Archive

Posts Tagged ‘voile’

In French voting, ultranationalist Le Pen shows his party is still in the game

Washington Post – 27/03/2010

MARSEILLE, FRANCE — For Jean-Marie Le Pen, it was a moment of personal triumph, recognition that his far-right National Front is still a force to be reckoned with and that the ultranationalist movement remains a landmark in the French political landscape.

France, Le Pen harangued regional leaders, is being weakened by Third World immigrants under President Nicolas Sarkozy’s feckless policies while the country’s budget deficits are ballooning out of control and the expanded European Union is condemned to collapse under its own weight.

« All the elements of destabilization, and even of civil war, are falling into place, » he warned darkly.

Le Pen, his trademark silver mane brushed straight back and his face as pink as ever, issued his analysis Friday while presiding over the Provence regional assembly, in the southern city of Marseille, which held its opening session five days after a regional election in which the National Front slate, with Le Pen at its head, won about 23 percent of the vote.

The score here was part of a nationwide comeback in which the National Front won nearly 10 percent of the overall vote and captured 118 seats in 12 of the 22 regions in mainland France. Le Pen’s daughter and likely successor, Marine Le Pen, was one of the National Front’s top scorers, with 22 percent of the vote in the northern French region of Nord-Pas de Calais.

The National Front’s showing, here in Marseille and nationally, remained a minority of the vote and did not go beyond its successes in the 1980s and 1990s, when the anti-immigrant group pushed its way into the thick of French politics. But it dispelled a widely accepted notion that Sarkozy, with his conservative stands in the 2007 presidential election, had siphoned off a large percentage of National Front voters

The millions of French people upset over immigration and the increasing visibility of Muslims in Europe, it turned out, still find their traditionalist values in Le Pen’s France-first views, rather than in Sarkozy’s business-oriented conservatism. The party’s success, Le Pen told reporters, was due in large part to « resentment against Sarkozy » and his failure to fulfill promises he made during the 2007 campaign.

« The coming times are going to be perilous, » Le Pen told the assembly. His party’s improved showing, he added, « was an undeniable sign that traditional political parties are being disavowed. »

Le Pen’s time presiding over the assembly Friday was short, granted only because, at 81, he is the doyen of the Regional Council. Michel Vauzelle, a Socialist whose slate scored about 44 percent in the election, took over as soon as a vote was held to reelect him as regional president.

But the opportunity to make a speech from the president’s chair, despite an air of last hurrah, marked a moment of revenge for Le Pen. The European Parliament last year modified its internal rules to prevent a similar situation, humiliating the veteran nationalist and emphasizing the accepted wisdom that his momentum was spent.

Ronald Perdomo, a longtime right-wing figure in Marseille who broke with Le Pen to found his own party, said the National Front has gained back support in southern France in part because of concern over plans to build a Grand Mosque for the Marseille area’s estimated 200,000 Muslims. The concern, he said, was magnified by Sarkozy’s « grand debate » over national identity, which encouraged concern about immigrants and Muslims, and the government’s controversial plans to restrict the wearing of full-face veils by Muslim women in France.

Set aside pending the regional elections, debate on the veil controversy is about to flare again, and Le Pen is ready to play a role. He has repeatedly said the solution is to enforce France’s existing laws in such a way that women cannot wear a full veil in public. Several government figures also have suggested that may be the only solution compatible with the constitution.

Only a small number of women in France wear such veils; estimates from the Interior Ministry have ranged from several hundred to several thousand. But the issue has taken on symbolic strength, a measure of France’s determination to have the country’s estimated 5 million Muslims adapt to its historically Christian traditions.

Despite concern over the veil, the overriding message in the regional voting, Perdomo said, was disaffection for traditional politics in general. This, he said, was made clear by an abstention rate of 54 percent for the elimination round and nearly 50 percent for Sunday’s runoff.

« The whole political establishment is being disavowed by the voters, » he said.

As if dispatched by central casting, a Marseille taxi driver eagerly endorsed Perdomo’s analysis. « I didn’t vote, and I am not going to vote anymore in the future, » he said. « The politicians are taking us for fools. I voted for Sarkozy last time. But he made all these promises, and then did the opposite. »

Le Pen’s ability to reflect such sentiment is a great source of his continued strength at the polls, analysts suggested. « He represents a vote of hostility toward the two big institutional parties, in a context of fear of losing economic status and suffering from unemployment, » Alain-Gérard Slama said in a commentary in Le Figaro newspaper.

Despite his advancing age, Le Pen has shown no sign of backing away from the political arena. He has begun to walk more slowly but still campaigns tirelessly and wields the French language like a bludgeon.

To a radio reporter who asked him this week if the regional elections were his last campaign, he responded: « I don’t know. Is this your last interview? »

By Edward Cody

Publicités

Ump: les ténors sonnent la mobilisation (4 articles)

La droite fait comme si…

La Marseillaise – 11/03/2010

.

Meeting à Marseille. L’UMP tente de mobiliser le noyau dur de son électorat.

Meeting à Marseille. L’UMP tente de mobiliser le noyau dur de son électorat. PHOTO ML THOMAS

Ils sont venus. Ils sont tous là. Ou presque. A une encablure du premier tour des régionales, la droite avait décrété, hier soir au Dôme de Marseille, la mobilisation générale pour sauver le soldat Mariani. Tous les notables UMP de la région avaient été convoqués pour ce meeting de fin de campagne. Cela ne pouvait suffire face à l’ampleur d’une mission que beaucoup considère désespérée. Pour faire bonne mesure, c’est tout l’état majeur parisien de l’UMP et de ses satellites, accompagné de plusieurs ministres qui a pris le chemin de Marseille pour apporter la bonne parole à deux mille militants venus des quatre coins de la région.
Une parole qu’ils ont tenté de rendre crédible malgré les vents contraires en appelant à serrer les coudes. « C’est à nous de porter haut le flambeau de nos valeurs », a claironné Jean-Claude Gaudin.

« Nous sommes dans un moment difficile »

« Dans les moments difficiles, et nous sommes dans un moment difficile, a insisté Jean-François Copé, toute la famille doit être rassemblée ». « Il nous faut avoir dans cette dernière ligne droite qu’une seule idée en tête: la mobilisation générale de tous nos électeurs », a-t-il poursuivi. Pour sa part, le patron de l’UMP Xavier Bertrand a voulu opposer un démenti à ceux qui pensent que « tout est joué ». « Le grand chelem de Mme Aubry s’arrête déjà ici dans votre région! », a-t-il lancé.
Mais derrière la façade d’une unité facile à faire applaudir par des supporters, la difficulté de la droite française à définir une stratégie unique dans ces régionales est apparue criante. Au point que le bal des orateurs s’est vite transformé en cacophonie des discours. Chacun jouant une partition qui prenait prétexte des régionales pour mieux envisager d’autres horizons. Si Jean-Claude Gaudin a glorifié la nostalgie des temps dorées où il dirigeait la Région, le numéro un des députés UMP, Jean-François Copé a appelé « au courage » pour l’après élection quand il s’agira d’expliquer aux Français pourquoi il faut réduire la dépense publique. « Il faut mettre les pieds dans le plat sur la question des dettes et des déficits, » propose-t-il. Ses remèdes? « Il faut arrêter de réduire le nombre d’élèves par classe, (…) mettre en commun les moyens des hôpitaux » et donc en fermer certains.
Quant au secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertand, visiblement agacé par les propos du présidentiable Copé, il s’est lancé dans une fade « défense et illustration » de la politique de Nicolas Sarkozy.

« Limiter les dégats »
Ce que Thierry Mariani s’est refusé de faire. Comme si les conséquences des choix de l’Elysée étaient un fardeau trop lourds à porter pour les candidats. « Ne confondez pas les enjeux de ce scrutin », a-t-il lancé à ceux qui sont tentés de transformer leur bulletin de vote en vote-sanction de la politique nationale. Quasi silencieux sur le bilan du sarkozisme, le député de Vaucluse ne s’est pas montré plus prolixe sur le contenu de son projet tout juste évoqué dans trois ou quatre paragraphes pour un discours long de 14 feuillets.
C’est que le temps n’est plus à faire rêver l’électeur. Pour les listes UMP, donnée largement perdante par tous les sondages, l’heure est à limiter les dégâts. Et donc à mobiliser le noyau dur de l’électorat en frappant dur et fort sur l’adversaire. Thierry Mariani n’a pas eu de mots assez forts, souvent proches de la caricature, pour critiquer le bilan de la gauche régionale qualifié de « détestable ». Pointant du doigt « le système Vauzelle (…) dangereux pour le bien public » et coupable de « distribuer sans compter l’argent public ». Ou dénonçant « le camarade Coppola, l’ami du camarade Piel, celui qui au lieu de faire circuler les trains est en tête de toutes les manifestations pour les bloquer ».
Dans un meeting de droite, l’anticommunisme est toujours au plus haut à l’applaudimètre.

CHRISTIAN DIGNE

.

Les ténors de droite appellent à la « mobilisation générale » pour sauver le soldat Mariani

libémarseille – 11/03/2010

.

ELECTIONS DES 14 ET 21 MARS. Jean-François Copé et Xavier Bertrand sont venus mercredi soir en meeting à Marseille soutenir la tête de liste de l’UMP en difficulté dans les sondages. Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a résumé: « Dans les moments difficiles, et nous sommes dans un moment difficile, toute la famille doit être rassemblée. » Lire la suite

Copé a prévenu: « A mi-parcours d’un mandat présidentiel, il y a toujours des tas de gens pour dire que c’est une campagne sans enjeu, dans laquelle on peut se défouler. Non! Ce ne sont pas des enjeux anodins! Voyez les dégâts que peut causer un président de Région irresponsable! »

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a lancé: « Il y a la difficulté d’être un parti au pouvoir dans une élection intermédiaire, mais aucun sondage ne fait le vote », même s’ils sont tous défavorables.

Selon le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand, l’électorat de la majorité « n’est pas résigné ».

Tout cela pour reconnaître que c’est mal barré: « Je sais qu’il y a un certain nombre de compatriotes qui doutent », a admis Hervé Morin (Nouveau Centre). Lire la suite…

Soutiens de poids pour le dernier meeting UMP en PACA

L’Express – 10/03/2010

.

Thierry Mariani (au centre), tête de liste UMP en Provence-Alpes-Côte d'Azur, entouré du secrétaire général du parti majoritaire, Xavier Bertrand (à droite), et du président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé. A quelques jours du premier tour des élections régionales en PACA, les barons de la majorité sont venus répéter, mercredi à Marseille, qu'une victoire restait encore possible sur une terre traditionnellement très marquée à droite. (Reuters/Jean-Paul Pélissier)
Thierry Mariani (au centre), tête de liste UMP en Provence-Alpes-Côte d’Azur, entouré du secrétaire général du parti majoritaire, Xavier Bertrand (à droite), et du président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé. A quelques jours du premier tour des élections régionales en PACA, les barons de la majorité sont venus répéter, mercredi à Marseille, qu’une victoire restait « encore possible » sur une terre traditionnellement très marquée à droite. (Reuters/Jean-Paul Pélissier)

MARSEILLE – A quelques jours du premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), les barons de l’UMP sont venus répéter, mercredi à Marseille, qu’une victoire du parti présidentiel restait « encore possible » sur une terre traditionnellement très marquée à droite.

« Il paraît que tout est joué, mais notre électorat n’est pas résigné et il n’aime pas que l’on mette un bulletin de vote à sa place« , a affirmé le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand.

« Le grand chelem de Mme Aubry s’arrête déjà dans cette région« , a-t-il ajouté devant près de 3.000 personnes.

Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, a toutefois mis en garde tous ceux qui, à mi-mandat présidentiel, « pourraient penser que l’on peut se défouler dans une campagne sans enjeu« .

Quatre membres du gouvernement, les ministres de la Défense et de l’Industrie, Hervé Morin et Christian Estrosi, et les secrétaires d’Etat à l’emploi et aux anciens combattants Laurent Wauquiez et Hubert Falco, ont aussi fait le déplacement à Marseille pour apporter leur soutien à Thierry Mariani.

La position de la tête de liste UMP en PACA reste difficile dans tous les sondages qui promettent invariablement la victoire au président socialiste sortant, Michel Vauzelle.

« Aucun sondage ne fait le vote, aucun vote ne se gagne sans mobilisation« , a rappelé le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin.

Le dernier en date, un sondage TNS Sofres Logica pour Le Monde diffusé mercredi, donne encore l’élu socialiste vainqueur avec 51% des voix au second tour devant son challenger UMP (36%) et Jean-Marie Le Pen (13%).

En cas de duel, le président sortant de la région creuserait encore l’écart avec 55% (+ 2) des intentions de vote contre 45% pour la liste de droite (- 2).

Seule consolation pour Thierry Mariani, il arriverait en tête au premier tour avec 29% des intentions de vote.

COPÉ MET EN GARDE CONTRE LES TRIANGULAIRES

« Tout reste possible, la victoire est à portée de main« , veut pourtant se convaincre le député du Vaucluse, qui paie un manque de notoriété en dehors de son département d’élection et reste méconnu par près d’un tiers des habitants de la région.

En PACA, qui a pourtant donné à Nicolas Sarkozy un de ses meilleurs scores lors de la présidentielle 2007, l’hypothèse redoutée par l’UMP d’une triangulaire se profile si, comme les sondages le laissent penser, le Front national est en capacité de se maintenir au second tour.

« Les triangulaires, cela fait des ravages« , a encore dit Jean-François Copé. « En votant pour le Front national, on voit monter sur le podium les candidats de la gauche« .

« Après, on n’a plus que les yeux pour pleurer« , a-t-il prévenu.

A 51 ans, Thierry Mariani a donc décidé de chasser ouvertement les voix sur les terres du parti d’extrême-droite, selon une recette qui lui a déjà permis de battre aux législatives le maire alors FN d’Orange, Jacques Bompard, qui présente aujourd’hui sa propre liste aux régionales.

« Ne confondez pas les enjeux de ce scrutin« , a-t-il exhorté dans un appel aux électeurs frontistes.

« A monsieur Le Pen, je voudrais répondre qu’il n’est pas le gardien de l’identité nationale« , a ainsi asséné celui qui incarne une droite « sécuritaire » et se déclare favorable à une loi pour « interdire le port du voile intégral » sur la voie publique.

En 2004, la liste UMP/UDF avait recueilli 26,01% des voix derrière une liste PS/PC/Verts (35,01%) et devant celle du Front national (22,95%) qui s’était maintenu.

Faute d’une réserve de voix suffisante à droite, le candidat socialiste l’avait largement emporté au second tour avec 45,17% des voix contre 33,82% pour l’UMP.

Reuters

Candidate du NPA dans le Vaucluse, Ilham Moussaïd au grand jour

La Provence – 09/03/2010

Pour son premier meeting, la candidate voilée et controversée du NPA se pose en résistante

Ilham Moussaïd a condamné hier soir, lors du meeting du NPA,

Ilham Moussaïd a condamné hier soir, lors du meeting du NPA, "tous les tous les systèmes de domination, qu'ils soient politiques, institutionnels ou religieux". Photo Ange Esposito

Même au NPA, on craignait la première grande sortie publique d’Ilham Moussaïd, hier soir à la bibliothèque Barraud, une date volontairement choisie par le « comité populaire » d’Avignon pour marquer la Journée internationale de la femme…

Par exemple, ce militant d’un autre et lointain comité était principalement là en tant qu’« observateur » du meeting ayant réuni près de 80 personnes pour traquer un « un éventuel faux pas » de la candidate voilée sur la liste vauclusienne aux Régionales, à qui il avait été conseillée de faire profile pas après la polémique nationale suscitée par son foulard et l’irruption tapageuse du fait religieux dans le débat public.

« Il faut que le soufflé retombe ! Mais si quelqu’un cherche vraiment une face cachée du NPA, c’est par exemple moi. Sa présence n’est pas un coup médiatique et encore moins électoraliste ! Si c’était le cas, on ne serait pas si divisés », expliquait-il avant de juger la prestation, très applaudie, d’Ilham Moussaïd : « Elle aurait pu s’abstenir de parler d’islamophobie, sinon ça collait à la ligne du parti. »

Considérant certainement que l’attaque était la meilleure des défenses, la jeune Avignonnaise, qui devait parler de racisme, a d’abord voulu (à nouveau) riposter aux attaques de « Ni putes Ni Soumises ». Fustigeant « tous les systèmes de domination », elle considère que leur combat est dépassé : en matière de religion comme ailleurs, chacune des femmes doit, à ses yeux, « pouvoir disposer de son corps comme il l’entend » et la lutte pour leur émancipation ne « doit pas conduire à choisir à leur place »...

Pour le reste, elle s’est employée à se présenter comme une figure de la modernité et du combat pour la dignité dans les banlieues. Presque tous les « isme » (colonialisme, capitalisme, sionisme…) en ont pris pour leur grade, notamment « l’islamophobisme » qui  » ne cesse de monter » et que nos politiques tenteraient « à légimitimer » avec par exemple « l’existence officielle » du FN ou le « ministère de la honte » qu’est celui de l’Intégration et de l’Identité nationale…

Le sens de son engagement, a-t-elle conclu, est « celui de la résistance ». Pierre Jourlain, professeur d’université et qui milite depuis des années au sein du NPA, estimait, hier soir, qu’il faudra un grand débat après les Régionales pour « trancher » cette question du signe ostentatoire qu’est le voile et « qui fait tant débat, même au sein du parti », ce dont aurait « pâti » la campagne pour les Régionales. « Il est vrai que c’est un parti athée, mais qui a décidé d’accueillir les croyants. A partir de là, je crois qu’il y aurait contradiction à refuser que des femmes musulmanes puissent se présenter. »

Axel PLESSIER

Fadela El Miri (NPA, Bouches-du-Rhône) : « Défendre l’emploi et les transports »

Saphirnews – 08/03/2010

Entrée il y a un an au NPA, Fadela El Miri est tête de liste dans les Bouches-du Rhône.

Fadela El Miri (NPA, Bouches-du-Rhône) : « Défendre l’emploi et les transports »Face aux poids lourds de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) (Michel Vauzelle ou Jean-Marie Le Pen), c’est une jeune inconnue qui a décroché la palme des attaques pendant cette campagne. Ilham Moussaïd, réduite à être « la candidate voilée » du NPA au mépris de toutes ses convictions, n’aurait de toute façon pas siégé au conseil régional en raison de sa huitième place − non éligible − sur la liste du Vaucluse.

Mais une autre femme issue de l’immigration, Fadela El Miri, se trouve, elle, en position de faire entendre sa différence sur les bancs de la nouvelle assemblée.

Entrée il y a un an au Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot, elle est tête de liste dans les Bouches-du-Rhône. « On nous a trop habitué à laisser passer les choses, explique-t-elle sur son engagement en politique. C’est difficile de se plaindre si on ne se donne pas les moyens de changer la société. »

Aujourd’hui directrice d’un centre social à Aix-en-Provence, elle a grandi d’abord au Maroc puis à Gardanne où son père, ouvrier dans les champignonnières, fait venir sa femme et ses enfants dans le cadre du regroupement familial. « J’avais 12 ans et pour moi, la France c’était l’image des gens qui rentraient au Maroc pendant les vacances et affichaient leur réussite. Je pensais que notre situation dans les pays du Sud était injuste. En arrivant ici, j’ai trouvé la même misère et c’est ce qui m’a poussé petit à petit à m’opposer au système capitaliste. »

Au lieu du pays accueillant de ses rêves de petite fille, elle découvre aussi le racisme et les petites humiliations au quotidien. « Une institutrice avait barré le « e » de mon prénom sur mon cahier, en le remplaçant par un « i » en rouge en me disant : « Ton nom en français, c’est Fadila ». »

Si la génération de ses parents n’a pas d’autre choix que la soumission face aux injustices − « il ne fallait pas entrer en conflit pour se donner une chance de réussir » −, celle des enfants prend le contre-pied. « En grandissant, j’ai eu la possibilité de dire non, aussi parce que j’ai eu la chance d’avoir fait des études. »

Donner un coup d’arrêt au clientélisme

D’abord proche du Parti communiste − son frère Mustapha, maître de conférence en sociologie à l’université de Provence est élu à la mairie de Gardanne −, Fadela El Miri choisit le NPA parce que dans ce nouveau parti, selon elle, les échanges sont réels et les actes suivent. « Aucune décision n’est imposée au niveau national, dit-elle. Dans le cas d’Ilham Moussaïd par exemple, la décision est venue de son comité départemental, celui-ci est souverain. »

Et sur cette question qui a suscité des débats au sein du parti, la jeune femme défend avant tout une militante qu’elle connaît bien, faisant partie de « ceux qui ont créé la cellule NPA dans le Vaucluse ». « C’est une suite logique, elle a sa place. Et le fait de porter un foulard ne l’empêche pas d’être féministe. Elle s’investit pour défendre toutes les femmes, elle est pour l’IVG, a accompagné des jeunes filles pour ces actes difficiles. »

Pas franchement étonnée de la levée de boucliers déclenchée par cette affaire, Fadela El Miri préfère s’attacher aux points forts du programme défendu par le NPA pour la région PACA, en matière d’emploi et de transports notamment.

Parmi eux, un coup d’arrêt au « clientélisme » pratiqué, selon elle, par l’équipe de Michel Vauzelle, le TER gratuit pour les précaires − « une mesure écologique qui favoriserait l’accès à l’emploi » −, et la fin des subventions publiques accordées aux entreprises qui licencient.

Pas sûr qu’elle aura le temps cette année de travailler sur la thèse de sociologie sur le monde ouvrier qu’elle a entamé dans le sillage de son frère. Son titre : La Défaite ouvrière, un constat amer qui ne l’empêche pas de continuer le combat.

Abstention, Ushuaïa, Tchat Libé et La Tribune se lâche …

Régionales : le désintérêt des Français souligne la perte de confiance dans le politique

Le Monde – 04/03/2010

.

L’un des enseignements majeurs des élections régionales, qui auront lieu les 14 et 21 mars, ne sera-t-il pas l’abstention ? A seulement dix jours du scrutin, la plupart des instituts de sondages prévoient qu’elle atteindra un niveau très élevé, qui pourrait dépasser la barre symbolique des 50 % au premier tour. En 2004, lors des dernières régionales, seuls 39,2 % des Français inscrits sur les listes électorales avaient boudé les urnes.

Lors de l’élection présidentielle de 2007, le duel entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, au second tour, avait convaincu 84 % des électeurs de se déplacer. Assiste-t-on au grand retour de la défiance des Français pour le politique, après cette courte parenthèse ? Eléments d’explication, avec des spécialistes de l’opinion.

Un désenchantement accru par la crise. « L’abstention a une raison majeure : l’impuissance supposée des politiques à résoudre les problèmes de la société française, et, en particulier, le problème du chômage », estime Brice Teinturier, de TNS-Sofres. En 2007, les candidats à l’élection présidentielle avaient su créer un espoir. La crise économique a douché les enthousiasmes. « La déception est à la hauteur des attentes », juge M. Teinturier.

En janvier, les conclusions du premier « baromètre de la confiance politique », élaboré par le centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), disaient ce désenchantement. Selon cette étude, menée auprès de 1 500 personnes, 67 % des Français n’ont désormais confiance « ni dans la droite ni dans la gauche » pour gouverner le pays.

Un enjeu mal identifié. Les élections régionales, en général, sont peu mobilisatrices, par rapport aux municipales ou à la présidentielle. « Il y a un déficit d’incarnation de l’institution et des présidents de région », constate M. Teinturier. Et ce scrutin souffre d’un handicap nouveau. « Les régionales étaient traditionnellement couplées aux élections cantonales, ce qui favorisait la mobilisation. Cette fois, ce n’est pas le cas », observe Jérôme Fourquet, de l’IFOP.

Autre difficulté : « Il n’y a pas de suspense », note M. Fourquet. Les sondages se suivent et se ressemblent puisqu’aucune étude, à ce jour, ne donne la droite en mesure de gagner une région métropolitaine. « En 2004, les sympathisants de la gauche, qui avaient encore l’élection (présidentielle) de 2002 en mémoire (où Lionel Jospin avait été sorti au premier tour), se sont fortement mobilisés », analyse M. Fourquet. Et « ce n’est pas pareil de pouvoir renverser des régions de droite que de simplement prolonger des sortants », ajoute M. Teinturier. Même s’il apparaît le plus motivé, l’électorat de gauche devrait l’être moins que quatre ans auparavant.

Le calendrier, lui aussi, est peu favorable. « Il peut y avoir un phénomène de lassitude, car les élections européennes ont eu lieu il n’y a pas très longtemps, en juin 2009 », estime M. Fourquet.

Une campagne qui ne répond pas aux attentes. Selon M. Teinturier, « il y a un décalage abyssal entre ce qu’attendent les Français et ce qu’on leur propose ». En cause, une campagne phagocytée par les « affaires » – Georges Frêche évincé par le PS en Languedoc-Roussillon après ses propos sur Laurent Fabius, accusations en grande partie infondées de l’UMP contre Ali Soumaré, tête de liste PS dans le Val-d’Oise… – et sans relief sur le fond. « Les Français attendent des réponses sur l’emploi, un débat sur la politique économique à mener en temps de crise. Mais il n’y en a pas. Frêche, Soumaré, c’est dérisoire par rapport à ce que vivent les gens », estime M. Teinturier. « Il n’y a pas de grande proposition, comme les emplois tremplins, que prônait le PS en 2004 », note Jean-Daniel Lévy, de CSA. « Le spectacle n’est pas terrible », juge M. Fourquet.

A qui la faute ? Aux politiques et aux médias, disent les sondeurs. L’institut CSA a étudié le temps d’antenne consacré aux élections régionales. Selon M. Lévy, le résultat est sans appel : « Le temps accordé à cette campagne est le plus faible depuis 1986, lorsque nous avons lancé notre baromètre. En 2004, il y avait eu un sursaut. »

La droite déboussolée. « Selon le schéma habituel, une abstention élevée profite surtout à la droite, qui s’appuie sur les personnes âgées, qui votent avec plus de constance. Là, ce n’est pas le cas », note M. Teinturier. Les électeurs fidèles de l’UMP qui sont mécontents de la politique menée par M. Sarkozy ne changeront pas de bord, mais ne se rendront pas aux urnes. « On observe que même les électeurs âgés deviennent critiques », note M. Teinturier.

Finalement, à qui devrait profiter une faible participation ? « En général, l’opposition mobilise mieux. Et l’abstention touche plus les classes populaires et les jeunes, ce qui devrait desservir les extrêmes, de droite comme de gauche », estime M. Fourquet.

Pierre Jaxel-Truer Lire la suite…

Tchat Régionales : retrouvez les réponses de Laurence Vichnievsky (Europe-Ecologie)

La Provence – 04/03/2010

.

Laurence Vichnievsky en tchat dans nos locaux. Photo Xavier Cherica

Les 14 et 21 mars, les Provençaux iront aux urnes pour les élections régionales. Tout au long de la campagne, nous recevrons en tchat les principaux candidats. Transports, crise économique, environnement, aménagement du territoire, enseignement, ils répondront à vos questions. Egalement au menu, la politique nationale menée par Nicolas Sarkozy, les alliances et les bagarres des partis politiques, etc.

Après Pierre Godard (NPA), Patrice Miran (AEI), Isabelle Bonnet (LO), Jacques Bompard (LdS), Thierry Mariani (UMP), Michel Vauzelle (PS), Jean-Marc Coppola (FdG) et Jean-Marie Le Pen (FN), LaProvence.com accueille Laurence Vichnievsky (Europe-Ecologie) le jeudi 4 mars de 12h30 à 13h30.
.

laprovence.com Bonjour et bienvenue sur LaProvence.com. Le tchat avec Laurence Vichnievsky va commencer, à vos questions !
Laurence Vichnievsky Bonjour !

Mouloud REZOUALI Ne pensez vous pas que de n’avoir aucun enracinement géographique permanent dans la région aux yeux des provençaux est un handicap pour cette élection et pour votre avenir politique dans cette région?
Laurence VichnievskyIl est inexact de prétendre que je n’aurais aucun enracinement géographique dans cette région puisque je suis résidente varoise depuis que j’ai 7 ans ! Travailler hors la région Provence-Alpes-Côte d’Azur me permet par ailleurs d’avoir souvent la bonne distance à l’égard de querelles locales qui bien souvent ne sont pas des vrais sujets

ghjuvan83 Bonjour,Oseriez vous participer avec des élus d’Europe Ecologie (par exemple Joseph Bové, Noël Mamère, ….) à des actions de « désobéissance civile » notamment par exemple détruire l’outil de travail d’un agriculteur, un champ de pommes de terre OGM Amflora (fabriquées par l’allemand BASF)? Merci de répondre à ma question. Lire la suite…