faire obstacle à Mariani et Le Pen. Il faut aussi que la gauche reste la gauche. »

.

« Il y a un dégoût de la politique » (Bonnet)

« Pour le 2e tour on ne donne pas de consignes de vote, assure Isabelle Bonnet, tête de liste (Lutte Ouvrière), il y aura ceux qui s’abstiendront et ceux qui voteront à gauche. Mais l’important, c’est de se retrouver dans les luttes et la mobilisation. On fait entre 0,6 et 0,8% des voix, on s’attendait à ce petit score, on est un courant minoritaire, admet-elle. Ce qui l’est moins, c’est l’abstention dans les quartiers populaires. On s’aperçoit d’une lassitude, d’un écoeurement, d’un dégoût de la politique. La lutte continue, les objectifs qu’on a défendus, les travailleurs les ont entendus. »

.

« Un petit score d’un jeune mouvement » (Gamerre)

« On fait un petit score(2,4%) d’un jeune mouvement qui a moins d’un an » selon France Gamerre, tête de liste dans les Bouches-du-Rhône d’Alliance écologiste indépendante (Patrice Miran). Aux Européennes on a fait 4,3% mais là il y avait 10 listes. Le travail de fond va se poursuivre. On creuse notre sillon. Le score de Le Pen est un peu effrayant et les gens ont voté plus utile qu’aux Européennes. On verra dès demain quel soutien nous donnerons » a-t-elle conclu.



Tchat : quel scénario pour les régionales ?

La Provence – 12/03/2010

A deux jours du premier tour, LaProvence.com invite donc Daniel van Eeuwen, professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, à répondre à vos questions sur ces élections, vendredi 12 mars de 15h30 à 16h30. Comme il l’avait fait en décembre dernier, en tout début de campagne.

Analyse des sondages, impact de l’abstention, retour sur la campagne et le programme de chacun, réserves de voix ou encore hypothèses d’alliances au second tour… Rien ne sera éludé.

laprovence.comBonjour à tous,
ce tchat avec Daniel van Eeuwen va pouvoir commencer.

Daniel van Eeuwen Bonjour, je suis heureux de vous retrouver ou de découvrir certains d’entre vous pour un nouveau dialogue.

polokiebobonjour,
en tant normal, si un grand patron d’entreprise avait les mêmes résultats que M.Vauzelle après un mandat de 6 ans, il ne serait pas reconduit dans ses fonctions.
Pourquoi n’en est-il pas de même en politique. Le bilan de M.Vauzelle n’est vraiment pas bon. il devrait être sanctionné dans les urnes.
Pourquoi fait-on de ce scrutin un enjeu national ? Ce n’est pas les présidentiels !

Daniel van Eeuwen Il appartient aux candidats et notamment aux adversaires de monsieur Vauzelle d’évaluer son bilan et ce sera bien évidemment l’un des éléments du vote de dimanche.
Ce scrutin est en effet pour partie un scrutin national car l’élection se situe au milieu du mandat présidentiel et c’est donc généralement une occasion que saisissent les électeurs pour envoyer un message aux gouvernants. Le plus souvent, il s’agit davantage d’exprimer un mécontentement qu’une approbation. Ce ne sont donc pas les élections présidentielles mais elles offrent une opportunité unique jusqu’en 2012 de se prononcer sur l’action du chef de l’Etat.

martine56Bonjour,
Pensez-vous que le score du Front National sera plus élevé que prévu (donc plus d’élus) ? Ce parti est-il en train de remonter à la surface ? Merci. Lire la suite…

Le monde 12 mars 2010 : second tour, sondage, enjeux locaux, électorat de droite et négociations PS-EE (4 articles)

Le PS virerait en tête au premier tour des élections régionales

Le Monde – 12/03/2010

.

A quelques encablures du premier tour des élections régionales, dimanche 14 mars, le Parti socialiste et Europe Ecologie grignotent encore quelques points supplémentaires dans les intentions de vote exprimées par les Français, selon la troisième vague de sondage (PDF) réalisée par TNS Sofres-Logica pour Le Monde, France-Inter, France 2 et France 3, les 9 et 10 mars.

Le PS s’empare ainsi de la première place, avec 30 % des voix, passant devant l’UMP et ses alliés (Nouveau Centre, CPNT, MPF), qui recueillent 29 % des voix.

Gain de 2 points pour les socialistes et les écologistes

Les listes socialistes sont créditées d’un gain de 2 points par rapport à la vague de sondage précédente, réalisée les 1er et 2 mars.

Le gain est également de 2 points pour les listes d’Europe Ecologie, qui totalisent désormais 14 % des intentions de vote. Elles sont certes encore un peu éloignées de leur score historique des élections européennes de juin 2009 (16,3 %), mais s’en rapprochent.

L’union gauche-écologistes majoritaire dès le premier tour

A la « gauche de la gauche », le Front de gauche (alliance entre le PCF et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon) connaît un tassement, perdant 1,5 point à 5,5 % des intentions de vote.

Réunies, les listes de gauche (PS, divers gauche, Front de gauche) et des écologistes sont majoritaires face à celles de la droite dès le premier tour, avec 51 % des intentions de vote. En 2004, les partis de  gauche et les écologistes qui étaient unis dès le premier tour avaient totalisé 40,3 % des voix

Les listes de la majorité présidentielle et divers droite recueillent, quant à elles, 30 % des intentions de vote pour le 14 mars, soit un repli de 1 point. En 2004, au premier tour, la droite avait totalisé 36,63 % des voix.

A l’extrême gauche, les listes du Nouveau Parti anticapitaliste demeurent stables, à 1,5 % des voix, et celles de Lutte ouvrière en légère progression (2 % des voix, soit un gain de 0,5 point).

A l’extrême droite, le Front national retrouve son niveau de début février, avec 8,5 % des intentions de vote. En 2004, lors des précentes élections régionales, il avait recueilli 15,05 % des voix.

Quant au MoDem, il progresse légèrement à 4,5 % des intentions de vote (+ 0,5 point).

Un peu plus d’intérêt pour le scrutin

L’intérêt exprimé par les Français pour ces élections s’est légèrement accru à l’approche du vote. Une majorité des personnes interrogées (54 %) se déclarent désormais intéressées par le scrutin. La proportion n’était que de 45 % début février.

L’intérêt est très majoritaire à gauche (62 %), alors que le désintérêt est majoritaire (51 %) à droite.

Un vote d’abord sur des enjeux locaux

Les Français confirment qu’à leurs yeux l’enjeu de ces élections est avant tout local. Ils sont 59 % à dire qu’ils voteront « en fonction de problèmes locaux », contre 38 % qui le feront « en fonction des problèmes nationaux ».

Début février, 52 % seulement disaient que leur vote serait déterminé par les problèmes locaux, contre 45 % par des problèmes nationaux.

Pour autant, la volonté d’« exprimer [une] désapprobation à l’égard du gouvernement et de Nicolas Sarkozy » gagne un peu de terrain : 33 % des personnes interrogées se disent dans cet état d’esprit, contre 31 % début février.

L’intention d’utiliser le bulletin de vote pour exprimer un « soutien » à l’exécutif reste quant à elle stable à 14 %, quand 48 % des personnes interrogées (contre 51 % lors du précédent sondage) disent que leur opinion à l’égard du gouvernement et de M. Sarkozy « n’aura pas d’influence » sur leur vote. Lire la suite…

Veillée d’armes (20 minutes) et début de débat (Var matin)

Veillée d’armes pour les listes

20 minutes – 12/03/2010

.

politique La campagne officielle pour les régionales prend fin ce soir

Dix listes sont en lice en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour le premier tour./ S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Encore trois jours de suspense. Après six semaines de campagne, les dix listes en lice aux régionales de Paca s’apprêtent à être départagées dimanche, dans un premier tour qui, pour beaucoup, s’apparente à un quitte ou double. Pour Michel Vauzelle (PS) et Thierry Mariani (UMP), peu de surprise : sauf tremblement de terre, façon 21 avril 2002, tous deux sont sûrs d’être au second tour. Leur seul enjeu consiste à rassembler au-délà de leur camp, dès dimanche.Le FN lorgne son ancien bastion
Juste derrière, selon les sondages, Europe Ecologie pourrait jouer les trouble-fête. Laurence Vichnievsky est bien décidée à ne plus « jouer les supplétifs » du PS, et verdir le programme du candidat socialiste pour une alliance au second tour. De l’autre côté de l’échiquier, Jean-Marie Le Pen veut rebondir dans son ancien bastion, qui l’avait placé en tête à la présidentielle de 2002 avant de lui préférer Nicolas Sarkozy. Au centre et à l’extrème gauche, la lutte consiste à dépasser les 5 % nécessaires pour fusionner. Parti sans le PS, après douze ans de cogestion de la région, le PCF devrait jouer dimanche à « ça passe ou ça casse ». Pour ses premières régionales, le MoDem risque gros lui aussi, après son échec aux européennes. LO, le NPA et la Ligue du Sud espèrent créer la surprise en dépassant les 5 %. Tous partis confondus, les regards devraient aussi se tourner vers les abstentionnistes : aux régionales de 2004, 36 % des électeurs n’avaient pas voté. Quant aux indécis, selon les sondages, ils étaient encore 20 % la semaine dernière.

Frédéric Legrand Lire la suite…

Catherine Levraud était en visite hier à Gap : Le MoDem, tenace sur sa ligne

Le Dauphiné Libéré – 11/03/2010

.

GAP

Lionel ARCE-MENSO/Catherine Levraud en campagne

Ni droite ni gauche. Malgré la houle des sondages qui chahute leur navire et les confine au ras de la barre des 5 %, les militants du MoDem continuent inlassablement à tracter, dans l’espoir de voir émerger une troisième voie, celle de François Bayrou.

Dans la région, où le débat se focalise sur le duel annoncé entre le président PS sortant Michel Vauzelle et l’UMP Thierry Mariani, Catherine Levraud, la tête de liste MoDem, tente de faire entendre ses arguments.

Dans la campagne, elle dit rencontrer des gens en grandes difficultés personnelles et qui ne veulent pas aller voter. «Je leur dis qu’il y a dix listes qui représentent tout l’éventail des réflexions politiques.»

«Ce n’est pas pendant la campagne électorale, mais dans l’action au jour le jour que l’on peut convaincre ces gens d’aller voter» ajoute-t-elle. Lire la suite…

Cinq idées pour relancer la machine, la rénover et la renforcer

20 minutes – 11/03/2010

.

Depuis la fin de 2009, le chômage a franchi en Paca la barre des 10 % d'actifs.

Depuis la fin de 2009, le chômage a franchi en Paca la barre des 10 % d'actifs./ S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Une enveloppe de 1,9 milliard d’euros, dont 680 millions d’investissements : le budget du conseil régional Paca n’est pas négligeable, mais reste cependant inférieur à celui de nombreuses collectivités locales, comme le conseil général des Bouches-du-Rhône (2,2 milliards dont 550 millions d’investissements). Revue de détail des propositions pour faire fructifier ces fonds.

Favoriser les circuits courts et l’emploi local A gauche comme au centre (MoDem, Europe Ecologie, Alliance écologiste, Front de gauche), on mise sur les emplois de proximité et/ou l’économie verte et sociale, dont les activités sont directement liées au territoire, donc non délocalisables. Selon Europe Ecologie, l’économie verte (énergies renouvelables, économies d’énergie, agriculture raisonnée…) pourrait représenter 40 000 emplois en Paca. Pour encourager la consommation locale, le Front de gauche et le FN prônent eux la création d’un label Provence. La Ligue du Sud prône carrément une détaxe progressive sur les produits et les embauches, selon un critère de proximité géographique. L’Alliance écologiste indépendante mise sur la modification des droits de douane pour favoriser le retour en Paca des activités industrielles.

Faciliter la création d’emplois, empêcher leur destruction Avec 600 millions d’euros d’investissements, le PS se dit sûr de pouvoir financer « 10 000 emplois par an ». L’UMP prône de son côté un « plan de relance régional », avec la création de « Maisons de l’économie » dans chaque département, pour coordonner l’action des acteurs, et de développer avec eux un « plan de formation aux métiers de demain ». Le MoDem veut de son côté créer une « assurance nouvel emploi » pour rembourser les charges patronales à toute PME qui aurait embauché un salarié en CDI, en cas de résultats d’exploitation négatifs. Le FN propose de mettre en place un « viager économique » pour les PME, TPE, artisans et commerçants, cautionné par la région auprès des organismes prêteurs. Ainsi qu’une priorité aux PME régionales pour les marchés publics inférieurs à 20 000 €. Lutte ouvrière souhaite pour sa part imposer purement et simplement l’interdiction de tous les licenciements.

Développer un fonds d’investissements régional C’est l’idée post-crise. Six partis sur les dix en lice en Paca proposent, d’une manière ou d’une autre, que la région cofinance un fonds d’investissements. Le Front de gauche, suivi par le PS et l’UMP, suggère de l’ouvrir à des contributions de citoyens pour des placements dans des entreprises éthiques ou pour favoriser la reprise par les salariés de sociétés en difficulté. Europe Ecologie promet un barème : 1 € de fonds publics pour 1 € investi par les salariés. Pour le NPA, le fonds doit surtout venir en aide aux sites fermés ou démantelés, en parallèle avec un fonds de solidarité pour couvrir les pertes liées aux grèves.

Aider les salariés à se loger Dès les dernières municipales, les organisations patronales avaient mis en avant ce thème comme un enjeu crucial en Paca. Le NPA veut imposer une priorité de construction pour les logements sociaux, dans les plans de rénovation urbaine. L’UMP propose de créer un observatoire régional du logement « pour permettre aux décideurs d’y voir plus clair et répondre à la demande ».

Conditionner les subventions publiques Lutte ouvrière veut arrêter toutes subventions aux entreprises privées. Le NPA souhaite supprimer les aides aux entreprises qui licencient ou qui font des profits, pour les réaffecter au fonds régional d’investissement. Europe Ecologie souhaite concentrer les subventions sur les seules PME et TPE. Pour le FN, toute subvention, avance ou garantie de prêt fournie par la région doit être liée à une interdiction de délocaliser des emplois.S. H. et F. L.