Archive

Posts Tagged ‘vichniewsky/ee’

Michel Vauzelle défend (avec austérité) son bilan et balaye (avec mesure) les critiques de Thierry Mariani

1 février 2010 3 commentaires

fini-parti – 01/02/2010

Avec la présentation du bilan de la majorité Vauzelle à la tête de la Région Paca, la campagne des régionales prend un peu de hauteur. En abordant les sujets de fond, le président sortant réplique à son principal adversaire, Thierry Mariani, qui a désormais en mains ce qu’il faut pour contre-argumenter.

A l’issue de la conférence de presse de présentation du bilan de la mandature de sa majorité, Michel Vauzelle a reconnu que l’exercice n’était pas loin du « pensum ». Doctoral, à la limite de l’austérité, le président sortant aura tout de même eu le mérite d’apporter de l’eau à une campagne qui frôlait jusqu’ici la sécheresse .

En abordant les problématiques de fond et les six années de la politique régionale conduite par sa majorité, Michel Vauzelle a donné matière à réfléchir et répondu en partie aux attaques de son premier opposant, Thierry Mariani (UMP).

Ce dernier, tête de liste de la droite en Paca, ne manque pas une occasion depuis quelques semaines de critiquer le bilan « de son prédécesseur » dans une région majoritairement de droite, où la gauche gouverne « grâce au Front national ».

Sa majorité

Si Michel Vauzelle ne rechigne pas à parler au « je », il n’hésite pas non plus à parler au « nous », pour évoquer l’ensemble de sa majorité, sa chère « Alliance de l’olivier », pourtant partie décomposée en campagne cette année.

Des observateurs avisés comme vous, les journalistes, n’auraient pas pu distinguer dans notre façon de travailler qui était communiste, radical de gauche, verts ou socialiste. Nous avons trouvé des points communs d’action dans une majorité très cohérente. »

Il n’oublie donc jamais d’associer les camarades communistes, les Verts ou les radicaux de gauche à « l’excellent bilan » de la Région. Alors même que, dans le cadre de leur campagne respective, les uns et les autres cherchent sans bien y parvenir à se démarquer de la figure tutélaire de leur président.

Michel Vauzelle a tenu à rappeler qu’il avait été « élu pour six ans » et qu’il entendait bien mener « jusqu’au bout son mandat, sans ambigüité entre (son) action de président de région et les dépenses réalisées dans le cadre des frais de campagne ».

La gestion de l’institution

« Les choses sont menées avec un très grand souci des deniers publics, de l’argent du contribuable, mais aussi dans la transparence, avec une éthique, une morale. Nous avons une gestion saine. » Michel Vauzelle a insisté sur les bonnes notations décernées à la Région par les agences de notation financière, une pratique « abandonnée par Jean-Claude Gaudin lorsqu’il présidait l’institution et pourtant une garantie de transparence pour le contribuable », a-t-il précisé.

Sur ce point, la gestion de l’institution, Michel Vauzelle est attaqué non seulement sur sa droite mais également sur sa gauche, si l’on ose dire. La candidate d’Europe Ecologie, Laurence Vichnievsky, dont les Verts sont membres de la majorité régionale, a fait de « l’éthique et de la bonne gestion » une priorité de sa campagne et n’est pas tendre avec Michel Vauzelle sur le sujet.

La magistrate a notamment évoqué à plusieurs reprises l’affaire des subventions détournées au profit d’associations fantômes. Un sujet sur lequel Michel Vauzelle ne s’est évidemment pas étendu au cours de la présentation de son « bilan » (même s’il l’a fait par ailleurs).

La fiscalité

La hausse de la fiscalité régionale couplée aux dépenses excessives des institutions locales apparaissaient en bonne place dans le Livre noir des Régions socialistes présenté l’an dernier par la droite. En Paca, Thierry Mariani a repris tout ou partie de ces arguments pour dénoncer « une augmentation de la fiscalité régionale globale de 110% » au cours des dernières années.

Réplique de Michel Vauzelle: « L’un des points d’attaque de Mr Mariani est de dire que les régions dépensent beaucoup. Le problème, c’est qu’on ne parle jamais en euros mais toujours en pourcentage. Or, on ne prend pas en compte la réalité de la fiscalité régionale ». (voir la vidéo)

Le président a également mis en perspective l’évolution de la fiscalité régionale et de la fiscalité des communes, prenant l’exemple de Marseille en particulier:

Entre 1998 et 2009, en raison notamment de la suppression de la part régionale de la taxe d’habitation, le contribuable marseillais a en moyenne donné 7 euros de moins à la Région mais 211 euros de plus à la ville de Marseille. »

LISEZ, ECOUTEZ, REGARDEZ LA SUITE SUR LE SITE FINI-PARTI

Publicités

Les élections régionales: en débattre ou pas ?

fini-parti – 27 janvier 2010

Alors que la chaîne LCI propose un débat entre les quatre principaux candidats des Régionales en Paca, passe d’arme entre Thierry Mariani (UMP) et Michel Vauzelle (PS) autour de l’opportunité d’organiser un face-à-face avant le 1er tour.

Thierry Mariani veut en découdre. La tête de liste de la droite en région Paca est chaud. Il veut monter sur le ring médiatique et affronter son principal adversaire, Michel Vauzelle. Y compris s’il le faut avant le premier tour. Ce qui pourrait avoir un certain charme, convenons-en.

« Pas faire le second tour avant le premier »

Mais voilà, Michel Vauzelle ne l’entend pas tout à fait de cette oreille et, dans un communiqué adressé hier à l’attention du député du Vaucluse, son directeur de campagne Patrick Mennucci, a justifié le choix du président sortant en rappelant les grandes lignes de la loi électorale qui régit les Régionales:

Il s’agit d’une élection au scrutin de liste à deux tours, à la plus forte moyenne, avec une prime à la liste arrivée en tête au deuxième tour.
Contrairement à vous, nous n’entendons pas préjuger de la décision des citoyens de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, et pour faire un débat en duel, nous attendrons le deuxième tour, si les électeurs décident que notre liste et la vôtre sont qualifiées, si c’est cette configuration qui est actée dans les urnes au premier tour. »

Avant de conclure:

Ce serait une erreur politique de faire le deuxième tour avant le premier. Pour notre part, nous nous y refusons ».

Argument recevable même s’il est fort probable que le duel Vauzelle-Mariani du second tour ai pour arbitre un certain Jean-Marie Le Pen.

LCI ne veut que les quatre « gros » de Paca

On apprenait dans la foulée de la déclaration du clan Vauzelle, mardi 26 janvier, que la chaîne de télé LCI entendait bien débattre des élections régionales sur ses plateaux avant le 1er tour et donc inviter les différents candidats des régions françaises. Michel Field serait à la baguette.

Or, selon les premières infos, pour le débat concernant la région Paca, LCI envisage de n’inviter le 1er février prochain que les quatre « gros » candidats du coin. Soit Michel Vauzelle pour le PS, Thierry Mariani pour l’UMP, Laurence Vichnievsky pour Europe Ecologie et Jean-Marie Le Pen pour le FN.

« C’est la volonté de Michel Vauzelle de respecter le choix de chaque citoyen, et de ne pas mépriser les autres listes qui, autant que nous, ont le droit à l’expression », a également fait savoir le président de Paca sortant. Que fera-t-il pour l’émission de LCI ?

Sans doute faudrait-il suggérer à Michel Field d’inviter les six autres candidats en lice au premier tour qui ont, eux aussi, « le droit à l’expression ».

Le Grand débat sur les régionales débarquent le 1er Février sur LCI

Télé-News – 25/01/2010

Dès le 1er février, LCI ouvre la campagne des régionales avec une série de grands débats d’une heure animés par Michel Field et un journaliste du service politique. Les têtes de listes d’une dizaine de régions emblématiques viendront débattre sur le plateau du  » 19h-20h « .

1er débat : lundi 1er février à 19h00. Les candidats de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ouvrent le débat. Michel Vauzelle (PS/PRG), Thierry Mariani (UMP), Laurence Vichnievsky (Europe Ecologie/Cap 21), Jean-Marie Le Pen (Front National) confronteront leurs idées et leurs projets avant le scrutin.

Régionales 2010 : une conseillère régionale Verte (Marie Bouchez) rejoint Vauzelle

La Provence – Publié le lundi 25 janvier 2010 à 17H56

Après le communiste Joël Canapa, un nouveau conseiller régional non socialiste vient d’annoncer sa participation sur les listes de Michel Vauzelle lors des régionales de mars prochain. Il s’agit de Marie Bouchez, membre des Verts et conseillère régionale déléguée au Schéma régional d’aménagement durable du territoire.

« Je pense que la stratégie de mon parti, les Verts, est une erreur en Provence-Alpes-Côte d’Azur, explique-t-elle dans un communiqué. Mon parti ne tient pas compte de la réalité de l’action de Michel Vauzelle, notamment en faveur de l’Environnement. J’ai donc décidé de ne pas participer à l’opération qui consiste à faire une liste séparée pour des raisons politiciennes. J’ai souhaité rester aux côtés de Michel Vauzelle pour représenter, avec d’autres, le courant écologiste sur sa liste de rassemblement, l’Alliance de l’Olivier ».

Laurence Vichnievsky : « Le PS aura besoin de nous »

La Provence – Publié le samedi 23 janvier 2010

La tête de liste Europe Écologie attend un rapport de forces au second tour

« On n’est pas des rêveurs, macramé, sandales, mangeurs de graines », sourit Laurence Vichnievsky – Photo stéphane duclet

Europe Écologie lance officiellement sa campagne pour les régionales aujourd’hui à Marseille. Un moment « fort en émotions » pour Laurence Vichnievsky. La magistrate, novice en politique, a accepté il y a trois mois de conduire la liste en Paca.

– Qu’est-ce qui a changé pour vous depuis la mi-octobre ?
Laurence Vichnievsky : Je me sens de mieux en mieux. On a appris à se connaître avec les Verts et les gens d’Europe Écologie. J’aurais aimé avoir plus de temps, il y a eu des tensions, des inquiétudes, mais on a trouvé un compromis, un équilibre. Je savais que la campagne se ferait d’abord en interne. Cette méthode nous aidera à gagner du temps plus tard.

– Vos listes, très diversifiées, vont jusqu’à l’extrême-gauche…
Il y a des mélanges détonants. Un peu de radicalité, c’est intéressant. Ces aiguillons servent notre équilibre. Nous avons aussi plusieurs ralliements de personnalités en bas des listes. C’est instructif concernant notre potentiel électoral.

– Bénéficie-t-il toujours de la dynamique des européennes ?
Beaucoup de gens nous soutiennent. Ce serait une très grosse surprise si on était en dessous de la barre des 10%. Ceci dit, les enjeux ne sont plus les mêmes aux régionales. Je compte aussi sur une abstention moins forte. S’ils veulent changer la politique, les jeunes doivent voter. Et se dire qu’on travaille sur du long terme, pas de l’anti-sarkozysme conjoncturel.

– Votre électorat semble douter de la capacité d’Europe Écologie à gérer les régions…
Notre liste montre qu’on a des capacités dans tous les domaines. On est les seuls à proposer un projet global de transformation écologique. Mais on n’est pas des rêveurs, macramé, sandales, mangeurs de graines… Toutes les difficultés sociales, économiques,environnementales, sont liées. Cette approche signifie cibler des priorités. C’est ne pas dire: « Jamais la LGV », mais penser d’abord au maillage des TER en fonction de l’argent dont on dispose. Pareil pour un contournement routier ou le rapport aux entreprises. Elles sont l’acteur principal de la société et ont des préoccupations innovantes pour l’écologie.

– Êtes-vous pour la gratuité dans les transports ?
Je n’y suis pas favorable, tout service a un prix. Mais on peut imaginer un syndicat mixte des transports avec des tarifs différenciés. Pareil pour la fiscalité. On peut être pour une taxe écologique, via l’eurovignette pour les transporteurs. Mais on ne fera rien peser sur les ménages.

– Fusionnerez-vous avec le PS au second tour ?
On vise la première place. En étant plus réaliste, on pense être en position de fusionner. Dans un rapport de forces. L’idée des petits frères, c’est fini. On n’est pas des variables d’ajustement. Michel Vauzelle nous tend la main. Jusqu’au bout. C’est parce que le PS a besoin de nous.

– Il y a trois mois, vous évoquiez les affaires et posiez vos conditions sur les alliances en cas de mises en examen…
Je ne suis pas une femme de coups, une guerrière, une politicienne. Je préfère le débat d’idées et c’est là-dessus que je mènerai campagne. Mais je reste sur ma position.

Recueilli par François TONNEAU

Les bonnes phrases politiques de la semaine

Marsinfos.fr – 22/01/2010

La semaine politique a été monopolisée le week end dernier par le gadin de Gaudin sur les musulmans. Enorme buzz sur le web, filmé vendredi 15 par Rémy Leroux de rue 89. Mis d’abord en ligne sur son blog fini-parti, a ensuite été acheté par Rue89 ce ce qui en a fait un des plus gros cartons du site parisien, avec près de 100 000 visites et surtout 800 commentaires (pas tous négatifs, loin de là). Pour le coup, Gaudin a fait passer au second plan ses adversaires locaux. Mais en cet fin de semaine, ils se rattrapent, chacun déroulant son plan média. La juge Laurence Vichnievsky, la tête de liste des écologistes en PACA pour les régionales est allée jeudi matin chez Bourdin sur RMC, expliquer tout le mal qu’elle pensait du sondage qui la donne à 9 % des intentions de vote, “un sondage commandé par un parti, ce n’est pas sérieux”. Qui visait-elle ? Michel Vauzelle tête de liste PS et commanditaire du sondage qui le donne gagnant. Moins politique mais plus glamour, elle a aussi redit qu’elle tutoyait Sarkozy et même avoué : ” c’est le must de pouvoir tutoyer le Président de la République”. Quel aveu, madame le juge ! Moins glamour, elle lancera officiellement sa campagne, samedi après midi à Marseille, sans doute aux cotés de Cécile Duflot, la patronne des verts.

Thierry Mariani, tête de liste UMP, envoie en cette fin semaine quelques tacles à ses adversaires. Il le fait sur fini-parti.fr, le bien nommé blog de Rémy Leroux (encore lui!) et il envoie sur les socialistes “le plus beau concert de faux-culs de la région”. Et enfin Michel Vauzelle, qui nous fait croire qu’il est devenu un vrai “geek” sous prétexte qu’il a dépensé de l’argent pour lancer une application iPhone de suivi de sa campagne. On en rêvait… Et il ajoute même : “Et je ne m’interdis pas d’envoyer des “tweets” sur le terrain, comme le fait Barack Obama” (source de cette dernière phrase : La Provence).

Néanmoins, tous les sondages, et pas seulement ceux qu’il a commandés, donnent le PS gagnant un peu partout. Mais attention Michel, Sarkozy mettra tous les moyens nécessaires pour faire tomber PACA à droite et faire oublier les défaites ailleurs.

Régionales en PACA : la campagne se réveille dans l’indifférence

Marseille un autre regard –  22/01/2010

La campagne pour les élections régionales se met, peu ou prou, en place. Les candidats restent pour la plupart affairés en cuisine à concocter des listes qui n’auront pas, au grand dam du Modem, les propriétés extensibles d’une pâte feuilletée. Tournant autour de la marmite, « Marseille un autre regard » vous livre pêle-mêle sa contribution en attendant de croquer dans le vif des débats !

Clairement, les arbitrages tardifs retardent la divulgation des projets et détournent les français vers une actualité plus nationale avec des enjeux croisés comme la réforme des collectivités territoriales ou bien encore ce débat sur l’identité nationale, toujours plus sulfureux malgré les récents calages gouvernementaux.

Comme entrée en matière, un sondage, commandé par le Parti socialiste et réalisé par l’institut Isama sur un panel de 806 sondés, recèle des indications intéressantes :

Il confirme l’avance de Michel Vauzelle donné gagnant au second tour, en duel face à Thierry Mariani (56-44) ou bien dans le cadre d’une triangulaire incluant le Front national (48-39-18).

Malgré les efforts élyséens, dans le choix même d’un candidat UMP en région Paca, à « la droite décomplexée » abordant frontalement, voire brutalement, les sujets chers au parti d’extrême droite, Il accrédite, avec 19% d’intentions de vote au premier tour, la thèse d’une poussée importante du Front national.

Enfin, il laisse présager une contre performance pour le parti des verts d’Europe Ecologie (9%) qui ne pourrait se maintenir au second tour, ainsi que pour les autres formations politiques, dont le Modem et le Front de gauche, qui ne passeraient pas la barre des 5% nécessaire à la fusion des listes au second tour.

Si ces prévisions se confirmaient dans les urnes, elles mettraient le parti communiste en situation de faiblesse face aux verts qui, eux, seront en position de négocier au second tour. Lire la suite…